background preloader

Données personne, arnaques et Cie

Facebook Twitter

Comment repérer un site de phishing ? 2 juin 2017 - Aucun commentaire - Temps de lecture : 7 minute(s) - Classé dans : Phishing Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android Le terme de phishing — ou hameçonnage — n’est pas nouveau pour qui s’intéresse un peu à la sécurité des systèmes d’information.

Comment repérer un site de phishing ?

Voici différents conseils pour repérer une fraude. Tribune GlobalSign – Dans un billet du blog de GlobalSign, il était déjà évoqué les trésors d’ingéniosité déployés par les cybercriminels pour piéger les utilisateurs, notamment par l’envoi d’e-mails de phishing les incitant à télécharger des contenus malveillants ou à se rendre sur des sites Web infectés. Rien qu’en 2016, les attaques de phishing ont explosé de 400 %, tendance qui devrait continuer à progresser cette année.

L’envoi d’e-mails malveillants n’est qu’un volet du processus de phishing. Afin de mieux comprendre cette pratique, nous avons listé les principaux scénarios susceptibles de faire atterrir les internautes sur des sites de phishing. Loading... Une avocate a réécrit les conditions d'utilisation d'Instagram comme si elles étaient expliquées à un enfant de 8 ans - Business Insider France.

Capture d'écran de "Black-ish" S02E12.

Une avocate a réécrit les conditions d'utilisation d'Instagram comme si elles étaient expliquées à un enfant de 8 ans - Business Insider France

ABC. Aucun mineur qui utilise Instagram n'a lu en entier les conditions d'utilisation du réseau social. C'est ce qu'affirme un rapport des services du délégué britannique aux droits des enfants, intitulé "grandir à l'ère du numérique", publié le 5 janvier 2017 et repéré par le site d'information Quartz. Pour montrer l'opacité des conditions d'utilisation des réseaux sociaux, le rapport a demandé à une avocate du cabinet privé Shillings de "traduire" ces règles dans un langage "simplifié". Selon une étude Ofcom, 43% des enfants britanniques entre huit et onze ans ont un compte sur Instagram (56% pour les 12-15 ans). 1. 2.

Enquête sur l’algo le plus flippant de Facebook. La section « Vous connaissez peut-être » (« People you may know ») de Facebook est une source inépuisable de spéculations.

Enquête sur l’algo le plus flippant de Facebook

Cette fonction, en apparence sympathique puisqu’elle nous propose d’ajouter de nouveaux amis, semble détenir des informations très personnelles sur chacun d’entre nous. Une journaliste de la rédaction s’est ainsi vu proposer un flirt dont elle n’avait pas noté le téléphone dans son portable ; un autre collègue s’est vu proposer un pote qu’il n’a pas revu depuis 10 ans et qui venait de lui envoyer un mail ; une autre enfin, sa femme de ménage, dont elle a le numéro de téléphone dans son portable, mais avec laquelle elle n’a jamais eu aucune interaction en ligne.

Beaucoup ont aussi vu apparaître des gens rencontrés sur des applis de rencontre comme Tinder ou Grindr. Plutôt embarrassant, non ? Folles rumeurs Entre nous, les mots de « magie noire » et « espionnage » sont prononcés. Mots de passe les plus utilisés en 2016 : visiblement, ça ne s’arrange pas - ZDNet. On ne change pas une équipe qui perd. « 123456 » reste le mot de passe le plus utilisé.

Mots de passe les plus utilisés en 2016 : visiblement, ça ne s’arrange pas - ZDNet

Et les éditeurs de gestionnaires de mot de passe sont toujours les premiers à nous le rappeler. Dans sa nouvelle étude sur l’utilisation des mots de passe, l’éditeur Keeper Security fait ainsi le tour des mots de passe les plus fréquents. Pour parvenir à répertorier ceux-ci, Keeper Security s’appuie sur plus de 10 millions de mots de passe rendus publics au gré des vols de données récents. Une source d’information particulièrement précieuse, puisqu’elle est constituée de mots de passe effectivement utilisés par les internautes pour sécuriser leurs comptes. Et le résultat est loin d’être rassurant. Ainsi, Keeper Security nous explique que 17% des utilisateurs utilisent « 123456 » comme mot de passe pour leurs comptes. Bien évidemment, ces mots de passe se révèlent extrêmement faciles à casser, même si ceux-ci sont protégés par un chiffrement solide. Les suspectes demandes d’amitié sur les réseaux sociaux » Orbis.info @ Notes de Jean-François Mayer.

Elle prétend s’appeler Marlene Lecoq et résider à Montréal: c’est la dernière en date.

Les suspectes demandes d’amitié sur les réseaux sociaux » Orbis.info @ Notes de Jean-François Mayer

Plusieurs fois par semaine, je découvre une nouvelle demande d’une inconnue au visage plus ou moins charmant, à la pose plus ou moins suggestive, qui souhaite devenir mon «amie» sur mon compte Facebook. Chaque demande est aussitôt rejetée, et la personne bloquée pour d’éventuelles demandes de contact futur. Tout cela n’est bien entendu pas plus sérieux — et tout aussi suspect — que les courriels anonymes de prétendues jeunes femmes affirmant éprouver un désir irrésistible de me connaître après avoir découvert mon profil en ligne! Mais je suis chaque fois surpris de constater que d’autres utilisateurs des réseaux sociaux semblent avoir eu du mal à résister à un joli minois ou à un regard langoureux — alors que les photographies sont, bien entendu, toujours usurpées, et qu’il n’est pas difficile de le découvrir!

Derrière le mirage des sourires enjôleurs, de vrais escrocs. Les cartes bancaires sans contact et la confidentialité des données.