background preloader

Apprentissage

Facebook Twitter

Site de Philippe Meirieu - Histoire et actualité de la pédagogie. Maria Montessori (savoirs CDI) Maria Montessori Nombreuses sont les écoles « Montessori » de par le monde, et certains illustres personnages, tels Brin et Page, fondateurs de Google, en ont fréquenté les rangs. Si ces écoles sont présentes en France, l'Education nationale, quant à elle, ne se réfère pas explicitement aux principes pédagogiques du docteur italien. Il nous a cependant paru intéressant de proposer la biographie de ce pédagogue, qui, tel Célestin Freinet, a contribué aussi, même indirectement, à l'avancée progressive des pratiques pédagogiques dans nos classes, et sûrement aussi dans nos CDI. Pour ce retour sur la vie de Maria Montessori, nous avons choisi une entrée spécifique, celle de l'éducation à la paix.

Dates principales 1870 : naissance à Chiaravalle, province d'Ancône, Italie. 1883 : installation de la famille à Rome 1896 : Maria Montessori obtient son titre de docteur en médecine. C'est paradoxalement sa profession de médecin qui va l'amener à s'interroger sur la pédagogie. Entre deux guerres. Célestin Freinet et sa pédagogie (savoirs CDI) Célestin Freinet "Nous savons, nous, que nous ne sommes ni des hommes universels, ni des demi-dieux, que nous sommes loin de tout connaître, tout comme le commerçant moderne qui n'a point dans l'esprit les caractéristiques et les prix de tous ses articles.

Mais nous avons cette supériorité que nous sommes en mesure de procurer rapidement aux enfants les réponses et la documentation qu’exigent leur désir de s’instruire et leur curiosité. " Cette déclaration sonne résolument moderne, n’est-ce pas ? Pourtant, elle date de 1938 ! [1]. Biographie 1896 : Naissance à Gars, Alpes-Maritimes. Contexte historique Célestin Freinet est un Provençal qui a fait le choix de l'enseignement très tôt : les études qu'il a choisi de suivre l'ont conduit en ligne directe vers les salles de classes. Célestin Freinet a été profondément marqué par l'expérience de la guerre de 14. Les piliers de la pédagogie Freinet « Toute méthode est regrettable qui prétend faire boire un cheval qui n’a pas soif. Principes 01. Jean Piaget : les stades de developpement (vidéo) Communauté d'apprentissage. La dévolution, une clé pour mieux différencier. Les sciences économiques et sociales: enseignement et apprentissages - Alain Beitone.

Ree.fp.exp contreintuitives.bup.04. Laboratoire de Didactique et d'Epistémologie des Sciences. Par André Giordan Sur les questions qu'il va étudier, I'élève a déjà des idées plus ou moins adéquates. L'enseignant doit en tenir compte et créer les conditions d'un auto-apprentissage. Enseigner n'est pas apprendre ! Répétons- nous depuis plus de dix ans. Bien au contraire, I'enseignement peut l'empêcher pour toutes sortes de raisons. C'est l'apprenant qui, seul, peut élaborer chaque bribe de savoir. Par contre, ce processus peut être favorisé indirectement par ce que nous appelons un environnement allostérique*. *Pour expliciter nos idées nous avions lancé le vocable d'apprentissage allostérique par un certain nombre de métaphores que nous formulions entre le fonctionnement des protéines et les modalités de l'apprendre.

DEPUIS TRES LONGTEMPS, un des fondements principaux de la pédagogie a pu se résumer à cette image de Condillac: "L'enfant n'est qu'une cire molle qu'il s agit d'imprégner. L'enseignant peut avoir plusieurs attitudes face aux conceptions des élèves. Représentations sociales et enseignement de questions socioscientifiques... De l'utilisation des représentations sociales en communication et éducation Le cas du traitement des questions socioscientifiques (comme celle du réchauffement climatique) Nos cadres constructivistes en question Benoît Urgelli last up-date : 28 février, 2016 La dynamique des représentations sociales A partir de cette phase, le caractère collectif des représentations sociales compte autant que leur dynamique : on cherche alors les structures intellectuelles et affectives des représentations mais également les mécanismes psychiques et logiques à l’origine de l’ordre mental et du symbolisme.

Avec Piaget (1972), la psychologie de l’enfant est interprétée à travers un monde différent de celui des adultes. L’enfant pense différemment. Les représentations sociales ont donc une composition psychique et une dynamique. A la fois collectives et individuelles, produit d'une logique sociale... Les représentations permettent donc de comprendre à la fois le collectif et l’individuel. Méthodes actives, pédagogie invisible, inductivisme péda-gogique , mais de quoi « la pédagogie des SES » est-elle vraiment coupable ?, par Jean-Yves Mas.

Camille Lacadée et François Roche - beaustrosity Réforme pédagogique et pédagogie invisible chez Basil Bernstein Dans deux études parues dans la revue skhole.fr, Alain Beitone critique les options didactiques du projet fondateur des SES[1]. « Discipline nouvelle, recrutant l’essentiel des enseignants dans les nouvelles générations de diplômés de sciences économiques et de sociologie au tout début des années 1970, les SES vont s’inscrire pleinement dans la rénovation pédagogique qui marque la période : référence à la « pédagogie inductive » (partir des faits et de la pratique et non d’un discours imposé par l’enseignant), à une pédagogie active (contre l’inculcation par le cours magistral), mise en place de travaux dirigés, travail sur document, recours à divers moyens pédagogiques (presse, cinéma, télévision et plus tard informatique), accent mis sur la participation orale des élèves, sur le travail de groupe, les enquêtes ».

Les méthodes actives en SES, source de pédagogies invisibles ? Les styles d'apprentissage, une vaste rigolade. Depuis 2010, les articles académiques et grand public se multiplient aux Etats-Unis pour dénoncer ce que certains appellent "l'imposture" ou "l'erreur" des styles d'apprentissage. Non que ce concept ne recouvre certaines réalités évidentes : les apprenants n'apprennent pas tous de la même façon, pas la peine d'être diplômé en psychologie ou en neurosciences pour le savoir; mais ce qui est fortement remis en cause aujourd'hui, c'est l'utilisation faite de cette théorie dans la conception et l'animation de formations, en présence ou en ligne.

Les éducateurs sont donc les premiers touchés par la remise en cause de l'importance des styles d'apprentissage. Aucune vérification de la théorie par la recherche Quels sont donc les termes de cette remise en cause ? Dans un article intitulé "Challenging the Notion of Learning Styles", Maryellen Weimer les résume ainsi : D'après C. Ingénierie pédagogique : on sait ce qui fonctionne Mais faisons un effort et oublions donc les styles d'apprentissage. Styles d’apprentissage : la typologie de Kolb – Blog digital learning. Le style d’apprentissage dominant, c’est la manière préférentielle de résoudre un problème. Nous utilisons les quatre styles de base, mais 75% des gens ont un style dominant. Le cycle de Kolb et ses dérivés Le cycle de KOLB David Kolb a étudié l’apprentissage et a remarqué que toute personne qui se trouve en situation d’apprentissage passe par un cycle de quatre phases.

Cependant, il a également observé que chaque personne préfère en général deux phases de ce cycle. Le cycle des phases d’apprentissage. 1. Expérience concrète d’une action/idée. Kolb a donné un nom aux différents types d’apprenants, en fonction de la phase du cycle d’apprentissage qu’il préfère. Le divergent : Il préfère les phases (1) expérience concrète et (2) réflexion sur cette expérience. L’assimilateur : Il préfère les phases (2) réflexion sur une expérience et (3) conceptualisation abstraite et théorique d’une expérience. Le cycle de McCarthy L’Apprenant Innovateur, le simultané verbal (le POURQUOI) 1. 2. 3. 4. 1. 2. 3. Où apprendrons-nous la grammaire du numérique? ParisTech Review – Commençons par le commencement. Qu’est-ce que le code? Nicolas Danet – Il y a plusieurs façons de le définir. Premièrement, le code est ce qui fait tourner les machines. Nous possédons des outils, des ordinateurs, des téléphones qui seraient inertes sans code pour les animer.

Le code est donc un peu comme l’âme de la machine. C’est ce qui nous permet de lui donner les utilisations et les usages requis. Le code est une syntaxe qui permet d’automatiser des tâches grâce à des algorithmes. Mais le code peut aussi se définir comme un langage. On pourrait ainsi rapprocher l’apprentissage de la programmation de celui d’une langue étrangère: les premiers moments sont difficiles, mais on comprend peu à peu la logique de la langue, et tout le monde en est capable car le langage est une capacité universelle. Nous pouvons donc tous apprendre à coder. C’est juste, tout le monde peut apprendre à coder, notamment les enfants. À mon sens, c’est presque comme l’instruction civique. Mettez une dose d’apprentissage actif dans votre classe. Au sein d’un système éducatif performant, il est de plus en plus essentiel que les enseignants aident les élèves à apprendre à apprendre.

Ceci ne serait-ce que pour leur permettre d’acquérir les compétences qui leurs seront indispensable dans leur future vie professionnelle : la mémorisation, la communication, la pensée critique, la collaboration et la résolution de problèmes. Pour ce faire, l’un des meilleurs moyens de permettre aux élèves de développer ces compétences est de leur proposer au sein de la classe, des activités éducatives basées sur un apprentissage actif. Avantages de l’apprentissage actif De nombreuses expérimentations ont démontré que l’apprentissage actif, comparativement à une pédagogie axée sur les cours magistraux, améliore les capacités de rétention des élèves et favorise l’exercice d’une pensée critique.

Quelques idées d’activités d’apprentissage actif. Individualiser versus personnaliser. La multiplication de propos sur la montée de l’individualisme dans les sociétés occidentales a réussi à créer un phénomène étonnant : on ne parle plus (ou de moins en moins, hormis comme prétexte) de groupe humain, de réseau, de personnalité (je caricature… bien sûr). Au contraire individualisme et compétition sont désormais tellement communs qu’ils font en quelque sorte partie d’un patrimoine commun, d’une culture en quelque sorte, qui se développe progressivement, à tel point que des comportements ordinaires de la vie quotidienne mettent en scène des rivalités entre des individus qui in fine empêche chaque personne de se développer.

L’idéologie de la compétition et de la réussite individuelle (même dans les collectifs) poursuit son développement malgré les dénégations de certains (cf. les réponses des nageurs des relais après avoir gagné un titre, propos de joueurs de sports collectifs qui se rebellent contre l’autorité…). Or personnaliser ce n’est pas individualiser. A débattre. Les styles d'apprentissage : entre flou conceptuel et intérêt pratique. Les recherches psychopédagogiques, parce qu’elles se réfèrent à la pratique pédagogique quotidienne, correspondent souvent à une demande sociale plus ou moins explicite qui exprime l’existence d’un besoin ou d’un problème. Parmi les problèmes récurrents en éducation, celui des difficultés d’apprentissage rencontrées par les apprenants est sans nul doute le plus préoccupant. Depuis quelques années, principalement du fait d’une démocratisation accrue de l’enseignement et de l’émergence de la notion de formation tout au long de la vie, ce problème s’est trouvé placé au centre de nombreuses recherches.

En fonction des époques, les réponses au problème des difficultés d’apprentissage ont varié. Rappelons-en brièvement les étapes les plus remarquables, afin de mettre en perspective l’intérêt relativement nouveau pour les styles d’apprentissage. Les difficultés d’apprentissage ont longtemps été conçues uniquement comme résultant de déficits de l’efficience intellectuelle des apprenants.