background preloader

Elements de langage

Facebook Twitter

Privatisation, expropriation, concession, commercialisation du domaine public : les mots ont un sens. A mesure que la polémique autour des accords de numérisation de la BnF prend de l’ampleur et rebondit dans la presse générale, on voit apparaître un faisceau de positions révélant des différentes notables d’approches. Si la condamnation de ces partenariats public-privé est large, elle n’est pas non plus unanime. Cette gradation des points de vues est saine et légitime, mais il paraît important de bien cerner la nature exacte de ces nuances pour comprendre ce qu’elles signifient. Les mots de la déclaration "Non à la privatisation du domaine public en France ! " Quand on examine attentivement les positions, on se rend compte par exemple que certains s’opposent à ces accords, mais ne considèrent pas que le terme "privatisation" du domaine public soit approprié.

D’autres rejoignent l’opposition, mais sans condamner la forme même de ces partenariats, qu’ils rapprochent d’une concession de service public. Privatisation du domaine public = expropriation d’un bien commun. CUTV, l’effet larsen des médias sociaux  Arrivé au 100e jour du conflit étudiant, c’est devenu un rituel chaque soir. On se branche sur CUTVmontreal.ca pour voir en direct la #manifencours. Équipés de caméra et de cellulaires, des membres de la station communautaire des étudiants de l’Université de Concordia diffusent chaque soir, en direct de la rue, au coeur de l’action, ce qui se passe sur le terrain. On ne parle pas d’un topo de 10 secondes, mais bien des heures de direct, à l’intérieur de la foule qui manifeste.

Si vous voulez voir ce qu’on ne voit pas sur les grandes chaînes, c’est en ligne qu’il faut aller. Les nouvelles en temps irréel Il y a probablement plusieurs raisons qui expliquent la (relative) absence des grandes chaînes de télévision de ce côté. Le manque d’équipement léger. Résultat : quand la télé parle de débordements, CUTV ne montre que des foules festives, quand la télé doit passer à une autre nouvelle (« désolé, c’est tout le temps qu’on a »), CUTV nous montre la police charger les manifestants. Abstention, porte-à-porte: s'il gagne, Hollande devra-t-il sa victoire à Obama? Lille, le 17 avril. Les trois jeunes hommes qui surveillaient la table des inscriptions à la campagne de François Hollande devant les arènes de Lille viennent tous de Strasbourg mais datent leur éveil politique de leur passage à Cambridge, dans le Massachussetts. Début 2008, alors étudiant à la Kennedy’s Harvard School, Guillaume Liegey apprit les rudiments de la prise de contact avec les électeurs dans un cours dispensé par le membre de l’état-major démocrate Steve Jarding et lors de rencontres avec Marshall Ganz, le légendaire organisateur syndical dont certains protégés étaient les plus hauts responsables de la campagne de Barack Obama. publicité Fascination pour les coulisses de la campagne Obama Curieux objet de fascination pour trois étrangers vivant leur première rencontre avec la politique américaine.

Les différences d’une campagne à l’européenne Mais en rentrant chez eux, ils se sont souvent heurtés aux cultures politiques bien ancrées de leur pays natal. La manne de la primaire. La Présidentielle 2012 ! « Plumes » de candidats, Election présidentielle 2012 - Les Echos.fr. Argumentation et Analyse du Discours. Franck Louvrier. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Franck Louvrier, né le , est président de Publicis Events, vice-président de Publicis Consultants et ancien conseiller en communication du ministre puis du président de la République française Nicolas Sarkozy.

Biographie[modifier | modifier le code] Diplômé en droit et sciences politiques à l’université de Nantes et de l'ESG Management School[1], il est devenu conseiller en communication de Nicolas Sarkozy en 1997 et fut chargé de la communication de la présidence de la République de 2007 à 2012. Il a d'abord débuté comme assistant parlementaire d'Élisabeth Hubert, députée de Loire-Atlantique, puis dans son cabinet au ministère de la Santé et de l’Assurance maladie où il est chargé des relations avec la presse.

Au sein du RPR, il est chef du service de presse sous la présidence d'Alain Juppé. Franck Louvrier joue un rôle essentiel dans la communication de Nicolas Sarkozy. Dans la fiction[modifier | modifier le code] Le blog de Franck Louvrier. Conférence de Jerome Bondu sur les réseaux d'influence, CJD Beauvais. Observatoire Français des Think Tanks. Presse et pouvoir : Les spin doctors - une vidéo Actu et Politique. Spin doctor. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un spin doctor est un conseiller en communication et marketing politique agissant pour le compte d'une personnalité politique, le plus souvent lors de campagnes électorales.

En français canadien, on parle parfois de « doreur d'images »[1]. Étymologie[modifier | modifier le code] Il est vrai que la fonction est ancienne et s'est formalisée depuis les années 1930, même si le mot lui-même, spin, n’a vraiment été popularisé qu’à partir de 1984 et du débat entre Ronald Reagan et Walter Mondale. To spin, en anglais, signifie « faire tourner ». Spin fait donc allusion à l’« effet », comme celui que l’on donne à une balle de tennis ou à la façon de faire tourner une toupie. La commission générale de terminologie et de néologie française recommande depuis 2007 l'emploi du terme « façonneur d'image » pour traduire cette fonction.

Pratique des Spin doctors[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] L. Les théories et les modèles de communication. Le modèle de Jakobson développe une réflexion sur le message dans le communication verbale. Ce modèle est composé de 6 facteurs : le destinateur; le message; le destinataire; le contexte; le code; le contact.

Le message suppose un codage et un décodage, d'où l'introduction du facteur code. Le contact est la liaison physique et psychologique entre l'émetteur et le récepteur. Le contexte est l'ensemble des conditions sociales. La principale originalité de ce modèle, c'est qu'a ces 6 facteurs correspond 6 fonctions: La fonction expressive : Consiste à informer l'émetteur sur la personnalité de celui qui transmet le message : volonté d'exprimer les pensées, les critiques à leur égard (communication de crise). La fonction conative : cette fonction va efforcer le destinateur à agir sur le destinataire (inciter à écouter, à agir, à émouvoir).

La fonction phatique : cette fonction est relative au contact. La fonction poétique : Ne se limite pas à la seule poésie, car tous message est expressif. Roman Jakobson : Les fonctions du langage. Suivez-nous Jakobson Le modèle des fonctions du langage de Jakobson distingue six éléments ou facteurs de la communication nécessaires pour qu'il y ait communication : (1) contexte ; (2) destinateur (émetteur) ; (3) destinataire (récepteur) ; (4) contact ; (5) code commun ; (6) message.

Chaque facteur est le point d'aboutissement d'une relation, ou fonction, établie entre le message et ce facteur. Ce sont, respectivement, les fonctions : (1) référentielle (« La terre est ronde ») ; (2) émotive (« Beurk ! ») ; (3) conative (« Viens ici ») ; (4) phatique (« Allô ? ») ; (5) métalinguistique (« Qu'entends-tu par “ krill ”? ») ; (6) poétique (« Schtroumf »). Le célèbre modèle des fonctions du langage du linguiste russo-américain Jakobson (1963 : 209-248) est, et à plusieurs égards, contestable d'un point de vue théorique. Chaque facteur est le point d'aboutissement d'une relation orientée, ou fonction, établie entre le message et ce facteur. 1. 2. ARCAND, R. et N. ..: Psychologie sociale de la communication : médias et politique (Pascal marchand) [Accueil] :.. Théories des groupes.

L'effet Asch. On doit cette expérience, datant de 1951, à Asch. Son hypothèse de départ est la suivante : Un individu est susceptible de faire sien un jugement qu’il sait contraire au bon sens, à la réalité et cela sans que quiconque n’ait à délivrer la moindre récompense ou punition. Les résultats sont les suivants : Décryptage des "éléments de langage" - une vidéo Actu et Politique. Bienvenue | la coopol. Agissons sur le net.

Parti socialiste. Barack Obama : une campagne révolutionnaire. Premier élément : une grande cause mobilisatrice, le changement. On dit beaucoup qu’Obama a mené une campagne charismatique, centrée sur sa personnalité. C’est vrai au début. Mais elle pose vite des problèmes sérieux. Si elle mobilise, elle est aussi clivante : il y a les « fans », les « adorateurs » qui suivent la rockstar, le gourou ; et il y a les autres, qu’inquiète cette hyper-personnalisation. John McCain l’attaque sur son culte de la personnalité : c’est « Obama first » contre « country first ». Le coup de génie d’Obama, c’est d’être sorti de cette campagne charismatique pour basculer vers un nouveau modèle : la campagne de cause, de type caritatif. La clé de la campagne de cause, c’est l’appropriation : les électeurs deviennent des acteurs du changement.

Deuxième élément : les nouvelles technologies comme outils principaux de mobilisation. Plusieurs campagnes récentes en ont eu l’intuition. Troisième élément : la mobilisation par le don. Quatrième élément : la révolution militante. Le point de rupture. 29 Août 2011 Enquête sur les ressorts du vote FN en milieux populaires - Uniquement en téléchargement - par Jérôme Fourquet Alain Mergier Téléchargez l'essai gratuitement (682,91 ko) Le constat est sans appel: les milieux populaires ne croient plus en la capacité d’action des politiques. Ils attendent des réponses pertinentes et volontaristes mais n’entendent aujourd’hui que le discours de Marine Le Pen.

Pour que le FN ne conserve pas ce monopole, il est urgent de répondre à la demande de protection qu’ils expriment. Télécharger la synthèse : Synthèse point de rupture (pdf - 220,02 ko) Synthèse Il y a urgence à s’interroger sur les raisons du succès de Marine Le Pen en prévision du prochain scrutin présidentiel. Une nouvelle évolution vient d’abord parachever le mouvement de décrédibilisation croissante du pouvoir politique. 22 – 28 septembre 2011, « Sarkozy, Guéant... 25 août 2011, « L’étude qui inquiète sur le vote Le Pen », par Hervé Gattegno.

[ITW] Un lobbyiste numérisé en campagne. À l'intérieur du PS, il passe pour le lobbyiste des questions numériques. Benoît Thieulin a construit plusieurs campagnes sur Internet et conseillé plusieurs hommes et partis politiques. Proche du PS, il nous confie ses impressions sur l'échéance électorale à venir. Fondateur dela Netscouade, une agence de communication et d’influence sur Internet, Benoît Thieulin devrait jouer un rôle important dans les opérations de lobbying du PS sur Internet pendant la présidentielle. En 2007, il coordonnait la campagne web de Ségolène Royal. Dans les différents partis, on entend dire qu’une campagne électorale ne se gagne pas sur le web. On pourrait sortir du sujet pour lui trouver une illustration plus forte. Et Internet a joué un rôle absolument clé, à mon avis à deux points de vue : d’une part le façonnement des esprits, donc au fond un travail culturel qui a probablement armé dans les têtes les révolutions arabes, et d’autre part ce que certains appellent la synchronisation.

Bien sûr. Obama connaît pas. Du PS à l'UMP, chacun affirme avoir tiré les leçons de la campagne d'Obama en 2008. De l'UMP au PS, divers responsables ont fait le voyage aux États-Unis pour recevoir un cours accéléré sur la com' sur Internet. De là à penser que la leçon a été assimilée... En réalité, les partis français s'agitent sur le sujet sans vraiment parvenir à l'appréhender. Mardi 3 janvier 2012 en soirée. Le président américain Barack Obama, de retour de vacances à Hawaii, s’adresse depuis la Maison Blanche via Skype à des militants démocrates de l’Iowa.

Au même moment, de l’autre côté de l’Atlantique, en France, les médias s’intéressent à “l’adresse” aux Français du candidat socialiste, François Hollande. Skype d’un côté, presse et télé de l’autre. Le secret d’Obama ? La démarche se poursuit sur le terrain : Des centaines de milliers, sinon des millions de personnes, constituent localement des équipes et deviennent des ambassadeurs du candidat sur le terrain physique, des “grassroots”. En 2012 Internet vire à droite. La cote d'Internet grimpe pour 2012. Face à un PS à la ramasse, l'UMP tente de s'approprier la thématique, aux commandes d'un tank électoraliste.

Quand Nicolas Sarkozy en fait une priorité de son agenda. Nicolas Sarkozy veut célébrer Internet. Pour fêter ça, OWNI publiera début décembre un livre numérique sur les préparatifs de la campagne numérique. Vincent Feltesse, chargé du numérique dans l’équipe de François Hollande, le reconnaît sans trop de problème : sur Internet, le programme du candidat socialiste à l’élection présidentielle, est bien ”a minima”, comme l’évoquait OWNI il y a deux semaines. Mais ”Ce que vous reprochez dans un article récent est valable pour bien d’autres choses que le numérique”, ajoute-t-il. Il va falloir faire le reste Côté PS, jusqu’à la nomination de François Hollande, le temps n’était pas à l’affaire. A en croire ce proche de François Hollande, le côté opérationnel lui, est pour le moment mis de côté. L’UMP réécrit l’e-Histoire.

Storytelling