background preloader

Addiction aux numériques : Presse & article web

Facebook Twitter

Se déconnecter ? Oui mais pas trop ! Trouver le «bon tempo» Les nouveaux outils de l’âge digital et leur multitude d’écrans ne sont-ils pas à la fois l’une des causes de notre difficulté à bien gérer notre temps et paradoxalement l’une des solutions pour atteindre l’objectif d’une meilleure maîtrise ?

Se déconnecter ? Oui mais pas trop !

À l’heure du trop plein numérique, n’est-ce pas justement à chacun de définir ses propres règles de mieux-vivre technologique, social et psychologique ? C’est en tout cas le point de vue de Dominique Cardon, sociologue au Laboratoire des usages des Orange Labs. Il analyse en des mots très clairs la façon dont l’usage des NTIC transforme notre rapport au temps : Depuis quinze ans, les outils de communication ont tendance à nous désynchroniser. «Déconnexion» ? Car au-delà de ce besoin de «trouver le bon tempo» que souligne le sociologue, la «déconnexion» (même partielle) ne serait-elle pas en train de devenir un phénomène de société ? Addiction, concentration, performances… ce que l’on sait (ou pas) des effets du smartphone. La recherche est encore balbutiante sur les effets de l’hyperconnexion aux smartphones, un phénomène récent à l’échelle de l’histoire de l’humanité.

Addiction, concentration, performances… ce que l’on sait (ou pas) des effets du smartphone

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Céline Mordant Il y a dix ans, le 9 janvier 2007, le patron d’Apple, Steve Jobs, présentait le premier iPhone. Depuis, le « téléphone intelligent » s’est imposé dans notre quotidien, dans nos poches, nos mains. On l’éteint rarement, on ne le quitte plus… Aurait-il refaçonné notre façon de penser ? Que disent les neurosciences des effets de cette hyperconnexion sur notre cerveau ?

Dans le flot des études et publications parfois contradictoires qui dressent soit une inquiétante liste des dégâts, soit une ode très optimiste aux facultés d’adaptation de l’être humain, difficile de s’y retrouver. Peut-on devenir dépendant à son smartphone ? La plupart d’entre nous ont le sentiment de maîtriser entièrement son rapport à son smartphone. It’s ‘digital heroin’: How screens turn kids into psychotic junkies. Susan* bought her 6-year-old son John an iPad when he was in first grade.

It’s ‘digital heroin’: How screens turn kids into psychotic junkies

“I thought, ‘Why not let him get a jump on things?’ ” she told me during a therapy session. John’s school had begun using the devices with younger and younger grades — and his technology teacher had raved about their educational benefits — so Susan wanted to do what was best for her sandy-haired boy who loved reading and playing baseball. She started letting John play different educational games on his iPad. Eventually, he discovered Minecraft, which the technology teacher assured her was “just like electronic Lego.” Modal Trigger At first, Susan was quite pleased. Still, Susan couldn’t deny she was seeing changes in John. Although that concerned her, she thought her son might just be exhibiting an active imagination.

Then, one night, she realized that something was seriously wrong. “I walked into his room to check on him. We now know that those iPads, smartphones and Xboxes are a form of digital drug. Modal Trigger. Petites et grandes nouvelles dans l'actualité des sciences et de l'environnement. L'addiction à Internet: une nouvelle maladie? Au moment où tous les individus sont connectés une question toute simple se pose.

L'addiction à Internet: une nouvelle maladie?

Où se trouve la frontière entre un usage répété et une addiction? Cette question n'est pas si facile. Le terme d'addiction est passé dans le langage usuel. Il appartient maintenant à la "pop-psychologie", la psychologie populaire. L'usage d'Internet appartient aussi au domaine professionnel, on peut y consacrer plusieurs heures, il ne s'agit pas d'une addiction. Mais qu'est-ce qu'une addiction à Internet? L'addiction se distingue de l'usage intensif par une préoccupation intellectuelle constante, une pensée focalisée sur l'idée, devenue un besoin , d'utiliser Internet. LIRE AUSSI: Dépendance à Internet: peut-on vraiment se désintoxiquer de la Toile? Parmi les autres stigmates d'une addiction, figure la tentative de masquer ou de minimiser le temps consacré.

L'addiction à Internet s'inscrit dans un double contexte Il existe des phases d'addiction temporaire de quelques semaines à quelques mois.