background preloader

Caricaturistes, collaborateurs et autres victimes de l'attentat

Facebook Twitter

"Cabu et Plantu, c'est vraiment mes dieux" : celui qui parle a 19 ans et s'appelle Charb. Bernard Maris, l’économie vue par l’Oncle Bernard. Blessé à Charlie Hebdo, Fabrice Nicolino reprend la plume (et le combat écologiste) | Bibliothérapie. Cabu, Wolinski, Charb et Tignous : quatre immenses signatures de la presse. Cabu Jean Cabut, dit Cabu, allait avoir 76 ans. Né à Châlons en Champagne, dans la Marne, il étudie à l'Ecole Estienne à Paris. Après des débuts durant la guerre d'Algérie (où il est mobilisé), il commence dans la presse satirique dès le début des années 1960 : ce sera d'abord Hara Kiri (créé par François Cavanna et le professeur Choron), où il rencontre déjà ceux qui seront ses compagnons de route : Gébé, Fred, Wolinski, Reiser...

Cabu dans son bureau à Charlie Hebdo montrant un dessin pouvant figurer à la Une du journal satirique.© MIGUEL MEDINA / AFP Puis vient le magazine Pilote à partir de 1962 où Cabu invente Le Grand Duduche, son personnage fétiche, un lycéen en grand partie autobiographique et en 1970 Charlie Hebdo qui sera, avec le Canard Enchaîné, son organe de référence jusqu'à la fin, même si on compte également de nombreuses collaborations à d'autres journaux et à la télévision. Wolinski © Drugstore Reportage: Nicole Bappel, Arlette de Luthern Charb Tignous © Editions Denoël.

Charlie Hebdo: Charb lynche les médias dans son livre posthume. Le directeur de l'hebdomadaire satirique, assassiné le 7 janvier dernier, venait à peine d'achever l'écriture de son livre. L'Obs en révèle quelques extraits sur son site. «Non, Charlie Hebdo n'est pas islamophobe». Face aux critiques incessantes contre son journal, Charb avait choisi de répondre par des mots. Son livre posthume paraît jeudi. Il s'intitule «Lettre ouverte aux escrocs de l'islamophobie qui font le jeu des racistes».

Depuis des années, Charlie Hebdo avait été brocardé pour ses «provocations» contre les musulmans, notamment avec la publication des caricatures de Mahomet. Dans ce texte, le directeur de l'hebdomadaire ne mâche pas ses mots envers les médias. Il rappelle que ce ne sont que des dessins et de l'humour. Très prolifique avec une vingtaine d'albums à son actif, Charb collaborait régulièrement à plusieurs titres de presse dont Fluide glacial. Elsa Cayat, une psy chez "Charlie" Entretien inédit avec Bernard Maris : « La recherche de la croissance infinie, une quête morbide » Georges Wolinski, son dernier dessin. Samedi dernier, trois jours après la tragédie de Charlie Hebdo, Maryse Wolinski est entrée dans le bureau de Georges.

La pièce était nimbée d'une douce pénombre. Maryse s'est imprégnée, une fois encore, de l'univers de son mari : la foultitude de livres rangés ou en attente sur une desserte, les affiches, les photos des jours heureux, les peintures, les carnets de croquis. Et puis ces deux tables de travail placées tête-bêche désormais orphelines, le bureau où Georges écrivait et la planche inclinée où il dessinait. Derrière le bureau, Maryse a découvert, scotché sur le mur, ce dessin qu'elle a fait reproduire pour les obsèques, jeudi au Père-Lachaise, et que nous publions aujourd'hui.

Un couple qui fait l'amour, un autre homme, plus sûrement son double, qui s'envole vers le ciel, un Dieu débonnaire… Aucune indication ne permettra de percer le mystère de ce dernier dessin. Lire aussi : Wolinski, une vie de rires et de larmes Aura-t-il bien réglé son intervalle? Interview de Charb (mai 2012) : LIBRE DE PENSER | La Bullothèque. J’ai eu la chance, il y a deux ans et demi, de rencontrer Charb, le directeur de Charlie Hebdo. C’était à l’occasion des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens 2012.

Dans cette interview intégrale, vous retrouverez le Charb que vous imaginiez si vous ne l’avez jamais rencontré. Celui que vous connaissiez, fidèle à lui-même si vous l’aviez croisé ou côtoyé. Interview de Charb le 29 mai 2012 (15 min) Un homme libre, fier de l’être, conscient de jouer un rôle, mais qui ne se veut pas chef de file de la liberté d’expression, qui reste un amuseur… Je ne connaissais pas Charb avant. Mercredi dernier, vers midi, quand j’ai appris l’attentat, je n’ai pas réagis. Le fait s’est transformé en tragédie. En fin d’après-midi, un incroyable déferlement d’humanité a eu lieu sous nos yeux ébahis… Nous tous, des centaines, des milliers déjà – 2000 devant la mairie d’Amiens – nous sommes rassemblées pour pleurer ensemble, nous tenir chaud, nous rassurer, nous dire que NON : cela n’est pas possible !

L'ultime voyage de Michel Renaud. De son passé de journaliste, il avait gardé la curiosité, l’envie de comprendre et de partager. De son activité politique - il fut longtemps directeur de cabinet de l’ancien maire de Clermont-Ferrand Serge Godard -, la diplomatie et l’art de l’organisation. Des voyages lointains, sa dernière passion, l’esprit d’ouverture et de tolérance.

Le fondateur du festival Rendez-vous du carnet de voyage, Michel Renaud, fait partie des douze victimes de l’attentat. Il avait 69 ans. Il y a trois mois, il était heureux d’accueillir Cabu, invité d’honneur de la quinzième édition du festival à qui il remettait le grand prix Michelin pour son dernier ouvrage Cabu Swing, souvenirs et carnets d’un fou de jazz (éditions Les échappés, Charlie Hebdo). Les deux hommes s’étaient entendus à merveille. Avec Cabu, en novembre 2014. Bazar coloré Dans une première partie de sa vie professionnelle, Michel Renaud a été journaliste, (promo 68 du CFJ) notamment à Europe 1 et au Figaro. Fabrice DROUZY. La France rêvée de Bernard Maris. Le dernier ouvrage de l'écrivain et économiste, ancien chroniqueur de Charlie Hebdo, tué dans l'attentat, paraîtra prochainement chez Grasset. Bernard Maris, assassiné avec ses amis de Charlie Hebdo, était un écrivain et un économiste anticonformiste qui avait publié à l'automne un essai sur Houellebecq économiste et l'année précédente un livre sur L'Homme dans la guerre.

Maurice Genevoix face à Ernst Jünger (voir nos éditions du 9 janvier 2014). Avant Noël, il avait remis à son éditeur, Grasset, le manuscrit corrigé de son prochain ouvrage, Et si on aimait la France (sans point d'interrogation), dont la parution est prévue le 15 avril prochain. Tous les Français, écrit-il, «sont, malgré leur obsession de la dérision et leur méfiance du voisin, unis par quelque chose de désuet et vaguement ridicule: la France, cette bizarrerie qu'ils détestent aimer ou aiment détester». La mort de Charb à Charlie Hebdo: "Je préfère mourir debout que vivre à genoux" Michel Renaud, carnet d’un voyageur. Le Clermontois Michel Renaud, fondateur du festival Rendez-vous du carnet de voyage et amoureux du dessin, est décédé mercredi matin lors de l’attaque de Charlie Hebdo.

Michel Renaud, 69 ans, était invité mercredi 7 janvier à la conférence de rédaction de Charlie Hebdo, et avait fait pour l’occasion le déplacement depuis Clermont-Ferrand. C’est dans sa ville qu’il avait créé, en 2000, le Rendez-vous du Carnet de voyage. Lors de la dernière édition du festival, en novembre 2014, il avait invité Cabu. C’est pour lui rendre en main propre ses dessins que le Clermontois était présent mercredi matin à la rédaction de Charlie Hebdo. Puis, entre 1997 et 2010, Michel Renaud sera le directeur du cabinet du successeur de Roger Quillot à l’hôtel de ville, Serge Godard. Mort de Cabu - Un dessinateur contre tous les fanatismes. Le dessinateur de presse Jean Cabut, dit Cabu, a été tué par balles ce mercredi, lors de l'attentat commis contre le journal satirique «Charlie Hebdo». Ancien collaborateur de Paris Match, il était un pacifiste militant qui se battait contre tous les fanatismes. Athée convaincu, mais surtout anticlérical cinglant, Cabu se défiait de toutes les religions, qu’il soupçonnait d’être, potentiellement, autant de foyers d’intolérance et de haine.

Dès ses premiers dessins dans « Hara Kiri », au début des années 60, il avait raillé l’intégrisme catholique avec « Le journal de Catherine », une BD dont la jeune héroïne était pensionnaire du couvent des Oiseaux. Comment ne se serait-il pas senti solidaire des dessinateurs du journal danois « Jyllands-Posten » lorsque ceux-ci, en février 2006, firent l’objet d’une fatwa pour avoir publié des caricatures « sacrilèges » de Mahomet ?

Assassiné six jours avant son 77e anniversaire. Mustapha Ourrad, correcteur à « Charlie Hebdo », avait la France au cœur. Philippe Honoré, illustrateur virtuose enragé. Riss : « La porte s’est ouverte, un type en noir a surgi avec une mitraillette » Tignous, tendre à la dent dure. Willem: "Nous vomissons sur ceux qui, subitement, disent être nos amis" "Nous avons beaucoup de nouveaux amis, comme le pape, la reine Elizabeth ou Poutine: ça me fait bien rire", a-t-il ironisé dans un entretien au quotidien néerlandais de centre-gauche Volkskrant. "Marine Le Pen est ravie lorsque les islamistes se mettent à tirer un peu partout. " Interrogé sur le soutien du chef de file de l'extrême droite néerlandaise Geert Wilders, Willem persiste et signe: "nous vomissons sur tous ces gens qui, subitement, disent être nos amis".

De son vrai nom Bernard Holtrop, le dessinateur satirique de 73 ans réside en France depuis de nombreuses années. Il publie pour Charlie Hebdo et dans le quotidien Libération. Questionné sur le soutien mondial à Charlie Hebdo, Willem poursuit, ironique: "ils n'ont jamais vu Charlie Hebdo". Willem était dans le train mercredi entre Lorient et Paris lorsqu'il a appris l'attaque menée contre Charlie Hebdo par deux islamistes radicaux. Il avait aussi insisté sur l'importance de continuer à publier Charlie Hebdo et à dessiner.