background preloader

Dubet

Facebook Twitter

Peut-on (et comment) réformer l'école ? from FOCUS Grenoble on Vimeo. Ecole, une crise de confiance ? - Idées. Pourquoi la motivation des élèves est-elle un problème ? Dubet, L'avenir de l'école est-il derrière nous. Dubet, Pourquoi ne croit-on pas les sociologues. Le niveau baisse-t-il vraiment ? Les Sociétés et leur école (2010) , François Dubet, Marie Duru-Bellat, Antoine Vérétout, Actualités / Essais / Document.

Une vision commune voudrait que l’éducation scolaire contribue à créer des sociétés meilleures. Mais comment l’école aurait-elle la capacité quasi miraculeuse de transformer la société ? Plutôt que de croire ou non à ses vertus, les sociologues François Dubet, Marie Duru-Bellat et Antoine Vérétout ont cherché à comprendre, en comparant les sociétés et les systèmes éducatifs d’une trentaine de pays, par quels mécanismes et sous quelles conditions l’école affecte positivement la société. Ni le déterminisme fataliste de la simple reproduction sociale, ni le volontarisme héroïque d’une école capable de changer le monde ne résistent aux faits.

Comment les sociétés utilisent-elles les qualifications scolaires ? Quelle est l’ emprise du diplôme sur l’emploi et sur la position sociale ? C’est de ce choix politique que dépend le rôle de l’école dans la société. François Dubet est professeur à l’université de Bordeaux 2 et à l’EHESS. L'Hypocrisie scolaire. Pour un collège enfin démocratique, François Dubet, Marie Duru-Bellat, Actualités / Essais / Document.

Le collège n'est pas le «maillon faible» du système scolaire, comme le montrent les résultats des élèves, mais là où le métier d'enseignant est le plus difficile face à l'hétérogénéité des effectifs. C'est là aussi que les problèmes sociaux sont les plus envahissants puisque le collège obligatoire accueille tous les adolescents. Face à ces difficultés se développe un discours de la plainte, de la chute et, souvent, de la nostalgie d'une école républicaine dont on oublie qu'elle ne s'adressait qu'à une minorité.

Sous couvert de «défendre» la culture, on refuse l'ouverture du collège à tous. D'autres prônent une solution libérale. Dites-nous, François Dubet, à quoi sert vraiment un sociologue ? À quoi sert vraiment un sociologue ? Producteur de savoir, le sociologue peut-il se soumettre à un principe d’utilité ? Est-il contestataire, idéologue, expert… ? Si prompt à se demander à quoi servent les autres, le sociologue s’est-il lui-même posé la question ? Observateur aguerri des grandes questions sociales (école, mouvements sociaux, banlieue, justice), François Dubet nous invite à partager son regard de sociologue. Sans héroïsme ni forfanterie, le sociologue contemporain peut apparaître sous les traits modestes d’un acteur de terrain, se confrontant à la prose du monde, proposant à la société ses services, enquêtant, vérifiant, conseillant souvent, critiquant parfois. François Dubet est sociologue, professeur à Bordeaux-II et à l’EHESS.

Les Places et les Chances (2010) , François Dubet, Sciences humaines. Il y a deux manières de concevoir la justice sociale. La première, l’égalité des places, vise à réduire les inégalités entre les différentes positions sociales. La seconde, l’égalité des chances, cherche à permettre aux individus d’atteindre les meilleures positions au terme d’une compétition équitable. Aujourd’hui, en France comme ailleurs, cette dernière conception tend à devenir hégémonique. Mais, si elle répond au désir d’autonomie des individus, l’égalité des chances s’accommode de l’existence et même du développement des inégalités. Contre l’air du temps, François Dubet plaide en faveur du modèle des places : celui-ci combat résolument les inégalités et accroît la cohésion de la société.

En montrant comment on peut promouvoir la justice sociale sans tout sacrifier à la compétition méritocratique, ce brillant essai œuvre à la reconstruction intellectuelle de la gauche. François Dubet est professeur de sociologie à l’université de Bordeaux II et directeur d’études à l’EHESS. L'Ecole des chances (2004) , François Dubet, Sciences humaines. Qu'est-ce qu'une école juste ? C'est une école qui distingue le mérite de chacun indépendamment de sa naissance ou de son origine sociale.

Telle est la réponse la plus courante et peut-être la plus forte. Reste qu'en pratique, la compétition du mérite n'empêche pas les inégalités sociales d'hypothéquer les destins individuels et ne préserve nullement les perdants d'une humiliation d'autant plus cruelle qu'on les a persuadés de leur médiocrité. Or, en démocratie, la justice se mesure d'abord au sort réservé aux plus faibles. Cet essai se place résolument du point de vue des vaincus du système. «L'école des chances» exige un redéploiement de notre conception de l'égalité. Le Déclin de l'institution (2002) , François Dubet, Actualités / Essais / Document.

« On ne cesse de parler de crise des institutions, de l’école, de l’hôpital, du travail social… et, à terme, de la République. Il faut aller au-delà de cette plainte et de cette nostalgie. Longtemps, le travail sur autrui, le travail consistant à éduquer, à former, à soigner, s’est inscrit dans ce que j’appelle un programme institutionnel : le professionnel, armé d’une vocation, appuyé sur des valeurs légitimes et universelles, mettait en œuvre une discipline dont il pensait qu’elle socialisait et libérait les individus.

Les contradictions de la modernité épuisent aujourd’hui ce modèle et les professionnels du travail sur autrui ont le sentiment d’être emportés par une crise continue et par une sorte de décadence irréversible. Dans Le Déclin de l’institution, j’ai voulu montrer que cette mutation procédait de la modernité elle-même et qu’elle n’avait pas que des aspects négatifs, qu’elle n’était pas la fin de la vie sociale. François Dubet - 1 : Conceptions de la justice et de l'égalité (revue-sociologique.org) ENTREVISTA A FRANÇOIS DUBET. F. Dubet, Les places et les chances : repenser la justice sociale. François Dubet - Le déclin de l'école et le conflit des principes.