background preloader

Réflexion

Facebook Twitter

Les leurres de la classe inversée. Au dire de certains, la classe inversée constituerait une révolution pédagogique.

Les leurres de la classe inversée

Elle ferait renaître la motivation d’élèves s’ennuyant dans la classe « traditionnelle », permettrait une différenciation favorable à une meilleure réussite des élèves en difficulté, tout en offrant à tous d’être « acteurs de leurs apprentissages et producteurs de leur savoirs ». Forcer le trait pour construire l’opposition radicale des modèles. La description de l’activité pédagogique « traditionnelle » sur les sites promoteurs de la pédagogie inversée repose sur une analyse quelque peu simplificatrice. Il faut apprendre autrement ! Demander à un étudiant d’écouter passivement des heures de cours en amphi est-ce encore possible ?

Il faut apprendre autrement !

Oui bien sur dans certaines circonstances mais, pour enseigner efficacement aujourd’hui, il est indispensable d’inventer de nouvelles méthodes. Elles s’appellent “classe inversée” (on demande de aux étudiants de lire leurs cours avant de venir, le temps avec l’enseignant étant alors consacré à leur approfondissement en groupes), “travail en projet ou problème” (les étudiants doivent mobiliser les ressources nécessaires pour résoudre le défi qui leur est donné) et toutes sortes de nouvelles méthodes, qui passent notamment par le jeu, et visent à mieux d’abord à mieux impliquer l’étudiant dans sa formation. Des technologies pour la pédagogie.

Marcel Lebrun nous dit que les technologies peuvent contribuer au développement pédagogique mais que cela nécessite des dispositifs centrés sur l’apprentissage des étudiants.

Des technologies pour la pédagogie

Ce postulat est intéressant et j’y adhère bien volontiers. Cependant, il me semble important de voir quelles sont les conditions préalables, nécessaires pour introduire l’usage des technologies dans les formations et que signifie ‘dispositif centré sur l’apprentissage des étudiants’. technologie et pédagogie selon M. 5 facettes pour construire un dispositif hybride : du concret ! Après une introduction à la notion de dispositif hybride pour enseigner et apprendre, nous donnons quelques conseils concrets (point 5) « pour enseigner et pour favoriser l’apprentissage en ligne » basés sur les 5 facettes de « notre » modèle pragmatique d’apprentissage (Lebrun, 2005).

5 facettes pour construire un dispositif hybride : du concret !

J’illustre ce modèle dans un autre billet « J’enseigne moins, ils apprennent mieux« . 1. Un dispositif hybride, qu’est-ce que c’est ? Le mot « dispositif » est fréquemment utilisé dans la littérature et ce dans différents domaines : appareillage sophistiqué, stratégie militaire, campagne de presse … Nous entendons par dispositif un ensemble cohérent constitué de ressources, de stratégies, de méthodes et d’acteurs interagissant dans un contexte donné pour atteindre un but. Le but du dispositif pédagogique est de faire apprendre quelque chose à quelqu’un ou mieux (peut-on faire apprendre ?) 2. 3. 4. La classe inversée n'a pas réponse à tout. Il y a eu les Mooc, il y a désormais la classe inversée.

La classe inversée n'a pas réponse à tout

Si la méthode n'est pas vraiment nouvelle, elle suscite l'intérêt d'une communauté enseignante de plus en plus attentive à la pédagogie dans l'enseignement supérieur. Preuve s'il en faut : les ateliers sur le sujet ont fait salle comble lors d'un colloque organisé à Brest du 15 au 17 juin 2015 sur les questions pédagogiques. À cette occasion, AgroParisTech et l'École de biologie industrielle ont présenté leurs expérimentations, soulignant des avantages mais également des limites. Des étudiants plus actifs. Colloque "apprendre avec le numérique" - Académie de Rennes - Marcel Lebrun à la 48'. La classe inversée, vers la classe 3.0 ?

Article proposé par David Bouchillon, professeur d’Histoire Géographie auCollège Aliénor d’Aquitaine, SALLES (33), Professeur Formateur Académique.

La classe inversée, vers la classe 3.0 ?

Depuis avril 2012, j’ai mis en place la classe inversée dans toutes mes classes avec de grandes satisfactions notamment la mise en activité des élèves et le réinvestissement des élèves. Cependant, la classe inversée laisse certaines interrogations en plan. Les interrogations de la classe inversée Le premier problème qui se pose est le lien entre le travail à la maison et le travail en classe. Les élèves ont une capsule à visionner à la maison et font ce travail assez facilement à condition que cela soit vérifié. Aménager autrement sa salle de classe : une clé de la réussite des élèvesLeWebPédagogique.

Depuis le début de l’année scolaire, j’ai pris l’habitude de m’exiler dans d’autres salles que la mienne.

Aménager autrement sa salle de classe : une clé de la réussite des élèvesLeWebPédagogique

J’ai enseigné dans la classe de mon collègue d’Arts plastiques, au CDI, en salle informatique, dans la salle polyvalente, dans une prairie surplombant la ville ou dans les couloirs des musées. L’activité menée avec les élèves justifie de changer d’espace de travail. Débat argumenté, lecture de paysage, cours magistral, travail de groupes, TICE, atelier artistique : le panel des activités pédagogiques nécessite un équipement et une configuration de l’espace spécifiques.

Sortir de sa classe, c’est une respiration bénéfique aux professeurs comme aux élèves. Le travail enseignant au XXIe siecle — Manifestations Scientifiques - ifé. Espace dédié au développement de la culture numérique à l'école, au collège, au lycée. Le numérique à l’école…un certain regard.

Espace dédié au développement de la culture numérique à l'école, au collège, au lycée.

Thot Cursus. Blog de M@rcel : des technologies et des pédagogies qui travaillent ensemble. Dans ce Blog, j’ai plusieurs fois documenté la « méthode » des Classes inversées.

Blog de M@rcel : des technologies et des pédagogies qui travaillent ensemble

On y trouvera aussi un essai sur le rapport entre le Tsunami des MOOCs et les « renversements » proposés par les Classes inversées . Dans ce nouvel essai, j’essaierai de répondre à celles et ceux qui nous disent régulièrement « Mais, les classes inversées, ça existe depuis longtemps … ». Ma réponse est : Oui, sans aucun doute. Comme je le raconte, j’ai eu en 1972 lors de ma première année à l’université, un enseignant qui nous faisait lire un chapitre de son livre avant le cours pour disposer de ce temps de présence pour répondre à des questions, donner des exemples, proposer des applications … Bref, nous en avons eu des enseignants qui nous demandaient de lire un texte, un chapitre, actuellement de regarder une vidéo … avant le cours. Est-ce bien cela une innovation ?

1. Conférence de Serge Tisseron. Intertice 2014. Introduction de Daniel Meur, Délégué académique à la formation des personnels enseignants, et de Stéphane Aymard, IEN économie gestion, copilote du GTI " Faire entrer l’école dans l’ère du numérique".

Conférence de Serge Tisseron. Intertice 2014

Culture du livre et culture des écrans : l’indispensable complémentarité Les technologies numériques nous font passer brutalement d’une culture du livre à une culture des écrans. La première privilégie le modèle d’un seul livre ouvert à une seule page et favorise le travail solitaire : les contraires s’excluent, c’est un monde du « ou bien/ou bien ». A l’opposé, la culture des écrans fait cohabiter plusieurs écrans ouverts en même temps et invite au partage : les contraires ne s’excluent pas, c’est un monde du « à la fois / à la fois ».

Tablette à l’école - point d'expert.