background preloader

Société

Facebook Twitter

Salaires ou dividendes ? Si vous êtes PDG, directeur général ou membre du directoire d'une société anonyme, gérant non majoritaire d'une SARL soumise à l'impôt sur les sociétés ou dirigeant d'une société par actions simplifiée (SAS), vous êtes assimilé à un salarié et pouvez percevoir un salaire.

Salaires ou dividendes ?

Vous êtes donc affilié au régime général de la Sécurité sociale. Si vous êtes gérant majoritaire d'une SARL soumise à l'impôt sur les sociétés, votre rémunération est imposée comme un salaire, mais vous restez soumis au régime social des non-salariés. Dans les autres cas, notamment si vous êtes gérant d'une SARL soumise à l'impôt sur le revenu, gérant d'une société en nom collectif ou d'une société de personnes, votre rémunération ne peut être assimilée à un salaire et vous relevez du régime des non-salariés.

Sur le montant de votre salaire, vous pouvez choisir, comme tout salarié, de déduire vos frais professionnels réels ou de retenir la déduction forfaitaire de 10 %. Distribution ou mise en réserve des bénéfices ? TABLEAU COMPARATIF. Cinq statuts juridiques d'entreprise à la loupe. Entreprise individuelle, SAS, EURL, SA, SARL...

TABLEAU COMPARATIF. Cinq statuts juridiques d'entreprise à la loupe

Autant de choix de statuts d'entreprise parmi lesquels l'entrepreneur doit faire son choix au moment de son lancement. Un moment délicat si les caractéristiques de chacun d'entre eux ne sont pas précisément connus. Pour s'y retrouver plus facilement, L'Entreprise a décortiqué ces statuts, et donne son avis. A savoir: depuis la loi Macron, la résidence principale de l'entrepreneur est devenue insaisissable. INFOGRAPHIE. Les statuts juridiques de l'entreprise - L'Express L'Entreprise. Vous souhaitez créer votre entreprise mais vous ne savez pas quel statut juridique choisir?

INFOGRAPHIE. Les statuts juridiques de l'entreprise - L'Express L'Entreprise

Cette infographie vise à faciliter votre choix, en vous présentant les avantages et les inconvénients de chacun d'entre eux. Que vous démarriez seul (Entreprise individuelle, EURL, SASU), ou à plusieurs (SARL, SA, SAS), vous trouverez toutes les informations nécessaires pour faire le bon choix. SAS, SASU: ce qu'il faut savoir sur ces statuts - L'Express L'Entreprise. La SAS est la forme de sociétés qui se développe le plus ces dernières années : en 2014, 39 % des sociétés créées étaient sous ce statut contre 19 % en 2012.

SAS, SASU: ce qu'il faut savoir sur ces statuts - L'Express L'Entreprise

Les raisons de cette envolée? Une grande liberté de fonctionnement, un cadre adapté à toutes sortes de projets - à plusieurs ou en solo - et des aménagements qui ont rendu le statut plus facile d'accès. 1. La SAS (Société par Actions Simplifiée): c'est quoi? Depuis la loi de modernisation économique de 2008, plus besoin en effet de capital social minimum (il fallait réunir 37 000 euros avant), ni de nommer un commissaire aux comptes pour valider le bilan et le compte de résultat (sauf si la société dépasse deux des trois seuils suivants: 1 millions d'euros pour le total du bilan, 2 millions d'euros de CA et un effectif de 20 personne). Les associés fixent librement le montant du capital social : la moitié au moins du montant des apports en numéraire doit être libérée à la constitution, le reste dans les 5 ans. 2. 3. 4. 5. 1. 2. 3.

SAS, société par actions simplifiée - L'Express L'Entreprise. SARL ou SAS, que choisir?

SAS, société par actions simplifiée - L'Express L'Entreprise

Vous créez à plusieurs, vos perspectives de croissance sont élevées, vous avez besoin de capitaux: pas de doute, la SARL et la SAS sont taillées pour vous. Mais attention, ces deux formes de société présentent des caractéristiques bien distinctes. Création d'entreprise : l’ARE passe de 15 à 24 mois le 01/10/14. Créateur d’entreprise : la durée d’indemnisation de l’ARE passe de 15 à 24 mois le 1er octobre 2014 Le 1er octobre 2014, la réglementation sur l’allocation chômage évolue pour les demandeurs d’emploi.

Création d'entreprise : l’ARE passe de 15 à 24 mois le 01/10/14

Certains changements comme le passage de 15 à 24 mois de la durée maximale d’indemnisation des créateurs bénéficiant de l’ARE ou l’assouplissement des conditions de cumul salaire / allocations, intéressent directement les créateurs d’entreprise. Valoxy, cabinet d’expertise comptable fait un point ... Le 1er octobre 2014, la réglementation sur l’allocation chômage évolue pour les demandeurs d’emploi. Certains changements comme le passage de 15 à 24 mois de la durée maximale d’indemnisation des créateurs bénéficiant de l’ARE ou l’assouplissement des conditions de cumul salaire / allocations, intéressent directement les créateurs d’entreprise. Créateur d’entreprise : la durée d’indemnisation de l’ARE passe à 24 mois le 1er octobre 2014 Qu’est ce qui change pour les créateurs d’entreprise ? Le maintien des allocations chômage en création d'entreprise. Voici une fiche d’information sur l’option pour le maintien de l’ARE.

Le maintien des allocations chômage en création d'entreprise

Opter pour le maintien de l’ARE, comment ça marche ? Le créateur ou repreneur d’entreprise qui est indemnisé par Pôle emploi peut opter pour le maintien de ses ARE jusqu’au terme de ses droits.