background preloader

Une autre vie privée est possible (2)

Facebook Twitter

Amazon paie des milliers d’employés pour écouter vos conversations avec Alexa. L’enquête est signée Bloomberg, et elle fait froid dans le dos. Véritable succès commercial outre-Atlantique, les enceintes connectées Amazon Écho ont récemment fait leur arrivée en France. Équipés d’Alexa, l’assistant vocal imaginé par l’entreprise, les objets connectés interagissent avec l’utilisateur pour répondre à des questions ou des commandes simples. Des interactions privées, du moins en théorie. Bloomberg explique dans son enquête que certaines conversations entre les utilisateurs et leur assistant Alexa sont directement envoyées au Costa Rica, en Inde ou encore en Roumanie, où des milliers de salariés Amazon les écoutent jusqu’à neuf heures par jour.

Sur son site officiel, Amazon confirme utiliser les demandes des utilisateurs à Alexa pour “former les systèmes de reconnaissance de la parole et de compréhension du langage naturel”. “Nous prenons la sécurité et la confidentialité de nos clients très au sérieux. Des données de 540 millions d’utilisateurs de Facebook librement accessibles. Deux tiers des Français préoccupés par leurs données personnelles. D'après une étude de la société Norton Lifelock, les scandales à répétition liés à l’accès aux données personnelles de Facebook et l’explosion du nombre de cyberattaques finissent par avoir raison du « naturisme numérique » des Français. Deux tiers d'entre eux seraient même particulièrement soucieux de la sécurité de leurs données personnelles. Les Français auraient-ils atteint l’âge de la raison de leur vie numérique ? Selon le dernier rapport Norton Lifelock (une filiale de la société de cybersécurité Symantec), qui s'appuie sur une étude menée par l’institut de sondage Harris Poll auprès de 1000 Français, deux tiers de nos concitoyens (67%) seraient plus préoccupés que jamais par la protection de leurs données personnelles. « La prise de conscience sur la problématique de la gestion de la donnée personnelle est enfin arrivée », analyse Laurent Heslaut, directeur des Stratégies Sécurité chez Symantec France.

Confort ou sécurité ? Les jeunes se méfient des réseaux sociaux. Protectionnumerique:start [] Le Zimbabwe vend le visage de ses citoyens à la Chine en échange de caméras. Des caméras-piétons pour les policiers municipaux, en dépit des réserves de la CNIL. En vertu d'un décret paru ce matin au Journal officiel, les polices municipales pourront désormais utiliser des « caméras-piétons ». La CNIL s'est cependant montrée très critique à l’encontre du manque d’encadrement de ces appareils embarqués, autorisés à filmer « en tous lieux », y compris privés.

Utilisées par les forces de l’ordre depuis 2013, les caméras-piétons semblent promises à un bel avenir. Alors que les policiers (nationaux) et les gendarmes sont expressément autorisés à les utiliser depuis la loi de réforme pénale de 2016, les policiers municipaux vont désormais pouvoir eux-aussi recourir à ces appareils portés au niveau du torse, dans des conditions similaires à celles de leurs collègues. L’année dernière, le législateur avait introduit à la hâte des dispositions permettant de pérenniser la (courte) expérimentation qui a permis aux polices municipales de recourir à ces caméras embarquées jusqu’au 4 juin 2018. Des images conservées six mois De potentielles failles. Face aux panneaux publicitaires numériques, nous devons affirmer la dimension collective des données personnelles.

Depuis quelques années, les panneaux publicitaires sous forme d’écrans se multiplient dans le métro et ailleurs. A la gare Saint Lazare, une expérimentation a été lancée en vue de les utiliser à des fins de comptage des passants via des capteurs détectant les adresses MAC de leurs smartphones. Outre la question des dépenses énergétiques de ces dispositifs qualifiés d’inutiles par beaucoup, ces expérimentations interrogent le cadre légal qui entoure la notion de « données personnelles ». Prenons l’histoire à ses débuts, lorsque Thomas Bourgenot (@_LoboTom_), du collectif Résistance à l’agression publicitaire (RAP) poste sur Twitter trois photos des panneaux prises à la gare Saint-Lazare. D’autres expérimentations de ce type sont en cours, notamment à la gare de Dijon (lire à cet effet le communiqué de presse de Retency et la Délibération de la CNIL sur Légifrance). La position ambiguë de la CNIL A partir de là, plusieurs questions se posent.

Des données pas si personnelles. Dans le métro, ces écrans de publicités traquent vos smartphones. 20.000 employés de Facebook ont eu accès à vos mots de passe en clair. Un capitalisme de surveillance, par Shoshana Zuboff (Le Monde diplomatique, janvier 2019) Cette journée de juillet 2016 fut particulièrement éprouvante pour David. Il avait passé de longues heures à auditionner les témoins de litiges assurantiels dans un tribunal poussiéreux du New Jersey où, la veille, une coupure d’électricité avait eu raison du système d’air conditionné. Enfin chez lui, il s’immergea dans l’air frais comme on plonge dans l’océan. Pour la première fois depuis le matin, il respira profondément, se servit un apéritif et monta à l’étage afin de s’accorder une longue douche.

La sonnette retentit au moment même où l’eau commençait à ruisseler sur ses muscles endoloris. Il enfila un tee-shirt et un short, puis dévala les escaliers. En ouvrant la porte, il se retrouva nez à nez avec deux adolescents qui agitaient leurs téléphones portables sous son nez. — Hé ! — Un quoi ? Ce soir-là, David fut dérangé encore quatre fois par des inconnus impatients d’accéder à son jardin et furieux de se voir congédiés. D’où proviennent ces informations ? La vision de M. Ring : Quand les sonnettes connectées d'Amazon jouent les indiscrètes.

Voilà une publicité dont Amazon se serait bien passée, en pleine tourmente sur le partage et le respect des données privées sur Internet. En effet, comme le dévoile The Intercept, l’une de ses filiales, la société Ring, aurait eu la fâcheuse tendance d’espionner ses clients. Dans le cadre de recherches pour l’amélioration du système “Neighbors“, plusieurs employés de Ring basés en Ukraine auraient ainsi eu accès aux flux vidéo des sonnettes intelligentes installées chez les particuliers, mais également aux caméras Ring situées à l’intérieur du domicile. Pour accéder aux flux vidéo, il suffit, selon The Intercept, de rentrer l’adresse mail du client ciblé. L’une des sources du site américain explique que potentiellement, “si (quelqu’un) était au fait de l’adresse d’un concurrent ou d’un journaliste, (il) pourrait voir toutes ses caméras“. À condition que la cible possède des produits Ring. Face à la polémique naissante, Ring a évidemment réagi. Framasoft : "Les données que récolte Google, document complet …"

Pour Google, l'app du gouvernement saoudien qui permet de traquer les femmes peut rester sur le Play Store. En couple, la violence passe aussi par la surveillance numérique. Adoptez un Chatons et offrez-vous le cloud que vous méritez. Accueil MarionSIMON-RAINAUD Journaliste Inscrivez-vous gratuitement à laNewsletter Actualités Grand zélateur du logiciel libre en France, l’association Framasoft est à l’origine d’un « Collectif d’Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires », les Chatons, qui se déploie sur tout le territoire. À l’heure du tout dématérialisé, le Cloud est la nouvelle formule magique.

Après leur opération « Dégooglisons Internet » lancée en 2014, l’association libriste Framasoft ne se limite plus à promouvoir, diffuser et développer des outils numériques alternatifs, elle tente désormais de faire des petits… Chatons. Comment ça marche ? Une carte interactive… d’AMAP numériques « Si Google c’est McDonald’s, les Chatons sont des Amap [Association pour le maintien d'une agriculture paysanne, ndlr] », nous explique Genma, un des 35 bénévoles actifs de Framasoft, « il n’y a plus d’intermédiaire. Un « Chatons » doit montrer patte blanche Un effort pédagogique pour libérer à suivre sur Tweeter. Kobalt - Comment se débarrasser de Google. Android : 17 000 applications du Google Play Store espionnent constamment leurs utilisateurs. C’est une nouvelle fois au tour du Google Play Store d’être épinglé concernant les mauvais élèves qui pullulent dans son magasin. Une étude de l’International Computer Science Institute (relayé par CNET)indique en effet que 17 000 applications Android collectent en permanence les données de leurs utilisateurs.

Lorsqu’elles sont installées, ces dernières associent votre identifiant publicitaire, représenté par un numéro unique censé permettre de personnaliser les pubs que vous voyez sur le web, à d’autres identifiants. C’est notamment le cas de l’adresse MAC (situé dans la carte réseau), de l’IMEI (le numéro « d’identité » du mobile) ou encore de votre identifiant Android. Cette association est mise en place sans l’accord de l’utilisateur, ce que Google interdit formellement. Le processus permet en effet aux agences de publicité d’affiner un peu plus le profil des utilisateurs pour mieux les cibler. Usbeketrica. UFC-Que Choisir fait condamner Google sur la collecte et l'utilisation des données personnelles. Google aussi proposait d'espionner les smartphones contre rémunération.

Facebook paye des adolescents pour épier leurs activités sur leur téléphone. Et le RGPD ? L'administration britannique stocke des millions d’empreintes vocales. Si c'est pourri c'est que t'es pas le bon produit (ma réponse à Mark Zuckerberg). Mark Zuckerberg vient de se lancer dans une grosse campagne de communication en publiant une tribune simultanément dans plusieurs très grands journaux dont Le Monde ou le Wall Street Journal. Elle est intitulée : "Je souhaite clarifier la manière dont Facebook fonctionne. " Il y rappelle avec raison une première vérité qui est que le métier de Facebook n'est pas de vendre des données personnelles à des annonceurs mais de permettre à des annonceurs d'accéder à un ciblage très fin d'audience pour l'affichage de leurs publicités.

La nuance est de taille et je le dis sans aucune ironie. Mais pour le reste, comment dire ... D'abord il indique qu'il ne changera pas de modèle économique. Et que la publicité continuera donc d'être l'alpha et l'oméga. Ensuite il explique que si c'est pourri c'est que tu n'es pas le bon produit. C'est son "Yes we you Can" à lui, tendance culpabilisante. Mais bon. Pawel Kuczynski Facebook est une architecture technique au service d'une fonction supposément sociale. Google, Amazon et Microsoft priés d'arrêter la reconnaissance faciale à des fins de surveillance. Aux USA, Microsoft, Google et Amazon sont invités à renoncer à fournir des outils de reconnaissance faciale au gouvernement. Les appels demandant aux grandes entreprises de ne pas proposer leurs outils de reconnaissance faciale au gouvernement se font de plus en plus clairs aux États-Unis.

Mardi 15 janvier, une coalition de 85 organisations a adressé une lettre ouverte à Google, Amazon et Microsoft leur demandant de s’engager à ne pas vendre de technologie de surveillance faciale au pouvoir. « Les dangers de la surveillance faciale ne peuvent être pleinement traités qu’en mettant fin à son utilisation par les gouvernements. Cette technologie offre à l’exécutif une capacité sans précédent de savoir qui nous sommes, où nous sommes, ce qu’on fait, et qui on connaît », lit-on dans chacune des lettres.

Tout particulièrement, ce sont les minorités qui en souffriront le plus. Une prise de conscience chez Google et Microsoft ? Amazon épinglé par les associations. [CES 2019] Avec les scandales, la protection des données est devenue un argument marketing - FrenchWeb.fr. «Ce qui se passe dans votre iPhone reste dans votre iPhone» : Apple, pourtant absent du CES, la grand-messe annuelle de la Tech, s’est offert un immense panneau publicitaire à Las Vegas pour se poser en protecteur des données personnelles. Dans les allées du Consumer Electronics Show (CES) qui ouvre ses portes officiellement mardi, le thème de la sécurité n’est pas nouveau.

Mais les révélations autour de la gestion opaque des données personnelles et d’enceintes connectées qui enregistrent toutes les conversations de la maisonnée sont passées par là. Et en ont fait un sujet sensible désormais incontournable, et, pour de nombreuses entreprises, un axe de développement et un argument marketing efficace. «Nous avons reçu une leçon très importante cette année (2018) : les enceintes intelligentes écoutent en permanence. Comment Facebook peut collecter certaines données même si vous n'êtes pas inscrit. Réseaux sociaux, données personnelles, algorithmes… comment inventer un futur numérique plus radieux ? Données personnelles : sur les téléphones Android, des applications très bavardes avec Facebook. Pour les partenaires de Facebook, vos données personnelles, c'est open bar. Une nouvelle enquête du New York Times sur le réseau social le confirme : Facebook a autorisé de grandes entreprises comme Amazon, Netflix, Microsoft ou Spotify à se servir allègrement dans les données personnelles de ses utilisateurs.

C’est encore pire que ce que l’on croyait. La phrase tourne dans la tête de celles et ceux qui analysent les turpitudes de Facebook depuis des mois. Et la dernière enquête du New York Times sur le réseau social le démontre : « Facebook a donné à de grandes entreprises de la tech un accès aux données personnelles de ses utilisateurs plus intrusif que ce qu’il a admis jusqu'alors, en exemptant ses partenaires commerciaux du respect de ses règles de confidentialité », écrit le quotidien. La fête à la data Pourtant, les accusations du New York Times sont claires : entre 2010 et 2017 (au moins), c'était open bar sur les données personnelles des utilisateurs du réseau social pour les partenaires commerciaux de Facebook.

Le scandale de trop ? Des caméras-piétons pour les policiers municipaux, en dépit des réserves de la CNIL. Comment La Poste tente de constituer une base de données géante sur « tous les Français. Une entreprise française sait beaucoup de choses sur vous : où vous habitez, quand vous déménagez, de combien de membres se compose votre famille, quel type de colis vous recevez et de qui… Cette entreprise, c’est La Poste, déjà connue pour revendre des fichiers d’adresses à des entreprises pour leurs prospections commerciales. Un nouveau cap pourrait être franchi : La Poste a racheté une start-up grenobloise spécialisée dans l’intelligence artificielle, qui permet de collecter et d’organiser des milliards de données personnelles. Le Postillon, journal local isérois partenaire de Basta ! , a enquêté sur ces pratiques. Ou comment l’ex-établissement public utilise sa position pour s’approprier un gigantesque patrimoine de données privées. Cet article a été initialement publié dans le numéro de l’hiver 2019 du Postillon, journal régional de Grenoble et de sa région.

Ça vous est sûrement déjà arrivé : déménagement, donc changement d’adresse. La Poste, bien sûr ! « C’est un bonheur ! Réseaux sociaux : votre vie privée dépend autant de vos amis que de vous. La préservation de votre vie privée dépend autant de vos amis que de vous. Même si vous êtes absent des réseaux sociaux, le comportement de votre entourage peut permettre de vous « profiler » presque aussi bien que si vous donniez directement vos données personnelles, souligne une étude américaine. « La vie privée sur les réseaux sociaux, c’est comme le tabagisme passif. Ça dépend des gens qui vous entourent. » L’image est employée dans un article sur le site de l’université du Vermont (États-Unis), qui relaie l’étude de trois de ses chercheurs publiée le 21 janvier dans le revue Nature Human Behavior. Les auteurs se sont intéressés au cas de Twitter, pour en tirer des enseignements dont la logique est, selon eux, valable pour l’ensemble des réseaux.

Pour aboutir à ces conclusions, les chercheurs ont recueilli plus de 30 millions de tweets postés par 13 905 utilisateurs. . « Vous croyez que vous ne donnez que vos informations, mais vous donnez aussi celles de vos amis » Reconnaissance faciale : Big Brother s'invite dans les lycées à Nice et à Marseille. Le contrôle des données numériques personnelles est un enjeu de liberté collective. Vidéosurveillance : la Cnil « appelle d’urgence » le législateur à un débat. Souriez, vous êtes identifiés ! - Vox pop. Surveillance des réseaux sociaux par le fisc : les réserves de la CNIL.

Lesinrocks. Smart Cities sécuritaires : la CNIL forfait ? Sur internet, à quoi consentons-nous. L’école 42 condamnée pour ne pas avoir assez protégé les données de ses étudiants. Usbeketrica. Comment Facebook a décidé de siphonner le journal d’appels des utilisateurs Android. La montée en puissance de la vidéosurveillance alarme la Cnil. « Nothing to hide » : n'avoir « rien à cacher » n'est pas un argument. Yahoo scanne les emails de ses utilisateurs à des fins publicitaires.

Surveillance : Leviathan dans ta face. Désactiver l’historique des positions ne suffit pas à empêcher Google de savoir où vous êtes. Surveillance de masse: les tyrans du passé en rêvaient, la Chine l’a fait. Pour une protection sociale des données personnelles. Sur Gmail, vos mails ne sont pas lus que par Google. Amazon Echo, Google Home, HomePod d'Apple : vous faites quoi de mes données personnelles ? L’Inde s’apprête à jouer les « Big Brother » Aux Etats-Unis, à Newark, chaque citoyen peut surveiller son voisin.

Surveillance : le réseau français "intelligent" d'identification par caméras arrive. Le RGPD entre en application : 10 questions, 10 réponses. Amazon Echo, Google Home, HomePod d'Apple : vous faites quoi de mes données personnelles ? Gaffe aux GAFA. Cookies, mouchards : comment vous êtes suivis sur Internet. Collecte de données via les sites de l'État : avant les impôts, le précédent de l’Élysée.

Données personnelles: vers une action de groupe contre les GAFAM. Oui, Facebook collecte vos données même si vous n'avez pas de compte. Petit guide à l’usage de l’internaute pour se dégafamer • Billets. Le RGPD entre en application : 10 questions, 10 réponses. «La vidéosurveillance conduit souvent à un simple déplacement de la délinquance» Big Data de la tranquillité : le Minority Report de Marseille.

La surveillance policière dopée aux Big Data arrive près de chez vous. « Dégoogliser Internet, oui, mais en agissant autrement » Pistage en ligne : le gouvernement va-t-il autoriser la marchandisation de nos données. RGPD : 10 questions pour comprendre le nouveau règlement sur la protection des données. T'AS LINKY ? T'AS CONSENTI ! Ad Blocker Humain : tutoriel. Revendre ses données "personnelles", la fausse bonne idée.

À combien l’État évalue le coût de la surveillance d'une personne par un FAI ? A Nice, un citoyen peut devenir une caméra de surveillance. Mozilla, Safari, Chrome... : les gestionnaires de mot de passe, cibles du tracking publicitaire. La Chine met en place un système de notation de ses citoyens pour 2020. Lutter contre les mouchards des apps, une cause citoyenne : voici l'histoire d'Exodus Privacy. Quimper : le dispositif Voisins solidaires fait des remous. Selon Ghostery, plus de 77 % des pages web contiennent au moins un traqueur.

Vingt-quatre heures en «1984» Notre vie privée est en danger : agissons maintenant ! Et si on se débarrassait de Google (pour commencer) ? Comment les entreprises surveillent notre quotidien. Données personnelles : la responsabilité d’une société face à sa page « Fan » sur Facebook. Comment les géants du Web capturent notre temps de cerveau. « Les autorités de la concurrence américaines soutiennent Google » Contrat open bar de l'armée : la France doit « entamer sa cure de désintoxication » avec Microsoft - Politique.