background preloader

Laïcité

Facebook Twitter

Elisabeth Badinter et la laïcité lepénisée. « Oui mais quand même, la religion, c’est mal » Relayer l’information de la énième agression d’une femme voilée, ou les propos haineux tenus sur l’islam par la représentante d’une organisation pseudo-féministe, revient immanquablement à emboucher l’appeau à trolls religiophobes.

« Oui mais quand même, la religion, c’est mal »

Que des femmes soient insultées et tabassées, que le féminisme serve de leurre pour répandre et banaliser le racisme le plus crasse, tout cela, le/la religiophobe s’en moque : dans un pays où médias et politiques, de façon plus ou moins insidieuse, désignent à longueur de temps les musulmans comme la cause de tous les maux de la société, son seul sujet d’anxiété est que son droit à « critiquer la religion » soit garanti. Pour l’exprimer, il usera de subtiles gradations dans la virulence, de la simple protestation à l’éructation scatologique probablement censée traduire la hauteur à laquelle il plane dans l’éther philosophique inaccessible aux benêts qui voient du racisme partout : « Moi, je chie sur toutes les religions. » Oui, on peut porter le voile et être féministe. Cette phobie française repose sur un déni. Un rassemblement de mères voilées, demandant le droit de participer aux sorties scolaires.

Oui, on peut porter le voile et être féministe. Cette phobie française repose sur un déni

Le 18/05/14 à Paris (F. DUFOUR/AFP). La phobie française à l’égard du voile – dont les surenchères récentes d’Élisabeth Badinter (contre les alliés de la "mode islamique") ou de Manuel Valls (proposant d’interdire l’université aux femmes le portant) ne sont que les ultimes expressions – repose, entre autres, sur un déni. Laïcité mon cul. Ça part méchamment en vrille dans le n’importe quoi en ce moment, non ?

Laïcité mon cul

Genre on serait en train de se noyer sous un flot, que dis-je, un raz-de-marée d’araaaaabes, de muuuuuusulmans, d‘isssslamissstes – j’imite très mal Jean-Marie Le Pen – qui seraient en train de nous piquer notre pays. Bon. Après tout on a bien profité des leurs, pays, tout au long du siècle dernier. Cette étrange obsession française pour le voile. La crispation du gouvernement français sur « le voile » est sans commune mesure avec ce qui se passe dans la plupart des autres pays occidentaux. Dans le monde anglo-américain, même après le 11-Septembre, le voile n’est pas considéré comme l’étendard d’une insurrection.

Le gommage de toute différence ethnique, raciale et religieuse n’est pas une condition nécessaire pour l’intégration dans la nation. Une phrase du poète américain Walt Whitman résume à peu près la manière dont la diversité est conçue : « Je suis grand, je contiens des multitudes ». Ce qui ne veut pas dire qu’il n’existe pas de problèmes de discrimination terribles et persistants basés sur les différences (raciales en particulier) aux États-Unis ; simplement ces différences sont reconnues comme partie intégrante de l’héritage national. La loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public 2 ans après. Le texte d'octobre 2010 est entré en vigueur le 11 avril 2011.

La loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public 2 ans après

Quel bilan aujourd'hui ? Qui sont les femmes qui ont choisi de porter le niqab ? Témoignages, analyses et reportage proposés par Frédéric Métézeau au fil de ce mercredi. Le bilan : Les 7 articles de la loi concerne a priori aussi bien les femmes intégralement voilées que les Anonymous. Avec un voile intégral interdit sur la voie publique et dans tous les lieux ouverts au public ou affectés à un service public, comme l'école. Dans le journal de 8h de Ludovic Piedtenu, Frédéric Métézeau précise ses effets et quelques chiffres malgré le silence du ministère de l'Intérieur à ce propos :

Les yeux noirs - Féministes mais anti-voile : un argumentaire à... Ma réponse aux 14 arguments les plus courants contre le voile. © Trait(s) pour trait(s) Je commence à en avoir un petit peu marre d’user ma salive pour répondre encore et encore aux mêmes arguments contre le hijab.

Ma réponse aux 14 arguments les plus courants contre le voile

Alors toi qui voudrais entamer un énième débat ou me demander de justifier mes croyances et mes choix personnels, lis ceci, ça nous fera peut-être gagner du temps à tou-te-s les deux. 1) Je n’aime pas le voile. Ok, d’accord. Autre chose ? Du hijab au burkini en passant par le niqab : les dessous d'une obsession française. « Ces hommes, disait-il, parlant des Algériens, sont coupables de couvrir tant de beautés étranges.

Du hijab au burkini en passant par le niqab : les dessous d'une obsession française

Quand un peuple recèle de telles réussites, de telles perfections de la nature, il se doit de les montrer, de les exposer. À l’extrême, ajoutait-il, on devrait pouvoir les obliger à le faire. » (Frantz Fanon) [1] Le 13 mai 1958 à Alger, place du Gouvernement, des femmes musulmanes sont exhibées sur un podium pour y brûler leur voile en signe d’émancipation. Organisée par le Mouvement de solidarité féminine, une association caritative fondée par Mme Raoul Salan, l’épouse du commandant des forces armées françaises d’Algérie, cette mise en scène s’inscrit dans une cérémonie plus large de célébration de la tutelle française, alors vacillante.