background preloader

«L’erreur est la condition même de l’apprentissage»

Stanislas Dehaene est professeur de psychologie cognitive expérimentale au Collège de France (Paris). Il publie Apprendre! Les talents du cerveau, le défi des machines (Ed. Odile Jacob), qui fourmille d’astuces et de récits d’expériences. L’occasion de l’interroger sur les «recettes» d’un apprentissage réussi, inspirées des neurosciences, de la psychologie cognitive et des sciences de l’éducation. Le Temps: Tous les élèves – et leurs parents – rêvent de connaître ce secret: apprendre à mieux apprendre… Stanislas Dehaene: Personne, malheureusement, ne nous a appris les règles qui font que notre cerveau mémorise et comprend – ou qu’il oublie et se trompe! Un bébé opère 10 à 1000 fois plus vite que les réseaux de neurones artificiels actuels! Les bébés ont déjà un sens inné des probabilités, dites-vous…Le bébé est un scientifique en herbe. Prenons le mot «chien», par exemple. Le bébé humain nous étonne par bien d’autres compétences…Il expérimente en permanence.

https://www.letemps.ch/sciences/lerreur-condition-meme-lapprentissage

Related:  NeurosciencesA classerapprentissageCLASSE INVERSEELycée F.Barthodi -St Denis

7 conseils pour maintenir la concentration des enfants En matière de concentration, travail, activités physiques et repos doivent s’équilibrer. Voici quelques conseils et idées à appliquer pour maintenir la concentration des enfants pendant des exercices (d’écriture notamment). 1.Avant (et pendant les exercices si besoin), effectuer avec l’enfant quelques respirations profondes pour évacuer les tensions (corporelles et émotionnelles). « Le vrai secret de la mémoire, c’est d’apprendre plusieurs fois la même information » A l’occasion du lancement de Mémorable, la nouvelle application du Monde, le neurologue Bernard Croisile était notre invité lors d’un tchat, jeudi 23 mai. Chef du service de neuropsychologie de l’hôpital neurologique de Lyon, il est l’auteur de Tout sur la mémoire (éd. Odile Jacob, 2009). De combien de « types » de mémoires disposons-nous (à court terme, moyen-long terme) ? Bernard Croisile : Il y a plusieurs stocks : la mémoire des souvenirs personnels, dite « la mémoire épisodique » ; la mémoire des savoirs ou mémoire sémantique ; et la mémoire procédurale, c’est-à-dire les gestes.

7 principes éducatifs validés par les neurosciences 1. La période 0/5 ans La plasticité neuronale pendant la période 0/5 ans permet d’incarner le vivant sans efforts, juste en le vivant. « La maison n’est pas une école » guide pour les familles non connectées, interview de Monique Argoualc'h - Bretagne Éducative A Brest un collectif de quelques personnes proches du réseau prof@brest ayant en souci la prise en comptes des familles éloignées du numérique, en période de confinement, a réalisé ce guide "la maison n’est pas l’école", guide pour les familles déconnectées avec le soutien du Développement Social Urbain et du Réseau d’éducation prioritaire pour l’impression et la diffusion. Bonjour Monique peux tu te présenter ? Bonjour, je suis Monique Argoualc’h, j’ai été enseignante notamment en classe relais (dispositif pour collégien.nes en voie de marginalisation scolaire) pendant une quinzaine d’années [1]. Depuis que je suis en retraite je me suis rapprochée du Mouvement ATD Quart Monde de Brest, mouvement qui m’avait bien aidée en tant qu’enseignante pour créer avec des familles issues de la grande pauvreté des liens de co-éducation. [2]. Qu’est ce que le guide pour les familles déconnectées ?

10 méthodes pour réviser, mémoriser et apprendre Dans les situations d’apprentissage, le bachotage est décrié et tous les enseignants conseillent à leurs élèves de relire leur leçon le soir-même pour mieux mémoriser. Mais, pour les élèves, les questions demeurent les mêmes : comment faire pour relire efficacement ?comment éviter de bachoter ?

Enseigner plus explicitement : Pourquoi ? Qui ? Quand ? Quoi ? Où Télécharger tout le dossier (PDF - 20 pages - 2,1 Mo) Enseigner de manière plus explicite pour répondre à quels problèmes ? (Réponse de Patrick Rayou en 28 min 30) "La personne A se mésentend avec la personne B parce que la personne A est dans une logique parfaitement claire et cohérente pour elle, la personne B est dans une autre logique. Elles parlent d'un objet commun mais appréhendé de manière différente. La difficulté est d'accéder à la logique de l'autre." Cartes mentales, outils de mémorisation - sciences cognitives Les articles vantant les mérites de la carte mentale, véritable outil d’organisation des informations sont légions. A la fois outil de créativité, d’organisation de la pensée, véritable stimulateur cérébral, on dit aussi qu’elle favorise la mémoire…à long terme, cela va de soi. Mais comment ? Objectif : mémoriser à long terme Nous avons tous réalisé des fiches de révision sur papier Bristol, écrites en « pattes de mouches », de façon linéaire, ressemblant à notre cours mais en condensé. Certes, réaliser ces fiches participe au démarrage du processus de mémorisation mais ne favorise en rien la mémoire à long terme, car nous savons que la relecture ne permet pas de mémoriser.

Ecole inclusive La question de la scolarité inclusive est un enjeu majeur pour l’Education Nationale. Lors de nos visites dans les établissements scolaires, l’Inspection Pédagogique Régionale constate une forte demande d’outils chez les enseignant(e)s de langues vivantes étrangères afin d’accompagner au mieux tous les élèves dans leur parcours. Afin de répondre à cette demande, nous avons réuni un groupe d’enseignant(e)s (d’allemand, d’anglais, d’espagnol, d’italien, et de néerlandais) pour produire ensemble les cinq fiches thématiques et leurs annexes.

Le cerveau apprenant : Neurosciences cognitives, développement et pédagogie Conférence de Grégoire Borst, professeur en psychologie du développement et neurosciences cognitives à l’université de Paris-Descartes, directeur du laboratoire LaPsyDé (laboratoire dirigé à l’origine par Alfred Binet, et dernièrement par Olivier Houdé), organisée dans le cadre de la Journée maternelle par la DSDEN de Gironde à l’ESPE Aquitaine le 6 février 2019 Cette conférence a permis d’aborder des connaissances sur les grands mécanismes de l’apprentissage dans le cerveau humain chez l’enfant d’âge préscolaire et scolaire. Le modèle piagétien est abandonné depuis 60 ans par les chercheurs.

Enseigner plus explicitement : l'essentiel en quatre pages Ce que dit le prescrit Le référentiel de l'Éducation prioritaire (« enseigner plus explicitement les compétences que l’école requiert pour assurer la maitrise du socle commun »), comme les programmes 2015 des cycles 2, 3 et 4, avec de nombreuses occurrences du terme «explicite», s’accordent sur la nécessité « d’enseigner plus explicitement ». Nombre de modalités sont recommandées au fil des pages : expliciter des techniques, des pratiques, des attentes, des règles, des stratégies, des démarches, des savoir-faire, des implicites dans la compréhension des textes, des connaissances préalables aux apprentissages... Autant d’ambitions à confronter aux contraintes des situations de classe… Mais quelle en est la genèse conceptuelle ? Des cadres théoriques différents

Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention L’attention est la capacité que nous avons à nous ouvrir à la réalité : l’attention ouvre notre esprit. Parcours de formation « Gérer les élèves perturbateurs » A travers ses parcours de formation, le centre Alain-Savary propose aux formateurs des ingénieries de formation "hybride" (alternant différentes modalités) autour d'un sujet. Chacun d'eux comprend à la fois des ressources théoriques pour les formateurs, une proposition d'ingénierie, des supports de travail pour les stagiaires. Voir tous les parcours proposés... Ce parcours a été élaboré à partir d'un accompagnement réel d'une équipe d'enseignants d'une école élémentaire d'une petite ville qui recrute majoritairement ses élèves dans un quartier prioritaire de la politique de la ville.

Echec scolaire : quel mécanisme cérébral ? (Voir la 2ème partie du dossier pratique) Prenons l’exemple d’un élève qui, depuis longtemps, est en échec scolaire. Il a le sentiment qu’il ne sait rien et qu’il n’a aucune qualité. Le jour de l’examen, il est certain qu’il ne pourra jamais réussir.

Related: