background preloader

Tpechine

Facebook Twitter

Chine - Exportations de biens et services (% du PIB) Définition.

Chine - Exportations de biens et services (% du PIB)

Les exportations de biens et services regroupent la valeur de l'ensemble de biens et services destinés à l'étranger. Cette donnée inclut la valeur des marchandises, du frêt, des assurances, transports, etc. Étant exprimées en pourcentage du PIB, on peut mieux comprendre la part des exportations dans l'économie de ce pays. Source. La Banque Mondiale Autres statistiques pertinentes sur le même thème [Chine] Exportations de biens et services (% du PIB) Pour l'ensemble de la période 1960-2014, on enregistre une moyenne annuelle de 13,66.

C'est en 2006 qu'on enregistre le plus haut niveau (35,65) et c'est en 1970 qu'on enregistre le plus bas niveau (2,52). La croissance chinoise au plus bas depuis 25 ans. La croissance chinoise au plus bas depuis 24 ans. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Harold Thibault (Shanghaï, correspondance) A 7,4 %, la croissance chinoise a ralenti en 2014, et a atteint son rythme de progression annuelle le plus faible depuis 1990.

La croissance chinoise au plus bas depuis 24 ans

La République populaire manque de peu l'objectif qu'avait fixé le gouvernement chinois, une progression de 7,5 % de son PIB, une première, là aussi, depuis seize ans. En comparaison, l'économie chinoise avait progressé de 7,7 % en 2013. Au printemps 2014, les dirigeants chinois avaient pris soin de faire précéder pour la première fois leur objectif de la mention « zuoyou », c'est-à-dire « environ », déjà conscients du risque politique qui planait sur leur capacité à atteindre cette cible. Lire aussi : Le Fonds monétaire international reste pessimiste sur la croissance mondiale. Chine : les importations s'effondrent, l'excédent commercial explose. « Les marchés ont peur d’une nouvelle faiblesse de l’économie chinoise » LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Brice Pedroletti (Pékin, correspondant) L’inquiétant plongeon des places chinoises se poursuit.

« Les marchés ont peur d’une nouvelle faiblesse de l’économie chinoise »

Trois questions pour comprendre l’effondrement de la Bourse chinoise et des marchés mondiaux. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé.

Trois questions pour comprendre l’effondrement de la Bourse chinoise et des marchés mondiaux

Chine : derrière le plongeon des marchés, la crise de l’économie réelle. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Claire Guélaud L’économie mondiale peut-elle résister à la crise chinoise, à l’effondrement du prix des matières premières et au plongeon des Bourses ?

Chine : derrière le plongeon des marchés, la crise de l’économie réelle

Ou faut-il croire Jacques Attali, qui voit poindre une « dépression planétaire » ? Vendredi 21 août, l’annonce d’une contraction marquée de l’activité manufacturière en Chine – la plus forte depuis 2009 – a ravivé les craintes sur l’état réel de la deuxième économie mondiale et prolongé le blues des marchés. En une semaine, le Dow Jones plonge de 5,8 % et le CAC 40 de 6,57 %. Et ce ne sont pas quelques enquêtes conjoncturelles pas si mauvaises sur la zone euro qui suffiront à les rasséréner.

La croissance s’est faite rare et faible. La crise chinoise vue par les économistes. Libéralisation de son économie, relance de sa croissance?

La crise chinoise vue par les économistes

Certains analystes relativisent l’événement et le risque de relance de la « guerre des monnaies », pour d’autres, la Chine est un facteur de risque majeur pour l’économie mondiale. - La Chine face à la « stagnation séculaire », par Andrew Sheng et Xiao Geng. Pour les économistes à l’Asia Global Institute de l’université de Hongkong , le retour de la confiance dans l’économie chinoise passe par la poursuite des réformes. - Chine: la fête est finie, par Arturo Bris.

La Chine intensifie les mesures prises pour stimuler la consommation. La Chine va faire des plans de relance pour relancer sa croissance.

La Chine intensifie les mesures prises pour stimuler la consommation

Pour relancer sa croissance la Chine va augmenter et gonfler sa demande intérieure, car côté demande extérieure apparemment ce n’est pas l’extase. Et au fait, c’est qui qui fait la demande extérieure de la Chine? Oui, bravo, c’est ça, l’Europe et les Etats-Unis. Charles SANNAT. Chine : Le défi de la consommation intérieure. Par les temps qui courent, on se contente de peu.

Chine : Le défi de la consommation intérieure

La Chine se satisfera donc de 6 %. La croissance chinoise a, en effet, bien ralenti durant les trois premiers mois de l’année. S’il fallait un argument pour finir d’enterrer la théorie du découplage, le directeur des prévisions économiques du Centre d’information d’Etat chinois l’a donné sans sourciller la semaine dernière. Un PIB trimestriel en hausse de seulement 6 %, voilà qui serait le taux de croissance le plus faible depuis 1992, date de la création de cet indicateur.

Pour l’année en cours, le PIB chinois devrait croître de 5 à 8 %, selon les estimations. Ce n’est pas le seul chiffre en berne. Ces données sur le commerce chinois sont révélatrices de la situation du pays : il n’est pas immunisé contre la crise. Face à l'essoufflement de l'économie, Pékin prépare un plan de relance.

INFOGRAPHIE - La consommation peine à prendre le relais des exportations comme moteur de la croissance.

Face à l'essoufflement de l'économie, Pékin prépare un plan de relance

Pékin s'apprête à dégainer de nouveau l'artillerie lourde pour enrayer le ralentissement plus fort que prévu de sa machine économique. Un chiffre, publié lundi, symbolise cet essoufflement de la Chine: les ventes de voitures ont reculé de 0,5 % en avril, sur un an. Les autorités chinoises préparent un nouveau plan de relance basé sur les vieilles recettes de l'investissement massif et des incitations fiscales afin de sauver son objectif de croissance annuel de 7 %, déjà en péril, selon l'agence Reuters.

Des mesures traditionnelles de dopage en porte-à-faux avec les ambitions de réforme et de montée en gamme de la seconde économie mondiale espérée par le président Xi Jinping et le premier ministre Li Keqiang, à leur arrivée au pouvoir en 2013. L'heure est jugée suffisamment grave au politburo, qui a annoncé des «ajustements» politiques lors d'une réunion fin avril.