background preloader

Vrai ou fake

"Vrai ou Faux" est la plateforme de fact-checking et de debunking de l'ensemble de l'audiovisuel public. Elle rassemble des contenus produits par Arte, l’Institut national de l’audiovisuel, France Médias Monde, France Télévisions, Radio France et TV5 MONDE. Nos journalistes débusquent les erreurs factuelles ou les mensonges des responsables publics et des politiques. Ils décryptent et déconstruisent les rumeurs et les "fake news" (c'est-à-dire les informations mensongères qui sont diffusées dans le but de manipuler ou de tromper le public), qui circulent notamment sur les réseaux sociaux, dans tous les domaines de l'actualité : la santé, le Covid-19, l'environnement, les sciences ou bien l'économie, la politique et le sport. Ils travaillent selon une méthodologie conforme au "code de principes" de l’International fact-checking network (IFCN), un réseau international de médias spécialisés dans la vérification de faits. Related:  analyser les fakes newsDécoder l'information

Les Observateurs - France 24 Fact-checking : comment nous travaillons Débusquer d'éventuelles infox, ce sont des principes de base, une méthode, des outils... mais aussi du bon sens et beaucoup de prudence. Voici un aperçu des techniques que l’équipe d’AFP Factuel emploie au quotidien. Remonter à la source Qu’il s’agisse d’une photo montrant prétendument une femme blessée lors d’une manifestation à Paris, d’une phrase attribuée à un homme politique ou d’un graphique censé montrer l’évolution de la productivité en France, la première étape de la vérification consiste en général à remonter à la source. >> En matière d’images, cela passe par une "recherche inversée", car dans bien des cas les infox reposent sur des images sorties de leur contexte. Pour une photo, deux possibilités : >> Pour les vidéos, nous utilisons au quotidien l’extension InVID/We Verify, co-développée par l’AFP. Là encore, InVid/We Verify peut vous être utile, car il permet d'inverser une image avant de lancer une recherche inversée. Confronter les informations Solliciter les bonnes sources

Bernard Harcourt : "Cette société d'exposition, est une société de servitude volontaire par la séduction" Bernard Harcourt, philosophe et professeur de droit américain publie La société d'exposition, un essai sur les nouvelles formes de surveillance. Notre autre numérique est comme un hologramme de nous même constitué par toutes les traces que nous avons laissés et qui créent un double qui est plus fiable que notre moi analogique. Nous pensons, imaginons ce que nous sommes. La description de cette société de surveillance a quelque chose d'asphyxiant et l’on comprend la posture qui consiste à détourner le regard tant la description de la société d’exposition dont nous avons une conscience encore vague donne le sentiment d’être pris au piège. Toute la nouvelle logique qui circule dans cette société d'exposition consiste à trouver la personne numérique la plus proche de la notre pour nous faire des propositions, pour savoir ce que nous voulons. On donne nos données qui sont une mine d'or aux sociétés et au gouvernements. Il y a un fusionnement de la société, de l'économie et de la politique.

Comment reconnaître une photo truquée ? Les photos truquées pullulent sur Internet et sont parfois d’un réalisme confondant. Heureusement, il est quand même possible de détecter des images fabriquées par intelligence artificielle ou retouchées grâce à quelques indices. Cela vous intéressera aussi Trop mignonne cette photo d’éléphant portant un lionceau dans sa trompe. Image réelle ou image truquée ? Ce cas illustre bien la facilité avec laquelle il est facile de créer une photo truquée, notamment grâce aux logicielslogiciels de retouche. Vérifier la date et le contexte originel de la photo originale Un cas très courant de détournement consiste à reprendre d'anciennes images pour les utiliser dans un contexte totalement différent. Une image trop belle pour être vraie ? Les sites Internet de voyage et les réseaux sociauxréseaux sociaux regorgent de paysages paradisiaques soi-disant « méconnus ». Photo truquée : des incohérences dans les arrière-plans ou les visages Ne pas se fier au nombre de partages

Les fausses nouvelles. Une exposition pédagogique pour aborder fake news et autres infox Article mis à jour le 15 juin 2020 par Fidel Navamuel Histoires de fausses nouvelles, c’est le titre d’une salutaire exposition pédagogique proposée par le service de l’éducation artistique et culturelle de la BNF en partenariat avec le CLEMI. Excellente initiative qui a le mérite de remettre dans un contexte historique ce phénomène de fake news dont on parle tant. À travers des documents historiques, l’exposition de la BNF offre des pistes de réflexion utiles pour permettre la discussion et cultiver le doute nécessaire face aux sources de l’information à l’ère du numérique. 11 affiches à télécharger pour aborder les fake news avec les jeunes Les documentalistes de la BNF ont réalisé un travail formidable sous la forme d’affiches mises à disposition gratuitement sur le site de la bibliothèque. Désinformation, mensonge, canular, propagande… les créations de la BNF balaient de manière quasi exhaustive les différentes formes que prennent depuis toujours les fausses informations.

Comment trouver la source d'une image | La recherche d'image inversée Parfois, on trouve sur le web l’image parfaite pour illustrer notre article… mais problème, on ne sait pas d’où elle provient et on ne sait pas si elle existe en plus grand ou pas ! Je vais vous montrer dans cet article comment il est possible de retrouver la source d’une image en faisant une recherche d’image inversée. La méthode peut également servir à identifier qui utilise vos photos (sont-elles reprises sur d’autres sites ?), à trouver des versions grand format d’une photo, à détecter toutes les images réalisées à partir d’une photo… TinEye, l’outil le plus complet pour trouver la source d’une image TinEye est un moteur de recherche spécialisé dans les images. TinEye fonctionne comme un détecteur, qui « scanne » l’image fournie et reconnaît toutes les images identiques, même si elles ont été découpées dans la photo d’origine. Fonctionnement de TinEye J’ai trouvé l’image ci-dessous sur un site de partage d’images, Flickr. La recherche inversée sur Google Images Marlène Hello !

Fake news : « On ne sait pas très bien comment mesurer leurs effets » | la revue des médias Cet entretien a été réalisé le 20 mars 2019 dans le cadre du colloque « Les démocraties à l’épreuve des infox » organisé conjointement par l’INA et la BNF. Dominique Cardon est directeur du Médialab de Sciences Po. En faisons nous trop sur les effets des fake news ? Dominique Cardon : La question des fake news est essentielle aujourd'hui : on voit bien les signes d'inquiétude, de multiplication des informations et de mise en visibilité très forte, il est donc important d'y prêter attention. Il est très important de s'en occuper, d'en comprendre les mécanismes, d'en identifier les producteurs, cela me semble essentiel, et notamment parce que nous savons qu'il y a toute une série de productions industrielles (ou idéologiques) et organisées, et d’une certaine manière, il faut arriver à détecter les gens qui les fabriquent pour en donner la source. Là-dessus je pense qu'il y a vraiment un enjeu important pour la recherche, pour les citoyens. Dominique Cardon : Non.

Comment mieux repérer de fausses photos et vidéos Une vidéo de l’aéroport de Bruxelles circule… Alors qu’elle avait déjà illustré des attentats à Moscou en 2011, une autre de l’explosion dans le métro… avait déjà en fait été utilisée pour l’attentat de Minsk en 2011. Etonnant ? Hélas non. La recherche inversée sur Google Cette fonctionnalité de Google Images permet de retrouver des images similaires à la photo en question. Par exemple, cette photo supposée montrer l’explosion à l’aéroport de Bruxelles. #Breaking: Been a ' huge ' explosion at #Brussels Airport --- smoke rising from building + airport on lockdown pic.twitter.com/MYsBt0kME0 — Raven*H⚓️U*Wolf (@RavenHUWolf) 22 mars 2016 Les résultats de la recherche inversée affiche le titre de l’image «nasa rocket explosion» et laissent peu de doutes quant à l’origine du cliché. D’autres outils, TinEye par exemple ou les extensions RevEye Reverse Image Search ou Fast Image Research, proposent la même fonctionnalité. YouTube Data viewer C’est d’ailleurs le cas. Les bonnes questions à se poser

"Les sondages, ils font rien qu'à nous manipuler" Billet également publié sur le site de YouGov Alors que le débat sur le mariage pour tous continue d'occuper l'opinion, une précision sur les sondages s'impose. Sur des sujets aussi brulants et qui divisent autant, il est plus que jamais essentiel de produire des données fiables, et non partisanes, conscients que chacun des acteurs voit dans les sondages et leur évolution une forme de validation. C'est d'autant plus vrai que le débat sur le mariage pour tous est essentiellement une question de choix : les analyses techniques y ont un poids bien moins important que dans les débats économiques : ici la véritable question est celle du choix. A première vue, les sondages peuvent parfois apparaitre contradictoires, et on a vite fait de crier à la manipulation de l'opinion. L'avantage ceci dit, reste que dans une situation aussi polarisée, on fait toujours plaisir à un camp, quoiqu'on dise. Venons-en aux faits. Lorsqu'on ne pose pas la même question, on n'a pas la même réponse.

Typologie de la fausse information - LeWebPédagogique - Qu’est-ce qu’une fake news ? Faut-il employer le terme de fake news pour parler de fausse information ? L’expression, popularisée par Donald Trump dans plus de 200 tweets, est souvent utilisée à mauvais escient, de façon générique comme « passe-partout ». Elle peut renvoyer ainsi à différents types d’informations trompeuses : À cette typologie non exhaustive, on peut ajouter les fausses attributions d’images, de vidéos ou de citations, les contrefaçons de comptes Facebook ou Twitter, les contenus trompeurs en fonction du titre et de la légende[5] ou encore les contenus trafiqués avec les modifications de statistiques, de graphiques, d’images ou de vidéos[6]. La conscience ou non de diffuser une fausse information est aussi une donnée à prendre en considération. Pour traduire l’expression chère à Donald Trump et clarifier par la même occasion son sens, le terme « infox » a été choisi par la Commission d’enrichissement de la langue française. Les fausses informations et les élèves

Qu’est ce qu’une source Un projet immobilier est en construction au Sud de Troupaumé. Leonard est au courant de tout ce qu’il y aura : un centre commercial, une salle de sport, un cinéma, etc. Il a une bonne source : son oncle travaille à la mairie et lui raconte plein de choses. Mais il y a autre chose que son oncle lui cache : les commerçants du centre ville qui craignent de perdre leurs clients… Une source c’est indispensable pour avoir des informations, mais elle défend des intérêts. Il faut varier les sources… Pour aller plus loin : le Scoop-it!

Déconstruire la désinformation et les théories conspirationnistes L'apport de l'Education aux médias et à l'information (EMI) et de l'esprit critique L’éducation aux médias et à l’information met l’accent sur la capacité des élèves à analyser l’information et la source dont elle émane. Le programme pour le cycle 4 cite comme première compétence de l’EMI « Une connaissance critique de l’environnement informationnel et documentaire du XXIème siècle. » Outils pour l'école, le collège et le lycée Dans le premier degré Pour le premier degré, la vidéo Vinz et Lou « La vérité ne sort pas toujours de la bouche d'internet » permet, sans traiter directement de la rumeur, de lancer le débat avec les élèves sur la manière dont ils vérifient les faits et croisent les informations. Toujours dans le premier degré, le site de l'IEN de Cluses (académie de Grenoble) met en ligne le travail de Rose-Marie Farinella qui fait passer à ses élèves un diplôme d'apprenti hoaxbuster à travers une séquence du 8 séances. Pour le collège et le lycée Réagir face aux théories du complot

Décodex : qu’est-ce qu’une information ? Les médias et les journalistes ne sont plus les seuls à disposer de moyens efficaces pour relayer des messages – il suffit de penser à tous ceux postés en permanence sur des réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et Snapchat. Mais cette multiplication d’affirmations en tout genre, provenant de sources variées, pose une question simple dont la réponse est moins évidente qu’il n’y paraît : qu’est-ce qu’une information ? Le mot en lui-même, dans son sens médiatique, désigne des faits portés à la connaissance d’un public. 1. Une histoire de la vie courante comme « j’ai promené mon chien ce matin » ou « regardez la réaction de cette petite fille face à son cadeau de Noël » peut être intéressante ou attendrissante, mais elle relève de l’anecdote. 2. Une information n’est pas un avis. 3. Une rumeur se fonde sur des « on dit que… », sans que l’on puisse savoir ce qu’il en est vraiment ou en connaître la source. Les Décodeurs

Fake news / Complotisme - CLEMI Fiche info (2018) Des fake news aux multiples facettes Cette expression anglo-saxonne galvaudée recoupe en fait des situations bien différentes. tour d’horizon des différents types de fausses informations qui circulent, du simple canular à la désinformation volontaire. À consulter ici Fiche pédagogique - Cycle 4 / Lycée (2020) Évaluer l’information Face à l’amplification des désordres informationnels sur le web, savoir évaluer la qualité et la pertinence d’une information, mais aussi la valeur d’une source, sa fiabilité, la crédibilité de son auteur sont des compétences essentielles. À consulter ici Module vidéo Déclic’ Critique (2017) Comment vérifier l'authenticité d’une vidéo publiée sur les réseaux sociaux ? Sur les réseaux sociaux, des vidéos contenant de fausses informations circulent et sont parfois relayées par les élèves. À consulter ici Fiche conseil Réagir face au complotisme, en classe (Karen Prévost-Sorbe, CLEMI Orléans-Tours) À consulter ici

Related: