background preloader

Impulsions et animations

Facebook Twitter

Faut-il supprimer les rémunérations variables. Management Le 01/09/2016 On pense souvent que les primes et autres bonus incitent les salariés à être plus motivés et plus performants.

Faut-il supprimer les rémunérations variables

Pourtant, de nombreuses études contredisent cet a priori, et révèlent même que les rémunérations variables sont, dans beaucoup de cas, contre-productives. >>> « Do rewards motivate people ? Yes, they motivate people to get the rewards » (Alphie Kohn, auteur américain). Plus de 90% des entreprises disposent à ce jour de systèmes de rémunération variable (commissions, bonus, intéressement, actions gratuites…) qui récompensent l’atteinte d’ objectifs qualitatifs et/ou quantitatifs, le plus souvent à court terme.

Si ces pratiques semblent faire l’objet d’une quasi-unanimité au sein des directions des ressources humaines, de très nombreux travaux de recherche, conduits depuis le début des années 1940, méconnus, ignorés, voire dénigrés, viennent en contester très sérieusement l’efficacité. Viser des critères de performance collectifs ? Éthique : comment empêcher la surfacturation. Harvard Business Review Juin-juillet 2016 Mag Management Éthique : comment empêcher la surfacturation Mag Le 12/05/2016 La surfacturation et autres fraudes vont bon train.

Éthique : comment empêcher la surfacturation

Mais il est possible de faire adopter une conduite plus éthique aux vendeurs, aux entrepreneurs et aux salariés, tout simplement en changeant la façon dont vous leur demandez de rendre compte de leur travail. Selon différentes recherches, se concentrer sur des éléments unitaires (heures nécessaires, travaux accomplis, produits fabriqués) plutôt que sur un prix global incite à la responsabilité. Dans une étude, les participants étaient rémunérés pour accomplir un ensemble de tâches.

La reconnaissance, attente numéro un des salariés. Management Le 07/12/2015 Le livre blanc intitulé « Disconnect », publié récemment par ADP, fait état d’un délitement du lien social dans l’entreprise.

La reconnaissance, attente numéro un des salariés

Les salariés expriment fortement le sentiment de n’être pas écoutés, pas récompensés à la hauteur de leur investissement, pas reconnus pour ce qu’ils font et ce qu’ils sont. Ces attentes légitimes ont donc souvent laissé place à un certain cynisme. L’ampleur du décalage Les êtres humains en général – et les salariés en particulier – ont deux besoins culturels fondamentaux : l’affirmation de leur identité et la satisfaction de leurs besoins personnels… tout en s’inscrivant dans un projet, sans lequel l’épanouissement personnel est borné ou très limité.

Pourquoi les neurosciences vont-elles révolutionner votre façon de manager. Management Le 10/01/2017 Plus d’efficacité et de bien-être du côté des équipes, des managers mieux armés pour analyser les résistances aux changements, accroître la motivation de leurs collaborateurs et en définitive affirmer leur leadership… C’est toute la promesse des neurosciences en entreprise.

Pourquoi les neurosciences vont-elles révolutionner votre façon de manager

Depuis plusieurs années déjà, les neurosciences ont investi notre quotidien : neuro-économie, neuro-pédagogie, neuropsychologie, neuro-philosophie… Difficile aujourd’hui d’ouvrir un magazine sans trouver une référence à cette extraordinaire machine qu’est notre cerveau. Au premier abord, on pourrait croire à un effet de mode orchestré pour « vendre du papier » ou des heures de consulting. Erreur. Seuls 9% des salariés se disent engagés au travail. Créer un business sans CEO, c’est possible. Stratégie Le 16/11/2016 En termes de croissance, il y a les grandes stratégies qu’on apprend au Boston Consulting Group ou à Harvard.

Créer un business sans CEO, c’est possible

Et il y a les autres, qu’on apprend quand on est entrepreneur et qu’on vit la révolution numérique. Il existe donc des stratégies « non conventionnelles », voire contre-intuitives, comme celle qui consiste à lancer une activité sans leader à temps plein à sa tête. Développer une entreprise doit-il nécessairement passer par la présence d’un DG à sa tête ?

Dans une stratégie conventionnelle, donc, toute structure (grand groupe, business unit ou PME) a « évidemment » un leader à plein temps pour inspirer, animer et piloter les équipes. Le succès des entreprises sans CEO Conventionnel ne veut pas dire universel : de nombreuses entreprises appliquent en réalité des modèles alternatifs, avec succès. En revanche, on retrouve fréquemment le modèle sans CEO dans les phases de création d’activité. Quand le syndrome de Stockholm fait irruption dans le monde du travail. Management Le 07/11/2016 Parce qu’on ne quitte plus un environnement professionnel nocif aussi facilement qu’hier, le syndrome de Stockholm fait son entrée dans l’entreprise comme stratégie d’adaptation et de défense face à des conditions de travail parfois extrêmes.

Quand le syndrome de Stockholm fait irruption dans le monde du travail

Suicide, harcèlement ou mort subite (« Karoshi », arrêt cardiaque dû au stress au travail, reconnu comme maladie professionnelle au Japon, NDLR)… Ces mots/maux ont envahi le quotidien du manager. Le mot psychopathe en fait même partie. Jusqu’alors réservés à la sphère de la psychologie, voire de la psychopathologie, ils ont fait irruption dans le monde de l’entreprise. Selon une étude menée par Nathan Brookes et ses collègues, entre 3 et 21% des dirigeants présenteraient des niveaux élevés de psychopathie.

A l’origine du syndrome de Stockholm Conceptualisé dans les années 1970, à la suite d’un braquage de banque avec prise d’otages à Stockholm, le syndrome ainsi nommé n’a cessé depuis de faire couler de l’encre. Si votre patron est agressif, c’est qu’il est sûrement insomniaque. Leadership Le 26/10/2016 Comme un enfant, un dirigeant qui a mal dormi sera grincheux le lendemain.

Si votre patron est agressif, c’est qu’il est sûrement insomniaque

Sauf qu’il ne sera pas désagréable avec ses peluches mais avec ses collaborateurs. Et leur engagement en prendra un coup… Quand un patron se comporte comme un con, cela génère beaucoup de problèmes au bureau. Historiquement, cette recherche a présenté ces pratiques agressives comme stables au fil des années. Mes collègues (Lorenzo Lucianetti, Devasheesh Bhave et Michael Christian) et moi nous sommes lancés dans cette recherche pour enquêter sur ce qui rend les patrons violents certains jours plutôt que d’autres. Quand le sommeil du patron influence les résultats des collaborateurs Pour tester ce modèle, nous avons mené une étude sur le terrain en suivant 88 patrons et leurs collaborateurs. Les résultats se sont avérés être largement en adéquation avec notre modèle, à une exception près.