background preloader

AXE 1

Facebook Twitter

Sylvie Thénault : sur la guerre d’Algérie, « parler de “réconciliation” n’a pas de sens » Tribune.

Sylvie Thénault : sur la guerre d’Algérie, « parler de “réconciliation” n’a pas de sens »

La commande à Benjamin Stora du rapport sur « les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie » repose sur un présupposé : la « guerre d’Algérie » serait l’objet d’une « guerre des mémoires » qu’une « réconciliation » franco-algérienne devrait apaiser. Il y aurait donc une fracture dans l’approche de ce passé, opposant Français et Algériens. Ce n’est pas ce que raconte l’histoire de la guerre. En Algérie comme en France, les sociétés ont connu des clivages profonds, parfois violents, qui ont transcendé les appartenances nationales.

Cette guerre n’a pas mis en présence des Français et des Algériens unis face à face, ni incapables de converger. Article réservé à nos abonnés Lire aussi France-Algérie : la difficile quête d’une réconciliation des mémoires Ce n’est pas non plus ainsi que les mémoires individuelles se sont construites. Les affrontements ont le politique pour champ de bataille. “Rapport Stora : la repentance est-elle un piège politique ?”

Benjamin Stora a remis mardi 19 janvier un rapport qui vise à réconcilier « les mémoires de la colonisation et de la guerre d’Algérie» à Emmanuel Macron qui en a fait un enjeu important de son quinquennat.

“Rapport Stora : la repentance est-elle un piège politique ?”

Mais, comme on vient de l’entendre avec les différents présidents français depuis Jacques Chirac auxquels répondaient ici les présidents algériens Abdelaziz Bouteflika et Abdelmadjid Tebboune, la démarche est ancienne, et bute sur la question des excuses et de la repentance. Fort de plusieurs décennies de travaux sur ce sujet qu’il a mis à l’agenda du débat public dès 1991 avec son livre La Gangrène et l'Oubli, Benjamin Stora en connait tous les pièges, et tente dans ce rapport de les déjouer.

Car, dit-il c’est une mémoire complexe, instrumentalisée, « communautarisée » et qui ouvre à beaucoup de « fantasmes ». On comprend bien qu’il est alors très difficile de s’extraire de la question des excuses. A qui s'adresse les excuses ? France-Algérie : réconcilier les mémoires. Editorial du « Monde ».

France-Algérie : réconcilier les mémoires

Près de six décennies après son dénouement, la guerre d’Algérie continue d’empoisonner à la fois les relations de Paris avec son ancienne colonie et le vivre-ensemble, dans une France où cohabitent ses anciens protagonistes et leurs descendants. A l’amnésie et au refoulement français a succédé une profusion de témoignages oraux ou écrits. Mais, dans un pays dont 7 millions d’habitants (pieds-noirs, harkis, appelés, immigrés) sont liés personnellement ou familialement au drame de cette décolonisation, les mémoires cloisonnées n’ont cessé de se concurrencer, parfois de s’affronter. En Algérie, au contraire, le régime a saturé l’espace d’un récit guerrier glorieux propre à masquer les conflits entre Algériens, à asseoir un récit national et à légitimer son autoritarisme. « La bataille pour la reconnaissance du massacre du 17 octobre 1961 continue »

A l’heure du 56e anniversaire du massacre du 17 octobre 1961, vingt ans après la retentissante déposition de Jean-Luc Einaudi au procès de Maurice Papon à Bordeaux, où en sommes-nous de la reconnaissance politique qu’on est en droit d’attendre d’un crime d’Etat très longtemps nié et occulté ?

« La bataille pour la reconnaissance du massacre du 17 octobre 1961 continue »

La négation du massacre ce jour-là d’une centaine au moins de manifestants pacifiques n’a plus cours que dans les bas-fonds de la « fachosphère » Bien sûr, le pogrom anti-algérien commis par la police parisienne le 17 octobre 1961 à Paris n’est plus occulté. Il y a maintenant vingt ans au moins qu’il est véritablement sorti de la sorte de clandestinité mémorielle dans laquelle il avait été maintenu.

Depuis son livre La Bataille de Paris (1991), d’autres historiens ont travaillé. Aujourd’hui, les faits, pour l’essentiel, sont établis. Emmanuel Macron confie à l’historien Benjamin Stora une mission sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie » Emmanuel Macron a reçu, vendredi 24 juillet, l’historien Benjamin Stora et lui a confié une mission sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie », en vue de favoriser « la réconciliation entre les peuples français et algérien », a annoncé l’Elysée.

Emmanuel Macron confie à l’historien Benjamin Stora une mission sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie »

Cette mission, dont les conclusions sont attendues à la fin de l’année, « permettra de dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie, ainsi que du regard porté sur ces enjeux de part et d’autre de la Méditerranée », a expliqué la présidence. Lire l’analyse : Emmanuel Macron fait de la guerre d’Algérie le défi mémoriel de son quinquennat Dans une démarche parallèle, le président algérien Abdelmadjid Tebboune avait annoncé, dimanche, avoir nommé le docteur Abdelmadjid Chikhi, directeur général du centre national des archives algériennes, pour mener un travail de « vérité » sur les questions mémorielles entre les deux pays. « Paix des mémoires » Stanislas Jeannesson - Origines de la Première Guerre mondiale : enjeux d'un débat historiographique.

Les causes de la Première Guerre Mondiale. Par Georges Brun Publié le 20 mai 2015 « … Elle était merveilleuse, cette vague tonique qui, de tous les rivages de l'Europe, battait contre nos cœurs.

Les causes de la Première Guerre Mondiale

Mais ce qui nous rendait si heureux recelait en même temps un danger que nous ne soupçonnions pas. « De Gaulle, ce traître » : la rancœur tenace des partisans de l’Algérie française. Ils n’aiment pas de Gaulle.

« De Gaulle, ce traître » : la rancœur tenace des partisans de l’Algérie française

D’ailleurs, ils disent toujours « de Gaulle » tout court. Pour eux, il n’y a pas de « Charles » ni de « général » qui tiennent. Quant au concert de louanges qui a salué en cette année 2020 trois événements marquants le concernant : sa naissance en 1890, l’appel de 1940 et sa disparition en 1970, il leur est insupportable. « Une boussole pour notre pays », a rappelé la droite, « l’un des grands serviteurs de la France », a renchéri la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, dont le parti a longtemps combattu la mémoire, lui préférant Philippe Pétain. Même l’antigaullisme de gauche, incarné par Pierre Mendès France, François Mitterrand ou Régis Debray, a disparu. En juin 2016, François Hollande n’est-il pas allé se recueillir à Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne), une première pour un président socialiste ?

Guerre d'Algérie : Macron relance le débat mémoriel. INFO LE FIGARO - Le président, qui a reconnu l'implication de la France dans la mort de Maurice Audin, va bientôt faire un geste en faveur des harkis.

Guerre d'Algérie : Macron relance le débat mémoriel

Le dossier était dans les cartons depuis plusieurs mois. Il est désormais sur la table. Jeudi, Emmanuel Macron s'est lancé dans le périlleux exercice de «réconciliation des mémoires» qu'il avait annoncé durant sa campagne. 1954 - 1962 : l'histoire de la guerre d'Algérie. Le début de la guerre d'Algérie Volume 90% Press shift question mark to access a list of keyboard shortcuts Play/PauseEspace Augmenter le Volume↑ Diminuer le Volume↓

1954 - 1962 : l'histoire de la guerre d'Algérie

Jamel Debbouze sur la polémique de Hors la loi JT 20h de France2. Organigramme élève. Hors la loi. Les nouvelles thèses sur les causes de la Grande Guerre passionnent l’Allemagne. L’Allemagne a été la grande perdante de la première guerre mondiale.

Les nouvelles thèses sur les causes de la Grande Guerre passionnent l’Allemagne

Battue, contrainte d’accepter en 1919 l’humiliant traité de Versailles, elle dut assumer la responsabilité de la guerre et toutes ses conséquences. En Allemagne, après la rupture de civilisation que fut l’époque nazie, après la Shoah et la guerre d’extermination, après Oradour et Lidice, on a, bien entendu, plus de difficultés avec le souvenir de cette guerre lointaine. Cela vaut aussi pour cette année du centenaire de 1914, où l’Allemagne officielle se montre beaucoup plus réservée. C’est dans la commémoration d’événements comme le débarquement de Normandie en 1944, célébré en commun avec les Américains et les Alliés, que les politiciens allemands se sentent le mieux.

Mais quel est leur rapport avec 1914 ? Que l’Allemagne ne soit pas la seule à porter la responsabilité n’implique pas qu’elle n’en ait pas eu, contrairement à ce qu’affirmaient les apologistes conservateurs jusque dans les années 1970. Les coulisses du Traité de Versailles. Aller au contenu principal Trésors d'archives > Reportage > Les coulisses du Traité de Versailles Trésors d'archivesReportage Les coulisses du Traité de Versailles Le 28 juin 1919, la Galerie des Glaces accueille la signature du Traité de Versailles.

Avec ce webdocumentaire réalisé par le Château de Versailles, entrez dans les coulisses de la préparation de ce jour historique et découvrez, grâce à des archives inédites issues de la BnF et des Archives nationales, comment l'Histoire s'est inscrite entre les murs du château de Versailles. informations. Sylvie Thénault : sur la guerre d’Algérie, « parler de “réconciliation” n’a pas de sens » Les principales préconisations du rapport Stora sur la colonisation et la guerre d'Algérie. Commémorations, reconnaissance par l'État français de sa responsabilité dans la mort d'Ali Boumendjel, panthéonisation de Gisèle Halimi... Dans son rapport remis à Emmanuel Macron, l'historien Benjamin Stora formule une trentaine de recommandations. Près de soixante ans après l'indépendance de l'Algérie, comment sortir de la paralysie mémorielle qui empoisonne la relation franco-algérienne ?

L'historien Benjamin Stora a remis ce mercredi à Emmanuel Macron le rapport commandé en juillet par le chef de l'État. "Le sujet de la colonisation et de la guerre d'Algérie a trop longtemps entravé la construction entre nos deux pays d'un destin commun en Méditerranée", écrivait le président de la République dans la lettre mission adressée au spécialiste de l'histoire contemporaine.

Six mois plus tard, voici les principales préconisations émises par Benjamin Stora dans son rapport. Emmanuel Macron confie à l’historien Benjamin Stora une mission sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie » Les causes de la Première Guerre Mondiale. Stanislas Jeannesson - Origines de la Première Guerre mondiale : enjeux d'un débat historiographique. Controverse sur les causes de la Grande Guerre. Guerre d'Algérie : Macron relance le débat mémoriel. Mémoire algérie 1. 1954 - 1962 : l'histoire de la guerre d'Algérie.

Jamel Debbouze sur la polémique de Hors la loi JT 20h de France2. Organigramme élève. Les nouvelles thèses sur les causes de la Grande Guerre passionnent l’Allemagne. Les coulisses du Traité de Versailles. 7 avril-17 juillet 1994 : retour historique sur le génocide des Tutsi au Rwanda - Les actualités de l'École des lettresLes actualités de l'École des lettres. Depuis longtemps organisé et souverain, le Rwanda devient une colonie allemande après la Conférence de Berlin qui s’est tenue de novembre 1884 à février 1885 pour organiser la conquête de l’Afrique par les grandes puissances européennes. Pendant la Première Guerre mondiale, le pays passera aux mains de la Belgique et ce jusqu’en 1962, lorsqu’à la suite de la « révolution sociale » de 1959 des milliers de Tutsi prennent le chemin de l’exil et s’établissent dans les pays limitrophes du Burundi, du Congo, de la Tanzanie et de l’Ouganda. Les théories raciales au cœur de la conquête coloniale Durant la colonisation, les Belges se sont surtout appuyés sur les Tutsi au détriment des Hutu et des Twa, leur offrant les postes les plus en vue de l’administration indigène et auprès des administrateurs coloniaux.

Cette préférence a largement nourri la haine des Hutu envers les Tutsi. Caricature de Draner (1833-1926) dans « L’Illustration » du 3 janvier 1885. Mémoire Jalon 1 PPTX. Mémoire Jalon 1 PPTX. Guerre d'Algérie : Macron relance le débat mémoriel. Les coulisses du Traité de Versailles. Jamel Debbouze sur la polémique de Hors la loi JT 20h de France2. Mémoire algérie 1. Les coulisses du Traité de Versailles. 1954 - 1962 : l'histoire de la guerre d'Algérie. Emmanuel Macron confie à l’historien Benjamin Stora une mission sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie » La guerre d'indépendance algérienne : une histoire renouvelée - S. Thénault. Valorisation des mémoires de la guerre d’Algérie - G. Pervillé. L’État français vient d’être condamné pour la traite "indigne" des harkis sur son sol. Cet article date de plus de deux ans. Publié le 05/10/2018 14:57 Mis à jour le 05/10/2018 15:20.

Guerre d’indépendance : des mémoires multiples... et concurrentes ? - Ép. 3/4 - Algérie, naissance d'une nation. 1958-2019. A l'image de bien d'autres mémoires de conflits armés, la mémoire de la guerre d'indépendance se révèle depuis bientôt 60 ans rétive aux tentatives du pouvoir algérien pour la corseter, l'enfermer dans un récit national univoque. La Fabrique analyse ce feuilletage complexe des mémoires... Emmanuel Laurentin et Séverine Liatard s'entretiennent avec Emmanuel Alcaraz, auteur de Les lieux de mémoire de la guerre d’indépendance (Karthala), Karima Dirèche, historienne, directrice de l'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain de Tunis et Nedjib Sidi Moussa, sociologue, auteur de Algérie, une autre histoire de l’indépendance (PUF).

Emmanuel Alcaraz : On assiste en effet à une réappropriation d'une mémoire dont le pouvoir revendiquait jusque-là le monopole. On a vu par exemple des étudiants déposer des post-it sur la stèle dédiée à Maurice Audin, militant communiste et anti-colonial français. Musiques diffusées Diaz, La bataille d'Alger (2016)Choeur du FLN, Nostra Algeria (1962) Controverse sur les causes de la Grande Guerre. Stanislas Jeannesson - Origines de la Première Guerre mondiale : enjeux d'un débat historiographique. Les causes de la Première Guerre Mondiale.

Stanislas Jeannesson - Origines de la Première Guerre mondiale : enjeux d'un débat historiographique.