background preloader

Energetique

Facebook Twitter

Baromètre 2019. Quelles conséquences sanitaires pour les catastrophes nucléaires ? Morts directs, irradiés sur le "pont de la mort" à Tchernobyl en contemplant le spectacle de l'explosion du dôme, abandons de logement, nuage qui s'arrête aux frontières de l'Europe, contamination des sols, des animaux...

Quelles conséquences sanitaires pour les catastrophes nucléaires ?

Les conséquences de Tchernobyl et Fukushima ont touché jour après jour des millions de gens. Comme une agression. Et les conséquences sanitaires sont encore aujourd'hui difficiles à mesurer. Martin Schlumberger, professeur de cancérologie, revient et analyse avec quelques années de distance les conséquences sanitaires de ces deux catastrophes nucléaires, en particulier sur la santé des enfants. A Tchernobyl, il y a eu libération d'une quantité absolument considérable de radioactivité dans l'atmosphère avec des isotopes très divers. 2019 10 exemple provins. Tritium dans l’eau potable : le vrai du faux sur la « contamination » Pour un élément radioactif rare, le tritium a été fortement présent dans les titres de la presse et les discussions sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

La publication, mercredi 17 juillet, d’une étude d’une association évoquant la « contamination » de l’eau potable bue par 6,4 millions de personnes à cet élément a déclenché une vague d’inquiétudes et un vif débat. Comment cet élément radioactif peut-il se retrouver dans l’eau ? Y a-t-il des risques sanitaires ? Faut-il aller jusqu’à boycotter l’eau potable dans certaines régions ? Nos réponses aux questions les plus fréquentes, pour faire le tri entre rumeurs et préoccupations légitimes. Séisme et centrales nucléaires : catastrophe médiatique. Le 11 novembre 2019, un séisme de magnitude 5.4 secoue l’Ardèche.

Séisme et centrales nucléaires : catastrophe médiatique

Il provoque quelques blessés et on dénombre plus de 250 bâtiments fissurés des suites de l’événement. Mais ce qui agite le public et les médias est tout autre : deux centrales nucléaires exploitées par EDF sont en effet dans la zone touchée. Très rapidement, on peut lire en ligne et entendre à la radio et la télévision que le séisme est au delà des spécifications anti-sismiques des deux centrales, et qu’une potentielle catastrophe a donc été évitée de peu ; en effet, la magnitude 5.4 serait supérieure au Séisme Majoré de Sécurité des centrales, d’une magnitude de 5.2. "De Tchernobyl à Fukushima, les effets de la radioactivité" Pr André Aurengo [CC] [FR]

Fukushima : la hausse des prix de l'électricité a causé 10 fois plus de morts que l'accident lui-même. En 2011, le Japon a instauré un moratoire complet sur toutes les centrales nucléaires du pays.

Fukushima : la hausse des prix de l'électricité a causé 10 fois plus de morts que l'accident lui-même

En conséquence, les prix de l'électricité ont tellement augmenté que de nombreuses personnes ont renoncé à se chauffer, ce qui a entraîné une surmortalité de 1.280 personnes, soit dix fois le nombre de décès attribuables aux radiations. C'est le constat d'une nouvelle étude mettant en cause le principe de précaution appliqué de manière excessive. Le 11 mars 2011, un tremblement de terre de magnitude 9 suivi d'un tsunami dévaste le Japon, causant la mort de 18.500 personnes et l'évacuation de 160.000 autres. À la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, dont le système de refroidissement est mis hors-service, trois des six réacteurs voient leur cœur entrer en fusion, entraînant une explosion et des rejets radioactifs dans l'atmosphère.

La France va stocker ses déchets radioactifs sous terre. Ce qu'il faut savoir. Le 7 mars 2018, le gouvernement français a annoncé la tenue d'un débat public autour du plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs, incluant la question du Centre industriel de stockage géologique, ou projet Cigéo.

La France va stocker ses déchets radioactifs sous terre. Ce qu'il faut savoir.

Avant d'entrer dans le débat, il est important d'avoir en tête un certain nombre de repères sur ce sujet complexe : quels sont les déchets concernés ? Quelles quantités ? En quoi consiste le projet Cigéo et où en est-on ? Est-il vrai que l’accident nucléaire de Fukushima n’a causé aucun mort ? Question posée par Clément le 08/04/2019 Bonjour, Le 11 mars 2011, un séisme suivi d’un tsunami entraînait un accident nucléaire à la centrale de Fukushima au Japon (explosions et rejets radioactifs).

Est-il vrai que l’accident nucléaire de Fukushima n’a causé aucun mort ?

Depuis, tout et son contraire a été écrit sur le bilan humain de cette catastrophe. A lire aussi 14h46 le séisme, quarante minutes plus tard… En 2016, Libération reprenait les chiffres de la police nationale japonaise sur le bilan global de la catastrophe : «15 894 personnes sont mortes et 2 561 sont toujours portées disparues. La même année, Capital évoquait les mêmes ordres de grandeurs mais semblait les attribuer au seul accident nucléaire : «Des villes entières rasées dans le nord-ouest du pays qui encore aujourd’hui demeurent inhabitables, près de 160 000 habitants délogés, plus de 15 000 morts, des risques de cancers avérés… cinq ans après la catastrophe nucléaire reste un traumatisme pour tous les Japonais.»

En fait, le bilan dépend de ce dont on parle. Le cri d'alarme de l'ancien haut-commissaire à l'énergie atomique. Transition énergétique : avons-nous encore le temps ? Alors que Donald Trump s'est félicité ce lundi d'avoir formellement engagé la procédure de retrait de son pays de l'Accord de Paris, vantant au passage les mérites du "magnifique charbon propre" américain, la réussite de la transition écologique et énergétique apparaît de plus en plus incertaine.

Transition énergétique : avons-nous encore le temps ?

Au centre de ce combat se trouve la question du cocktail énergétique : se passer des énergies fossiles productrices de gaz à effet de serre est urgent, tandis que le nucléaire est décrié comme une impasse par ses détracteurs, qui dénoncent les déchets produits et les dérives des nouveaux chantiers de la filière, tels que l'EPR ou l'ITER. Dans le même temps, une transition rapide vers des énergies renouvelables tarde à se concrétiser.