background preloader

Les neuromythes en éducation

Les neuromythes en éducation
Un neuromythe est une croyance erronée sur le fonctionnement du cerveau. De récentes études ont mis en évidence que plusieurs de ces neuromythes sont répandus en éducation, particulièrement dans la population enseignante. Shutterstock / NLshop Jérémie Blanchette Sarrasin, étudiante à la maîtrise en éducation à l’UQAM, et son directeur Steve Masson, professeur à la Faculté des sciences de l’éducation à l’UQAM, présentent dans cet article les quatre neuromythes les plus fréquents en éducation. Un exemple de neuromythe bien connu est de croire que nous n’utilisons que 10 % de notre cerveau. Les styles d’apprentissage La dominance hémisphérique Mythe : Les différences sur le plan de la dominance hémisphérique (cerveau gauche, cerveau droit) expliqueraient les différences entre les apprenants. [Apprentissage : le cerveau est comme une forêt!] Les exercices de coordination Les intelligences multiples Pour en savoir plus [Consulter l’article] Référence : Blanchette Sarrasin, J. et Masson, S. (2017).

http://rire.ctreq.qc.ca/2018/01/neuromythes-education/

Related:  cerveau et cognitionMéthodologie | PédagogieApprendre à apprendre Neurosciencesapprentissage et cognitionapprentissage

Développer la métacognition avec l’approche « Arrête, observe et agis » Ajouter aux Favoris À partir de quatre exemples d'élèves, cet article établit différents liens avec une approche qui comprend les cinq stratégies suivantes : Manipuler consciemment l’informationCombattre le chaud par le froidMettre l’inhibition en alerte« Arrête, observe et agis »Enseigner explicitement la métacognition Cette approche a été présentée dans le webinaire « Arrête, observe et agis : construire la métacognition au quotidien » par Alain Caron, et elle repose principalement sur cinq champs d’intervention validée : l’enseignement explicite,la réponse à l’intervention (RAI) [ou la démarche par étapes],les fonctions exécutives,la neuroéducation,et le système 1, le système 2 et le système 3.

Prendre des notes à la main est plus efficace qu'au clavier De plus en plus, les tablettes, claviers et smartphones prennent la place du stylo et du calepin pour prendre des notes, que ce soit en cours, en réunion professionnelle ou lors de conférences. Au point qu’aux Etats-Unis, 45 états sur 50 ont abandonné l’apprentissage de l’écriture manuscrite pour engager les enfants sur la voie du tout numérique. Ce choix pourrait bien être le mauvais. Nous pourrions avoir sous-estimé la puissance de la main et de ses connexions avec la pensée.

Quelques mythes dans la recherche en éducation - ESPE Ce document s’intéresse à certains mythes, c’est-à-dire, des propositions très répandues expliquant des phénomènes liés à l’éducation (sur l’enseignement, l’apprentissage), mais qui ne reposent pas (ou plus, ou pas encore) sur des résultats de la recherche suffisamment valides. Les styles d’apprentissage Nous différons tous les uns des autres. Nous aimons donc certaines couleurs, aliments, certaines musiques, certains livres, certains contenus à apprendre, et pas d’autres [Kirschner, 2017]. De cette évidence, certains ont pu inférer que, pour apprendre, d’une part, on préférerait apprendre par des voies sensorielles qui nous seraient privilégiées (audition, vision, kinesthésie) et que, d’autre part, les enseignants pourraient nous faire découvrir lesquelles, et se servir de ces préférences pour nous faire mieux apprendre. Les intelligences multiples

Autoformation et numérique Le numérique accroit les opportunités de développer une culture d’apprenance. L’autoformation se produit à chaque fois qu’un individu prend l’initiative d’apprendre par lui-même. Ce phénomène renvoie à l’image d’Epinal de l’autodidacte qui se façonne lui-même à la force du poignet, de longues heures passées à apprendre dans des temps solitaire et obscurs. Pour l’école et les résultats scolaires, les neurosciences feront-elles le printemps ? L’automne n’est décidément pas une bonne saison pour l’École française. Les enquêtes PISA apportent régulièrement leur lot de nouvelles préoccupantes sur les performances en mathématiques des élèves de 15 ans. Pour ce qui concerne la lecture, les résultats de l’enquête Pirls (Programme international de recherche en lecture scolaire, touchant les écoliers de CM1) n’étaient pas très bons en 2012 (cf. Le Monde du 13/12/2012). Ceux de 2017 sont encore plus mauvais, au point de déclencher une prise de parole quasi immédiate du ministre de l’Éducation nationale.

Un tableau pour comprendre les comportements inappropriés des enfants Je vous propose un tableau pour comprendre les comportements inappropriés des enfants, basés sur l’approche de la discipline positive. Savoir identifier l’objectif caché derrière le comportement inapproprié d’un enfant peut se révéler utile pour en comprendre les causes et y répondre au mieux. La discipline positive parle d’objectifs mirages, au nombre de quatre. Les objectifs mirages sont des buts vers lesquels les enfants tendent inconsciemment quand ils se sentent découragés.

Neurosciences : 15 neuromythes toujours prégnants en pédagogie Crédit illustration : freepik.com 1. On a une bonne ou une mauvaise mémoire Modifier les apprentissages au 21e siècle En 2015, l’UNESCO a effectué trois études sur l’apprentissage au 21e siècle. Basée sur une revue exhaustive de la littérature scientifique, la première de ces études porte sur les raisons pour lesquelles une réforme de l’enseignement et du contenu enseigné serait souhaitable. Voici ce qu’on peut en retenir. par Anne-Marie Grondin Dans l’étude qu’elle a rédigée, Cynthia Luna Scott insiste sur le fait qu’on doit redéfinir la finalité de l’école afin de mieux adapter les compétences à évaluer et les méthodes à utiliser.

Demain, je ne procrastinerai plus ! Cette chronique est dans la droite ligne et se nourrit des recherches et rencontres publiées sur mon site Les cahiers de l’imaginaire. C’est le premier article de l’année ! J’ai mis du temps à faire une pause pendant les fêtes tant j’avais des retards à rattraper. Du coup, je ne suis pas très empressée de reprendre le travail. J’ai un peu la flemme. Et pourtant, il y a encore ces dossiers à terminer et ces beaux projets à entreprendre. Cartographie des courants pédagogiques Dans le cadre de notre activité d’enseignant ou de formateur nous sommes amenés à développer des stratégies d’apprentissage et à les adapter en fonction de nos apprenants et objectifs de formation. Dans chacune de ces stratégies ou courants pédagogiques il est possible de puiser des idées pour ensuite améliorer notre pratique et diversifier la transmission du savoir. Je vous propose donc de revoir ces courants pédagogiques sous forme de carte mentale. Cette heuristique que j’ai réalisé synthétise les grands courants qui ont traversé notre société (le constructivisme, le cognitivisme, la transmission, le béhaviorisme, le Socio-constructivisme ). Les différentes branches de cette carte présentent :

La taxonomie de Bloom pour les concepteurs e-learning Les objectifs pédagogiques sont au cœur du processus de conception pédagogique, et à juste titre : sans eux, comment savoir quel contenu et quelles activités inclure dans nos modules ? Malheureusement, le plus souvent, les objectifs pédagogiques ne sont pas clairement définis, il est donc difficile de savoir s’ils ont été remplis. C’est ici que la taxonomie de Bloom peut vous aider ! Ce système de classification a été spécifiquement conçu pour aider les formateurs et les concepteurs pédagogiques à définir clairement les objectifs pédagogiques et à créer des modules répondant aux besoins des apprenants. Examinons de plus près comment ce principe de conception pédagogique s’applique au e-learning. Qu’est-ce que la taxonomie de Bloom ?

Vers une société apprenante Depuis un bon moment, les chercheurs soulignent l’urgence de réfléchir aux conditions et aux compétences qui vont permettre aux élèves, aux individus et aux organisations de s’adapter aux nombreux changements qui guettent nos sociétés. Plusieurs prônent que la création d’une « société apprenante au sein de laquelle chacun a appris à apprendre pour progresser tout au long de sa vie, professionnelle et citoyenne » demeure un vecteur essentiel à notre adaptation vis-à-vis des défis du 21e siècle. Pour alimenter la réflexion concernant la création d’une telle société, François Taddei, Catherine Becchetti-Bizot et Guillaume Houzel ont publié le rapport Vers une société apprenante. Savoir - CTREQ Objectif : Fournir une vue d’ensemble de ce que dit la littérature scientifique des cinq dernières années et les références incontournables de plus de cinq ans ainsi que les savoirs d’expérience sur la dynamique de travail de l’équipe enseignant et ressources additionnelles au préscolaire, au primaire et au secondaire. Pertinence : Comme annoncé dans le budget 2017 et explicité dans le document Un plan pour la réussite, de la petite enfance et tout au long de la vie, des ressources additionnelles, en classe et dans l’établissement, seront déployées au cours des cinq prochaines années. Elles appuieront les interventions de l’enseignant du préscolaire, du primaire et du secondaire. Cet ajout d’effectifs, au nombre de 7 200 d’ici cinq ans, permettra ainsi d’agir immédiatement sur les difficultés dépistées auprès des apprenants en repérant très tôt les élèves ayant des besoins particuliers et en évaluant leurs besoins.

Neurosciences et métacognition - Jeux mathématiques à Bruxelles Jeux mathématiques à Bruxelles Partageons le plaisir de faire des mathématiques ! ↑ Revenir à Liens généraux Neurosciences et métacognition Voir aussi la page « Méthodes de travail – apprentissage » Actualités :

Related: