background preloader

Historiographie

Facebook Twitter

Historiographie et Achemenide. Darius and the many Alexanders, on Polybius and Montesquieu, on Iran and India: An interview with Pierre Briant, Part 2 (Français, English, فارسي, Türkçe) Voir ci-dessous pour version française فارسی / Persian: Interview PBriant Part2 Persian ; Türkçe: Interview_Briant_Turkçe Part one of the interview is accessible here Pierre Briant is Honorary Professor at the Collège de France, where he held the Chair of History and civilization of the Achaemenid world and of Alexander’s empire from 1999 to 2012.

He has published extensively on a wide variety of topics, including the Persian Empire, the relationships between Darius and Alexander, and the historiography of Alexander the Great. He is also the founder of Achemenet. His latest monograph, Alexandre. Exégèse des lieux communs, came out in 2016. The English translation is mine. Katherine Blouin Katherine Blouin : What is the situation with Achaemenid studies in the countries that were formerly part of the Achaemenid world? Pierre Briant : Achaemenid history belongs to Iran’s ‘national narrative’. KB: When did you go to Iran for the first time and what memories do you keep from that journey? Notes. Enseigner la République Revue pastel2016 Académie de Toulouse.

ANALYSE LEXICOMETRIQUE DE L'HISTOIRE DE FRANCE DES ORIGINES à NOS JOURS. Écrire l'histoire des femmes et du genre - ENS Éditions. Les femmes ont-elles une histoire et comment l'écrire ? Qu'est-ce qu'une histoire du genre et quels sont ses apports ? Bribes d'une thèse d'histoire culturelle, échappées d'ego-histoire, manifeste de défense et illustration d'un champ de recherche, Écrire l'histoire des femmes et du genre est d'abord le récit d'une aventure intellectuelle qui mobilise depuis plus de trois décennies un nombre croissant d'historiens et d'historiennes, en France comme à l'étranger.

À partir d'exemples pris essentiellement en histoire contemporaine, cet ouvrage tente de faire comprendre les origines culturelles et politiques d'une histoire des femmes avant d'en présenter les développements – d'une histoire au féminin soucieuse d'émancipation et de remémoration à une histoire du genre, plus complexe et plus globalisante. Thème historiographie des études sur le nazisme Johann Chapoutot : Peut-on faire l'histoire du nazisme ? - Conférence PSL.

Thème histoire des sciences Des sciences et des savoirs en mouvement : réflexions historiographiques et enjeux méthodologiques. Antonella Romano, La contre-réforme mathématique. Constitution et diffusion d’une culture mathématique jésuite à la Renaissance (1540-1640), Rome, École française de Rome, 1999 ; ead. (dir.), Rome et la science moderne entre Renaissance et Lumières, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 403), 2008 ; ead., La formation des savoirs européens sur la Chine (xvie-xviie s.), Paris, Fayard, en cours de publication.

Symptomatique de tout le chemin qui reste à faire pour intégrer l’histoire des sciences dans celle plus générale de toutes les formations culturelles produites par les sociétés, est la traduction particulièrement tardive de deux ouvrages, émanant du monde britannique et qui ont profondément contribué à l’historicisation des sciences et des pratiques scientifiques : Simon Schaffer, La fabrique de la science, Paris, Seuil, 2014 ; Steven Shapin, Une histoire sociale de la vérité. Gisèle Sapiro (dir.), L’espace intellectuel en Europe. Voir note 2. Enseigner la Résistance. Place dans les programmes Troisième - Thème 3 : « Françaises et Français dans une République repensée », partie 1, « 1944-1947 : refonder la République, redéfinir la démocratie ». Première L et ES - Thème 5 : « Les Français et la République », dans le cadre de la question « Une République, trois Républiques » (les combats de la Résistance et la refondation républicaine). Première L – Thème 3 : « La République face aux enjeux du XXe siècle » , dans le cadre de la question « Les Français et la République » (Des idéaux de la Résistance à la refondation républicaine après la Libération (1944-1946).

Première STMG - Thème 1 : « La France en République 1880-1945 ». Première du lycée professionnel - Chapitre « De l’État français à la IVe république (1940-1946) ». Objectifs pédagogiques L’étude la libération du territoire métropolitain permet aux élèves d’envisager une recherche documentaire locale auprès des centres d’archives, des musées ou des associations d’histoire. Introduction Problématique. La Résistance et les Français. Si l'histoire du régime de Vichy, de la collaboration, de la répression a beaucoup progressé ces dernières années, celle de la Résistance a connu une certaine stagnation. C'est pourquoi, à l'occasion du cinquantième anniversaire de la Libération, des historiens travaillant sur cette période ont souhaité faire le point. Ce livre est le résultat d'une rencontre internationale qui s'est tenue en septembre 1994 à l'université Rennes 2.

Les articles ici rassemblés s'interrogent sur les relations particulières que les Français entretiennent avec la Résistance et réciproquement. Sont ainsi étudiées de plus près les relations avec le monde paysan et l'attitude des catholiques. Aux origines de l’histoire globale - Aux origines de l’histoire globale. 1Monsieur l’Administrateur,Chers collègues,Chers amis, venus parfois de loin, 2Ellorukkum vaṇakkam – je vous salue tous. 3Le Collège de France a l’habitude d’accueillir des étrangers, on le sait. Mais ce sont pour la plupart des scientifiques, des philologues, des spécialistes de la littérature, même des philosophes. Dans ce cadre assez cosmopolite, l’Histoire fait plutôt exception. La grande tradition historique dans cette institution est restée essentiellement française, même si les sujets traités sont parfois très variés : allant de la circulation des livres au climat et à l’environnement, et de l’histoire des chevaux aux croyances de François Rabelais.

C’est pour cela que je voudrais tout d’abord dire à l’Assemblée des professeurs ma gratitude pour avoir voulu rompre avec cette tradition en invitant un historien étranger, connu pour ses humeurs vagabondes, à partager leur table. 1 Kenneth Pomeranz, Une grande divergence. 7 C. 7Pourquoi cette difficulté ? 10 Chase F. 19 John E. 33 A. Mémoires occupées - Presses Sorbonne Nouvelle. Les identités européennes au XXe siècle - Histoire et historiens de l’Europe au xxe siècle - Publications de la Sorbonne. 1Le groupe d’étude sur « Les historiens de l’Europe et l’Europe des historiens », qui s’est constitué le dernier, a un rapport évident avec tous les autres groupes, même s’il s’agit d’un rapport un peu problématique, difficile à préciser et à définir. 2Le projet général de la recherche sur « Les identités européennes au xxe siècle : diversités, convergences et solidarités » a bien pour but de saisir la réalité ou les réalités du continent dans ses aspects les plus divers : élites politiques, économiques et intellectuelles, institutions et société, religion, mémoires de guerre, petits et grands pays, centre et périphérie, jusqu’aux frontières et au-delà. 4Quelle est la place, quel est le rôle de « l’histoire » vis-à-vis de la formation et de la définition de « l’identité » et de la « conscience » européennes ?

Quel est, plus particulièrement, le rôle des historiens qui, au xxe siècle, se sont occupés spécifiquement du passé, lointain et récent, de l’Europe ? 1 R. Girault et G. 2 Voir H. Histoire@Politique n°32 : Vari@rticles : L’historiographie française du fascisme et de l’antifascisme italiens. Dynamique depuis plusieurs décennies, l’historiographie française du fascisme repose sur des fondements qui ont été renouvelés depuis le début des années 1980. Cette évolution doit beaucoup à l’influence acquise en France par les travaux de Renzo De Felice et Emilio Gentile.

Il s’agit ici de mettre en relief, dans une perspective comparatiste, les problématiques et les axes de recherche communs entre historiographies italienne et française du fascisme, ainsi que les spécificités de cette dernière. L’examen de l’historiographie française du fascisme italien recèle d’autres enjeux. Parmi eux, il conviendra de mesurer sa portée sur les lectures du fascisme français, en lien avec les fortes controverses qui ont émaillé la question depuis plus de trente ans. Le rôle de Pierre Milza dans l’essor des travaux français sur le fascisme italien fut déterminant. Dans les années suivantes, peu d’ouvrages de De Felice ont été traduits en français. L’antisémitisme de l’Italie fasciste. Façonner le passé - Témoignage. Le mémorial de Caen entre mémoire et histoire - Presses universitaires de Provence. 1En préalable, il est indispensable de rappeler brièvement le paysage des sites de mémoire et la réalité de cette mémoire au début des années quatre-vingt. Pour d’emblée écarter de fausses pistes, je me dois de vous dire que j’ai travaillé pour le Mémorial de 1985 à 1990 : le Mémorial a ouvert ses portes le 6 juin 1988, j’ai donc participé aux trois ans de projet et aux deux premières années de son fonctionnement. 2Pour revenir, de manière fragmentaire, sur l’état de la mémoire et du rapport à l’histoire et au passé, il faut citer plusieurs dates : 1980 d’abord, l’année du patrimoine – une date clé –, puis 1982, où l’on assiste au début d’une régionalisation de la mémoire collective.

À ce moment-là surgissent un certain nombre d’initiatives, pas seulement à Caen mais de manière disparate, et pas forcément ancrées dans la pierre. 3C’est en 1983 que le projet est lancé, de manière politique, à Caen. Que veut dire « de manière politique » ? La construction de l'enseignement secondaire (1802-1914) - ENS Éditions. Écrire pour la jeunesse. Penser et pratiquer l’histoire du temps présent - Presses universitaires du Septentrion. La notion de génération dans les sciences humaines et sociales – Mondes Sociaux.

Ah, quel beau concept que celui de génération ! Il permet de catégoriser les individus, leurs vécus, leurs habitudes et les rendre compréhensibles au plus grand nombre. Pourtant, il n’y a pas plus problématique et galvaudé que ce terme. La plupart des ouvrages de sociologie ou d’histoire qui utilisent la notion de génération commencent par en historiciser le mot pour finalement conclure que son utilisation scientifique est particulièrement malaisée. La principale raison : le terme appartient au langage courant.

Or, le sens du mot a évolué. Le concept de génération a été utilisé par certains historiens du nazisme pour expliquer l’engagement d’Allemands dans la politique génocidaire hitlérienne. La Seconde Guerre mondiale aurait été selon Peter Löwenberg, la répétition sous une forme psychique de ce que ces hommes devenus nazis, ont vécu dans leur jeunesse. CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images « Le problème des générations est un problème important qu’il faut prendre au sérieux. Quelle responsabilité pour les historiens dans le monde d’aujourd'hui? Cours quoi de neuf au moyen age. Pastel n°1 - Images et histoire. La publication du premier numéro de Pastel, la nouvelle revue académique en ligne d’histoire et géographie, représente une très grande satisfaction pour l’Inspection pédagogique régionale d’histoire et géographie de l’académie de Toulouse.

Initiée et portée par une équipe de professeurs de collège et de lycée particulièrement dynamique, relayée et soutenue par l’Inspection, mise en forme par les services de la communication du rectorat, cette innovation dote les professeurs de notre académie d’un nouvel outil de communication, complémentaire du site disciplinaire académique Eureka et de La lettre de l’inspection. Cette revue s’est construite autour d’une ambition centrale : éclairer quelques aspects d’une question vive de nos enseignements disciplinaires, dans une logique didactique, en mêlant mises au point scientifiques et propositions pédagogiques.

Cette revue permettra de valoriser les travaux, souvent remarquables, des professeurs de l’académie de Toulouse. Thème idée coloniale et Nation« Il faut décoloniser les imaginaires » Comment les conquêtes coloniales sont-elles peu à peu devenues le ciment de la société française ? Jusqu’en 1870, la France est un pays qui se construit surtout dans son hexagone, elle est en train de fédérer l’idée de nation, de citoyenneté et les frontières de son rayonnement. La question coloniale est certes présente, mais pas omniprésente, malgré la conquête de l’Algérie en 1830, et celle de plusieurs autres territoires, associés notamment sous le Second Empire aux vieilles colonies. Depuis la Révolution de 1789, la France essaie de bâtir ce qu’on pourrait appeler l’identité française.

Et puis arrivent la défaite de Sedan (1870) et la nécessité de trouver une nouvelle forme de nationalisme et de grandeur de la France pour les tenants de la IIIe République naissante. Se fabrique alors une forme d’idéal national, de grandeur patriotique qui peut se construire ailleurs, dans les espaces coloniaux. Les Français, eux, adhèrent-ils totalement à l’idée coloniale ? Pastel n°3 - Les sociétés coloniales (XVIIIème-XXème siècles) L’histoire du fait colonial a connu depuis deux décennies un profond renouvellement dont témoignent les évolutions de l’historiographie. Les mutations récentes de la recherche sur cette thématique montrent combien se sont élargis et diversifiés les questionnements qui guident désormais le travail des chercheurs.

Placée dans le champ de l’histoire culturelle, interrogeant de nouveaux acteurs, intégrant les problématiques construites à l’échelle mondiale par de nouveaux courants historiographiques, l’histoire du fait colonial ne peut plus s’enseigner comme elle le fut quelques années en arrière seulement. Parallèlement à ce mouvement, la demande sociale d’histoire sur ce sujet s’est considérablement accrue.

L’histoire du fait colonial, parfois instrumentalisée, répondant à des enjeux mémoriaux faisant d’elle une « question sensible », n’a pas échappé aux raccourcis simplistes.