background preloader

Panama papers

Facebook Twitter

Panama papers | Recherche. L’affaire des «Panama papers» en 7 chiffres 107 rédactions dans 76 pays, coordonnées par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), ont eu accès à une masse d’informations inédites qui jettent une lumière crue sur le monde opaque de la finance offshore et des paradis fiscaux. Explications. Lien - La rédaction de Mediapart - 4 avr. 2016 - 146 commentaires «Panama Papers»: Eva Joly lance une pétition L’eurodéputée Eva Joly exige des sanctions et la levée du secret fiscal contre les banques après les accusations de fraude fiscale portées par les Panama Papers, dans une pétition en ligne.

« Panama papers » : huit mois après, les conséquences historiques du scandale. Depuis sa publication, l’enquête sur l’évasion fiscale produit son lot presque quotidien de mesures réglementaires, d’articles et d’appels à l’action émanant du monde politique comme de la société civile pour lutter contre les paradis fiscaux. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Emilia Díaz-Struck (ICIJ) et Will Fitzgibbon (ICIJ) Le 7 avril 2016, 14 grandes lettres bleues ont disparu en silence de la façade d’un immeuble de bureaux dans un quartier huppé de San Salvador, la capitale du plus petit pays d’Amérique centrale. L’une après l’autre, elles sont descendues du mur bleu et beige revêtu de stuc, laissant derrière elles l’empreinte du nom de l’entreprise qui l’occupait encore quelques jours auparavant : Selon le personnel de la succursale salvadorienne de Mossack Fonseca, le cabinet d’avocats basé au Panama dont les fichiers ont fuité et inspiré des milliers d’articles révélant les secrets de la finance extraterritoriale, il s’agissait d’un déménagement prévu de longue date.

Etats-Unis. Face aux représailles, les journalistes des « Panama Papers » tiennent bon. Plusieurs journalistes à l’origine des « Panama papers » ont subi des représailles, même dans les pays où la presse est considérée comme libre. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Will Fitzgibbon (ICIJ) Quand, à la fin du mois de juillet, le directeur de publication du journal nigérien L’Evénement décroche son téléphone, à l’autre bout du fil une voix familière l’avertit qu’il est, une fois encore, en danger. C’est un ami qui le prévient : « Sois prudent, fais attention à toi et à ce que tu dis au téléphone. » Moussa Aksar vient alors de publier le premier article paru au Niger sur les « Panama papers », l’enquête fondée sur les archives d’un cabinet d’avocats qui aide hommes politiques, oligarques et escrocs à monter et à utiliser des sociétés écrans en toute discrétion.

D’autres journalistes et organes de presse ont également dû payer les conséquences de leur participation à l’enquête des « Panama papers », la plus vaste collaboration de journalistes à ce jour. « Dans la cour des grands » Panama Papers: quels effets concrets? Les Panama Papers ont déjà eu ce résultat concret : une chanson pour rendre hommage au lanceur d'alerte, encore inconnu à ce jour, qui a permis à ce scandale d'éclater. "Les panama papers iront-ils au delà de la stupeur dans laquelle ils nous ont plongés" se demande le chanteur... c'est aussi la question que vous avez choisi pour ce dernier billet économique avant Noël.

La réponse est OUI. Les Panama Papers ont eu des effets concrets. Régulièrement d'ailleurs, l'ICIJ, le consortium des journaliste d'investigation qui a révélé ce scandale publie des articles faisant état de ces avancées. Chiffres et graphiques à l'appui. Cela dit, le cabinet d'avocat panaméen n'a pas disparu du paysage, et bien que son siège ait été perquisitionné plusieurs fois, l'un de ses fondateurs se félicite régulièrement de ne pas être poursuivi par la justice du Panama. Les "délinquants", ce sont donc : Opaque, la finance ne l'est pas moins depuis six mois, mais elle promet de l'être. Les Panama Papers «quossa donne»? Au printemps, une bombe journalistique explosait: les Panama Papers. Grâce à une source secrète très prolifique, un pool de journalistes du monde entier dévoilait en avril les comptes secrets de milliers de clients du quatrième plus gros cabinet en droit offshore du monde : Mossack et Fonseca.

Cette enquête d’envergure aurait eu un retentissement encore plus grand sans le côté un peu rébarbatif des mécanismes d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent. Métro vous vulgarise tout cela et vous offre en prime une mise à jour des différentes enquêtes par l’un des deux journalistes allemands à l’origine de tout: Bastian Obermayer. Panama Papers 101 À la base de l’enquête, 11,5 millions de fichiers internes (courriels internes, bases de données, PDF, contrats…) issus des 40 bureaux internationaux du cabinet panaméen. Ils sont offerts gratuitement aux deux journalistes allemands par un lanceur d’alerte resté anonyme, car il ne voulait pas finir en exil comme Edward Snowden. Le secret le mieux gardé du monde. Le roman vrai des Panama Papers, par Christian de Brie (Le Monde diplomatique, octobre 2016)

Un lanceur d’alerte, anonyme et invisible jusqu’au bout, livre durant des mois à deux journalistes de la Süddeutsche Zeitung des informations en provenance d’un cabinet panaméen, Mossack Fonseca, spécialisé dans la vente clés en main de sociétés-écrans à des banques, cabinets d’avocats, d’experts-comptables, etc. : 11,5 millions de documents concernant plus de 200 000 sociétés fictives, réparties dans une vingtaine de paradis fiscaux. Au profit de multinationales, mafias, grosses fortunes, dictateurs et politiciens, services secrets, terroristes. Les deux enquêteurs n’ayant pas les moyens de traiter cette masse d’informations, ils font appel à une association américaine, le Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ, en partie financé par M. George Soros), qui compte près de deux cents journalistes du monde entier. Ils travaillent pendant un an dans le plus grand secret avant de sortir au même moment, partout, ce que l’on appellera les « Panama Papers ».

» Résultats de recherche » panama papers. Le site Les-crises publie des analyses et des articles d’horizons variés afin d’élargir le champ d’information et de réflexion de ses lecteurs, afin de les aider à se faire eux-mêmes leur propre opinion, ce qui est la base de la citoyenneté. Les publier ne signifie nullement qu’ils reflètent systématiquement notre pensée. Nous ne sommes donc engagés que par les articles que nous rédigeons nous-mêmes, pas par ceux repris, et encore moins par l’intégralité des propos ou pensées des auteurs repris qu’ils auraient exprimés par ailleurs. Merci de nous signaler si un article ou un auteur repris ou un commentaire vous semble poser un problème – une erreur est toujours possible malgré notre vigilance. Nous l’étudierons, et y répondrons ou supprimerons le contenu éventuellement problématique. Nous effectuons cette tâche modestement, car nous n’avons prétention à détenir aucune certitude, ni, surtout, à vous convaincre de quoi que ce soit – nous ne sommes pas des militants.

Olivier Berruyer P.S. » Denis Robert : « On nous prend vraiment pour des cons » Journaliste et écrivain, Denis Robert a révélé avec l’affaire Clearstream, des mécanismes cruciaux d’évasion fiscale. Il a remporté en 2011 une longue bataille judiciaire contre les banques qui le poursuivaient. Reporterre – Qu’est-ce qu’implique la directive sur le secret des affaires pour les citoyens et les journalistes ? » Denis Robert – Elle oblige le journaliste et surtout le lanceur d’alerte à faire la preuve qu’il n’espionne pas pour le compte d’autres entreprises, ou à des fins commerciales.

Cette atmosphère pré-insurrectionnelle te paraît-elle légitime ? Je n’ai pas vécu beaucoup d’insurrections, j’avais neuf ans en 68. Que signifie selon toi Nuit Debout ? Cela arrive en résonance avec le dégoût du politique. . « Nuit debout entre en résonance avec le dégoût du politique » Je mène ce combat depuis des années contre le capitalisme clandestin, contre les banques systémiques qui ont la main sur tout. On les a pris la main dans le sac récemment avec Luxleaks.

Ton constat est sombre. » Quelle guerre financière ? Par Jean-François Gayraud. Jean-François Gayraud s’est conquis un large public avec Le Monde des mafias, La Grande Fraude, Géostratégie du crime (avec François Thual) et Le Nouveau Capitalisme criminel, tous publiés aux éditions Odile Jacob. Il vient de publier L’art de la guerre financière.

Pierre Verluise, Docteur en Géopolitique est le Directeur du Diploweb.com Pierre Verluise : Comment définissez-vous la finance et la guerre financière ? Quelles sont les représentations fausses à ce propos ? Jean-François Gayraud : Depuis les années 1980, la Finance occupe une place centrale dans le fonctionnement des sociétés contemporaines. L’idéologie néolibérale est évidement rétive à toute analyse en termes d’hostilité puisque son projet tente de faire accroire que le “doux commerce” cher à Montesquieu (1689-1755) est le pacificateur ultime. Ce point acquis, la question de l’hostilité conduit ensuite vers le véritable questionnement, sous-jacent : qui est l’ennemi ? P. P. J. P. P. P. 4e de couverture.

Ces intox qui veulent répondre aux « Panama papers » Tour d’horizon des contre-vérités qui circulent au sujet des révélations tirées des documents de la firme Mossack Fonseca. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Adrien Sénécat Le Monde, en partenariat avec 108 médias étrangers et le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), a eu accès à 11,5 millions de fichiers provenant des archives du Mossack Fonseca, surnommés « Panama papers ». Les données de ce cabinet panaméen spécialiste de la domiciliation des sociétés offshore révèlent que des chefs d’Etat, des milliardaires ou encore des grands patrons ont eu recours à des montages de sociétés pour dissimuler leurs avoirs. Au fil des révélations, certaines personnes mises en causes ou leurs soutiens répondent avec de fausses informations. 1. « Le trésorier de campagne de François Hollande est dedans » L’homme d’affaires Jean-Jacques Augier, 62 ans, était le trésorier de François Hollande pour la campagne présidentielle de 2012. . 3. « Aucun Américain n’est cité »

Panama: A qui profite le crime de délation? – brunobertez. « Panama and the U.S. have at least one thing in common: Neither has agreed to new international standards to make it harder for tax evaders and money launderers to hide their money. Over the past several years, amid increased scrutiny by journalists, regulators and law enforcers, the global tax-haven landscape has shifted. In an effort to catch tax dodgers, almost 100 countries and other jurisdictions have agreed since 2014 to impose new disclosure requirements for bank accounts, trusts and some other investments held by international customers — standards issued by the Organization for Economic Cooperation and Development, a government-funded international policy group.

Places like Switzerland and Bermuda are agreeing, at least in principle, to share bank account information with tax authorities in other countries. Only a handful of nations have declined to sign on. The most prominent is the U.S. U.S. Secrecy Advisors such as Rothschild, profiled initially by Bloomberg’s Jesse Drucker. Pourquoi les « Panama Papers » ?, par Thierry Meyssan. La doctrine Romer : contraindre les paradis fiscaux non-anglo-saxons à renoncer, et déstabiliser l’Union européenne jusqu’à ce que les capitaux refluent vers les paradis fiscaux du Royaume-Uni, de la Hollande, des États-Unis et d’Israël. La stratégie économique des États-Unis Au début de son mandat, le président Obama a désigné l’historienne Christina Romer pour présider son Comité des conseillers économiques. Ce professeur à l’Université de Berkeley est une spécialiste de la crise de 1929. Selon elle, ni le New Deal de Roosevelt, ni la Seconde Guerre mondiale n’ont permis de sortir de cette récession, mais l’afflux de capitaux européens, à partir de 1936, fuyant la « montée des périls ».

C’est sur cette base que Barack Obama a conduit sa politique économique. Tout a commencé en Grèce, en décembre 2008, avec des manifestations à la suite de l’assassinat d’un adolescent par un policier. Les paradis fiscaux Chaque paradis fiscal a un statut juridique particulier, généralement saugrenu. Panama leaks : A propos de ces révélations qui font grand tapage – brunobertez. A propos de ces soi disant révélations plusieurs remarques: –elles sont sélectives, triées -pourquoi resssortir cette affaire maintenant, alors qu’elle est connue depuis longtemps et que même en regardant à la loupe on n’apprend rien de nouveau? -à qui profitent ces révélations ? -pourquoi n’y a t- il que des noms périphériques, secondaires, de personnes sans importance politique majeure. -pourquoi trouve-t-on comme par hasard des noms de camarades d’école de Poutine que l’on s’empresse de mettre en photo comme si les comptes lui appartenaient, L’origine et les intentions qui se dissimulent derrière ces révélations se révèlent d’elles mêmes, il y a derrière tout cela un grand Keynésien et son argent .

On lira ci dessous des extraits du Suddeutsche Zeitung qui montrent que l’affaire date de plus d’un an. Ce que nous voyons, c’est l’émergence d’une guerre souterraine mondiale. Lire également sur notre site : link to brunobertez.com Extrait Suddeutsche Zeitung: J'aime : J'aime chargement… Evasion fiscale : le couac du gouvernement. C’est une grande leçon de démocratie parlementaire. Et une belle occasion manquée. C’est aussi la sempiternelle séquence qui risque d’alimenter les déçus de la politique pour qui le gouvernement se paie de mots mais se passe d’actions marquées à gauche. En cette période de disette budgétaire, la lutte contre l’évasion fiscale a pourtant bonne presse, notamment du côté du gouvernement. L’Etat veut s’attaquer à cette mécanique financière par laquelle une poignée de multinationales s’en mettent plein les poches au détriment du plus grand nombre de contribuables qui, eux, paient leurs impôts là où ils travaillent.

Vendredi 4 décembre, dans le cadre du projet de loi de finances rectificatif, les députés franchissent un pas décisif. Cette fois, la manne financière des multinationales est à portée des caisses de l’Etat. Adopté à l’Assemblée, l’amendement prend la navette vers le Sénat. Qu’à cela ne tienne : il revient à l’Assemblée pour une seconde lecture, dans la nuit de mardi à mercredi. Fiscalité: Ceux qui transfèrent des actifs aux Etats-Unis auront une surprise de taille mais surtout… très coûteuse. – brunobertez. Raphaël H. Cohen* Agefi Suisse D’après mon humble analyse, les Américains sont en train de déployer un plan diabolique qui va renflouer le trésor américain.

La beauté du plan est que, sa finalité ne sautant pas aux yeux, la plupart des gens ne s’en méfient pas. Rembobinons le film à la case départ pour voir à qui profite le crime, pour ensuite comprendre à qui il va encore plus profiter: Le premier acte a commencé avec Fatca, qui a conduit les «US persons» à ne plus trouver refuge pour leurs actifs non déclarés. Le deuxième acte se joue en tête à tête avec la Suisse, mais avec des retombées mondiales: c’est l’accord de non-poursuite que les Américains ont imposé à la Suisse et selon lequel les banques suisses qui hébergeaient depuis 2008 des actifs appartenant à des US persons doivent s’acquitter d’une pénalité comprise «seulement» entre 20 et 50% de ces actifs.

Le troisième acte s’est joué dans le cadre de l’OCDE. Puisque la partie historique s’arrête là (pour l’instant!) J'aime : « Panama Papers » : une fuite organisée pour faire avancer la répression financière ? La Réponse de Bruno Bertez – Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances. Explorez les données des Panama Papers. Paul Jorion, économiste : “Les fuites des 'Panama Papers' ne surviennent pas par hasard” - Idées. Panama papers : vrai scoop ou simple opération d’enfumage ? par Anthony Alberti. [Dossier] Ces patrons de presse cités dans les « Panama Papers » – Blogue de Claude Chollet. «Panama Papers» - cherchez les absents ! Les #Panama Papers sont un moyen de chantage idéal.

« Panama Papers » : la bonne réaction de l’Europe. Panama Papers : Wikileaks attaque la crédibilité de l’ICIJ Par Bruno Bertez – Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances. Humeur: d’un Panama à l’autre, les fossoyeurs .. – brunobertez. « Panama Papers » ou le Crépuscule des Idoles : L’enfer comme le paradis fiscal sont pavés de mauvaises intentions… – Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances. Les USA bientôt plus grand paradis fiscal du monde? – Les moutons enragés. Vraies et fausses révélations : Détroit fermé pour le canal cash en provenance du Panama ( Avec le commentaire de Bruno Bertez) – Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances.