background preloader

Génocide juif et tzigane

Facebook Twitter

Documents pédagogiques du centre de recherches "Yad Vashem"

Site-Mémorial du Camp des Milles - Aix-en-Provence : un mémorial pour l'avenir. Si je reviens un jour : les lettres retrouvées de Louise Pikovsky - FRANCE 24. En 2010, lors d’un déménagement au sein du lycée Jean-de-La-Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, des lettres et des photographies ont été trouvées dans une vieille armoire.

Si je reviens un jour : les lettres retrouvées de Louise Pikovsky - FRANCE 24

Enfouis là depuis des dizaines d’années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky. Plusieurs mois durant, cette jeune lycéenne a correspondu avec sa professeure de lettres. Son dernier courrier date du 22 janvier 1944, jour où elle est arrêtée avec sa famille. Internés à Drancy, le père, la mère et les quatre enfants ont été déportés à Auschwitz. Ils n’en reviendront pas. Informée de cette découverte, Stéphanie Trouillard, journaliste de France 24, a prêté main forte à Khalida Hatchy, une professeure de l’établissement qui souhaitait reconstituer le parcours de cette jeune fille.

Mémoires des déportations 1939 - 1945. Légende : Témoignages et Camps.

Mémoires des déportations 1939 - 1945

Mémorial de la Shoah/ Outils pour enseigner. Le Mémorial de la Shoah a rassemblé et sélectionné des ressources de différentes natures à l’attention des enseignants et des éducateurs désireux d’initier le jeune public à l’histoire de la Shoah ou d’approfondir avec leurs élèves un aspect particulier de la période englobant la Seconde Guerre mondiale et l’entreprise de persécution et de destruction des Juifs d’Europe.

Mémorial de la Shoah/ Outils pour enseigner

Les ressources en lignes Comme les autres objets d’histoire étudiés en classe, la Shoah se doit d’être abordée par le biais de documents d’archives permettant aux élèves d’élaborer un raisonnement historique sous la direction de leurs enseignants. Le corpus retenu dans ces « outils pédagogiques » est volontairement réduit; c’est une indication du type de sources disponibles, qui se comptent par milliers. Les ressources audiovisuelles constituent un support particulièrement adapté au témoignage.

Des synthèses historiques sont regroupées dans la partie fiches thématiques. Emprunter une exposition Brochures thématiques. Le cahier de Susi. Journal d'Anne Frank : une histoire encore mystérieuse (podcast France Culture) 28 septembre 1942, Amsterdam.

Journal d'Anne Frank : une histoire encore mystérieuse (podcast France Culture)

Anne Frank est cachée depuis deux mois avec sa famille et quatre autres clandestins dans un appartement secret dans l'Annexe de l'entreprise de son père, afin d'échapper aux nazis. Ce jour-là, sur deux pages de son journal, l'adolescente de 13 ans écrit quatre blagues "salaces" et trente-trois lignes sur la sexualité. Ce sont ces deux pages, jusqu'ici recouvertes de papier kraft, qui ont été révélées mardi par des chercheurs. Une découverte qui intervient plus de 70 ans après la première publication du Journal. Retour sur un ouvrage qui s'est vendu à plus de trente millions d'exemplaires dans le monde entier. La découverte des écrits : "un chantier en vrac" Anne Frank commence à écrire son journal intime le 12 juin 1942. Lorsque nous sûmes, vers le mois de juillet 1945, qu’Anne comme Margot (sa sœur) étaient mortes à Bergen-Belsen, j’ai rendu à M.

L'employée n'a en fait récupéré qu'une partie des écrits d'Anne Frank, juste après l'arrestation de la famille. Hans Vogel diary - Collections Search - United States Holocaust Memorial Museum. Ginette Kolinka, rescapée de Birkenau, passeuse de mémoire : « Il ne faut jamais oublier que c’est la haine qui a engendré cela. » Comprenez-vous alors que cela sonne la fin de votre déportation ?

Ginette Kolinka, rescapée de Birkenau, passeuse de mémoire : « Il ne faut jamais oublier que c’est la haine qui a engendré cela. »

Pas du tout. Nous quittons l’usine à bord d’un train, dans lequel nous restons enfermées plus d’une semaine. C’est un calvaire. Nous n’avons pas d’eau, nulle part où faire nos besoins. Chaque jour, il y a de nouvelles mortes. Vous êtes rapatriée au mois de juin 1945. J’arrive à l’appartement les cheveux rasés, pesant 26 kilos, vêtue d’une veste militaire allemande et probablement pieds nus. Par la suite, durant 55 ans, vous n’avez plus jamais parlé de cette période. Vous savez, je souhaite à tout le monde de vivre l’existence heureuse que j’ai eue après la déportation.

Qu’est-ce qui vous a décidé à parler ? Il y a d’abord eu cette première fois. Au début des années 2000, je suis veuve, je passe par hasard devant le siège de l’Union des Déportés d’Auschwitz (UDA). Comment se passe votre premier retour à Birkenau ? Je pensais que ça allait me bouleverser, mais je ne reconnais rien, je ne ressens rien.