background preloader

Philo

Facebook Twitter

Serres : "Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde". Michel Serres est une vigie plantée en haut du mât de notre époque. Du haut de son gréement, de ses 82 ans, de sa culture encyclopédique, de son temps partagé entre les cultures française et américaine qu'il enseigne, ce philosophe académicien nous décrit les changements qu'il observe sur l'équipage humanité que nous sommes.

En curieux de tout qu'il est, il guette avec impatience et gourmandise les évolutions qui nous arrivent, comme un des matelots de Colomb aurait scruté l'horizon dans l'espoir de nouvelles terres. Son constat sur notre époque est simple : le monde, depuis cinquante ans, traverse une révolution comme l'humanité n'en a connu jusque-là que deux d'une telle ampleur.

Avec un constat pareil, un autre que lui serait grognon et inquiet. Serres est un optimiste impénitent. L'avenir du nouveau monde appartient à Petite Poucette *, ainsi qu'il a baptisé l'archétype du "nouvel humain" encore en devenir, en référence à son usage du téléphone et de l'ordinateur. Pourquoi? Michel Serres. « Philosopher, c’est anticiper » • Entretiens, Histoire, Humanité, Création, Monde, Univers, Progrès, Technologie, Phénoménologie. René Girard : Introduction. L'œuvre de René Girard est extrêmement controversée. Pour certains, elle n'est rien moins qu'une des plus grandes avancées de la pensée. Pour d'autres, Girard n'est qu'un auteur dépassé, réchauffant une vieille soupe augustinienne pour tenter une ultime et désespérée réhabilitation du christianisme. C'est un des grands travers des discussions autour de l'œuvre de Girard : n'en retenir que la partie anthropologique, voire le seul réduit de la révélation néo-testamentaire.

L'attitude de l'auteur y est bien sûr pour beaucoup, puisqu'il a consacré ces vingt dernières années à ne pratiquement parler que de la spécificité du message chrétien. Beaucoup de lecteurs ont rapidement rejeté René Girard, sous prétexte que celui-ci les obligerait à croire. Moi qui me situe entre les deux, comme l'aurait chanté Brassens, j'estime que tous évacuent, à moindre frais, la richesse et les réelles difficultés de cette pensée.

Bonne lecture... Jacques Derrida, “déconstructeur” de la pensée - Idées. Le philosophe Jacques Derrida a souvent dérangé. Incompris voire décrié en France, où il était surtout connu pour ses prises de position politiques, l'initiateur de la déconstruction, cette théorie qui consiste à faire surgir le non-dit sous les textes, n'a pourtant cessé d'être sollicité dans le monde entier. Six ans après sa mort, une biographie paraît sur lui. En ce printemps 1992, la vénérable université de Cambridge est sens dessus dessous. En cause, la remise du titre de docteur honoris causa à Jacques Derrida. Dans ces contrées où la philosophie analytique et la logique règnent en maître, une campagne fait rage contre lui. Derrida en a vu d'autres. “La lecture doit toujours viser un certain rapport, inaperçu de l'écrivain, entre ce qu'il commande et ce qu'il ne commande pas de schémas de la langue dont il fait usage.” S'il s'attache à montrer les marges du texte, c'est sans doute parce que Derrida est lui-même dans l'écart.

L'exercice est périlleux. Déconstruction. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour l'approche architecturale, voir Déconstructivisme La déconstruction est une méthode, voire une école, de la philosophie contemporaine. Cette pratique d'analyse textuelle s'exerce sur de nombreux types d'écrits (philosophie, littérature, journaux), pour révéler les décalages et confusions de sens qu'ils font apparaître par une lecture centrée sur les postulats sous-entendus et les omissions dévoilés par le texte lui-même. Ce concept, participant à la fois de la philosophie et de la littérature, a eu un grand écho aux États-Unis, où il est assimilé à la philosophie postmoderne, et plus globalement à l'approche divergente de la philosophie continentale d'Europe. Historique de la notion de déconstruction[modifier | modifier le code] La déconstruction chez Heidegger[modifier | modifier le code] La déconstruction chez Derrida[modifier | modifier le code] Penseurs influencés par la déconstruction[modifier | modifier le code]

Article. « La philosophie ne mériterait pas une heure de peine, si elle n'aidait pas à mieux vivre. » C'est parce qu'ils croient à la vérité de cette parole du sage très antique qu'il est à la fois important et plaisant à certains philosophes de ne pas philosopher seulement dans leur université, leur cabinet, ou leur bibliothèque. Oui, la philosophie peut aider à mieux vivre, quand elle fait son travail, qui n'est plus tant aujourd'hui de bâtir de vastes systèmes d'explication du monde, que d'essayer d'apporter un peu de clarté dans les concepts qui courent dans la cité : désir, besoin, temps, amour, sexualité, qu'est-ce à dire, en vérité ?

Car on vit en vérité moins bien l'esprit confus, que clair. On rappellera par exemple que qui confond l'amour et la passion court le risque d'une vie amoureuse chaotique, le risque du passage de l'enchantement au désenchantement, de l'illusion à la désillusion ; et que qui ne les confond pas court la chance d'une vie amoureuse heureuse, joyeuse, et douce. S. La conception de l’amour dans « Le Scrupule ou l’amour mécontent de lui-même » par Jean-François Marmontel. Fernand Braudel (1902-1985) : Il a décrypté l’économie à l’échelle des millénaires - Les plus grands génies de l’économie - Histoire éco - Enquêtes.

En étudiant sur la longue durée l’évolution du commerce et du capitalisme, cet historien français a popularisé un concept promis par la suite à un bel avenir : la globalisation. Sa vie Lorsque Fernand Braudel, fraîchement admis sous la coupole de l’Académie française, disparaît en 1985, les superlatifs témoignent de l’éloge fait au défunt : «prince de l’histoire», «pape de l’histoire», «l’homme qui a réinventé l’histoire»… Ni les médias ni la profession n’exagèrent : fort d’une œuvre intellectuelle exceptionnelle, Braudel a régné pendant plus d’un demi-siècle sur l’école historique française. Mais quel lien avec l’économie ? Braudel n’est pas un spécialiste en la matière et aurait même sans doute mal pris d’être considéré comme tel. Et pourtant, ses travaux ont plus contribué à rendre intelligibles les faits économiques que nombre de traités ou de modèles. Fernand Braudel, pionnier de l’histoire globale. L’histoire sociale a conquis un nouveau dynamisme quand elle a décidé de considérer que les sociétés n’existent pas et que seuls existent les rapports sociaux.

De la même manière, on peut dire que Fernand Braudel, et c’est l’une des meilleures raisons de la survie de son œuvre, nous a habitués à l’idée que les cultures n’existent pas. Seuls existent les contacts et les échanges culturels. Les cultures isolées, repliées sur elles-mêmes, sont des fictions ou des cultures condamnées. Car une culture a besoin de contacts et d’échanges pour exister, comme notre corps d’oxygène pour survivre. Cette mobilité est temporelle parce que la culture est d’abord un processus mémoriel. Braudel a étendu le champ d’investigation de l’histoire culturelle en montrant que le processus d’appropriation et de compréhension du monde en quoi consiste chaque culture, mêle le matériel à l’immatériel. Pour l’étude du changement, Braudel préfère la spatialisation des processus historiques à leur quantification.

L'étonnement philosophique - Jeanne HERSCH - L'Espace du Dehors. Savoir s'étonner, c'est le propre de l'homme(...). Tel est chez l'homme le processus créateur, capable d'amener le créateur à philosopher sur lui-même. C'est une constante dans toute notre tradition occidentale (y compris la tradition juive) : si l'on veut nommer ce qui est, ce qui n'est ni changeant ni éphémère, on parle de l'Eternel ou de l'Un. L'Un et l'Eternel, c'est ce qui ne change pas.

Héraclite répond à la question posée à Milet : qu'est ce qui persiste à travers le changement ? Sa réponse : le changement lui-même. Après Dostoievski nous ne pouvons plus être des stoïciens. L'amour de Dieu engendre le monde. Comme notre raison nous révèle elle-même ses limites, il est raisonnable de les reconnaître. Il est difficile d'être un homme une fois qu'on a percé à jour la condition humaine. Hegel : "Tout ce qui est réel est rationnel et tout ce qui est rationnel est réel. Selon Nietzsche, être un homme, c'est quelque chose qu'il faut sans cesse accepter et surmonter. Le rasoir d'Occam (Ockham) Ce principe est aussi connu sous le nom de principe d'économie ou de parcimonie.

Pour la science : On pourrait formuler le rasoir d'occam de la manière suivante : "Quand on dispose de plusieurs thèses en compétition qui permettent de prédire exactement les mêmes choses et qu’on ne peut les départager, la plus simple est la meilleure... jusqu’à preuve du contraire" Le rasoir d’Occam est un des principes utilisés en science pour l’élaboration d’une théorie et de choix des différentes solutions possibles. Face à un nombre infini de thèses pouvant expliquer un phénomène ou un ensemble de données, il donne une méthode indispensable pour construire un modèle théorique à partir de ce qui est connu et écarter toute construction métaphysique. Un des plus célèbres exemples de son utilisation est la théorie de la relativité restreinte d'Albert Einstein par rapport à celle de Hendrik Lorentz selon laquelle les règles se contractent et les horloges ralentissent lors d'un mouvement dans l'éther.