background preloader

Démocratie et réseaux sociaux

Facebook Twitter

Réseaux sociaux et démocratie (Anouk, Manon et Marine) Démocratie et réseau sociaux. Pourquoi Les Réseaux Sociaux Mettent En Danger La Démocratie. Pourquoi Les Réseaux Sociaux Mettent En Danger La Démocratie.

Démocratie et réseaux sociaux : quel impact de la prise de parole en ligne ? - Les clés du numérique.

Mouvement des sardines

Le mouvement des sardines. Deepfakes. Les réseaux sociaux comme facteur de développement de la démocratie : mythe ou réalité ? | La e-réputation vue par Influenceurs du web. L’avènement d’Internet à la fin du XXe siècle est empreint d’un discours de déterminisme technologique : la technique va bouleverser la société dans laquelle nous vivons. Plus encore, le web aurait des vertus démocratiques : plus de transparence, facilitation du débat, capacité à interagir et à communiquer plus rapidement, voilà quelques-uns des arguments avancés. Mais qu’en est-il réellement ? Promesses et espoirs du développement numérique Les nouvelles technologies promesse d’un monde meilleur ou métaphores hollywoodiennes ? Les promesses d’un monde meilleur relayées par les médias accompagnent les nouvelles technologies et alimentent les discours politiques. La chute du mur de Berlin (1989), la crise économique des subprimes de 2008 outre-Atlantique, et plus récemment les crises migratoires vont changer le tissu économique et social des démocraties représentatives.

Le développement du numérique est présenté comme le Graal qui va résorber le chômage et augmenter le pouvoir d’achat. Les réseaux sociaux comme facteur de développement de la démocratie : mythe ou réalité ? | La e-réputation vue par Influenceurs du web. Italie : le mouvement des «sardines» fait tâche d'huile. Qu'est-ce que le «mouvement des sardines», qui se lève en Italie ? Après avoir rempli les places de Florence, Bologne ou encore Modène, dans le nord de l'Italie, le mouvement spontané des «sardines», contre La Ligue de Matteo Salvini, a appelé à une grande manifestation contre l'extrême droite ce samedi 14 décembre à Rome. Fondé par quatre jeunes inconnus indignés par la ligne politique de Matteo Salvini faite, selon eux, de haine et d'exclusion, le mouvement a opéré à plusieurs reprises dans les villes où le leader souverainiste réunissait ses supporters.

«Nous pensons que les idées diffusées par la Ligue sont inacceptables», affirme Paolo Ranzani, un photographe qui milite pour le mouvement. Entonnant à l'envi l'hymne des antifascistes «Bella Ciao», le mouvement apolitique a notamment protesté à Modène contre la campagne de Matteo Salvini pour s'emparer de la riche région d'Emilie-Romagne, bastion de la gauche, lors de l'élection régionale du 26 janvier. «L'archipel des sardines»