background preloader

Vaccin HPV

Facebook Twitter

Gardasil : nos arguments contre le vaccin réaffirmés. En réponse à la contre-vérité de Maxence Ouafik sur le vaccin Gardasil, je réaffirme nos arguments pour inciter à plus de précautions.

Gardasil : nos arguments contre le vaccin réaffirmés

Je suis chirurgien cancérologue et diplômé de statistiques appliqués à la médecine et Nicole Delépine est cancérologue médicale depuis plus de trente ans. Aussi nous voulons corriger les erreurs et omissions de notre contradicteur, dont l’expression est très proche de celle des laboratoires. Notre première vérité rappelle simplement que le Gardasil, comme tout vaccin, est un traitement et que son intérêt doit être envisagé de manière contradictoire selon la balance avantages/risques. Vaccination contre les infections à HPV et risque de maladies auto-immunes : une étude Cnamts/ANSM rassurante. Les résultats de l’étude réalisée conjointement par l’ANSM et l’Assurance Maladie, portant sur une cohorte de 2,2 millions de jeunes filles âgées de 13 à 16 ans, montrent que la vaccination contre les infections à papillomavirus humains (HPV) par Gardasil ou Cervarix n’entraîne pas d’augmentation du risque global de survenue de maladies auto-immunes, confirmant ainsi les données de la littérature française et internationale.

Vaccination contre les infections à HPV et risque de maladies auto-immunes : une étude Cnamts/ANSM rassurante

Une augmentation du risque de syndrome de Guillain-Barré après vaccination contre les infections à HPV apparaît toutefois probable. Ce syndrome est déjà identifié dans l’autorisation de mise sur le marché (AMM) du produit. De surcroît, ses conséquences sont limitées (1 à 2 cas pour 100 000 filles vaccinées) compte tenu de la rareté de la maladie, les deux institutions estiment que les résultats de cette étude ne remettent pas en cause la balance bénéfice-risque pour les vaccins concernés.

Recommandations vaccinales contre les infections à papillomavirus humains chez les hommes. La grande majorité des hommes et des femmes sont infectés par les papillomavirus humains (HPV) au cours de leur vie.

Recommandations vaccinales contre les infections à papillomavirus humains chez les hommes

Concernant les hommes, l’infection anale par les HPV et ses manifestations cliniques (lésions pré-cancéreuses, cancers, condylomes anaux) sont plus fréquentes chez ceux ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) et en particulier ceux infectés par le VIH. Inconclusive evidence for non-inferior immunogenicity of two- compared with three-dose HPV immunization schedules in preadolescent girls: A systema... Vaccination contre les infections à HPV et risque de maladies auto-immunes : une étude Cnamts/ANSM rassurante.

Vaccination contre les infections à HPV et risque de maladies auto-immunes : une étude Cnamts/ANSM rassurante. Sans titre. Efficacy of fewer than three doses of an HPV-16/18 AS04-adjuvanted vaccine: combined analysis of data from the Costa Rica Vaccine and PATRICIA trials - The Lancet Oncology. Figure 1 Trial profile for the Costa Rica Vaccine Trial (CVT) and PATRICIA trial combined Women who were randomly assigned into both trials were stratified by vaccine group and number of doses received.

Efficacy of fewer than three doses of an HPV-16/18 AS04-adjuvanted vaccine: combined analysis of data from the Costa Rica Vaccine and PATRICIA trials - The Lancet Oncology

*Women were excluded if they had less than 12 months' follow-up (time total vaccinated cohort, T-TVC). Gardasil : la décision que nous allons toujours regretter. Katie Nous regrettons profondément d’avoir donné notre accord pour le vaccin Gardasil.

Gardasil : la décision que nous allons toujours regretter

Nous n’avions alors aucune idée des effets secondaires graves que ce vaccin pouvait déclencher. Chaque jour, nous pensons que nous aurions dû être mieux informés. Vous, les parents, réfléchissez bien à deux fois avant de suivre aveuglément le calendrier de vaccinations que vous propose votre médecin. Ne vous imaginez surtout pas que votre médecin sait tout. Direct benefit of vaccinating boys along with girls against oncogenic human papillomavirus: bayesian evidence synthesis. Johannes A Bogaards, senior researcher12, Jacco Wallinga, senior researcher2, Ruud H Brakenhoff, professor3, Chris J L M Meijer, professor4, Johannes Berkhof, associate professor1Author affiliationsCorrespondence to: J A Bogaards hans.bogaards@rivm.nlAccepted 16 March 2015.

Direct benefit of vaccinating boys along with girls against oncogenic human papillomavirus: bayesian evidence synthesis

Mise en garde de scientifiques contre le vaccin Gardasil. Le vaccin Gardasil Photo : Harry Cabluck/ AP Des scientifiques lancent une mise en garde contre le vaccin Gardasil, destiné à protéger contre le cancer du col de l'utérus.

Mise en garde de scientifiques contre le vaccin Gardasil

Une chercheuse de l'Université de la Colombie-Britannique, Lucija Tomljenovic, indique que le vaccin n'est pas plus efficace que les autres méthodes de prévention et qu'il comporte des risques. Elle affirme même que l'efficacité du vaccin sur la prévention du cancer du col de l'utérus reste à démontrer. Mme Tomljenovic indique qu'il faut environ 15 à 20 ans avant que ce type de cancer se développe, alors que la plupart des études ont un recul de 6 à 7 ans au maximum.

En France, en novembre dernier, une première plainte pénale a été déposée contre l'entreprise franco-américaine Sanofi Pasteur MSD, qui commercialise le vaccin, et l'agence française du médicament ANSM. Problem loading page. Comparison of Human Papillomavirus Infection and Cervical Cy... : Obstetrics & Gynecology. Sans titre. Sans titre. France - Informations & Ressources médicales pour médecins.

Sans titre. Identification. Déjà inscrit au site ?

Identification

Saisissez vos codes d’accès. Certaines de ces rubriques sont libres d’accès pour tous les professionnels de santé inscrits, d’autres, et toutes les archives, requièrent un abonnement Premium. Pour des raisons réglementaires, l’inscription individuelle des professionnels de santé est indispensable pour accéder au site. Il est indispensable, pour vous identifier : que votre ordinateur soit à l'heure (ainsi qu'à la bonne date) que votre navigateur (Internet Explorer, Firefox, Chrome, Safari...) accepte les cookies.Vous pouvez consulter cette page si vous avez besoin d'aide : Comment activer les cookies Héritier du Journal International de Médecine publié sous sa version papier d’octobre 1979 à juillet 1998, JIM.fr est aujourd’hui l'un des premiers sites médicaux francophones selon toutes les enquêtes de lecture.

Vaccin anti-papillomavirus: les garçons aussi. L’OFSP conseille dorénavant aux garçons comme aux filles de se faire vacciner contre le HPV.

Vaccin anti-papillomavirus: les garçons aussi

Mais tous les praticiens n’y sont pas favorables. Identification. Quadrivalent HPV vaccination and risk of multiple sclerosis and oth... Identification. Vaccin contre le HPV : pas de hausse des conduites sexuelles à risque, e-sante.be. La vaccination contre le papillomavirus ne favorise pas les comportements à risque. Les jeunes filles vaccinées contre le papillomavirus ne courent pas davantage de risque d’infection sexuellement transmissible (IST), selon un article paru lundi sur le site du « Jama Internal Medicine ».

La vaccination contre le papillomavirus ne favorise pas les comportements à risque

Ces résultats indiquent que la vaccination ne semble pas influencer leur comportement sexuel de manière négative : être vaccinée ne modifierait pas leur perception du risque. Un taux plus élevé au départ Le Dr Jena Anupam, de l’école médicale de Harvard, et ses collègues se sont appuyés sur une base de données établie par des compagnies d’assurance. Ils ont regroupé les informations sur plus de 200 000 femmes de 12 à 18 ans, dont 21 000 étaient vaccinées. Au cours de l’année précédant l’immunisation, les auteurs ont répertorié 94 cas de gonorrhées, d’herpès, de syphilis ou d’infections à chlamydia ou VIH, parmi les jeunes filles vaccinées, soit un taux de 4,3 pour 1 000. HPV : le Gardasil 9® peu pertinent en France. La commercialisation d’un nouveau vaccin contre les papillomavirus humains (HPV), le Gardasil 9® du laboratoire américain MSD, couvrant 5 génotypes HPV supplémentaires par rapport au Gardasil® vendu aujourd’hui, a été autorisée aux Etats-Unis par la Food and Drug Administration (FDA).

L’agence américaine du médicament précise que les 5 génotypes supplémentaires sont responsables d’approximativement 20 % des cancers de l’utérus. Le Gardasil 9® pourrait prévenir approximativement 90 % des cancers du col de l’utérus, vulvaires, vaginaux et anaux. En France, selon Isabelle Heard de l’Institut Pasteur, ce vaccin amélioré aurait une action modérée car il ne contient pas les 3ème, 6ème et 7ème génotypes qui sont les plus fréquents chez nous. Actuellement, seuls le Gardasil® et le Cervarix® sont autorisés en France. Lire article sur le HPV : Transmission, symptômes, dépistage, vaccin… Identification. Quadrivalent HPV vaccination and risk of multiple sclerosis and oth... Cancer du col de l'utérus : l'OMS préconise deux doses de vaccin, dès 9 ans. Vaccin contre le VPH: les jeunes filles moins vigilantes? OTTAWA - L'inquiétude de voir les jeunes filles plus promptes à la promiscuité après avoir reçu leur inoculation contre le virus du papillome humain (VPH) n'est pas fondée, conclut une étude publiée dans le Journal de l'Association médicale canadienne.

Ce vaccin a été largement utilisé au Canada au cours des dernières années afin de protéger contre quatre types de papillomavirus causant près de 70 % des cancers cervicaux, verrues génitales et anales. Plusieurs provinces ont mis sur pied des programmes pour immuniser les jeunes filles avant qu'elles ne deviennent actives sexuellement. Ces mesures préventives ont toutefois fait l'objet de débats à savoir si cette vaccination n'a pas un effet sur les jeunes filles qui pourraient croire qu'elles sont moins à risque et pourraient ainsi s'adonner des pratiques sexuelles plus risquées. Une étude a été menée auprès de 260 493 jeunes filles, dont 128 712 participantes déjà vaccinées. Identification. Papillomavirus : des experts préconisent la vaccination pour les homosexuels. Damian Dovarganes/AP/SIPA La vaccination contre le papillomavirus humain (HPV) devrait être étendue aux hommes homosexuels, car ils ont un grand risque de contracter cette maladie, selon le nouveau rapport (en anglais) du Joint Committee on Vaccination and Immunisation (JCVI), un comité d’experts indépendants du ministère de la Santé britannique.

Au Royaume-Uni, le vaccin est recommandé pour les filles de 12 et 13 ans depuis 2008. En revanche, les garçons ne se font pas vacciner car cela « ne générerait qu’un bénéfice minime pour la prévention du papillomavirus,, expliquait le JCVI en 2008. Cancer du col de l'utérus : vacciner dès 9 ans ? Par la rédaction d'Allodocteurs.fr rédigé le 11 septembre 2014, mis à jour le 11 septembre 2014 Moins de 25% des adolescentes sont vaccinées contre des souches du papillomavirus humain (HPV), responsable de cancers du col de l'utérus. Afin d'atteindre une couverture vaccinale efficace, le Haut Conseil de la Santé Public recommande, dans un avis publié le 10 septembre 2014, d'abaisser de deux ans l'âge de la vaccination contre le papillomavirus humain (HPV).

Cancer du col de l'utérus : vacciner dès 9 ans ? Photo : A gauche, une cellule saine. Papillomavirus. Medscape France - Informations & Ressources médicales pour médecins. Gardasil nous revoilà !!! Elle court, elle court, la pétition d’horreur, signée par des confrères, qui inquiète la France entière. Une demande de mission parlementaire à la clé, pourquoi pas une inscription d’interdiction du vaccin dans la constitution ? Affreux produite développé par une firme pharmaceutique pourrie, qui voudrait empoisonner les jeunes filles avant même qu’elles ne connaissent les premières frissons de l’amour !

Quelle manipulation!. Depuis 2006, près de 130 millions de doses de ce vaccin ont été distribuées dans le monde.. L’analyse des données de pharmacovigilance a fait état de 26 675 effets indésirables graves[ dont 113 cas de sclérose en plaques (SEP). Papillomavirus : un vaccin dès neuf ans à l'école pour les petites filles ? - Sciences. Rappel d’information sur la vaccination contre les papillomavirus humains par le Gardasil®

01-Dossier_Special-PHJ_Papillomavirus.pdf. Papillomavirus. Vaccination contre les infections à papillomavirus humains. Données actualisées. La vaccination contre les infections à papillomavirus humains fait actuellement l’objet de polémiques médiatisées. La Direction générale de la santé a demandé au HCSP de faire une revue des dernières données scientifiques et de préciser les conditions dans lesquelles la vaccination HPV pourrait aussi apporter une protection collective par immunité de groupe. Le HCSP rappelle que la quasi-totalité des pays industrialisés, en Europe et hors Europe, ont émis des recommandations vaccinales HPV voisines des recommandations françaises, certains obtenant des couvertures vaccinales élevées.

Le HCSP constate que : GARDASIL® : Faut-il faire vacciner votre fille ? - Santé en réseau. Alors que plus de 500 médecins et 200 sages-femmes réclament par pétition une mission parlementaire pour évaluer l’opportunité de la vaccination. La controverse s’élève donc autour du vaccin anti-HPV, Gardasil® avec de nombreux arguments développés contre son efficacité. Et, à l’heure des économies sur les dépenses de santé, un coût élevé pour un vaccin présenté d’utilité publique, soit 123 euros la dose. Au milieu de ce tumulte, que doivent penser les parents ? Gardasil® est un vaccin recombinant quadrivalent contre le virus du papillome humain (types 6, 11, 16 et 18), indiqué chez les filles et les femmes de 9 à 45 ans pour la prévention de l’infection par les virus du papillome humain (HPV) des types 6, 11, 16 et 18 et des maladies suivantes causées par les VPH de ces types, dont les cancers du col de l’utérus, de la vulve et du vagin causé par ces HPV.

Gardasil® contient un adjuvant à base de sulfate d’hydroxyphosphate d’aluminium amorphe (SHAA). Gardasil : actualisation des données de sécurité sur le vaccin contre les papillomavirus humains. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met à disposition une actualisation des données de pharmacovigilance relatives au vaccin contre les papillomavirus, Gardasil. Medscape France - Informations & Ressources médicales pour médecins. L'Europe divisée sur le Gardasil. Après la polémique, la réflexion scientifique. Connaissance de la Santé. Portail vaccination. Collège National des Sages-Femmes - site v2.0 - Gynécologie. GARDASIL® : Faut-il faire vacciner votre fille ? - Pharmaciens en réseau.

La question se pose alors que 9 jeunes femmes, âgées de 18 à 24 ans, sans antécédents médicaux, sont affectées de maladies très invalidantes concomitantes à la vaccination. Alors que plus de 500 médecins et 200 sages-femmes réclament par pétition une mission parlementaire pour évaluer l’opportunité de la vaccination.

Med'Océan – association de formation médicale continue et de développement de la qualité, de l'évaluation et de la recherche en santé de l'Océan Indien. Va-t-on vers un nouveau scandale sanitaire, de l’ordre du Médiator? Affaire Gardasil : effets secondaires sur la toile. Paris, le samedi 5 avril 2014 – Il ne se passe guère une saison sans que nous soyons réveillés par la sourde menace d’un « scandale sanitaire »...réel ou supposé. Nouvelle offensive contre le Gardasil. «Le vaccin n'est pas plus efficace que les autres méthodes de prévention et de plus il est porteur de risques», a résumé Lucija Tomljenovic, chercheuse à l'Université canadienne de Colombie britannique, qui travaille sur les effets neurotoxiques des adjuvants vaccinaux, lors d'une conférence de presse organisée par la députée européenne Michèle Rivasi.

Cette dernière réclame un «moratoire» sur le Gardasil, commercialisé par la coentreprise franco-américaine Sanofi Pasteur MSD, en attendant que des études fassent la preuve de son efficacité. Le cancer du col représente aujourd'hui 1,7% des cancers en France avec environ 3000 nouveaux cas par an et 0,7% des décès, autour d'un millier par an. Gardasil : le Comité technique des vaccinations répond aux 400 médecins. Association of Varying Number of Doses of Quadrivalent Human Papillomavirus Vaccine With Incidence of Condyloma. Vaccin contre le cancer de l'utérus : la pétition de 420 médecins. Quelle efficacité du vaccin anti-HPV contre les lésions de haut grade ? Infections à HPV : nouveau schéma vaccinal du vaccin Cervarix® Gardasil contre HPV : 2 doses au lieu de 3 semble suffire. CANCER du PÉNIS: 20 % d'augmentation en 40 ans, l’hygiène et le HPV en cause. Aux États-Unis, le CDC dresse le bilan inquiétant de l’infection HPV.

Cancer du col de l’utérus : les autorités légères sur les effets du vaccin. Col de l’utérus : le vaccin en accusation. Rappel d’information sur la vaccination contre les papillomavirus humains par le Gardasil® Gardasil : une polémique sans preuve d’imputabilité. Pour l'ANSM, le Gardasil garde un rapport bénéfice-risque favorable. GARDASIL et maladies de la myéline: Un risque évoqué, connu et documenté. Gardasil : une plainte déposée contre l'ANSM et Sanofi. Santé : le vaccin Gardasil. Papillomavirus : résultats encourageants de la vaccination aux Etats-Unis. Article. Article. Les garçons vaccinés contre le papillomavirus? Arrêté du 30 avril 2013 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux.

CERVARIX 20032013 AVIS CT12755. AVIS relatif à la révision de l’âge de vaccination contre les infections à papillomavirus humains des jeunes filles 28 sept 2012. Infections à HPV des jeunes filles : révision de l’âge de vaccination. Vaccin HPV : moins d'un tiers des adolescentes françaises vaccinées. Winckler's Webzine - Cancer du col et vaccination anti-HPV.