background preloader

Assurance, conviction, confiance

Facebook Twitter

Rapprochement Homme-Animal. VIANDE et POISSON - l'alimentation taboue ?? Personnalités végétar(l)iennes. Témoignages végétariens et végétaliens. Comment passer le cap ? Renoncer à la viande ? Être vegan et manger équilibré : à bas les idées reçues ! (1/2)

Initialement publié le 29 août 2012 Que mange un/e végétalien/ne, pourquoi, qui sont-ils, quels sont leurs réseaux ? Je tenterai modestement d’apporter quelques éléments de réponse à ces questions et bien d’autres soulevées sur le forum après l’article de BleuKobalt, à partir de mon expérience. Avertissement : je ne suis pas le porte-drapeau des végétaliens de France et de Navarre. Je rechigne d’ailleurs à m’attacher l’étiquette. Pour moi, être végé, vegan, ce que vous voulez, c’est un peu comme être féministe : c’est une philosophie de vie, des valeurs auxquelles je crois sans vouloir nécessairement les imprimer sur ma carte de visite. Il s’est écoulé 8 ans entre ma “prise de conscience” et le moment où j’ai exclu le dernier produit laitier (le parmesan) et le dernier animal (le sashimi saumon) de mon alimentation. À l’aide d’amis végétaliens (vivant malheureusement à l’autre bout de la planète) j’ai finalement sauté le pas. Nourriture vegan, idée reçue numéro 1 : Les carences.

Composition des aliments | Recherche multi-critères | Page de résultats. Que manger durant une journée ? Centenaires d'Okinawa, par où commencer ? Par l'alimentation ! Lorsque j'ai commencé à écrire sur les centenaires d'Okinawa, plusieurs m'ont expliqué -ici et ailleurs- que ça semblait compliqué et ne savait par où commencer. Je pense qu'on peut commencer de bien des façons, tout à fait complémentaires, et enrichir sa pratique au fur et à mesure. On peut aussi changer du jour au lendemain si on le désire et si l'organisme le supporte. Chacun sa façon de faire. Il parait, par ailleurs, qu'il faut trois semaines pour avoir une nouvelle habitude, pour l'endorphiniser. Pour me documenter sur cette alimentation si particulière, j'ai lu tous les ouvrages en français disponibles (un autre sortira en juillet), c'est-à-dire 4, ainsi qu'une revue dont le dossier principal lui était consacré. Tous ces supports se recoupent pour la plupart (comment faire autrement puisqu'il parle du même sujet).

Seuls les livres de A. Heureusement, la revue de National Geographic inclut des photos de centenaires et c'est très appréciable. Précision très importante. {*style:<u><b> Cuisine bio : les légumineuses ou légumes secs. Après la saga sur les graines germées j’avais envie de vous parler des légumineuses. Les légumineuses sont un peu laissées de côté, accusées de mal se digérer, d’être longues à cuire, pas simple d’utilisation. Les légumineuses sont bourrées de bonnes protéines végétales, en association avec les céréales elles constituent une alternative parfaite à la viande. Elles sont pleines de fibre et d’éléments minéraux. Alors voilà quelques clés pour les ajouter à vos menus plus souvent. Les légumineuses c’est long à cuire et elles se digèrent mal C’est parce que vous n’avez pas la technique :).

Quand à la longueur de la cuisson le fait de faire germer les légumineuses raccourci le temps de cuisson. Comment cuire les légumineuses Les mettre dans 3 fois leur volume d’eau avec un morceau de kombu breton sur feu moyen laissez mijoter tranquillement, en écumant de temps en temps, sans couvrir et en surveillant que toute l’eau ne s’évapore pas complètement.

Comment cuisiner les légumineuses. Blog cuisine bio : les graines germées. Ca fait un moment que je voulais vous parler des graines germées, elles se sont démocratisées avec le temps et je me doute que vous en avez déjà entendu parler. Mais consommez-vous souvent des graines germées ? Savez-vous que les graines germées sont des petits trésors pour la santé et une mine de vitamines, d’enzymes et de minéraux ? Saviez-vous que quand une graine est germée c’est une véritable explosion de vitamines ? Beaucoup plus que la même graine sèche ! Les bienfaits des graines germées Les graines germées sont une très bonne source de vitamines et minéraux font preuve d’une très bonne biodisponibilité (l’organisme va pouvoir facilement absorber les minéraux et vitamines contenu dans les graines germées).

Pendant la germination il se passe un processus formidable qui multiplie jusqu’à 1000 fois les vitamines contenues dans les graines sèches. Pour garder tous les bienfaits des graines germées il faut les manger crues et éviter de les cuire après leur germination. Végétarisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le végétarisme est une pratique alimentaire qui exclut la consommation de chair animale pour des motivations diverses. Certains végétariens le sont pour des raisons liées à l'éthique, leur religion, leur culture ou leur santé, mais d'autres facteurs peuvent motiver l'adoption d'un régime végétarien, comme la critique des méthodes de traçabilité, d'élevage et d'abattage, l'accès aux denrées alimentaires, l'impact environnemental des modes de production et de prélèvement de ces dernières ou encore le refus par principe de l'exploitation animale.

Plusieurs études tendent à montrer qu'une alimentation végétarienne aurait un effet bénéfique sur la santé — diminution des risques de maladies cardiovasculaires et de diabète notamment — et sur l'espérance de vie[3],[4],[5]. Pour autant, cet avantage des régimes sans viande est moins important lorsqu'on les compare avec des régimes omnivores sains[6],[7],[8].

Étymologie[modifier | modifier le code] Végétarisme. Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique. Le végétarisme est une pratique alimentaire qui, par conviction, exclut de son régime alimentaire la chair animale (viande, poisson). La disparition du régime alimentaire de ces aliments est compensée par la consommation de produits d'origine végétale. « On est ce qu'on mange »Alice au Pays des Merveilles Le végétarisme Une alimentation végétarienne inclut le miel, le lait de vache, de chèvre et autres produits laitiers, les œufs. Quelques catégories de végétarismes Végétarisme ou ovo-lacto-végétarisme : consommation de produits d'origine végétale et de sous-produits d'origine animale comme le lait, les produits laitiers, le miel et les œufs. Les végétariens ne mangent donc aucun animal, qu'il soit terrestre ou marin. Régimes se rapprochant du végétarisme On trouve des personnes dont le régime exclut les viandes mamifères et de volailles, mais pas celle des poissons ou encore d'autres qui acceptent la consommation occasionnelle de viande.

Vegetarian veg diet | Recherche image. Alimentation et santé publique : un constat inquiétant | Association de Professionnels de Santé pour une Alimentation Responsable. Les habitudes alimentaires ont considérablement évolué depuis le milieu du XXème siècle. Comme cela est observé dans le rapport commun de l'OMS et de la FAO de 2002 intitulé « Alimentation, nutrition et prévention des maladies chroniques », une alimentation riche en graisses et en aliments à forte densité énergétique, centrée autour d'aliments d'origine animale, a remplacé l'alimentation traditionnelle principalement basée sur des aliments d'origine végétale. Cela a joué un rôle clé dans l'augmentation de la prévalence des maladies chroniques évitables d'origine nutritionnelle : obésité, diabète, maladies cardio-vasculaires, cancers et ostéoporose principalement.1 Ces maladies ne sont plus limitées aux « pays riches », et constituent désormais un problème de santé publique croissant dans les pays en développement1, où le modèle alimentaire « occidental » se propage et remplace souvent les alimentations traditionnelles.

Maladies cardio-vasculaires Références : Position de l'APSARES | Association de Professionnels de Santé pour une Alimentation Responsable. Une multitude d'études médicales mettent en cause la consommation régulière d'aliments d'origine animale dans l'apparition de nombreuses pathologies.1-6 L'apport excessif d'acides gras saturés et de cholestérol, ou encore de protéines animales sont les principaux facteurs néfastes d'une alimentation centrée sur des produits animaux, comme l'est l'alimentation « moyenne » des Français.7 Parallèlement, un nombre croissant d'études médicales montrent que les alimentations végétariennes (sans viande ni poisson), y compris végétaliennes (aucun aliment d'origine animale), menées de façon appropriée, sont non seulement adaptées à toutes les périodes de la vie, mais en outre bénéfiques pour la santé humaine en général, et la prévention et le traitement de nombreuses maladies en particulier.8-13 En France, le Programme National Nutrition Santé (PNNS), s'est fixé neuf objectifs nutritionnels prioritaires pour la période 2006-2010 : 3- World Cancer Research Fund. 4- Steffen LM et al. 10- Sabaté J.

Le concept d'écologie de la nutrition | Association de Professionnels de Santé pour une Alimentation Responsable. Qu'est-ce que l'écologie de la nutrition ? Le terme d'écologie de la nutrition a été inventé en 1986 par un groupe de nutritionnistes de l'université de Giessen, en Allemagne. Il s'agit d'une science interdisciplinaire qui étudie les conséquences globales de nos modes alimentaires et par incidence leur viabilité à plus ou moins long terme. En effet, notre façon de nous nourrir impacte directement non seulement notre santé, mais également l'environnement, et a des répercussions sociales et économiques considérables. L'écologie de la nutrition étudie l'ensemble de ces interactions dans une perspective systémique, c'est-à-dire en prenant en compte toutes les étapes du système alimentaire : production, récolte, conservation, stockage, transport, transformation, conditionnement, commercialisation, distribution, préparation, composition et consommation des aliments, ou encore élimination des déchets.

Pour aller plus loin... Nourriture. Cuisine / Alimentation. Bien acheter pour moins jeter La cuisine est le plus gros générateur de déchets de la maison. Dans une cuisine, la part des déchets organiques –épluchures, déchets de table, gâchis, …- s’élève à 70 kilos par an et par personne, contre 360 au total. Et encore, on ne prend pas en compte les emballages. Acheter de gros volumes ou en vrac permet de réduire la part des emballages à l’achat. Cuisiner soi-même permet d’optimiser les quantités achetées, puis cuisinées et consommées. En France, on jette un tiers de la nourriture préparée. Pour cuire du riz, des pâtes ou des lentilles, limiter la quantité d’eau à faire bouillir dans la casserole.

Ajouter un couvercle sur ladite casserole assure 30% d’énergie en moins pour parvenir au même résultant. Adapter les casseroles et faitouts au diamètre du feu, sous peine de chauffer l’air de la cuisine – ce qui est très utile en hiver, si la cuisine n’est pas chauffée mais clairement un peu surfait, sinon. Thème : Alimentation | ecoconso.