background preloader

Droits Culturels

Facebook Twitter

Droits culturels, un outil de transformation des organisations culturelles. Publié par Marie Tretiakow le 24 juillet 2018 Définis par Patrice Meyer-Bisch qui a coordonné le groupe d’experts à l’origine de la déclaration de Fribourg, les droits culturels désignent « les droits, libertés et responsabilités pour une personne, seule ou en commun, avec et pour autrui, de choisir et d’exprimer son identité. [Ils impliquent] les capacités d’accéder aux références culturelles, comme à autant de ressources qui sont nécessaires à son processus d’identification ».

Comment s’emparer de cette vaste notion et la mettre en œuvre en tant qu’opérateur culturel ? C’est la question que s’est posée le syndicat Les Forces Musicales, en collaboration avec le Réseau Cuture 21, au moment de lancer un dispositif de recherche-action sur le sujet avec les équipes permanentes de l’Opéra de Rouen Normandie et de l’Orchestre National d’Île-de-France. Révéler les individus pour renforcer l’intelligence collective Un outil de réflexion et de mise en œuvre des politiques culturelles. Droits culturels, un outil de transformation des organisations culturelles. En marche vers une « gadgétisation » des droits culturels avec Françoise Nyssen. Voilà bientôt une dizaine de jours qu’une polémique a éclaté à propos de l’idée de faire voyager La Joconde en France. Le gouvernement semble envisager cette possibilité en dépit des avis défavorables des experts eu égard aux risques de détérioration de l’oeuvre et au coût exorbitant d’une telle opération (30 millions d’euros !).

C’est pourtant une des propositions qui ressortent du plan « Joconde, etc… Culture près de chez vous » dont le lancement a été annoncé à la fin du mois dernier par la Ministre de la Culture Françoise Nyssen. L’idée générale consiste à promouvoir une série d’actions afin de lutter contre le phénomène des « zones blanches » ou « déserts culturels », à savoir les 86 portions du territoire national les moins bien pourvues en équipements culturels (Outre-Mer, Loiret, Eure, Moselle, etc.).

Un catalogue de chef d’œuvres « iconiques » et déplaçables doit être élaboré par un expert. Et si on prenait les droits culturels au sérieux ? Le numérique employé à contre-sens… Méthode Paideia. Amoureux du jour vs Monde de la nuit : la guerre des irréconciliables ? | Profession Spectacle. Lors de la première conférence nationale de la vie nocturne, qui s’est déroulée à Nantes le 14 avril 2015, j’avais souligné l’impérieuse nécessité de la palabre entre les acteurs du jour et de la nuit.

Je n’avais fait que rappeler la dynamique de concertation largement engagée pour calmer les tensions entre ceux qui veulent dormir la nuit et ceux qui ont autre chose à faire, ou à défaire ! Manifestement, cet esprit de dialogue s’est amplifié. On doit s’en féliciter : conseils de la nuit et autres commissions de la sécurité de la vie nocturne se sont développés dans le quotidien des grandes cités urbaines.

Toutefois, l’enthousiasme conciliateur ne doit pas effacer la vigilance. « Signes de pistes pour les droits culturels », la chronique du Doc Kasimir Bisou Texte de l’intervention de Jean-Michel Lucas, alias Doc Kasimir Bisou, lors de la conférence nationale de la vie nocturne, qui s’est tenue à Paris le 15 septembre 2017. Titre et intertitres sont de la rédaction. 1) La loi du plus fort. Lettre ouverte au Président de la République / L'ArtEstPublic. Monsieur le Président de la République, Les droits culturels des personnes ont été reconnus comme responsabilité publique partagée des collectivités et de l’Etat.

C’est une avancée démocratique qui répond aux développements des valeurs d'humanité que nous défendons. Il nous revient en mémoire le préambule de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme : « La méconnaissance et le mépris des droits de l'homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité et l'avènement d'un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, est à proclamer comme la plus haute aspiration de l'homme. » Au sein de l’ensemble indivisible et universel des droits humains, les droits culturels nous invitent à réinterroger les mots, les pratiques, les politiques publiques.

Le gouvernement doit prendre la mesure de sa responsabilité pour endiguer cette montée du rejet de l’autre qui menace le vivre ensemble. Analyses | Profession Spectacle. Invitation du Maire de Bordeaux. Les droits culturels sont universels, pas dogmatiques ! | Profession Spectacle. Jeudi 30 mars 2017 s’est tenu le 23e congrès de la Fédération Nationale des collectivités pour la culture (FNCC). Participant à l’atelier sur les droits culturels, je me découvre alors de faux amis, prompts à affirmer leur vérité : « Les droits culturels constituent une menace dogmatique ». Cette vérité apprise en appelait deux autres, afin de stopper les fausses controverses et de réaffirmer l’universalité de ces droits fondamentaux de la personne humaine. « Signes de pistes pour les droits culturels », la rubrique du Doc Kasimir Bisou Vérité apprise : le dogmatisme de certains tenants des droits culturels Depuis que l’obligation de respecter les droits culturels des personnes a été introduite dans la loi NOTRe, quelques bons esprits habitués à Télérama ou à France Culture l’ont ignorée.

Devant un tel tir groupé, il fallait arrêter de rire ! L’accusation étant prononcée, est-elle pour autant fondée ? Vérité affirmée : l’universalité fondamentale des droits culturels Doc Kasimir BISOU. Du NECTART en Occitanie #1 - Les droits culturels. Synthèse de la rencontre.