background preloader

Usages des TIC

Facebook Twitter

Mettez-vous des photos de vos enfants sur Facebook? Une récente étude de l’Université de Washington a montré que les enfants se sentaient de plus en plus concernés par les photos d’eux publiées par leurs parents.

Mettez-vous des photos de vos enfants sur Facebook?

En effet, selon eux, ils ont beau passer du temps sur les réseaux sociaux, cela ne signifie pas que leurs parents ont le droit de « poster » des photos d’eux. Que ce soit sur Facebook ou Instagram, cette question représente déjà un enjeu juridique sérieux dans certains pays. En Europe par exemple, les autorités de certains pays préviennent les parents que leurs enfants, une fois adulte, pourraient les poursuivre pour atteinte à la vie privée ou à leur sécurité… Publier des photos de ses enfants sur Facebook part généralement d’un bon sentiment.

Néanmoins, on oublie parfois les risques liés à la diffusion de ces dernières. Les enfants peuvent-ils poursuivre leurs parents en justice? Les adolescents sur Internet : expériences relationnelles et espace d’initiation. 1 D’après Houssonloge, « près de 80 % des 6/17 et près de 100 %, 96 % des 15-17 ans naviguent sur le (...) 1Les usages spécifiques d’internet et du Web 2.0 par les adolescents interrogent sur l’évolution des pratiques d’accès à l’information des futurs citoyens dans le contexte d’un espace public diffracté, mosaïque (Bastien et Neveu : 1999 ; Dahlberg : 2001), et dont le déficit d’unité est indéniablement corrélé à la montée en puissance des technologie relationnelles.

Les adolescents sur Internet : expériences relationnelles et espace d’initiation

Les 8 bonnes pratiques pour un bon compte #Twitter. Au sommaire : A sa sortie en 2006, Twitter n’avait pas beaucoup d’utilisateurs en France. En 2013, pour le même pays, on nous donnait les chiffres de 5,2 millions de comptes existants pour 2,4 millions de comptes actifs. Après une entrée en bourse en fanfare, il est possible qu’il y ait une augmentation du nombre d’utilisateurs sur ce petit réseau social.Avant de s’inscrire sur Twitter, il faut bien réfléchir à ce que l’on veut faire dessus.

En effet, les utilisations peuvent être multiples : professionnel, particulier, etc… Vous pouvez d’ailleurs lire ici mon article sur les 7 exemples d’utilisations de #twitter hors-entreprise. Voici quelques bonnes pratiques à suivre pour Twitter. 1- Prendre un nom de compte compréhensible. Grâce à vos données, on peut tout savoir de vous : voyez par vous-même. « Facebook n’est pas le problème : c’est le symptôme ! »

Dans le New Yorker, la psychologue Maria Konnikova (@mkonnikova), l'auteure du bestseller Mastermind, comment penser comme Sherlock Holmes ?

« Facebook n’est pas le problème : c’est le symptôme ! »

Revient sur plusieurs études de confrères sur les usages de Facebook, montrant des résultats contradictoires. Certaines montrent que Facebook rendrait ses utilisateurs tristes, comme c'est le cas de celle dirigée par Ethan Kross, directeur du laboratoire sur l'émotion et l'auto-contrôle de l'université du Michigan (et qui rappelle les résultats de Robert Kraut (Wikipédia), qui, en 1998, avait montré que plus les gens utilisaient l'internet, plus ils se sentaient seuls et déprimés), et d'autres prouvent exactement le contraire. L'empreinte digitale d'un troll.

(Agence Science-Presse) Il y a quelques semaines, la compagnie Apple annonçait avec fierté que son nouveau téléphone serait muni d’un système de reconnaissance par empreinte digitale.

L'empreinte digitale d'un troll

Au-delà des inquiétudes sur la vie privée, il est tout de même un avantage qui est passé inaperçu: la possibilité qu’il s’agisse d’un outil pour lutter contre les trolls. Infographie : le phénomène MOOC débarque en France. Avec des internautes aussi mauvais, qui a besoin de la NSA ? Alors que le tout Internet hurle, trépigne et s’offusque des pratiques de la NSA, Microsoft publie les résultats d’une étude qui montre que les internautes, en dépit de toutes leurs vertueuses protestations, ne doivent finalement pas attacher beaucoup d’importance à la sécurité de leurs données.

Avec des internautes aussi mauvais, qui a besoin de la NSA ?

Présentation du Web Invisible. Mon disque dur plus intelligent qu’Internet et le nuage. Faut-il supprimer l’option « enregistrer sous » L’arrivée des tablettes amène à questionner l’existence d’une fonction qui marque tous les utilisateurs d’ordinateur depuis de longues années : la fonction « enregistrer sous ».

Faut-il supprimer l’option « enregistrer sous »

En quoi cette fonction est-elle marquante ? Parce qu’elle désigne le choix d’inscrire dans la « chair » de l’ordinateur l’objet saisi, repérer, choyé parfois (image, texte son etc…). Pourquoi baissons-nous la garde avec la confidentialité de nos données. Pressés, distraits, la plupart du temps nous ne faisons pas attention aux trop complexes conditions générales d’utilisation que nous acceptons.

Pourquoi baissons-nous la garde avec la confidentialité de nos données

Nous échangeons nos données personnelles contre un service ou un avantage qu’on ne peut pas toujours négocier ou refuser. Alessandro Acquisti, économiste du comportement à l’Université Carnegie Mellon à Pittsburgh où il enseigne l’ingénierie de la vie privée, étudie la façon dont nous faisons ces choix. Ses recherches ont montré que, bien que nous nous disions concerné par la vie privée, nous avons tendance à agir d’une manière incompatible à nos principes, explique Somini Sengupta dans un long article qu’il lui consacre pour le New York Times. Ses recherches montrent combien il est facile de manipuler les gens pour récolter des informations sur eux. InternetActu.net sur LeMonde.fr. IDENTITÉ NUMÉRIQUE by K. Derraze on Prezi. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les réseaux sociaux (et vous avez osé le demander)

Les risques liés aux publications sur les réseaux sociaux.

Pratiques des médias sociaux chez les collégiens et lycéens : l'exemple de Facebook. Comment la révolution numérique bouleverse la cellule familiale. Un regard sur l'Ecole, par Luc Cédelle, journaliste au Monde.

Pédagogie : le numérique peut-il casser des briques ? (1) Qu'en est-il du numérique « pédagogique »?

Pédagogie : le numérique peut-il casser des briques ? (1)

Véronique Mesguich: On ne naît pas numérique, on le devient! "Affronter les incertitudes : s'attendre à l'inattendu, à l'improbable, sources de progrès": tel était l'un sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur, énoncés en 1999 par Edgar Morin.

Véronique Mesguich: On ne naît pas numérique, on le devient!

Les jeunes sont-ils aujourd'hui réellement préparés par l'école et la société à affronter ce monde d'incertitude qui est le nôtre depuis désormais plusieurs années ? Les nouvelles technologies de l'information pourraient-elles accompagner cette période de forte mutation ? Comment peut on développer la culture numérique des jeunes afin de les rendre plus autonomes et responsables, lutter contrer l'échec et favoriser l'égalité des chances ? Depuis bientôt 20 ans ou peu s'en faut, nous parlons de l'avènement des nouvelles technologies de l'information, cependant l'adaptation des organisations (entreprises ou institutions), des modèles économiques et du secteur de l'Education reste lente, marquée par de petites avancées et de fortes réticences.

La sérendipité, une compétence nouvelle ? - Louisa Yousfi, article Éducation. Pour trouver ce que nous recherchons, rien de tel que… se sentir perdu.

La sérendipité, une compétence nouvelle ? - Louisa Yousfi, article Éducation

C’est en tout cas l’enseignement que Karine Aillerie, spécialiste des sciences de l’information, tire de son enquête effectuée auprès de 59 adolescents scolarisés en collè­ge et lycée, disposant d’une connexion Internet à domicile. Parmi les jeunes interviewés, certains auraient fait de leur sentiment de perdition ressenti lors de leurs recherches sur Internet un véritable atout.