background preloader

Empathie

Facebook Twitter

Faire preuve d’empathie. L’empathie est sans doute une des compétences relationnelles les plus délicates à appliquer, car l’ambiguité du terme peut produire des comportements à priori proches, mais non équivalents et dont le résultat est à l’opposé de celui escompté. Commençons donc par quelques éclaircissements. Ne confondons pas empathie avec contagion émotionnelle*. Etre triste parce qu’un proche est triste, c’est faire preuve de sympathie**: c’est très beau, très noble, très valorisé, mais c’est en réalité le reflet de nos propres sentiments dans une telle situation. Pas de notre faculté à comprendre l’autre. En d’autres termes: je souffre avec toi car dans la même situation je souffrirais aussi.

Nourrir le besoin d’être compris En cas de coup dur, mais aussi dans les situations joyeuses, nous avons besoin d’être compris, soutenus, épaulés, pas qu’on réagisse à notre place ou en doublon. Augmenter l’acceptation de l’autre Favoriser l’absence de jugement Juger moins juger mieux(2): les dégâts du jugement. Les pièges de l'empathie. Retour nouveau à lire Cet article est dédié aux professionnels: Tous ceux qui ont pour tâche d'aider ou d'accompagner dans un métier de soin (infirmières, aides soignantes, médecins, psychologues, psychothérapeutes, psychiatres, psychanalystes...). Tous ceux qui travaillent dans le social (assistantes sociales, éducateurs...). Tous les professionnels travaillant dans un métier de communication (accueil, management, formation, enseignement...) Cet article est aussi dédié aux particuliers: Tous ceux qui veulent une grande qualité dans leur vie de couple, dans l'éducation de leurs enfants, dans leurs relations familiales, dans leur vie sociale extra professionnelle. sur ce site, également un dossier surl'empathie dans la communicationet surtout, l'article de 42 pages surla relation d'aide Se mettre à la place de l'autre génère forcément de l'affectivité!

L'illusion du miroir Écouter l'autre pour se mettre à sa place (tout en restant soi-même) est un leurre. Thierry TOURNEBISE Retour articles. Wifi neuronal: éviter la perte d’empathie et les relations pourries. Nous avons vu dans l’article Wifi neuronal et compétences relationnelles que nous sommes faits pour être empathiques de par l’existence de nos neurones miroirs. Cependant, mis à mal par la société moderne, ils peineraient à fonctionner normalement et seraient responsables d’une partie des relations pourries… Dans cette vidéo passionnante, le journaliste Patrice Van Eersel simplifie pour nous le mécanisme neurones miroirs/neurones moteurs, générateur de l’empathie indispensable à la relation et à la communication.

L’imagerie du cerveau montre que nous entrons en résonance par nos neurones miroirs avec notre entourage, et que c’est comme ça que nous éprouvons de la compassion. Lorsque nous voyons une personne souffrir, nous souffrons aussi, ce qui suscite en nous l’envie d’aider. Pour s’aider soi-même en fait (envolée, l’illusion du merveilleux altruisme). Mais on les trouve aussi dans le bien-être et la santé, par l’impact direct sur le système immunitaire et le système endocrinien. Faites le test d'empathie de Baron-Cohen.

Processus de conceptualisation d'« empathie » Notes Dictionnaire culturel de la langue française, Alain Rey, Le Robert, 2005. Rogers (C), a way of being, Boston 1980, Houghton Mifflin compagny, cité par Decety, L’empathie 2004, p 59. Mucchielli (R), L’entretien de face à face dans la relation d’aide, Ed. ESF, 1995, p 10. D’après Decety (J), in « Sciences humaines » 2004, p 30. Decety (J), in « L’Encéphale » 2002.

Brunel (M-L) Martiny (C), in « Carriérologie », 2004, p 478. « Il existe presque autant de définitions du concept d’empathie que d’auteurs » Decety (J), L’empathie 2004, p 57. Jorland (G), L’empathie 2004, p 20 et in « Recherche en soins infirmiers » 2006, p 61. Caillé (A), in « Revue du MAUSS » 2008, p 208. Morse (J M.) Forsyth (G), in « Recherche en soins infirmiers » 1999, p 52. Pacherie précise que l’empathie comporte des degrés : ainsi comprendre que telle personne est triste n’est pas encore comprendre ce qui la rend triste et moins encore pourquoi cela précisément la rend triste.

Qu'est-ce que l'empathie ? Le blog des Rapports Humains. C’est un comble chers lecteurs ! Je prétends traiter de sujets liés aux relations humaines et à la communication depuis plus de deux ans et je me rends compte aujourd’hui que je n’ai jamais parlé d’un des fondamentaux de ce domaine, l’empathie. Je compte bien rétablir la cohérence de la ligne éditoriale de ce blog en partageant cette semaine avec vous mes dernières lectures sur le sujet. Étymologiquement, « empathie » provient du terme Einfuhlung, qui fait référence à la projection d’une personne dans la situation de l’autre.

Depuis lors, cette définition a évolué grâce aux travaux effectués dans différents champs de recherche tels que la philosophie, la psychologie et les neurosciences. D’après Jean Decety, neurobiologiste, professeur à l’université de Washington, et directeur du laboratoire Social Cognitive Neuroscience à Seattle, l’empathie ne peut s’envisager que lorsque la personne fait l’expérience d’une réponse émotionnelle face à l’émotion d’autrui. Pour résumer : 12 brunelmartiny. Empathie. Empathie et ses effets definitif. Chap1 Famery.