background preloader

G2 - Nourrir les hommes

Facebook Twitter

Nourriture du futur : que mangerons-nous en 2050 ? - Partie 1. L’évolution des procédés technologiques a laissé place à la créativité permettant l’incrémentation du nombre d’innovations alimentaires répondant aux exigences du néo-consommateur et bousculant les modes de consommations. Plus saines, plus pratiques, eco-responsables, les innovations alimentaires actuelles s’adaptent aux habitudes alimentaires « healthy » et aux actes de consommations responsables. L’extravagance de certains nous permet d’avoir aujourd’hui un aperçu et un avant goût des produits qui composeront le menu de l’alimentation du futur.

L’ingéniosité nourrie la formulation de concepts controversés qui luttent pour intégrer les mœurs et les régimes alimentaires de manière inhérente. Ainsi, l’étrange d’aujourd’hui pourrait intégrer de façon pérenne l’alimentation de demain. Nos habitudes alimentaires façonnent les modes de production et d’élevage, qui en réponse à une demande croissante, ont subi une industrialisation conséquente impactant négativement l’environnement. Economie de l'alimentation (3/4) : Une planète à nourrir. Troisième jour de notre série consacrée à l’économie de l’alimentation. Hier, nous nous sommes penchés sur les nouveaux défis de la grande distribution, qui tente non sans peine de réinventer son modèle. Aujourd’hui, c’est l’avenir de l’alimentation qui va nous occuper.

Comment nourrir les 10 milliards d’êtres humains qui devraient peupler notre planète en 2050 sans dégrader davantage l’environnement ? Voilà l’équation délicate et l’immense défi qui nous attendent dans les décennies qui viennent. Alors que plus de 2 milliards d’êtres humains souffrent de malnutrition et que 800 millions de personnes se couchent encore le ventre vide, quel régime alimentaire adopter et quels modèles agricoles inventer pour nourrir demain la population mondiale ? Références Références musicales Générique "Time is the enemy", Quantic"Strawberry fields forever" BEN HARPER "Near the end of the world", PETER VON POEHL.

Pour aller plus loin...

Nourrir les villes. EDC. Land grabbing. Sisqa. Géographie prospective. 3- Agricultures durables ? Viande. Accroche - lasagnes. FAO. TACO. Exemples séquences. Lutte contre gaspillage - Intermarché. Projet - Nourrir les villes, les urbains pourront-ils nourrir les urbains ? Infographie. A quoi servent vraiment les produits agricoles ? Dis-moi ce que tu manges (part 1) La première ferme laitière flottante s’installe à Rotterdam. Géographie de l'alimentation (ENS Ulm 2019) : ressources sur Géoconfluences. Pesticides : pourquoi la France en consomme de plus en plus.

Principales publications de 2017 | Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. Du rapport annuel sur la faim, totalement refondu pour offrir une plus large compréhension de la sécurité alimentaire et de la nutrition, au premier numéro de la toute nouvelle série sur le futur de l’alimentation et de l’agriculture, ce sont plus de 700 publications qui ont été produites par la FAO en 2017. Ces ouvrages peuvent être téléchargés librement sur le FAO Document Repository ou bien achetés sous format papier dans nos distributeurs officiels. Les livres électroniques de la FAO sont également disponibles dans la plupart des grandes plateformes. Voici quelques-unes des principales publications que vous avez pu manquer.

Veuillez consulter le Catalogue des publications 2017 pour une liste exhaustive: L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2017: Renforcer la résilience pour favoriser la paix et la sécurité alimentaireUn format actualisé et un nouveau titre pour ce rapport, produit conjointement par la FAO, le FIDA, l’OMS, le PAM et l’UNICEF. Agrocarburants, un remède qui aggrave le mal ?, par Lionel Vilain (Le Monde diplomatique, 2009)

A l’échelle mondiale, les surfaces agricoles représentent 1 400 millions d’hectares. Sur la base d’une tonne d’agrocarburant par hectare cultivé, et à supposer que cesse toute production alimentaire, nous pourrions donc produire théoriquement un maximum de 1 400 millions de tonnes d’équivalent pétrole, alors que la consommation mondiale est de 3 500 millions de tonnes. Dans cette hypothèse nous ne pourrions satisfaire que 40 % de nos besoins en carburant. Ce simple calcul démontre que les agrocarburants ne constitueront qu’un appoint marginal à nos besoins énergétiques. En France, l’objectif très ambitieux d’incorporer 10% d’agrocarburants dans nos carburants conventionnels suppose la mise en culture de deux à trois millions d’hectares, soit environ 20 % des surfaces labourables. Le Brésil se dit prêt à mettre quatorze millions d’hectares supplémentaires en cultures énergétiques (soit pratiquement la surface labourable française).

Nieves López Izquierdo, géographe et architecte. Les incalculables trajets des aliments voyageurs. Notre-Dame-des-Landes : des zadistes et des gendarmes blessés 9 avril 2018 à 12:00 Un démocrate-chrétien contre les réactionnaires 10 avril 2018 à 20:46 Macron sur les marches de l’Eglise Notre-Dame-des-Landes : «Qui se sent menacé par deux poireaux, trois carottes ?» 10 avril 2018 à 20:36 Cambridge Analytica, la pieuvre de l’extrême droite américaine 10 avril 2018 à 20:26 Pour Zuckerberg, les ennuis se profilent Facebook : la contre-offensive express du réseau Dans le Donbass, au plus près de la guerre, le retour à la terre 10 avril 2018 à 20:06 «Avec les big data, nous ne sommes que la somme de nos données» Et si Instagram sauvait Facebook ?

10 avril 2018 à 16:58 Vincent Bolloré quitte la présidence du conseil de surveillance de Canal + 10 avril 2018 à 12:09 L’égalitarisme est une utopie 10 avril 2018 à 17:06 Afrin et la Ghouta : la victoire de la stratégie de division 10 avril 2018 à 16:00 Sélection à l’université : le pedigree plus important que le diplôme? 10 avril 2018 à 12:13 10 avril 2018 à 10:01. Peut-on cultiver sans polluer ? Question vitale pour l’avenir de l’humanité : l’alimentation des 9,1 milliards de personnes qui habiteront la Terre en 2050, soit une augmentation de 34% par rapport à la population actuelle de 7,55 milliards en seulement 32 ans. Rappelons que la population mondiale n’était que de 3 milliards en 1960, au début de la Révolution verte. Cette révolution est aujourd’hui mise sur la sellette en raison de ses effets aussi bien sur le réchauffement climatique dont il est question en ce moment à Bonn où se tient la COP23, que sur l’environnement et la santé humaine en raison de la pollution par l’utilisation massive de pesticides et d’herbicides, sur la biodiversité, l’appauvrissement des sols ou encore la question cruciale des ressources en eau.

Ainsi, le glyphosate fait toujours l’actualité en Europe. Alors existe-t-il des alternatives à l’agriculture intensive qui permettent de nourrir la planète sans la polluer, sans dégrader notre santé et sans contribuer au réchauffement climatique ? . CriseVille CARE France. Nourrir les hommes 1. De quoi avons-nous (vraiment) besoin ?, par Razmig Keucheyan (Le Monde diplomatique, février 2017) La transition écologique suppose de faire des choix de consommation. Mais sur quelle base ? Comment distinguer les besoins légitimes, qui pourront être satisfaits dans la société future, des besoins égoïstes et déraisonnables, qu’il faudra renoncer à assouvir ?

C’est la question qu’aborde le Manifeste négaWatt, l’un des ouvrages d’écologie politique les plus stimulants parus récemment, rédigé par des spécialistes de l’énergie (1). Un négawatt, c’est une unité d’énergie économisée — « néga » pour négatif. Grâce aux énergies renouvelables, à l’isolation du bâti ou au raccourcissement des circuits économiques, il est possible, selon les auteurs, de mettre sur pied un système économique qui soit écologiquement viable à l’échelle d’un pays, et même au-delà.

À technologie constante, notre société renferme d’importants « gisements de négawatts ». Le consumérisme ambiant ne saurait perdurer, car il accroît en permanence les flux de matières premières et la consommation d’énergie. L’alimentation, grand marqueur des inégalités sociales en France. D’après une étude de l’Anses, les habitudes et modes de consommation alimentaires des Français sont un miroir des inégalités sociales. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Clément Le Foll Mercredi 12 juillet, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a publié sa troisième étude sur les habitudes alimentaires des Français (INCA 3).

Réalisé tous les sept ans, ce vaste rapport analyse de manière minutieuse les comportements et habitudes alimentaires des Français. L’étude a été menée entre 2014 et 2015 sur un échantillon de 5 800 personnes représentatives de la population (près de 3 100 adultes et 2 700 enfants), à raison d’un, deux ou trois jours chacune, soit 13 600 journées de consommation et 320 000 aliments analysés. Les résultats ont été ensuite interprétés par un groupe d’experts, composé de nutritionnistes, épidémiologistes, toxicologues, microbiologistes. Des aliments similaires, mais en proportions différentes Produits bio et compléments alimentaires. Sur YouTube, le grand déballage des courses de supermarché. Dans des vidéos vues plusieurs dizaines de milliers de fois, youtubeurs et youtubeuses dévoilent leurs achats alimentaires et mettent en valeur leur butin.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Perrine Signoret Assise sur le siège conducteur, voiture à l’arrêt sur un parking de supermarché, Jamerrill Stewart prend un air grave. Elle n’a, dit-elle, « pas l’habitude de faire ça ». « Ça », ce sont des courses hebdomadaires au magasin alimentaire du coin. Il est cher : elle sait d’avance qu’elle dépassera probablement son budget, se console à demi face à la caméra, arguant qu’au moins elle économisera sur l’essence. Et puis, de toute façon, elle n’a pas le temps d’aller chercher les petits prix plus loin. Il y a les enfants qui reprennent l’école, le mari qui est tout le temps au travail, et les autres « petits trucs » qu’elle ne prend pas la peine de lister.

. « Dimanches-glaces » et « jeudis-tacos » 200 000 vidéos par mois « Au départ, on me disait que c’était bizarre » « J’ai vraiment aimé ça. Crise alimentaire 2008 : quelques ressources - Clio-Lycée. Vidéos youtube.

Géoconfluences

Nourrir les hommes - Clio-Lycée. Festival International de Géographie 2004 : Nourrir les hommes, Food Jobs - The Food Industry's Leading Career Network.