background preloader

Génétique

Facebook Twitter

Un utérus artificiel pour mouton mis au point aux Etats-Unis. Demain chez l’humain ? Bonjour C’est une publication scientifique qui renvoie immanquablement au chef d’œuvre d’Aldous Huxley.

Un utérus artificiel pour mouton mis au point aux Etats-Unis. Demain chez l’humain ?

On trouve la publication dans Nature Communications du 25 avril 2017 : « An extra-uterine system to physiologically support the extreme premature lamb ». Le chef d’œuvre date de 1931 : «Le Meilleur des mondes » La BBC (Michelle Roberts) développe le sujet de même que Le Monde (Hervé Morin). Jusqu’où la génétique façonnera-t-elle notre ADN ? Notre troisième grand parrain a vécu, ces dernières années et surtout ces derniers mois, l’une des avancées les plus importantes, on pourrait dire une révolution dans ses deux domaines, la génétique et l’éthique.

Jusqu’où la génétique façonnera-t-elle notre ADN ?

Grâce au système CRISPR-Cas9, on peut désormais couper, coller dans l’ADN presque aussi facilement qu’en tapant control C control V sur un clavier d’ordinateur. Mais à grand pouvoir viennent de grandes responsabilités. Aujourd’hui, nous sommes en compagnie d’Axel Kahn. Il est généticien, docteur en médecine, et directeur de recherche à l’INSERM. Outre ces travaux, il a également été membre du Comité Consultatif National d’éthique, qui a élaboré la toute première loi de bioéthique en 1994.

Que se cache-t-il sous Crispr-CAS9 ? Tout commence, en 2012, par la découverte et la mise au point d’un nouvel l’outil d’ingénierie génétique.

Que se cache-t-il sous Crispr-CAS9 ?

C’est le fruit du travail conjugué de deux biologistes. Jennifer Doudna, de l’université de Berkeley, et de la française Emmanuelle Charpentier, de l’Institut Max-Planck à Berlin. Bricoler l’ADN à loisir, révolution génétique ou cauchemar éthique ? Au cœur de chacune de nos cellules, on trouve une molécule appelée acide désoxyribonucléique, autrement dit l’ADN.

Bricoler l’ADN à loisir, révolution génétique ou cauchemar éthique ?

L’irrépressible tentation de la réédition du génome humain. Après bien des atermoiements, l’Académie nationale française de médecine accueillera à Paris, les 28 et 29 avril, ses homologues européennes et américaines pour une réunion exceptionnelle autour du «Human Gene Editing».

L’irrépressible tentation de la réédition du génome humain

Les premiers pas de l’utérus artificiel. Une frontière est sur le point d’être franchie, une frontière biologique, historique, symbolique.

Les premiers pas de l’utérus artificiel

Dirigée par Anna Hupalowska et Magdalena Zernicka-Goetz, de l’Université de Cambridge, une équipe de biologistes vient d’annoncer être parvenue à cultiver in vitro des embryons humains jusqu’à un stade jamais atteint: treize jours. Ces biologistes auraient pu poursuivre leur culture. Mais ils ont choisi de ne pas franchir le seuil des quatorze jours, frontière mise en place il y a une quarantaine d’années et, depuis, jamais dépassée. La publication scientifique de ce travail est disponible dans la revue Nature Cell Biology. Elle est, parallèlement, commentée dans Nature par trois spécialistes américains de bioéthique. Réflexion éthique sur l’évolution des tests génétiques liée au séquençage de l’ADN humain à très haut débit.

En avril 2013, le CCNE publiait un avis (N° 120) sur les « questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel ».

Réflexion éthique sur l’évolution des tests génétiques liée au séquençage de l’ADN humain à très haut débit

Le comité soulignait qu’il s’agissait de la première étape d’une réflexion plus vaste sur l’ensemble des questionnements associés à la généralisation du séquençage d’ADN à haut débit et à ses implications médicales et sociétales. Faut-il poser des limites éthiques à la modification de l’ADN ? Dernier volet des émissions de Culture Science consacrées à la technique CRIPR/Cas9.

Faut-il poser des limites éthiques à la modification de l’ADN ?

La perspective de pouvoir modifier le génome des cellules sexuelles humaines posent des questions éthiques dont nous débattons avec Jean-Michel Besnier, Hervé Chneiweiss et Jean-Yves Nau depuis le Salon du Livre. Nous voici donc dans le temple de l’écriture et nous allons parler d’un sujet qui présente un point commun improbable entre la recherche en génétique et l’univers du livre : l’édition. C’est en effet le terme utilisé en anglais pour désigner l’action de CRISPR/Cas9. Cette technique sert à « éditer » le génome des organismes vivants. Un scientifique suédois tente la manipulation génétique d’ADN humain chez un embryon en bonne santé – Intelligence Artificielle et Transhumanisme. Qu’il s’agisse de créer des cultures génétiquement modifiées ou de fabriquer des animaux résistants aux maladies, le fait de modifier les gènes a toujours été sévèrement critiqué.

Un scientifique suédois tente la manipulation génétique d’ADN humain chez un embryon en bonne santé – Intelligence Artificielle et Transhumanisme

L’une des peurs réside dans le fait que la modification d’ADN humain sur un individu au stade embryonnaire pourrait engendrer une maladie génétique fatale qui se perpétuerait sur plusieurs générations. Malgré cela, un chercheur tente la manipulation génétique la plus controversée au monde. Les racines génétiques de la maladie : une carte révèle le câblage génétique de la vie cellulaire – Intelligence Artificielle et Transhumanisme.

Credits: Charles Boone Une équipe de chercheurs de l’Université de Toronto du Donnelly Center a tracé la carte génétique d’une cellule.

Les racines génétiques de la maladie : une carte révèle le câblage génétique de la vie cellulaire – Intelligence Artificielle et Transhumanisme

Des biologistes chinois ont créé des spermatozoïdes de souris artificiels et fonctionnels. Bonjour Ces cellules sexuelles ont ainsi permis de créer des souris présentant toutes les caractéristiques de la normalité. Ces chercheurs expliquent que leur première constitue une nouvelle étape sans la thérapeutique de la stérilité. Première mondiale: un enfant a été créé à partir de «trois parents». Impossible en France. Bonjour C’est une belle exclu du New Scientist. « Exclusive: World’s first baby born with new “3 parent” technique ». Une première mondiale aussitôt reprise par la BBC : “First ‘three person baby’ born using new method”.

Par The Independent “World’s first baby born using new ‘three-parent’ technique”. Faire des bébés sans ovules serait possible, disent les scientifiques – Intelligence Artificielle et Transhumanisme. Selon de récentes expérimentations, des scientifiques affirment qu’il serait un jour possible, de faire des bébés sans ovules. Ils ont réussi à créer un bébé souris en bonne santé en faisant croire à des spermatozoïdes qu’ils fécondaient des ovules normaux. Selon les conclusions publiées dans Nature Communications, il se pourrait que, dans un futur lointain, les femmes se libèrent de la maternité, déclarent les chercheurs. Pour le moment, les travaux aident à la compréhension des détails de la fécondation. Découpe du cancer : la modification génétique CRISPR pourrait rendre les mutations cancéreuses inactives – Intelligence Artificielle et Transhumanisme. The genome scissor CRISPR/Cas9 can help to distinguish mutations that drive cancer cell growth from mutations less relevant for the development of cancer. (© Frank Buchholz/ TU Dresden) Un groupe de chercheurs du Centre National de Dresde pour la maladie tumorale (NCT), la faculté de médecine de la Technische Universität (TU) de Dresde et le German Consortium for Translational Cancer Research (DKTK), ont trouvé un moyen d’utiliser CRISPR-Cas9 pour identifier et découper les gènes du cancer qui font progresser les mutations. « Les mutations dans les cellules cancéreuses sont identifiées de plus en plus à travers le séquençage de la nouvelle génération, mais nous ne savons généralement pas, lesquelles de ces mutations conduisent à la maladie et celles qui sont plutôt bénignes, » a déclaré Frank Buchholz, chercheur.

Le futur de la procréation – Intelligence Artificielle et Transhumanisme. Les Notes de l’Institut Diderot, 2 juillet 2011, par Pascal Nouvel Après une thèse de biologie réalisée à l’Institut Pasteur dans le laboratoire de François Jacob, Pascal Nouvel entreprend une thèse de philosophie consacrée au rôle de l’imagination dans la création scientifique. Professeur de philosophie à l’université Paul Valéry de Montpellier, il est l’auteur de sept ouvrages dont Enquête sur le concept de modèle (PUF) et l’Histoire des amphétamines (PUF). Les scientifiques sont proches de réécrire le code génétique de la vie – Intelligence Artificielle et Transhumanisme. De la biologie synthetique a l homme syn. Des légumes modifiés avec CRISPR-Cas9, cultivés, récoltés, et cuisinés pour la toute première fois – Intelligence Artificielle et Transhumanisme. Bébé sur mesure – ARTE Reportage – Intelligence Artificielle et Transhumanisme.

Le diagnostic préimplantatoire dans les législations des pays européens : sommes-nous sur une pente glissante? – Intelligence Artificielle et Transhumanisme. Bioethica Forum / 2008 / Volume 1 / No. 2 – Institut d’Ethique Biomédicale, Université de Zurich. Utilisation de la lumière pour contrôler l’édition du génome – Intelligence Artificielle et Transhumanisme. MIT researchers have added an extra layer of control to the CRISPR gene-editing approach, by making the system responsive to light.

Le système CRISPR a complètement révolutionné le décryptage génétique, permettant aux scientifiques de manipuler ces gènes de manière inédite. Les chercheurs ont proposé de nouvelles approches en faisant des progrès dans l’altération d’ADN avec une précision jamais observée jusqu’ici. Le Congrès américain a interdit les bébés sur-mesure – Intelligence Artificielle et Transhumanisme. Génétique : le mirage du bébé parfait.

A quoi vont servir les premiers macaques humanisés? Mieux comprendre les humains ou les améliorer? L’hybride mi-homme mi-animal : une catastrophe génétique. Génétique. Modification de l’ADN des embryons : nous y sommes ! Que se cache-t-il sous Crispr-CAS9 ? CRISPR-Cas9: des ciseaux génétiques pour le cerveau. Bricoler l’ADN à loisir, révolution génétique ou cauchemar éthique ?