background preloader

Éducation

Facebook Twitter

Un petit tableau qui peut servir de guide dans nos décisions éducatives. Dans son livre Grit: The Power of Passion and Perseverance (non traduit en français), Angela Duckworth propose un petit tableau qui peut servir de guide, de filtre pour nos actions à visée éducative.

Un petit tableau qui peut servir de guide dans nos décisions éducatives

J’ai aimé l’idée parce qu’on comprend facilement que la bienveillance n’est ni du laxisme, ni de l’autoritarisme, et encore moins de la négligence. Une attitude encourageante et exigeante est au contraire très difficile à adopter. Beaucoup d’adultes pensent en effet que la baisse de leurs exigences amènera les enfants à vivre des expériences de réussite et améliorera leur estime de soi. Mais Carol Dweck, psychologue américaine, avertir que la baisse des exigences ne fait que générer des enfants faiblement instruits et peu portés sur les valeurs éthiques qui se sentent en droit d’avoir un travail facile et de généreux compliments (sur leur talent inné, sur leur intelligence).

Pour autant, avoir de hautes exigences sans donner aux enfants les moyens de les atteindre n’est pas efficace. Edgar Morin : Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur. Parents,enseignants, éducateurs et intervenants. Les rituels scolaires analysés par Recherches en éducation. C'est un numéro hors série tout à fait passionnant que propose Recherches en éducation.

Les rituels scolaires analysés par Recherches en éducation

La revue s'attaque aux rituels scolaires. Ceux ci font l'objet d'une prise de conscience et d'un engouement croissants dans l'institution scolaire. Mais cet intérêt cache des finalités différentes. Alors que le rituel scolaire classique marquait l'entrée dans la société scolaire républicaine, depuis quelques années les rituels scolaires répondent à des demandes de prise de controle comportementale sur les élèves, expliquent Maryvonne Merri et Marie-Paule Vannier, coordinatrices du numéro.

" En définitive, la déperdition des rituels dans l’école contemporaine annoncée par la sociologie s’accompagne de l’établissement de nouvelles structures régulières de contrôle qui peuvent être bureaucratiques ou thérapeutiques. Marie-Paule Vannier et Maryvonne Merri rendent compte d'une enquête menée auprès de 316 enseignants de la maternelle au lycée sur les rituels utilisés. François Jarraud Le numéro. REE HS 8. Les dix tendances éducatives de 2016. Claude Halmos & Dominique Desjeux Les cadeaux peuvent-ils remplacer l'amour? Djénane Kareh Tager, Jean-Louis Servan-Schreiber. Les cadeaux, un fardeau ?

Claude Halmos & Dominique Desjeux Les cadeaux peuvent-ils remplacer l'amour? Djénane Kareh Tager, Jean-Louis Servan-Schreiber

Dominique Desjeux : Il est aussi compliqué de donner que de recevoir. Bien souvent, ceux qui donnent préfèrent ne pas recevoir ou rendre rapidement, pour garder leur liberté. Claude Halmos : Accepter de recevoir, c’est accepter d’être récipiendaire de l’amour de l’autre, donc reconnaître qu’on en avait besoin, qu’il y avait un manque en soi. Et c’est difficile. Ceux qui n’ont rien reçu quand ils étaient enfants, soit répètent ce qu’ils ont vécu et ne savent pas donner, soit au contraire donnent à la mesure de ce qu’ils n’ont pas reçu, mais ont du mal à recevoir.

Faire plaisir ou se faire plaisir ? C. D. Conserver ou revendre ? D. C. D. En Chine, on n’ouvre pas un cadeau devant le donateur : on peut même le remettre dans le circuit, et l’offrir à nouveau, quitte à recevoir un cadeau qu’on avait soi-même offert à quelqu’un. Pourquoi certains cadeaux ont-ils de la valeur ? Grand Entretien avec Richard David Precht “L’école doit redevenir un lieu qui stimule l’esprit créatif et le bonheur d’exister” Patrice van Eersel. L’homme est par ailleurs un passionné de sciences, notamment de neurologie.

Grand Entretien avec Richard David Precht “L’école doit redevenir un lieu qui stimule l’esprit créatif et le bonheur d’exister” Patrice van Eersel

Une passion qui, curieusement, l’amène aujourd’hui à focaliser son attention sur l’école et la pédagogie. Et à proposer une véritable utopie éducative pour le XXIe siècle. C’est surtout pour cette raison que nous désirions le rencontrer. Oui, depuis l’enfance ! Paradoxalement, je les aimais tant que je n’ai jamais voulu les mêler à la chose scolaire. Votre dernier livre, « Anna, l’école et le bon Dieu » (pas encore traduit en français), utilise les récentes découvertes sur le cerveau pour s’attaquer férocement au système scolaire occidental dont vous dites qu’il « trahit nos enfants »…

Les pratiques collaboratives dans l'éducation - François Taddei. ParisTech Review – Nos systèmes éducatifs sont-ils toujours adaptés à un monde qui change à une vitesse sans cesse plus grande, qui est de moins en moins vertical et hiérarchique et de plus en plus horizontal et collaboratif ?

Les pratiques collaboratives dans l'éducation - François Taddei

François Taddei – Nos systèmes éducatifs sont fondés sur la résolution de problèmes classiques. Typiquement, pour entrer dans une grande école, il faut passer des concours qui consistent pour l’essentiel à résoudre des problèmes ordinaires. Or il y a d’autres formes d’intelligence, comme la résolution de nouveaux problèmes. Par exemple, dans les start-up, les hackerspace ou encore les communautés d’informaticiens, les participants sont jugés sur leur capacité à faire quelque chose que les autres n’avaient pas fait jusque-là, ce qui est très différent de faire la même chose que d’autres ont déjà fait mais plus vite. La troisième forme d’intelligence, encore supérieure aux deux autres, est la capacité à définir soi-même un problème.