background preloader

Stratégies d'apprentissage

Facebook Twitter

Le cerveau dans la main, une animation pour aider les enfants à gérer leurs émotions. Aider les apprenants à comprendre. Steve Masson. Qu’est-ce qu’un neuromythe ? Un neuromythe est une fausse croyance à propos du fonctionnement du cerveau. Par exemple, croire que nous n’utilisons que 10 % de notre cerveau constitue un neuromythe. Récemment, des études effectuées dans plusieurs pays ont révélé la présence de certains neuromythes en éducation, plus précisément chez les enseignants (Dekker et al., 2012). […] premium Jérémie Blanchette Sarrasin Étudiante à la maitrise en éducation à l’Université du Québec à Montréal.

Mémorisation

Quand les neurosciences rencontrent l’éducation | Eric Gaspar | TEDxAlsace. Qui sommes-nous? Nous sommes une importante équipe d’acteurs de l’Education et de la formation en milieu scolaire, motivés par l’application des sciences cognitives. Notre objectif : améliorer l’apprentissage et réduire la difficulté scolaire. Notre action : informer et sensibiliser, expérimenter et nous maintenir en contact avec la recherche. L’équipe Derrière « Sciences Cognitives, Comment changer l’Ecole », travaillent un noyau rapproché de plus de vingt personnes, tous acteurs de l’apprentissage dans des fonctions diverses : Professeurs expérimentateurs en établissementDont plusieurs formateurs habilités par les rectorats pour animer des stages-établissementsFormateurs en EspéUn chef d’établissementUn Inspecteur IA-IPRFormateurs et responsables d’ingénierie de formation à l’Ecole des Transmissions de l’Armée de TerreResponsables de formation d’adultesUne Doctorante en sciences cognitivesJean-Luc BERTHIER, Animateur de l’Equipe. . . . . .

Notre champ d’intervention . . . . Colloques Expérimentations . . . Index. Conférence Jean Luc berthier. Mon cerveau, ce héros... et ses mythes. De "l'effet Mozart' à la croyance que l'on n'utilise que 10% de son cerveau, les neuro mythes sont partout et particulièrement dans l'enseignement. Philosophe de formation mais chargée de mission à La main à la pâte et membre associée à l'Institut Nicod, Elena Pasquinelli nous invite à découvrir les neuro mythes et à les comprendre pour mieux les combattre. Un combat devenu nécessaire parce qu'ils justifient de façon banale le maintien de préjugés et qu'ils empêchent du coup l'Ecole de tirer parti des avancées scientifiques.

"Ce voyage au royaume des mythes ne sera pas un voyage de tout repos et il présente des risques", écrit E Pasquinelli. En fait, son petit livre, publié aux éditions Le Pommier, se lit très agréablement. Le risque c'est qu'il détruit des mythes bien ancrés dans nos têtes, qu'il en fait découvrir d'autres et qu'il nous invite à exercer notre esprit critique. Son ouvrage n'est en rien une remise en question des neurosciences.

Je ne crois pas.

Plickers

Idées de jeux pour le développement cognitif - Sébastien VAUMORON, Cabinet psy. La pratique régulière des jeux de réflexion, logique, spatialisation, langage, rapidité etc. participe au développement cognitif de l'enfant. Par ailleurs, le récent rapport de l'Académie des Sciences pour le gouvernement sur l'usage des écrans chez l'enfant indique que l'usage de la tablette numérique, sous contrôle parental, peut être un excellent outil de développement cognitif pour l'enfant.

De plus, le jeu est constamment utilisé dans la rééducation (orthophoniste, psychomotricité), la psychothérapie des enfants en grande difficulté, et la rééducation neuropsychologique pour le déficit d'attention auditif, visuel et la mémoire de travail (Cogmed). Du fait de l'aspect ludique et du plaisir à jouer, le jeu peut aussi devenir un bon moyen de développement intellectuel pour les enfants qui ont des difficultés d'apprentissage liées à un retard de développement intellectuel léger (Indices au WISC 4 situés entre 70 et 90), un TDA/H etc. Jeux mathématiques conçus par l'INSERM. CRDP de Dijon. Jusqu’à quel degré croyez-vous que l’intelligence est innée ? Comment pensez-vous que l’école peut contribuer au développement de l’intelligence ? Réfléchir à ces questions aide à cerner ses représentations de l’intelligence qui influencent ses pratiques éducatives. Très vite, on se trouve confronté à interpréter les différences entre ses élèves et leurs résultats.

Si, d’un côté, on est formé selon les théories de l’intelligence les plus récentes, de l’autre, on développe ses propres conceptions en fonction de ses croyances. Après avoir présenté les principales définitions de la connaissance et les plus importantes théories scientifiques à propos de l’intelligence, ce livre aborde le rapport à l’enseignement et les pratiques éducatives qui en découlent. Cerveau, mémorisation et pédagogie -Apports des Neurosciences dans les pratiques pédagogiques 7/02/18. Sélection documentaire associée : Informations supplémentaires Titre de la conférence : Cerveau, mémorisation et pédagogie - 7/02/18 Intervenant(e)(s) : Avec Ange Ansour, responsable du programme éducatif « Les Savanturiers », au Centre de recherches interdisciplinaires (CRI). Et Nicole Bouin, formatrice d'enseignants et de cadres éducatifs. Date : Mercredi, 07 Février 2018 Horaires : 9h00 - 12h00 Complément d'information : Ange Ansour situera la question de l'apport des neurosciences dans l'argumentaire général des rapports entre résultats de la recherche, pratiques pédagogiques et politiques éducatives.

Entretien avec M. Tricot, Professeur de Psychologie à l'ESPE de Toulouse. Mael Virat : Faut-il aimer les élèves ? "Monsieur, vous m'aimez pas". Mais faut-il marquer de l'affection aux élèves ? La tradition de l'école française serait à priori de dire non. Mael Virat n'est pas d'accord. Docteur en sciences de l’éducation, la polyvalence de son cursus universitaire en biologie, psychologie, philosophie, neuropsychologie et bien sur sciences de l’éducation, l’a conduit à orienter ses recherches sur la relation affective enseignant-élève.

Et à lever le tabou : " il existe des centaines d’études, en psychologie de l’éducation, qui ont montré les nombreux effets positifs du lien affectif enseignant-élève". Il existe une controverse au sujet de la dimension affective dans les métiers de l’éducation. Parler d’un tabou est tout à fait approprié. Il y a donc vraiment un malaise quand on parle des « sentiments » à l’école… Une première explication vient de la place absurde que tient encore aujourd’hui la controverse instruction / éducation à l’école et dans les débats de société. La thèse de M Virat. Une méthode canadienne pour motiver des élèves à Evreux et éviter l’échec scolaire - France 3 Normandie. Le collège Henri Dunant à Evreux s’attache depuis la rentrée dernière au suivi de certains élèves avant même qu'ils ne soient en situation d'échec.

Pour cela, l'établissement a adopté une méthode fondée sur la persévérance scolaire qui a fait ses preuves au Québec. Une méthode préventive Depuis septembre 2014,, le dispositif "Motiv'Action" s’adresse à des élèves qui ne sont pas en grande difficulté scolaire, mais présentent plutôt quelques fragilités. 9 élèves de sixième sont concernés par celui-ci. Ils sont suivis individuellement par deux professeurs appelés "mentors".

Grâce à des outils de suivi mis en place au Québec, les mentors s'entretiennent régulièrement avec les élèves et notent les progrès accomplis sur tous les plans, pas seulement sur les notes enregistrées en classe. Restaurer la confiance de l'élève L’objectif de ce dispositif est d'entretenir la persévérance des élèves, restaurer la confiance en eux et leur engagement dans leur scolarité. Un dispositif élargi​ Motiv'Action. Combattre les neuromythes en éducation. Le Plaisir d'apprendre par André Trico. Mieux comprendre le cerveau peut-il vraiment nous aider à mieux enseigner? Psychologie de l'apprentissage. Préambule[modifier | modifier le code] À la différence de la psychologie de l'éducation qui s'intéresse essentiellement aux enfants et aux jeunes (- de 16 ans) en activité scolaire, la psychologie de l'apprentissage s'adresse autant aux enfants qu'aux adultes et ne cible ni un public ni une activité d'apprentissage en particulier.

D'autres types de psychologie proches de la psychologie de l'éducation reste en lien avec la psychologie de l'apprentissage comme la psychologie scolaire (liée entre autres à la prévention de l'échec scolaire) ou la psychologie de l'orientation (liée à l'adéquation entre le profil d'une personne et le métier ou la profession à exercer). La psychologie de l'apprentissage ou les psychologies de l’apprentissage en fonction des auteurs intègrent les psychologies suivantes[1] : la psychologie behavioriste ou comportementaliste ; elle est basée sur les comportements observables. Théories psychologiques de l'apprentissage[modifier | modifier le code] (S') Intéresser.

Les avancées en psychologie cognitive - Stanislas Dehaene. Les grands principes de l'apprentissage (Stanislas Dehaene) Homepage - Les Savanturiers. Interview Jean-Luc BERTHIER Sciences cognitives Académie Rouen nov 2016. Qu'est ce que la psychologie cognitive - Fabrice BAK. Franck Amadieu - Le système cognitif, son fonctionnement et ses limites - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Franck Amadieu - Le système cognitif, son fonctionnement et ses limites Les stratégies d'apprentissage des étudiants - 3/4 Dans le cadre de la formation des ATER de Paris 1 "Initiation à l'enseignement dans le supérieur", Franck Amadieu, Maître de conférences en psychologie cognitive à l'université de Toulouse 2, a donné une conférence sur les stratégies des étudiants en réussite dans l'enseignement supérieur et sur les difficultés des étudiants.

Les principales notions relatives à la cognition, à la métacognition et aux aspects motivationnels des stratégies étudiantes dans le cadre de leurs apprentissages ont été présentées et ont permis d'évoquer des recommandations pédagogiques directement applicables dans les TD : comment améliorer la réussite des étudiants,favoriser la motivation des étudiants,améliorer les traitements cognitifs des informations reçues en cours,améliorer les compétences métacognitives des étudiants. Lionel Naccache (neurologue); le cerveau, l'information et la connaissance.

NEUROLOGIE. Comment l’éducation modifie la structure du cerveau - Sciencesetavenir.fr. À la naissance (à terme), les 80 à 100 milliards de neurones du bébé sont arrivés à destination, les fibres conductrices (substance blanche) sont en place. Puis des ramifications vont croître et des connexions se former à une vitesse phénoménale jusqu'à 3 ans.

Ce réseau dense sera ensuite élagué, les connexions les moins utilisées étant éliminées. À 4 ans, le réseau, débarrassé du superflu, est efficace. Toutes les zones cérébrales sont alors actives mais encore lentes. Les fibres doivent à présent devenir matures, c'est-à-dire s'entourer d'une couche isolante (myéline) qui va accélérer la transmission électrique. La pollution nuit gravement au neurodéveloppement Près de 100 % des femmes enceintes présentent des traces de polluants, comme les phtalates, dont on sait que l’exposition in utero à ces substances est corrélée à une baisse du QI chez l’enfant (1), ou les pyréthrinoïdes (insecticide), suspectés de nuire au développement cognitif (2).

Les neurosciences et le développement de l'enfant SD1. Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene. L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre. Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler.

L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale. Le maître-mot, alors, est la plasticité cérébrale. Les circuits cérébraux : des capacités disponibles dès l’origine Les circuits cérébraux qui sous-tendent les apprentissages ne sont d’ailleurs pas si variés. L’apprentissage de la lecture active une région spécifique, mais il mobilise et active aussi d’autres zones. Différentes zones du cerveau La zone de la lecture recycle un « algorithme » préexistant, celui de la reconnaissance des visages : au scanner, on voit nettement la même zone s’activer. 1. 2. 3. 4. Stanislas Dehaene. Apprendre et réussir (1): comprendre sa mémoire. Les Neurosciences éducatives - Documentaire.

Association pour la recherche en neuroéducation

Eric Gaspar - LA NEUROPEDAGOGIE OU COMMENT APPRENDRE A MIEUX APPRENDRE. Les neurosciences plaident en faveur de la bienveillance à l'école ! Catherine Gueguen, pédiatre et experte en éducation positive, nous présente en quoi les neurosciences plaident en faveur de la bienveillance à l’école dans cette vidéo issue du MOOC Education de l’Université Colibris (6 min). Pour aller plus loin dans la pratique : Concilier enseignement et bienveillance : des ressources pour y parvenir 3 qualités fondamentales des enseignants pour faciliter les apprentissages Les livres de Catherine Gueguen : Pour une enfance heureuse : repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau Vivre heureux avec son enfant Articles similaires Catherine Gueguen (pédiatre) : La bienveillance est fondamentale Catherine Gueguen (pédiatre) : La bienveillance est fondamentale pour l'enfant et l'adolescent !

22 octobre 2016 Dans "Au quotidien" Céline Alvarez sur les grandes lois d’apprentissage et d’épanouissement humain. Classement de Hattie : Liste de facteurs pour la réussite scolaire - VISIBLE LEARNING. John Hattie a fait des recherches sur plus de 800 méta-analyses qui résument plus que 50000 études individuelles.

Il a publié sa synthèse dans un livre paru en 2009 : « Visible Learning ». En tout, 250 millions d’élèves ont été concernés par ces recherches sur la réussite et l’apprentissage. Hattie élargit constamment sa base de données avec de nouvelles recherches . Voici une partie des 138 facteurs d’influence que Hattie évalue dans son livre. En attendant la traduction française de ses livres veuillez trouver la liste des 138 facteurs d’influence en anglais (ici) ou en allemand (ici) et un extrait en français ci-dessous. Ce qui nuit à l’apprentissage • trop de télévision (d=–0.18) • Le redoublement (d=–0.16) • de longues vacances d’été (d=–0.09) Ce qui ne nuit pas, mais n’aide pas non plus • l’enseignement ouvert vs. traditionnel (d=0.01) • les classes multi-âges (d=0.04) • l’enseignement et l’apprentissage basé sur le web (d=0.18) Ce qui n’aide que peu Ce qui aide davantage. 86 septembre 2013. Ce que les enfants devraient savoir sur leur cerveau à l'école.

Les neurosciences apparaissent comme un domaine réservé aux meilleurs étudiants en sciences. Or une étude américaine a démontré que Au plus tôt on apprend à l’école comment fonctionne notre cerveau, au mieux c’est. Suite à une étude menée sur des enfants de 4 à 13 ans, les psychologues Peter Marshall et Christina Comalli ont découvert que les jeunes enfants ne connaissent ni les fonctions ni le fonctionnement de leur cerveau. Les scientifiques attribuent cet état de fait à plusieurs facteurs : 1. les parents et les enseignants ne mentionnent que très rarement le cerveau quand ils apprennent aux enfants comment leurs corps fonctionnent. 2. l’enseignement portant sur l’anatomie et les fonctionnalités du cerveau ne commence qu’au collège. 3. les enfants ne peuvent pas observer leur propre cerveau et sont forcés d’imaginer ce qui se passe à l’intérieur de leur tête.

Marshall et Comalli ont alors élaboré une leçon d’une vingtaine de minutes à destination d’élèves de primaire. 1. 2. 1. 2. 3. 4. Accueil - Mon Cerveau à l'école. Cerveau et Apprentissage. Quand les neurosciences rencontrent l’éducation | Eric Gaspar | TEDxAlsace.

Fonctionnement du cerveau: les 4 piliers de l'apprentissage - Stanislas Dehaene. LES NEURONES DE LA LECTURE (Stanislas Dehaene)