O, grand rêve de l'impossible...

Facebook Twitter

Lui et lui... = personne

Miguel Benasayag, « militant chercheur » - Vimperator. Philosophe et psychanalyste, Miguel Benasayag est aussi un ancien combattant de la guérilla guévariste en Argentine, où il a passé plusieurs années en prison.

Miguel Benasayag, « militant chercheur » - Vimperator

Depuis son arrivée en France, à sa libération, il réfléchit inlassablement aux moyens de rester fidèle à l’exigence de liberté et de solidarité des luttes révolutionnaires passées, tout en tirant les enseignements de leurs échecs et de leurs errements. Dans Du contre-pouvoir, co-écrit avec Diego Sztulwark, il observe l’émergence d’une nouvelle radicalité désireuse de changer la vie. Et clame que, si on veut préserver la vitalité de ces mouvements, il ne faut surtout pas ressortir du placard les vieux schémas révolutionnaires. . . . - Pourriez-vous nous faire votre biographie, en tous les cas politique ? Miguel Benasayag : J’ai commencé à militer très jeune. Il y avait deux grands mouvements en Argentine. A côté des péronistes, il y avait la mouvance guévariste.

THE YES MEN

DE LA SUBVERSION DE LA SOCIETE PAR L'ART, A LA SUBVENTION DE L'ART PAR LA SOCIETE - Vimperator. On ne peut comprendre l'art d'aujourd'hui sans revenir un moment sur l'art de la première moitié du siècle.

DE LA SUBVERSION DE LA SOCIETE PAR L'ART, A LA SUBVENTION DE L'ART PAR LA SOCIETE - Vimperator

Les avant-gardes des années 20 et 30, et les philosophies de l'art et de l'histoire qu'elles exprimaient, faisaient d'une part fusionner la finalité artistique et la finalité révolutionnaire, l'idée était qu'il ne pouvait y avoir de réalisation de l'art sans suppression du capitalisme ; et d'autre part, intégraient dans la formation du langage artistique l'importance de l'expression inconsciente. Poussé par la révolution russe et son attraction, l'art de la première moitié du siècle (Dada, surréalisme, expressionnisme allemand...) était en rupture avec la gestion capitaliste de la société, il était donc également en rupture avec l'ensemble des valeurs de la bourgeoisie. The Laboratory of Insurrectionary Imagination - Vimperator. Spectateur / Spectacteur - Journal de bord du Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Vimperator. Mercredi 8 février 2006 3 08 /02 /Fév /2006 19:11 SPECTATEUR / SPECT'ACTEUR Rencontre-débat à La Sorbonne vendredi 10 mars à 19h Dans le champ des arts plastiques comme dans celui du spectacle vivant, en particulier dans l’espace public, de nombreuses propositions artistiques sollicitent une participation active du regardeur / spectateur.

Spectateur / Spectacteur - Journal de bord du Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Vimperator

Celui-ci devient actant, acteur ou activateur de l’œuvre, est engagé ou s’engage dans une interaction, rudimentaire ou complexe, avec un objet, un dispositif ou un comédien. Motivées par une réelle volonté d’interactivité ou découlant d’une certaine « démagogie participative », ces formes qui sollicitent directement le public sont omniprésentes dans la création contemporaine. À partir de quelques exemples précis, cette rencontre se propose d’interroger ces pratiques en compagnie d’artistes et d’observateurs du monde de l’art. Invités : L'infiltration, ou l'invention d'une nouvelle expérience artistique - Journal de bord du Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Vimperator.

L’art dans l’espace public peut être immédiatement identifiable ou s’insérer dans la trame urbaine de manière ambivalente, sur le mode discret de l’infiltration, du parasitage, de la furtivité...

L'infiltration, ou l'invention d'une nouvelle expérience artistique - Journal de bord du Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Vimperator

Pourquoi certains artistes refusent-ils le cadre sémiotique de l’exposition ou déjouent-ils le dispositif spectatoriel classique ? Comment opèrent-ils ? Qu'en est-il de la réception de ces oeuvres ? A partir d’exemples précis, les participants de cette table ronde tenteront d’approcher ces démarches singulières et d’en analyser les enjeux esthétiques et culturels. Avec : L'ATLAS. MAUD LE FLOCH (sous réserve). STEPHANIE LEMOINE a suivi des études de lettres modernes puis a enseigné le français pendant cinq ans dans des établissements en banlieue parisienne. MARK ETC. est directeur artistique du groupe Ici Même. “Libé” : les actions d' “Artivisme” à la hausse. Double page dans Libération du 18 février pour Artivisme.

“Libé” : les actions d' “Artivisme” à la hausse

Marie Lechner écrit entre autre : « ... un livre-collage dresse un panorama de cette internationale désobéissante, aux croisements de l'art et de l'activisme. Une nébuleuse que les auteures, Stéphanie Lemoine et Samira Ouardi regroupent sous l'étiquette un peu pompeuse d''“artivisme”, d'emblée récusée par les principaux concernés, défiants envers toute tentative d'institutionnalisation. “Nous sommes conscientes de la contradiction qu'il y à faire entrer sous une énième ‘isme’ une galaxie de pratiques très hétérogènes”, reconnaissent volontiers les auteures. Les deux jeunes femmes (...) en tirant le fil, ont découvert une multitude d'initiatives “peu connues en France”, qu'elles souhaitaient partager.

“Terra Éco” repère un zozo dans “Artivisme” : CQFD. Le mensuel nantais Terra Éco de janvier 2011 a bien aimé les “mabouls” qu'on rencontre parfois dans les pages d'Artivisme : Autre mensuel, de Marseille (décembre 2010), CQFD qui, dans un style anarcho-flamboyant, écrit :« L'Artivisme de Stéphanie Lemoine et Sandra Ouardi (éd.

“Terra Éco” repère un zozo dans “Artivisme” : CQFD

Alternatives) est le cadeau à offrir, à recevoir, à emmener avec soi au pieu, au turbin, au mastroquet. On y dépeint de la plus surenflammante manière les mille et une manières de réenchanter ludiquement la vie illico en en faisant voir de toutes les couleurs aux galuchets du vieux monde flico-marchand. “Artivisme” à l'œil et par étapes : sur France Culture, la Chaîne parlementaire et dans “Axelle” Dans son numéro de février 2011, le mensuell L'Œil, sous le titre L'artivisme entre art et militantisme a fait une belle présentation de Artivisme.

“Artivisme” à l'œil et par étapes : sur France Culture, la Chaîne parlementaire et dans “Axelle”

Voici la conclusion de Jean-Christophe Castelain : « L'ouvrage est écrit avec pertinence, loin d'un certain préchi prêcha sociologique. II y est bien sûr beaucoup question de dénonciation et de questionnement mais l'on découvre de nombreuses expériences drôles, parfois émouvantes toujours surprenantes Burning Man, qui donne son nom a une ville éphémère dans le Nevada aurait peut être mérité plus de développement tant il est une formidable aventure humaine. Une manière de savoir- vivre comme le disent joliment les auteures. ». Autre mensuelde février, Étapes (ci-dessous) : Troisième mensuel, belge et toujours en février, Axelle, qui écrit : « Quelque part entre esthétique et politique, l'artivisme désigne un art engagé, un art qui cherche à mobiliser le spectateur, a lui faire prendre position. Gérard Zlotykamien - Wikipédia - Vimperator. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gérard Zlotykamien - Wikipédia - Vimperator

Gérard Zlotykamien, né en 1940, est un artiste plasticien français. Il est avec Daniel Buren et Ernest Pignon-Ernest, un des initiateurs de l'Art urbain en France[1]. Parcours[modifier | modifier le code] Il commence à peindre en 1955; rencontre Yves Klein[2]. Ses premières interventions dans la rue datent de 1963[3]. Au milieu des années 1980, il se voit infliger une amende de six cents francs avec sursis pour avoir dessiné sur les murs de la Fondation nationale des Arts plastiques et graphiques.

Principales expositions personnelles[modifier | modifier le code] 1958 CIMAISE de Paris. 1963 « Abattoir » Biennale de Paris, Musée d’Art Moderne (Paris). Principales interventions in situ[modifier | modifier le code] Qu'est-ce que l'artivisme ? - une vidéo Actu et Politique - Vimperator. TAZ - Hakim Bey - Vimperator. Cycle art [espace] public 2011 - Journal de bord du Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Vimperator.