background preloader

Développement durable maroc

Facebook Twitter

Au Maroc, des mosquées vertes pour la COP22 et après. Le royaume, qui accueille en novembre la COP22, lance un programme pour réduire la consommation électrique dans ses mosquées.

Au Maroc, des mosquées vertes pour la COP22 et après

Après les villes vertes, les voitures électriques, la campagne « Zéro mika » pour éradiquer les sacs plastiques, le Maroc dévoile un nouveau programme de « mosquées vertes », dernier avatar de l’engagement du royaume pour les énergies propres à deux mois de la conférence sur le climat COP22 de Marrakech qui doit se tenir du 7 au 18 novembre à Marrakech. Une mosquée « verte » modèle devrait ainsi être présentée aux invités de la COP dans un village près de la Ville rouge. Lire aussi : COP21 : Pékin ratifie l’accord de Paris sur le climat.

Vidéo: La plus grande centrale solaire du monde vient d'allumer son premier réacteur - Science-et-vie.com. Noor.

vidéo: La plus grande centrale solaire du monde vient d'allumer son premier réacteur - Science-et-vie.com

Ainsi se nomme la centrale solaire qui vient d'être officiellement mise en service au Maroc, dans la province de Ouarzazate, à 10 km de la ville éponyme. Noor, cela veut dire "lumière". Et s'il ne s'agit que du démarrage effectif de la phase I - une centrale d'une capacité de 160 MW - le projet, une fois achevé en 2020, portera bien son nom : ce sera la plus grande centrale solaire du monde, d'une capacité de 580 MW.

Pour l'heure, Noor I ne produit donc "que" 160MW de puissance, soit l'équivalent de la puissance nécessaire pour faire voler un Boeing 747 en vol (passagers inclus) ou pour donner de l'électricité à 1 millions de Marocains (selon les sources officielles), du moins tant que le Soleil est au rendez-vous... et quelques heures après son coucher. Une centrale solaire thermodynamique Bientôt rejointe par Noor II, Noor III et Noor IV. Le chantier hors norme de la première ligne à grande vitesse d’Afrique. Le tronçon Tanger-Kenitra est en cours d’achèvement.

Le chantier hors norme de la première ligne à grande vitesse d’Afrique

La « ligne à grande vitesse Maroc » est prévue à la mi-2018. Dans la lumière de l’hiver marocain, une longue cicatrice dessine un trait sombre sur le flanc des collines verdies par les pluies récentes. Voici la « trace ». La future « ligne à grande vitesse (LGV) Maroc », dont le premier tronçon est en cours d’achèvement entre Tanger et Kenitra. Cinq mille six cents hommes et leurs machines s’affairent sur un chantier de 200 kilomètres qui accumule les superlatifs : l’équivalent de 60 montagnes de terre déplacées en cinq ans, le plus long viaduc pour TGV jamais réalisé, l’équivalent de 100 kilomètres de pieux ancrés dans le sol, 700 000 traverses, 48 000 tonnes de rail…

Cop 22 : le Maroc vend son initiative « Triple A » en faveur de l’agriculture en Afrique. Au Maroc, les batailles pour préserver l’or bleu. Traque des fuites d’eau, gestion des eaux usées… Le royaume fait face au danger du déficit hydrique LE MONDE | • Mis à jour le | Par Martine Valo (Oujda, Maroc) A Oujda, capitale de la province marocaine de l’Oriental, un homme se concentre, casque sur les oreilles, sur le son de la canalisation d’eau potable souterraine.

Au Maroc, les batailles pour préserver l’or bleu

Il fait partie des brigades des chasseurs de fuites qui arpentent la ville de 470 000 habitants, auscultant ses 1 500 km de réseaux. Ici, sur 100 litres d’eau produite, 61 atteignent le robinet ; l’agglomération ambitionne de passer à 75. Un score honorable à l’échelle mondiale. Le Maroc, royaume du soleil et du vent. Hôte de la COP22 du 7 au 18 novembre, où les représentants de 195 Etats sont attendus, le pays mise sur des parcs renouvelables géants pour réduire ses importations de combustibles fossiles LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir (Ouarzazate (Maroc) -envoyé spécial) Noor.

Le Maroc, royaume du soleil et du vent

La « lumière » en arabe. Elle jaillit devant nous, comme surgie de terre, au milieu d’un aride plateau rocailleux. Il ne s’agit pas d’un mirage. En cette journée d’octobre, l’ensoleillement est généreux et l’installation fonctionne à plein régime. Dans la salle de contrôle, les voyants sont au beau fixe. Un complexe solaire sur 3000 hectares Inaugurée en février par le roi Mohammed VI, Noor 1 est aujourd’hui l’une des plus grandes centrales solaires au monde dans cette technologie à concentration. Ce n’est qu’un début. Dopée par le raccordement des zones rurales, la consommation électrique du pays double tous les dix ans. Un inépuisable potentiel éolien Pour le royaume, l’enjeu est crucial.

Dévoreur de terres. Solaire : le Maroc à la pointe. Tamezghitane, 4 février 2016.

Solaire : le Maroc à la pointe

Cette bourgade située en plein désert, à quelques kilomètres d’Ouarzazate, scène de décor des grosses productions hollywoodiennes, accueillait cette fois des personnalités d’un tout autre ordre. Maroc : inauguration en grande pompe de la centrale solaire Noor à Ouarzazate. L’inauguration de la centrale thermo-solaire de Ouarzazate, ce 4 février, a attiré du beau monde avec comme invités de marque la ministre française de l’Écologie, Ségolène Royal, et le ministre des Affaires étrangères espagnol, José manuel Garcia-Margallo.

Maroc : inauguration en grande pompe de la centrale solaire Noor à Ouarzazate

Plus de 800 personnes étaient présentes, ce 4 février, à la cérémonie d’inauguration de la centrale thermo-solaire Noor 1 à Ouarzazate, la première unité d’un grand complexe appelé à devenir le plus grand du monde. Les Français et les Espagnols en force À quelques encablures du site du projet, où des milliers de miroirs ont été installés sur le sable, un grand chapiteau a été dressé pour contenir tous les invités à cette cérémonie. La délégation française était aussi composée du député républicain Luc Chatel, président du Groupe d’amitié France-Maroc à l’Assemblée nationale, et le sénateur socialiste David Assouline, vice-président du Groupe d’amitié France-Maroc au Sénat. L'écoconstruction dans les oasis du Sud du Maroc - Histoire-géographie - Éduscol. Alors que les négociations de la COP22 ont commencé à Marrakech le 7 novembre 2016, l'Académie du Royaume du Maroc propose des ressources pédagogiques à propos de l'écoconstruction dans les oasis du sud du Maroc.

L'écoconstruction dans les oasis du Sud du Maroc - Histoire-géographie - Éduscol

Un web-documentaire retrace les projets menées par l'architecte Salima Naji en terre et en pierre dans des logiques d'écorénovation et d'écoconstruction. Les techniques de construction locales et les matériaux traditionnels qui ont permis des architectures bioclimatiques multiséculaires sont en effet réinvestis par les entreprises de la région de Souss Massa depuis 2008 pour réaliser des bâtiments contemporains à vocation culturelle (centre d'interprétation du patrimoine) mais aussi sociale (maison d'accouchement). Les bâtiments historiques sont réhabilités et aménagés au profit des habitants. L'ensemble des pages de ce portail peut donc permettre de mener une étude de cas pour traiter du développement durable dans des espaces à forte contrainte climatique.