background preloader

Dérégulation financière

Facebook Twitter

Le démantèlement des régulations pourrait miner la stabilité financière mondiale. Le Fonds monétaire international et les banquiers centraux s’inquiètent face à la tentation de démanteler les mesures adoptées après la crise de 2008.

Le démantèlement des régulations pourrait miner la stabilité financière mondiale

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marie Charrel C’est l’un des grands dangers pesant sur l’économie mondiale. Dans son rapport sur la stabilité financière, présenté mercredi 19 avril, le Fonds monétaire international (FMI) tire la sonnette d’alarme : « Le démantèlement des régulations adoptées après la crise pourrait miner la stabilité financière mondiale. » Un constat partagé par François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France. Dans une étude publiée jeudi 20 avril, il prévient : « Toute tentation de retour en arrière, ou de déréglementation lourde, augmenterait le risque d’une nouvelle crise financière. » Les grands argentiers de la planète sont inquiets.

. « Nous ne sommes pas allés assez loin » Dans son rapport, la Banque de France souligne les progrès réalisés ces dix dernières années pour solidifier le système financier. Donald Trump est prêt à revenir sur la régulation financière. Le futur président n’a pas l’intention de tordre le bras à Wall Street pour assurer la prospérité de la classe moyenne américaine.

Donald Trump est prêt à revenir sur la régulation financière

Il veut permettre aux banques de « prêter à nouveau ». Un slogan qui constitue une douce musique pour celles-ci. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Stéphane Lauer (New York, correspondant) L’élection de Donald Trump, mardi 8 novembre, a été présentée comme la victoire des oubliés de la croissance et des victimes de la mondialisation, ce que l’on appelle aux Etats-Unis « Main Street », en opposition à « Wall Street ». Mais que l’on ne s’y trompe pas. Ainsi, dans l’un de ses premiers communiqués, l’équipe de transition présidentielle qui a été formée par M. Alors que la loi Dodd-Frank n’a cessé d’être vilipendée par Wall Street, M. Donald Trump est prêt à revenir sur la régulation financière. Les profits des banques américaines dopés par l’élection de Donald Trump.

Les six plus importants établissements de Wall Street ont réalisé 91 milliards de dollars de bénéfices en 2016.

Les profits des banques américaines dopés par l’élection de Donald Trump

L’élection de Donald Trump aura été une véritable bénédiction pour les banques américaines. Les six plus importants établissements de Wall Street ont cumulé près de 91 milliards de dollars (85 milliards d’euros) de bénéfices en 2016. Les profits de JPMorgan Chase, Wells Fargo, Morgan Stanley, Bank of America, Citigroup et Goldman Sachs (GS) ont été notamment dopés par l’emballement des marchés financiers dans la foulée de la victoire surprise du milliardaire new-yorkais, le 8 novembre. Huit ans après la crise financière et après deux mandats de Barack Obama, les banques américaines n’ont jamais affiché autant de profits.

Les grandes banques n’ont pas eu à attendre le détricotage de la loi Dodd-Frank sur la réglementation financière votée en 2010, promis par le nouveau président américain, pour se refaire une santé. « Cygnes noirs » Donald Trump lance le détricotage de la régulation financière. Le président américain a signé deux décrets visant à revenir sur la loi Dodd-Frank adoptée en 2010 par le Congrès.

Donald Trump lance le détricotage de la régulation financière

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Lauer (New York, correspondant) Donald Trump a lancé officiellement, vendredi 3 février, le processus de démantèlement de la réforme sur la réglementation financière lancée par Barack Obama au lendemain de la crise de 2008. Le président américain a signé deux décrets qui visent à revenir sur la loi Dodd-Frank, qui avait été votée en 2010 par le Congrès. Le geste est pour le moment symbolique. Le premier décret donne cent vingt jours au secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, pour faire des recommandations dans l’objectif d’amender cette loi, dont le but était de renforcer la stabilité du secteur financier.

. « Aujourd’hui, nous signons les principes fondamentaux de la réglementation du système financier américain, a déclaré M. Lire aussi : Les profits des banques américaines dopés par l’élection de Donald Trump. Le rapport de force entre Donald Trump et Janet Yellen décrypté en quatre points. Le président américain rêve de déréguler la finance et de réduire l’indépendance de la Réserve fédérale.

Le rapport de force entre Donald Trump et Janet Yellen décrypté en quatre points

Mais il peinera à mener le projet à terme. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Marie Charrel Un exercice délicat. Pour ne pas dire périlleux. Mardi 14 février, Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale (Fed), a commencé une série d’auditions au Congrès américain. L’objectif, pour Mme Yellen, était double. Que reproche Donald Trump à la Fed de Janet Yellen ? A l’écouter, elle incarne tout ce qu’il déteste. Début février, le sénateur Patrick McHenry l’a également accusée de participer à des « forums internationaux de régulation bancaire », non conformes selon lui aux intérêts américains. Jusqu’où le président peut-il déréguler la finance ? Donald Trump nomme un avocat d’affaires à la tête du gendarme de la Bourse américaine. Le nom de M.

Donald Trump nomme un avocat d’affaires à la tête du gendarme de la Bourse américaine

Clayton s’ajoute ainsi à la cohorte de dirigeants qui ont entretenu des liens étroits avec Wall Street avant d’accepter de rejoindre l’administration Trump. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Lauer (New York, correspondant) Après avoir été l’avocat de Wall Street, Jay Clayton sera désormais chargé d’encadrer la place financière sur le plan réglementaire. Donald Trump a en effet annoncé, mercredi 4 janvier, la nomination de ce juriste chevronné à la présidence de la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de la Bourse américaine.

Après le feu vert du Sénat, il devrait succéder à Mary Jo White, qui avait annoncé le 14 novembre 2016 qu’elle quitterait son poste en même temps que Barack Obama, le 20 janvier. « Jay Clayton est un expert hautement talentueux, a déclaré le président élu américain dans un communiqué. Associé au sein du cabinet Sullivan & Cromwell, il s’est imposé comme un spécialiste des fusions acquisitions et des introductions en Bourse. Une démission au sein de la Fed donne un nouvel atout à Trump pour déréglementer la finance. Nommé par Barack Obama pour superviser les grandes banques américaines, Daniel Tarullo vient d’annoncer son départ.

Une démission au sein de la Fed donne un nouvel atout à Trump pour déréglementer la finance

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Lauer (New York, correspondant) Daniel Tarullo, l’un des principaux artisans du renforcement de la réglementation financière aux Etats-Unis, a annoncé, vendredi 10 février, sa démission du conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale (Fed). Même s’il n’a pas donné de raison à son départ, qui devrait intervenir le 5 avril, la décision de M. L'avertissement brutal adressé à la Fed.

Trump lance la dérégulation de Wall Street. Trump lance son offensive contre la régulation des banques.