background preloader

Beauté sans artifice

Facebook Twitter

Trouer ma fille. Aaaarrrrrrgh! Oui! Je commence comme ça. Parfois, c’est si difficile de parler, si difficile de communiquer, que la seule manière, c’est de dire aaaaarrrrgggh! Des fois, c’est tellement difficile de parler au « je » et de formuler des phrases qui ne blesseront personne. Et parfois, c’est juste difficile de faire face à un contre-courant beaucoup trop puissant pour oser dire tout haut ce qu’on ressent tout bas. Par exemple : les boucles d’oreilles. Laisse-moi t’expliquer du mieux que je peux. Elle était si petite, si parfaite et tout le monde l’aimait. Attends, ça, ça veut dire qu’il faut que je fasse un trou dans ses oreilles, right?

Tout de suite, j’ai vraiment pas été à l’aise avec ça. Parce que ça fait beau? Plus j’y pensais, moins j’étais à l’aise avec ça. Pourquoi? Parce que, dans les faits, on parle ici de faire un trou dans la peau d’un bébé. Parce qu’un bébé-fille, c’est pas un arbre de Noël sur lequel on peut mettre autant de décorations qu’on veut! Aaaaaarrrrggh! Mère Rebelle. Faut-il s’épiler ? Remise en question d’une violence ordinaire. Bienvenue sur PinupBio.com | Nouvelle ici ?

Alors télécharge vite le guide gratuit de morphologie corps qui te permettra de faire le test de ta morphologie. Dans quelques instants tu commenceras à valoriser ta silhouette de Déesse avec des techniques professionnelles. Comprendre sa beauté c'est merveilleux ! Clique ici pour recevoir ton cadeau Bonjour les Beautés, voici un article que j’aurais bien aimé trouvé plus jeune sur internet, alors je sais qu’il est perturbant mais on ne peut pas continuer de faire comme si de rien n’était, il faut au moins soulever la question.

On ne peut pas dire, il faut s’occuper de son corps pour être en harmonie, être à son écoute et reconnaître sa beauté naturelle… sauf pour les poils là faut souffrir parce que sur une femme c’est juste dégoûtant. Je n’ai jamais aimé les poils, je trouve ça carrément moche et très loin des Pin-ups que j’aime. Pin-up en maillot de bain par Edward Runci ★ Art Vintage ★ Il était une fois le respect de soi… Mes poils et Vous - Un lieu où tou(te)s ont la possibilité de faire partager leur(s) expérience(s), leur vie avec leurs poils au quotidien, et avec les autres. Pour s'exprimer sur un sujet encore tabou, partager et s'entraider dans la quête de l'acceptati.

Dans une lettre touchante, le Dr Kelly M. Flanagan redéfinit le vocabulaire de la beauté pour que sa fille ne complexe jamais. © Thinkstock Atterré par la pression subie par les femmes aujourd'hui lorsqu'il s'agit de beauté, un jeune papa a décidé d'écrire une lettre à sa fille, ou plutôt à la future jeune fille qu'elle va devenir ainsi qu'à toutes les autres victimes d'un marketing établissant une norme faussée, dans laquelle il tord le cou aux diktats en leur donnant une définition bien plus valorisante.

Les mots ont un pouvoir. Ils peuvent rendre plus fort comme ils peuvent sérieusement esquinter l'estime de soi d'un individu. Les mots sont partout, nous accompagnent au quotidien et influencent plus qu'on ne veut le croire nos actions et notre vision du monde, ou de nous-même. Quel impact peuvent donc avoir des termes tels que "fini parfait", "infaillible", "sublime à petits prix", si ce n'est la recherche d'une perfection, en surface seulement ? Le Dr Kelly M. "Ma chère petite,Je t'écris ces lignes alors que je me trouve au rayon maquillage de notre supermarché local. Protège tes hormones ! 1ère campagne sur la fertilité à destination des 18-34 ans. France / / Europe Le 19 février, le mouvement Générations Cobayes lance une campagne de sensibilisation intitulée « Protège tes hormones » à destination des 18-34 ans.

Perturbateurs endocriniens et fertilité ne font pas bon ménage : hygiène, beauté, alimentation, sexe… les gestes du quotidien peuvent s’avérer toxiques, allant jusqu’à dérégler le système hormonal et les organes de reproduction. © Générations Cobayes Générations Cobayes l’a bien compris, en matière de santé, mieux vaut prévenir que guérir. C’est pourquoi le mouvement souhaite faire progresser les connaissances de sa génération au travers d’un questionnaire. Bisphénol A, parabènes, phtalates, les mots qui fâchent sont abordés sans détour. Études scientifiques à l’appui En attendant, c’est aux côtés de l’Institut Noteo que le mouvement œuvre pour attirer l’attention des consommateurs, en s’appuyant (entre autres) sur les résultats d’une étude récemment menée, basée sur quelque 15000 produits du quotidien. Quelques chiffres :