background preloader

Drive

Facebook Twitter

Avec plus de 4 000 points de retrait et un chiffre d’affaires en hausse de 14%, le Drive confirme son succès ! Le succès des drives. Gain de temps et proximité, deux raisons majeures qui expliquent l’essor du circuit de distribution des drives.

Le succès des drives

Lié au développement de l’e-commerce, le click and drive ouvre de nouvelles pistes de développement pour le commerce, notamment les enseignes de la grande distribution. L'essor du circuit de distribution des drives Commander sur internet et récupérer ses courses quelques heures plus tard, directement dans le coffre de sa voiture en se rendant à une borne de retrait, le click and drive séduit de plus en plus les consommateurs. Selon une étude de la FEVAD, 4 025 sites de drives sont recensés dans la base de données Nielsen Trade Dimensions en mai 2016. Parmi eux, 2 903 sont des click & drive, espaces dédiés au drive, avec des pistes pour les véhicules et des bornes de retrait créés par les distributeurs.

Marques alimentaires solution pour le drive grande surface. Susciter l'achat d'impulsion sur le drive comme le merchandising le fait dans la distribution physique : voilà la raison d'être du nouveau service proposé par le comparateur Monsieur Drive, appelé "les Suggestions de Nelly".

Marques alimentaires solution pour le drive grande surface

Pas de place pour l'achat impulsif sur le Web... En effet, la numérisation a entrainé la disparition de l'achat impulsif qui avait lieu lorsqu'en faisant ses courses dans les rayons, le consommateur ajoutait dans son panier un produit qui n'était pas sur sa liste. Et les 20 millions de Français qui utilisent le drive font tous face au même problème : l'absence de renouvellement des produits achetés. En effet, les consommateurs font leurs courses à partir de leur liste habituelle ou de leurs achats précédents. C'est dire tout l'enjeu que représente cette liste pour les marques alimentaires : y entrer, c'est être assuré d'être acheté (presque) automatiquement.

La solution ? La réponse est venue de Monsieur Drive, start-up fondée en 2013 dédiée à l'alimentaire online. Drive rennes. Envoyé Special - Les drives, une révolution de supermarché. Quel est le profil-type des client(e)s de drive ? Le drive s'installe dans les habitude des Français(e)s.

Quel est le profil-type des client(e)s de drive ?

Mais pas n'importe lesquelles. Une étude de Bercy parue ce vendredi en dénombre désormais 2110. Confirmant une observation empirique de spécialistes du secteur, une étude de la Direction générale des Entreprises qui dépend du du Ministère de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, parue ce vendredi indique que ses clients sont plutôt: Des femmes Les clients des drive sont en large majorité des femmes (60%), qui "traditionnellement plus impliquées dans la gestion du foyer", rappelle la DGE, vantent ce mode d'achat pour les économies qu'il permet de réaliser via la maîtrise des dépenses. Quadragénaires ou presque L'âge moyen des aficionados du drive est de 39 ans et les deux tiers d'entre eux ont entre 25 et 44 ans.

Membres d'une famille nombreuse Les foyers français comptent 2,3 membres (il s'agit d'une moyenne, ce qui explique la décimale). Que faut-il penser de l'offensive alimentaire d'Amazon ? 34 000 références dans 25 familles de produits.

Que faut-il penser de l'offensive alimentaire d'Amazon ?

C'est la nouvelle offre d'Amazon dans l'alimentaire (épicerie et boissons) depuis mercredi 23 septembre dernier. Alors que l'alimentaire n'a jamais vraiment décollé sur le net en France (de 7% du marché selon la Fevad, incluant le drive, aux 1 à 2%, selon le Boston Consulting Group), Amazon dans sa vision universelle du commerce vient aujourd'hui "défier les distributeurs français et le bras de fer est engagé " selon Jean-Marc Megnin, directeur général de ShopperMind (Altavia Group), qui poursuit en s'interrogeant "Amazon Fresh aux États-Unis est une appellation abusive : il n'y a que 4% de produits frais ! En France, la provenance des produits (ndlr : le Nutella arrive du Royaume-Uni, les capsules Nespresso du Portugal par exemple) l'assortiment et les prix sont encore très flous pour les consommateurs français".

Promesse XXL ... mais lancement en catimini Après un petit sondage (non scientifique !) Leclerc : un drive mixte alimentaire/culturel à Rennes en 2016. Auchan, Carrefour, Leclerc... Comment le drive a explosé en France. Une exception française et une remarquable réussite.

Auchan, Carrefour, Leclerc... Comment le drive a explosé en France

Même Wal-Mart, le géant américain et numéro un mondial de la distribution s’en est inspiré. En quinze ans, le "drive" - shopping sur internet, récupération des courses au coffre de la voiture - s’est installé dans l’Hexagone plus efficacement encore que le hard discount. Il est le premier canal de vente qui mêle véritablement le net et le magasin physique. Alors que le commerce se rengorge aujourd’hui de "multicanal", "omni-canal" et autre "cross-canal" pour vendre mieux, les distributeurs ont inventé le concept dès 2000. "C’est une forme de e-commerce, souligne Matthias Berahya-Lazarus, président de Bonial, qui numérise et diffuse les catalogues de l’ensemble de la grande distribution.

Phase 1 : la prudence En 2000, l’ouverture à Leers dans le Nord, du premier drive imaginé par les équipes d’Auchan en 2000, passe pratiquement inaperçu. Phase 2 : l'accélération Le premier Leclerc drive ouvre à Alençon en 2006. Phase 3: la maturité. Lsa-conso. En complément du reportage publié dans le numéro de LSA daté du 7 mai 2015 (2365), nous vous faisons découvrir en exclusivité et en photos cet entrepôt étonnant.

lsa-conso

Avec son drive satellite placé sur les hauteurs de la ville, le E.Leclerc drive d'Ajaccio bat, deux ans et demi seulement après son ouverture, tous les records de productivité en France. 27 millions d’euros de chiffre d’affaires attendus cette année, dont 20 pour l’entrepôt principal de Baléone, 11% d’excédent brut d’exploitation, le tout pour 600 000 euros d’investissement seulement sur le site de Baléone. Un drive marchand... Son secret ? Une vision très "marchande" du drive à l’opposé de la rationalisation à outrance de certaines unités récentes.

L’offre, par exemple, compte 2000 références de plus qu’un drive Leclerc moyen avec notamment une gamme de produits frais très large. Toutes les photos du E. Visite et explications à travers 15 images commentées en cliquant sur ce lien ou sur la photo qui suit. Amazon vient défier les grands groupes de distribution alimentaire.

Consommation : le drive pour moins dépenser - L'Officiel de la Franchise. Actualités 74 % des Français pensent que le drive permet d’être moins tenté qu’en magasin.

Consommation : le drive pour moins dépenser - L'Officiel de la Franchise

C’est ce que rapporte un sondage de Viavoice réalisé pour Points de Vente. Plus de 7 consommateurs sur 10 estiment que le drive est un moyen d’être moins tenté de faire des achats supplémentaires, par rapport au magasin. En revanche, 68 % des personnes interrogées jugent que le concept peut être amélioré pour répondre à toutes leurs attentes. Un concept qui se démocratise. L'exp rience client en ligne freine les drives. Le développement des Drives, les magasins où l'on retire des commandes faites en ligne, est entravé par l'ergonomie web selon Harris Interactive.

L'exp rience client en ligne freine les drives

PublicitéCommander en ligne et venir chercher ses courses dans un point-relais de proximité : le concept du Drive séduit de plus en plus de Français. Selon l'institut de sondage Harris Interactive, le nombre de Français ayant fréquenté au moins une fois un drive ne cesse de croître, passant de 19% en juillet 2012 à 28% en décembre 2013 et 36% en juillet 2015.Mais la partie « en ligne », notamment, pose problème et limite singulièrement l'extension du concept.

Selon Harris Interactive, les Français « sont déçus par le peu d'attention portée à leur attentes d'une expérience d'achat offrant plus de plaisir et / ou davantage de services, dimensions qui demeurent encore trop occultées aujourd'hui. » Le déficit d'attention sur l'ergonomie des sites web semble bien être l'une des causes majeures d'un palier dans la conquête de parts de marché. Faire ses courses au drive : avantages et inconvénients. Le centre commercial de Labège lance son concept de Drive collectif avec cinq boutiques. Le marché du drive est en pleine expansion et la grande distribution en pleine mutation.

Le centre commercial de Labège lance son concept de Drive collectif avec cinq boutiques

Le centre commercial de Labège lance, mardi 22 septembre, son Shopping Drive. Le concept est différent du E Leclerc Drive ou du Chronodrive, ces magasins-entrepôts qui fleurissent dans l’agglomération. Les clients passent commande par Internet et viennent retirer les marchandises achetées dans un point de retrait. 20 000 références Avec le Shopping Drive, il ne s’agit pas d’un magasin-entrepôt. Il s’agit des enseignes Nicolas, Nature et découvertes, Oxybul, L’Occitane en Provence et Jeff de Bruges. Le "drive" séduit une clientèle de jeunes actifs, bien insérés, avec des enfants.

Un drive de Leclerc teste les Google Glass. Depuis un mois environ, les clients qui viennent récupérer leurs courses au Leclerc Drive de la route d’Espagne à Toulouse sont accueillis par un employé portant des Google Glass.

Un drive de Leclerc teste les Google Glass

A quoi peuvent bien servir ici les lunettes interactives de Google ? Elles permettent au livreur de scanner la carte fidélité du client en gardant les mains libres. Il voit apparaître l’historique des commandes, ainsi que les éventuelles réclamations du client. Ces informations lui permettent de personnaliser et d’améliorer la relation. Il peut même proposer des bons de réduction en fonction du profil du client. La paire de Google Glass utilisée pour ce test a été prêtée par le géant d’internet. « Nous avons un très bon relationnel avec Google », explique Pascal Payraudeau. Le « drive », nouveau terrain de bataille des distributeurs - Les Echos.

Drive : le plan de bataille de Leclerc. VIDÉO - L'enseigne parie notamment sur ce circuit pour devenir le premier distributeur en France d'ici à la fin 2015. Dans ce drive Leclerc de Toulouse, le client devrait bientôt être accueilli par un vendeur équipé de Google Glass. Avec ses lunettes de haute technologie, il pourra scanner la carte de fidélité du client afin de l'identifier et avoir un aperçu de ses dernières commandes. Une sorte d'antisèche discrète pour mieux personnaliser l'accueil, assurer un meilleur suivi du client et lui envoyer «en direct» des bons de réduction adaptés à son profil. Crise : quelles opportunités pour le consommateur - shopper ? 26 avr. 2013 - Le 28 mars 2013, Philippe Ingold, Promoresearch (lire sa biographie sur Promoresearch.fr) organisait en partenariat avec l’UDA et la Revue des Marques (ILEC) la 12ème édition des Assises de la Promotion, à l’Institut Léonard de Vinci, Courbevoie.

Cette conférence a permis de rassembler plus de 70 personnes de divers horizons (Fabricants, Enseignes, Prestataires de service…) pour établir un état des lieux sur « la promotion des ventes face à la crise de la demande ». Ipsos est intervenu lors de cette journée sur le thème « Crise : quelles opportunités pour le consommateur – shopper ? ». Frédéric Basseto, Directeur du département MarketQuest, d’Ipsos Marketing, propose ci-dessous un résumé de certains points développés lors de sa prise de parole. Voir l'analyse vidéo.

Les limites du drive. C'est, selon IRI, " LE grand évènement au sein de la distribution alimentaire depuis au moins une décennie, du moins avec l'évolution de la législation (LME)".