background preloader

Dieselgate

Facebook Twitter

« Dieselgate » : le groupe PSA visé à son tour par la justice. Soupçonné de tromperie aggravée, le groupe français devient le quatrième constructeur à faire l’objet en France d’une enquête confié à des juges d’instruction.

« Dieselgate » : le groupe PSA visé à son tour par la justice

Il risque en théorie 5,4 milliards d’euros d’amende. Le Monde.fr avec AFP | • Mis à jour le | Par Éric Béziat Les dossiers diesel commencent à s’empiler, rue des Italiens, dans les bureaux du pôle de santé publique du tribunal de grande instance de Paris. Le ministère public a en effet confirmé lundi 24 avril qu’une information judiciaire contre X, mais visant le groupe PSA, est ouverte depuis le 7 avril pour tromperie aggravée par le fait que la fraude présumée « a eu pour conséquence de rendre les marchandises dangereuses pour la santé de l’homme ou de l’animal ». Et de quatre donc. . « Eviter tout amalgame » Lire aussi : Renault, Fiat Chrysler et les autres : 6 questions sur le nouveau « dieselgate » A ce jour, un seul constructeur échappe à d’éventuelles poursuites : Opel. Bon élève.

« Dieselgate » : Fiat Chrysler visé à son tour par une enquête de la justice française. Début février, la répression des fraudes avait transmis ses conclusions sur Fiat à la justice.

« Dieselgate » : Fiat Chrysler visé à son tour par une enquête de la justice française

Le Monde.fr avec AFP | • Mis à jour le | Par Éric Béziat Et de trois. Après Volkswagen, puis Renault, le groupe italo-américain Fiat Chrysler Automobiles (FCA) est à son tour soupçonné par la justice française de fraude sur les systèmes de dépollution de ses véhicules diesel, et plus précisément sur les mécanismes de limitation des émissions d’oxydes d’azote, les fameux NOx, des gaz toxiques rejetés en forte quantité par les moteurs roulant au gazole. Le parquet de Paris a ouvert le 15 mars une information judiciaire pour « tromperie sur la qualité substantielle et les contrôles effectués », a confirmé au Monde Agnès Thibault-Lecuivre, porte-parole du parquet parisien.

Dieselgate : Renault touché par le syndrome Volkswagen. Le groupe français est à son tour accusé de tricherie sur le niveau d’émission de ses diesels.

Dieselgate : Renault touché par le syndrome Volkswagen

A l’issue d’une année 2016 d’exception, la chute s’annonce plutôt rude. « Dieselgate » : l’ex-patron de Volkswagen mis examen pour soupçon de fraude. Le parquet de Brunswick (Basse-Saxe) estime que Martin Winterkorn aurait été informé que les moteurs du constructeur automobile allemand étaient truqués.

« Dieselgate » : l’ex-patron de Volkswagen mis examen pour soupçon de fraude

LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Cécile Boutelet (Berlin, correspondance) L’étau se resserre autour de Martin Winterkorn, ancien patron de Volkswagen (VW), forcé à la démission à la suite de la révélation du scandale des moteurs diesel truqués, en septembre 2015. L’ex-dirigeant a été mis en examen, vendredi 27 janvier, par le parquet de Brunswick (Basse-Saxe), chargé de l’affaire, pour soupçon de fraude. Les juges ont indiqué que, sur la base de documents et d’interrogatoires, ils disposaient « d’éléments suffisants » pour soupçonner Martin Winterkorn « d’avoir été informé du logiciel et de son effet plus tôt qu’il ne l’affirme ».

Depuis 1997, nos politiques connaissaient donc la nocivité du diesel sur notre santé, et ils ne nous auraient pas protégés ? Dès 1997, une expertise donnait l’alerte sur le lien entre les fumées émanant des moteurs diesel et le risque de cancer des voies respiratoires.

Depuis 1997, nos politiques connaissaient donc la nocivité du diesel sur notre santé, et ils ne nous auraient pas protégés ?

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart C’est une histoire exemplaire, révélatrice de l’inertie des pouvoirs publics sur les questions sanitaires, du poids des lobbys et de l’isolement des scientifiques. Selon nos informations, dès l’automne 1997, une quarantaine de chercheurs français livraient une expertise du CNRS intitulée « Diesel et santé ». Pour la première fois, des scientifiques français donnaient clairement l’alerte sur la dangerosité de ce carburant, mettant en évidence le lien entre les fumées de ces moteurs et le risque de cancer. Seize ans avant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) classe les gaz d’échappement des moteurs diesel dans la catégorie des cancérogènes pour l’homme. « J’ai présenté les principales conclusions en comité de direction du CNRS et je me souviens de réactions assez négatives, poursuit M. Diesel : une étude renforce la suspicion généralisée.

LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Éric Béziat Voilà une étude qui devrait animer la réunion de la commission indépendante sur les émissions des moteurs diesel, dite « commission Royal », jeudi 22 septembre au ministère de l’environnement.

Diesel : une étude renforce la suspicion généralisée

A l’ordre du jour, l’examen des résultats des derniers tests d’émissions polluantes sur des véhicules ayant présenté des anomalies lors des précédentes études. Selon Transport & Environment, une ONG basée à Bruxelles et spécialisée dans l’étude des émissions polluantes des voitures, Volkswagen serait – en conditions réelles de conduite et pour les véhicules diesel les plus récents – le moins polluant de tous les constructeurs roulant sur le Vieux Continent. Transport & Environment a compilé des données portant sur 230 modèles diesel ayant obtenu une homologation Euro-5 (2009-2013) ou Euro-6 (à partir de 2014). Et, surprise ! Test C02 : la majorité des voitures diesel dépassent les normes, certaines jusque 10 fois. Diesel : aucun constructeur ne respecte les normes. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laetitia Van Eeckhout Une deuxième vague de tests automobiles a été présentée, jeudi 7 avril, à la commission indépendante chargée, à la suite du scandale Volkswagen, d’évaluer les émissions polluantes de cent véhicules diesel commercialisés en France.

Diesel : aucun constructeur ne respecte les normes.

Mise en place par la ministre de l’environnement, Ségolène Royal, celle-ci a désormais en main les résultats des tests menés sur les 52 premières voitures par l’organisme UTAC-Ceram. L’analyse de ces résultats fait apparaître qu’en condition réelle de conduite, toutes les voitures dépassent les normes d’émissions autorisées – une situation similaire à la première série de tests sur 22 véhicules en février.

Il existe cependant des différences marquées entre constructeurs selon le système de dépollution utilisé. Volkswagen bafoue la législation sur l’environnement. LE MONDE ECONOMIE | | Par Stéphane Lauer (New York, correspondant) Il y a quelques mois, la campagne publicitaire avait fait rire toute l’Amérique.

Volkswagen bafoue la législation sur l’environnement.

Dans une saga, Volkswagen (VW) met en scène trois grands-mères à bord d’une voiture de la marque qui se disputent sur les inconvénients du diesel. Celle assise sur la banquette arrière essaye de convaincre ses congénères que « diesel en latin signifie “sale” ». Opel et Daimler à leur tour impliqués dans le « dieselgate » LE MONDE ECONOMIE | | Par Cécile Boutelet (Berlin, correspondance) L’avenir s’assombrit un peu plus pour le diesel allemand.

Opel et Daimler à leur tour impliqués dans le « dieselgate »

Le week-end de la Pentecôte a donné lieu à une nouvelle salve d’attaques contre cette technologie dont la crédibilité est aujourd’hui à terre. Déjà poursuivi en justice dans différents pays, Volkswagen (VW) a reçu de nouvelles menaces de plaintes. Jusqu’ici épargné, Daimler fait également l’objet de poursuites aux Etats-Unis. Et la marque Opel, filiale de General Motors, est depuis vendredi 13 mai au soir sous le feu des critiques, soupçonnée d’avoir installé sur ses modèles diesel un logiciel d’interruption du système antipollution inconnu jusqu’ici. En pleine tourmente, VW a reçu dimanche soir une nouvelle plainte d’un acteur de taille : le fonds souverain norvégien, actionnaire du groupe, qui a perdu plusieurs centaines de millions d’euros à la suite du « dieselgate ». Fiat Chrysler rattrapé à son tour par le « dieselgate » LE MONDE ECONOMIE | | Par Philippe Jacqué et Cécile Boutelet (Berlin, correspondance) Un de plus !

Fiat Chrysler rattrapé à son tour par le « dieselgate »

Après Volkswagen (VW), qui a ­admis en septembre 2015 avoir manipulé un de ses moteurs pour qu’il respecte les normes d’émissions polluantes, un nouveau constructeur automobile est mis sur la sellette : Fiat Chrysler Automobiles (FCA). Il fait suite à une longue liste déjà constituée de Renault, Nissan, Opel, voire Mercedes. Ces entreprises ont toutes été montrées du doigt ces derniers mois par diverses instances de tests en Europe et en Asie pour la qualité de leur système de dépollution de leur véhicule diesel. Mitsubishi ou Suzuki ont, pour leur part, tricher sur le calcul de leur consommation, ce qui ne concerne pas en soi la technologie diesel. Mitsubishi pris dans le « dieselgate » LE MONDE ECONOMIE | | Par Philippe Mesmer (Tokyo, correspondance) Les affaires liées aux manipulations de la consommation de carburant connaissent de nouveaux rebondissements au Japon. Le 18 mai, le président de Mitsubishi Motors, Tetsuro Aikawa, et son vice-président, Ryugo Nakao, ont annoncé leur démission.

Le sixième constructeur nippon est dans la tourmente depuis les révélations, le 20 avril, selon lesquelles il aurait falsifié les données de consommation de quatre modèles vendus dans l’Archipel, dont deux assemblés pour Nissan, soit 625 000 véhicules. L’écart avec les chiffres réels atteindrait 15 %. Mitsubishi aurait utilisé depuis 1991 une méthode de mesure de consommation non conforme aux règles fixées par le gouvernement.

Restaurer la confiance « La manipulation des données a eu lieu au sein de la division chargée du développement de produits, où j’ai longtemps travaillé », a ­déclaré M. M. Suzuki : émissions toxiques.