background preloader

Freins aux apprentissages

Facebook Twitter

Développer la confiance en soi des enfants. Confiance en soi et estime de soi ne sont pas synonymes.

Développer la confiance en soi des enfants

Elles sont bien sûr liées mais elles se développent et s’entretiennent différemment. C’est notamment intéressant pour les apprentissages scolaires (mais pour tous les aspects de la vie finalement : les relations avec les autres, la prise d’initiative, la gestion des échecs, la capacité à se remettre en question…). Définition Dans le livre Apprendre à apprendre. Echec scolaire : quel mécanisme cérébral ? (Voir la 2ème partie du dossier pratique) Prenons l’exemple d’un élève qui, depuis longtemps, est en échec scolaire.

Echec scolaire : quel mécanisme cérébral ?

INRP RF145 7. L'effet pygmalion à l'école. Depuis la publication de l'ouvrage de Rosenthal et Jacobson sur l'Effet Pygmalion à l'école, la question de savoir si les Préjugés des enseignants influencent les productions des élèves est posée et fait l'objet de vifs débats.

L'effet pygmalion à l'école

Il est très important de rappeler ici que les enseignants ne sont pas conscients des différences de comportements qu'ils opèrent en fonction des élèves. On parle également d’auto-réalisation des prophéties pour qualifier ce processus. On peut d'ailleurs faire un parallèle avec l'effet placebo en médecine ou encore la suggestion en psychologie. On sait aujourd'hui que les élèves appartenant à des groupes dits stigmatisés réussissent moins bien l'école.

Théorie de la clarté cognitive, selon Fijalkow - CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques. Patrick Rayou : " Essayer de comprendre pourquoi les enfants ne comprennent pas". Comment aider les élèves ?

Patrick Rayou : " Essayer de comprendre pourquoi les enfants ne comprennent pas"

C'est la question, entre autres, de la réforme du collège. C'est aussi le sujet de l'important rapport "Qu'est ce qui soutient les élèves ? ", que le Café pédagogique a présenté le 12 février, Patrick Rayou, co-auteur de ce rapport, en éclaire certains points. Mais qu'est-ce qui l'empêche de réussir ? Réussir, c’est se sentir bien dans sa peau, être bien dans sa vie.

Mais qu'est-ce qui l'empêche de réussir ?

Je trouve incroyable cette pression et cette équation fausse : si mon enfant réussit à l’école, je peux cocher la case « je suis un bon parent ». Des solutions concrètes pour les parents et les enseignants face aux souffrances et aux difficultés scolaires de l’enfant Un focus clair et concis sur chaque trouble spécifique des apprentissages (le club des « dys », troubles de la mémoire, troubles du raisonnement et de la logique), non pas comme un diagnostic à poser mais comme des éléments à observer pour savoir quand consulter un professionnel Une explication des intelligences atypiques (déficience intellectuelle, précocité…) et leurs conséquences sur les apprentissages et l’adaptation scolaire Une vision complète des causes de la souffrance et des difficultés des enfants pour une approche globale, ni tout psychologique ni tout neurologique :

Des obstacles aux apprentissages comme appuis pour les surmonter. 28 février 2010 Henri Boudreault Apprendre, Didactique professionnelle, Environnement didactique, L'apprenant, Le contexte, Objet d'apprentissage, Pratique pédagogique Figure 1 : Éléments à considérer pour surmonter les obstacles aux apprentissages.

Des obstacles aux apprentissages comme appuis pour les surmonter

Le rôle d’un enseignant est de faire apprendre. Cela semble facile à dire, mais beaucoup plus difficile à mettre en oeuvre. Un moyen simple de vaincre son stress. Qui n’a jamais eu la boule au ventre, la gorge serrée, le cœur qui bat la chamade, les mains moites avant de prononcer un discours devant un public nombreux ?

Un moyen simple de vaincre son stress

C’est le stress de performance, le trac, une réaction du corps pratiquement incontrôlable. Des psychologues américains ont proposé de poser un regard nouveau sur ce stress si particulier. Des obstacles aux apprentissages comme appuis pour les surmonter. 28 février 2010 Henri Boudreault Apprendre, Didactique professionnelle, Environnement didactique, L'apprenant, Le contexte, Objet d'apprentissage, Pratique pédagogique Figure 1 : Éléments à considérer pour surmonter les obstacles aux apprentissages.

Des obstacles aux apprentissages comme appuis pour les surmonter

Le rôle d’un enseignant est de faire apprendre. Enseigner la compréhension de textes narratifs à des élèves scolarisés en ULIS-école : des résultats encourageants. Par Isabelle Lardon, Michaël Billebault & Sylvie Cèbe Si lire c’est comprendre, apprendre à lire, c’est apprendre à comprendre les textes qu’on nous lit ou qu’on décode seul.

Enseigner la compréhension de textes narratifs à des élèves scolarisés en ULIS-école : des résultats encourageants

Un large consensus scientifique et les prescriptions institutionnelles engagent les enseignants à enseigner la compréhension en lecture, et ce, dès l’école maternelle. Mais comment s’y prendre quand on exerce auprès d’élèves qui présentent des troubles importants des fonctions cognitives ? Les limitations de leur fonctionnement cognitif leur permettent-elles d’acquérir les habiletés procédurales, les connaissances et les compétences requises pour comprendre ? En adaptant les pratiques d’enseignement, les tâches et les activités pour répondre à leurs besoins peut-on obtenir les progrès attendus ?

Compréhension en lecture et déficience intellectuelle. Les scarifications. C’est quoi se scarifier ?

Les scarifications

Se scarifier c’est marquer son corps en le blessant. Cela peut aller de la simple égratignure à la plaie profonde. Dans les sociétés traditionnelles inciser, percer, griffer, tatouer le corps peut être fréquent, sans pour autant exprimer un mal-être. Mais dans notre culture, les scarifications sont souvent associées à une réelle souffrance psychologique. Cependant, ce ne sont pas tant les marques en elles-mêmes qui sont le signe d’un problème psychologique, mais plutôt le sens qu’on leur donne. Prévenir la radicalisation en milieu scolaire - Prévention de la radicalisation. Enjeux du plan de prévention Contexte et acteurs du plan d'actions de prévention Depuis la mise en place de la politique de lutte contre la radicalisation violente et les filières terroristes, sous l'égide du ministère de l'intérieur, le 23 avril 2014 (circulaire aux préfets en date du 29 avril 2014), le secrétariat général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (SG-CIPD-R) est chargé de l'appui méthodologique et cordonne le plan d'actions de la prévention, avec les ministères concernés dont le ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche (MENESR).

La circulaire du Premier ministre du 13 mai 2016 a renforcé l'ensemble du dispositif à l'échelon territorial afin de développer la politique de prévention mise en place depuis 2014. Le dispositif mis en place par le ministère de l'intérieur s'appuie sur : Canopé - académie de Nancy-Metz: Élèves au comportement perturbateur dans la classe : de la difficulté au trouble. Recherches en éducation. PedagoPsy: L'illusion d'Incompétence. La constante macabre de la notation. J. Nimier. LA GESTION DU STRESS. PedagoPsy.

Estime de soi [ Enseignants : Ateliers, formations et conférences ] Diane Boily, Spécialiste en éducation et étudiante à la maîtrise, UQTR info@estime-de-soi.com Ce texte s'inspire de la théorie du grand maître de l'estime de soi au Québec, monsieur Germain Duclos. Les sentiments de sécurité, d'identité, d'appartenance et de compétence sont les quatre principaux sentiments de base qui permettent à l'enfant de se sentir bien dans l'environnement de la classe et de l'école.

En multipliant vos efforts pour combler ses besoins, vous ferez un premier pas qui amènera peu à peu le changement souhaité. Mauvais élève. Par Gilbert Longhi Dans toute classe, on admet l’existence de bons et de mauvais élèves même si ces termes ne sont pas explicitement utilisés. Une enquête d’Assia Belgheddouche[1] sur les représentations produites à propos des bons et des mauvais élèves, montre que cette différenciation est ancrée dans l’imaginaire des parents, des professeurs et des élèves eux-mêmes et qu’elle sous-entend l’existence plus ou moins explicite d’un étalon pour mesurer les performances scolaires.

L’observation de bons élèves in situ par Jacqueline Rimet-Meille[2] nous permet de brosser en creux le profil du cancre contemporain : il ne travaille pas et ne fait pas ses devoirs et il manque de motivation…etc. (Cf. le tableau ci-dessous). Réussite scolaire et estime de soi. Comment développer, cultiver et même restaurer la confiance en soi, facteur-clé de la réussite scolaire ? Il existe pour cela de nombreuses petites techniques pédagogiques ou relationnelles, peu coûteuses, dont l’efficacité est attestée par de nombreuses expériences en psychologie sociale.