background preloader

SANTE ET ENVIRONNEMENT

Facebook Twitter

Puberté précoce : les perturbateurs endocriniens pourraient-ils être en cause ? TAMPONS POLLUEURS. Santé : « Nous dénonçons les agissements de puissants lobbys » Pour les signataires de cet appel, des intérêts financiers dictent encore à l’Etat sa politique en matière de santé.

Santé : « Nous dénonçons les agissements de puissants lobbys »

Ils souhaitent que les candidats à la présidentielle prennent prendre clairement position. La santé est un sujet politique. Il est grand temps qu’un président de la République s’oppose courageusement à sa financiarisation. En effet, si l’état de santé des Français s’améliore, il reste un grand nombre de maladies dont le traitement est lié à des industries qui la sacrifient pour accroître leurs profits.

A chaque élection présidentielle depuis 1988, nous questionnons tous les candidats sur leur engagement à mettre en œuvre des mesures de santé publique simples et efficaces. Malheureusement, les échecs deviennent plus fréquents que les succès et cette situation est insupportable. Le bilan du quinquennat qui s’achève nous déçoit. La loi Evin dénaturée. Tabac, alcool, alimentation... Les engagements des candidats à la présidentielle passés au crible. Sept spécialistes ont interrogé les candidats sur les problématiques de santé et de prévention.

Tabac, alcool, alimentation... Les engagements des candidats à la présidentielle passés au crible

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Pascale Santi et Cécile Brajeul La santé, qui reste une préoccupation majeure des Français, n’occupe que peu de place dans le débat de la campagne présidentielle. Et les questions de prévention sont peu présentes dans les programmes des candidats. Depuis 1988, et à chaque scrutin, un groupe d’acteurs de santé publique – ils étaient cinq au départ, ils sont sept aujourd’hui – interroge les candidats à l’élection présidentielle sur ces sujets. Si la santé des Français s’améliore, on déplore ­encore un nombre considérable de morts ­évitables. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les Nations unies ont fait des maladies chroniques une priorité, et ciblent comme principales causes le ­tabac, l’alcool, la sédentarité et la mauvaise alimentation. SOUTENEZ LES VICTIMES DE L'AMIANTE PPUR FAIRE CESSER LES "PERMIS DE TUER"

INTITATIVE EUROPÉENN CONTRE LE GLYPHOSATE. CHOLESTEROL LE GRAND BLUFF 5 Lutter contre la pollution pour éviter d'encrasser ses artères. Comme nous l’avons vu dans lles textes précédents, si nous avons du cholestérol c’est pour de bonnes raisons.

CHOLESTEROL LE GRAND BLUFF 5 Lutter contre la pollution pour éviter d'encrasser ses artères

Il joue de nombreux rôles positifs cruciaux dans le fonctionnement de chacune de nos cellules et dans la santé de tous nos systèmes du muscle au cerveau, en passant par le cœur. Il ne se retrouve mêlé aux pathologies cardiovasculaires que modifié, par exemple par le tabac, la pollution, l’inflammation… ce qui l’empêche alors d’être épuré par les globules blancs des parois artérielles sous forme de dit « bon cholestérol » HDL. Il faut que le cholestérol HDL soit au dessus de 0,40 g/l, mieux supérieur à 0,60 g/l, encore mieux que le rapport LDL/HDL soit inférieur à 3,5.

On peut aller plus loin et le faire descendre en dessous de 3. Comment améliorer le rapport « mauvais cholestérol » sur « bon cholestérol » (LDL/HDL) ? Les polluants, l’inflammation peuvent modifier l’ApoB, l’étiquette protéique ApoB des LDL, mais aussi la « glycation », l’accrochage du glucose sur cette étiquette.

Olivier Toma :  "Moi président, je fusionnerai les ministères de la Santé et de l’Environnement" Il y a un lien que l’on ne fait pas forcément entre la santé et l’Environnement explique Olivier Toma, le fondateur de l’agence "Primum Non Nocere" : "On considère trop souvent que le ministère de la Santé est celui du trou de la sécu, or ce n’est pas seulement cela.

Olivier Toma :  "Moi président, je fusionnerai les ministères de la Santé et de l’Environnement"

Le monde de la Santé c’est aussi la réduction des impacts environnementaux". Et Olivier Toma de prendre pour exemple la qualité de l’air intérieur : "On sait pertinemment, déclare-t-il, que la mauvaise qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments génère des couts de santé publiques à hauteur de plusieurs milliards par an. Si on ne fait pas un rapport immédiat entre la santé et l’environnement, on perd de l’argent et on perd en efficacité.

Il faut impérativement fusionner ses compétences administratives pour ne faire qu’un seul mode de décisions sur ces sujets-là". Aujourd'hui le secteur de la santé a inventé un concept inverse au développement durable.