background preloader

Histoire ancienne

Facebook Twitter

Du plurilinguisme dans l’antiquité gréco-romaine | Assimil. Sarah Bernhardt dans le rôle de Cléopâtre en 1891. La reine d’Egypte était l’une des plus grandes polyglottes du monde antique. Photo de Napoléon Sarony. Photo (C) RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski Parmi les arguments invoqués en faveur de l’apprentissage du grec et du latin, il en est un, canonique, presque proverbial : « C’est pratique pour apprendre d’autres langues étrangères !

Malgré une richesse linguistique indéniable… Prenons le cas du grec ancien. Cela n’a cependant jamais empêché les Grecs d’avoir conscience de leur unité linguistique, qui va de pair avec une unité religieuse, historique et culturelle. …une certaine désinvolture Or, et de façon paradoxale, si la seule richesse de la langue grecque pouvait assurer à ses locuteurs une certaine polyvalence, peut-être même des prédispositions à l’apprentissage des langues étrangères, il semble que peu d’entre eux aient eu à cœur de relever ce défi.

Qui sont les multilingues du monde gréco-romain ? Langage corporel. Achille, Ulysse… où est votre victoire? Pour écouter l’émission, appuyez sur la touche “Ecouter” ci-dessous ou téléchargez le fichier audio en cliquant sur l’icône “Télécharger” à droite du player (flèche vers le bas). L’émission est aussi disponible en bas de page sur Youtube. Durée totale de l’émission: 39’28. Il existe de très nombreux livres sur la guerre mais très peu sur la victoire comme si ce concept ne faisait pas recette…. Comment expliquer ce décalage et que signifie au fond « gagner une guerre »? Dans un ouvrage qui fera date, Gaïdz Minassian propose une réflexion aussi subtile que novatrice, sur la nature de la victoire des textes homériques jusqu’à nos jours.

Une réflexion concentrique qui s’ouvre sur “un dialogue entre Achille, incarnation de la force, et Ulysse, personnalisation de la ruse, en présence d’Hector venu en observateur les voir s’invectiver sur les ambivalences de la victoire du Néolithique à nos jours” : comment définir la guerre et la victoire? Vous souhaitez soutenir Storiavoce?