background preloader

Enseigner l'histoire de son propre pays

Facebook Twitter

Episode 28 : L’histoire au CM1, portrait d’un élève. Ernest Lavisse et le récit national. On ne peut guère en douter.

Ernest Lavisse et le récit national

Au cours de la campagne électorale pour l’élection présidentielle qui va s’ouvrir bientôt, la question de l’enseignement de l’histoire à l’école, dans ses relations avec le civisme des adultes et avec la cohésion nationale, imposera à nouveau sa présence... On ne peut guère en douter. Au cours de la campagne électorale pour l’élection présidentielle qui va s’ouvrir bientôt, la question de l’enseignement de l’histoire à l’école, dans ses relations avec le civisme des adultes et avec la cohésion nationale, imposera à nouveau sa présence. François Fillon, candidat de la droite, y insistait de la sorte dans son discours fondateur du 28 août 2016 à Sablé-sur-Sarthe : « Si je suis élu président de la République, disait-il, je demanderai à trois académiciens de s’entourer des meilleurs avis pour réécrire les programmes d’histoire avec l’idée de la concevoir comme un récit national ».

Programmation sonore Musique "Welcome to Britain" de John Murphy Bibliographie. (20+) Une autre histoire de France est possible. C’est une drôle d’histoire de France.

(20+) Une autre histoire de France est possible

Une histoire où il ne se passe rien à Poitiers en 732. Où Vercingétorix naît en 1828. Où le De Gaulle de 1940 est raconté depuis… Brazzaville, où Coco Chanel parfume le monde de son «Numéro 5», où Frantz Fanon, Dominique de Villepin et Simone de Beauvoir détrônent Napoléon, Clovis et Jeanne d’Arc au panthéon des Grands Hommes. Ecrite par 122 historiens sous l’autorité de Patrick Boucheron, médiéviste entré au Collège de France fin 2015, Histoire mondiale de la France, qui paraît jeudi au Seuil, est une aventure collective et jubilatoire, une adresse au grand public, un coup éditorial et politique à la veille de l’élection présidentielle. L’enjeu ? Une histoire inédite et stimulante de près de 800 pages, ramenée à 146 dates, de la préhistoire aux attentats de 2015 et le retour inattendu du drapeau tricolore. Ambition 732, 1515, 1789, 1940… En histoire, ce que préfèrent les Français, c’est raconter et égrener des dates.

«Appartenance» La politique mémorielle du Kremlin au service du populisme. Nous publions aujourd’hui le second volet d’une série de trois articles consacrés au nouvel ordre mondial à l’heure de Donald Trump et Vladimir Poutine.

La politique mémorielle du Kremlin au service du populisme

En 2017, des intérêts puissants militeront pour que la Russie ne soit plus considérée comme un État voyou remettant en cause les règles du droit international. Donald Trump a annoncé à plusieurs reprises qu’il souhaitait lever les sanctions touchant la Russie. L’Union européenne vient de prolonger les sanctions à l’encontre du Kremlin jusqu’en juillet 2017, mais il n’est pas sûr qu’elle soit en mesure de maintenir sa cohésion après l’élection présidentielle en France.

Il est utile, cependant, de rappeler un certain nombre de faits au sujet de la nature intrinsèquement populiste du régime en place au Kremlin. Vilnius, Riga, Tallinn : comment les musées représentent l’histoire des crimes communistes et nazis. Emmanuelle Hazan, journaliste, a co-écrit cet article.

Vilnius, Riga, Tallinn : comment les musées représentent l’histoire des crimes communistes et nazis

À Vilnius, sur la grande artère Gediminias se trouve un imposant bâtiment blanc : c’est l’ex-quartier général du KGB qui abrita aussi, de 1941 à 1943, la Gestapo. Des noms sont gravés sur la façade, accompagnés des dates de naissance et de mort, lesquelles se situent presque toutes entre 1944 et le début des années cinquante. Les années de la répression stalinienne. Ce bâtiment abrite Le Musée des victimes du génocide. Un musée officiel consacré aux violences perpétrées contre les nationalistes et l’intelligentsia de Lituanie. À Vilnius, les « résistants » sont ceux qui luttèrent contre les Soviétiques. À quoi sert l’Histoire aujourd’hui ... - Les Clionautes. Compte rendu de la conférence : « A quoi sert l’Histoire aujourd’hui ?

À quoi sert l’Histoire aujourd’hui ... - Les Clionautes

» Marseille, Auditorium des Archives Départementales, le 1er décembre 2016 à 18h30. Intervenants : Jérémie Foa et Serge Gruzinski. Introduction : Avant de commencer, les deux intervenants sont présentés. Tous les deux sont des spécialistes du XVIe siècle. Pour débuter, alors que Patrick Boucheron se demandait ce que peut l’Histoire dans sa leçon inaugurale au Collège de France, les intervenants posent la question : l’Histoire, pourquoi faire ? Le métissage face à la tentation du repli sur soi dans le contexte de la mondialisation. La parole est alors laissée à Serge Gruzinski. Faire une histoire commune qui fasse sens pour des publics différents. Le problème que soulève Serge Gruzinski est le suivant : comment faire une histoire commune à des publics différents, dans nos sociétés actuelles qui sont des sociétés métissées ? L’Histoire offre des repères et une méthode critique. Comment faire alors ?

Educational materials - The Teachers' Network for The Study of War and The Canadian Experience. L’histoire nationale racontée… par les élèves. Le débat public s’enflamme régulièrement en France sur la question de la transmission de l’histoire nationaleaux élèves.

L’histoire nationale racontée… par les élèves