background preloader

Ecologie, marché carbone

Facebook Twitter

Quand le réchauffement climatique inquiète la finance. Accueil La nécessité de lutter contre le réchauffement climatique commence à impacter les stratégies des fonds d'investissement.

Quand le réchauffement climatique inquiète la finance

Nombre d'entre eux se détournent désormais d'énergies fossiles comme le charbon. Une prise de conscience réelle, mais encore minoritaire en raison du rendement incertain des énergies renouvelables.(...) Cet article est réservé aux abonnés, pour en profiter abonnez-vous. Et aussi sur les Echos. Les banques françaises se retirent du plus grand projet charbonnier au monde. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Simon Roger Les lettres de BNP Paribas, du Crédit agricole et de la Société générale sont arrivées tard sur le bureau des ONG, mais elles ont le mérite d’être claires.

Les banques françaises se retirent du plus grand projet charbonnier au monde

Quelques heures avant la fin de l’échéance fixée au 27 mars par les Amis de la Terre en France, Market Forces et Sunrise Project en Australie, les trois banques françaises se sont engagées par écrit à ne plus financer les projets miniers pharaoniques situés dans le bassin de Galilée, près de la côte orientale de l’Australie, où se dresse la Grande Barrière de corail. « Société générale confirme avoir suspendu son implication dans le projet Alpha Coal [l’un des neuf projets miniers du bassin de Galilée, qui comprend une mine, une voie ferrée et l’expansion d’un terminal portuaire à Abbot Point]. Ses deux concurrents confirment eux aussi leur désengagement de cette région australe qui focalise l’attention des défenseurs de l’environnement.

Et pour cause. . « Risque réputationnel » Les plages grecques d’Elafonissos, petit paradis mis en vente par l’Etat. LE MONDE | | Par Adéa Guillot (Elafonissos, Grèce, envoyée spéciale) Ce matin de juin, sur le port grec d'Elafonissos, une petite île au sud du Péloponnèse, règne une agitation inhabituelle.

Les plages grecques d’Elafonissos, petit paradis mis en vente par l’Etat

Dans un joyeux chaos, une dizaine de familles – tous âges confondus – embarquent sur quelques caïques colorés, ces bateaux de pêche traditionnels encore utilisés dans les îles grecques. Direction, les merveilleuses plages jumelles de Simos et Sarakinikos, situées à 5 kilomètres au sud de l'île. Des kilomètres de sable fin, de dunes, de forêt et des eaux turquoise si claires qu'elles donnent au site un faux air de Caraïbes. Un petit trésor exotique jalousement préservé par les 1 500 habitants de l'île, qui mènent aujourd'hui une guerre ouverte au projet de vente de « leurs » plages décidé par le gouvernement grec. Grèce : Iles à vendre pour cause de crise. Les temps sont durs pour les propriétaires d'îles grecques.

Grèce : Iles à vendre pour cause de crise

Confrontés au nouvel impôt foncier exigé par la troïka et à l'augmentation des taux d'intérêt, ils sont contraints de vendre leurs biens. La nature se met à l'heure de la finance. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laurence Caramel Faut-il faire confiance aux marchés financiers pour protéger la nature ?

La nature se met à l'heure de la finance

L'idée défendue aux Etats-Unis depuis les années 1980 fait son chemin avec la création dans une quarantaine de pays de marchés financiers consacrés à la biodiversité. "Trente-neuf gouvernements nationaux ou régionaux ont mis en place des mécanismes de compensation de la biodiversité et vingt-cinq autres projets sont en cours d'expérimentation à travers le monde", recense le rapport sur "Les marchés de la biodiversité", présenté, mardi 9 mars, par Ecosystem Marketplace, une organisation non gouvernementale (ONG) américaine. Maxime Combes: «Veut-on confier aux marchés financiers l'avenir de l'humanité?»

Afin d'être publiée, votre note : - Doit se conformer à la législation en vigueur.

Maxime Combes: «Veut-on confier aux marchés financiers l'avenir de l'humanité?»

En particulier et de manière non exhaustive sont proscrits : l'incitation à la haine raciale et à la discrimination, l'appel à la violence ; la diffamation, l'injure, l'insulte et la calomnie ; l'incitation au suicide, à l'anorexie, l'incitation à commettre des faits contraires à la loi ; les collages de textes soumis au droit d'auteur ou au copyright ; les sous-entendus racistes, homophobes, sexistes ainsi que les blagues stigmatisantes. - De plus, votre message doit respecter les règles de bienséance : être respectueux des internautes comme des journalistes de 20Minutes, ne pas être hors-sujet et ne pas tomber dans la vulgarité. - D'autre part, les messages publicitaires, postés en plusieurs exemplaires, rédigés en majuscules, contenant des liens vers des sites autres que 20Minutes ou trop longs seront supprimés.

Comment s'enrichir en prétendant sauver la planète. Basta !

Comment s'enrichir en prétendant sauver la planète

“Nature, le nouvel eldorado de la finance” : dans les zones sombres de l'économie verte. La crise écologique offre des opportunités économiques aux multinationales.

“Nature, le nouvel eldorado de la finance” : dans les zones sombres de l'économie verte

Et elles en profitent. Un documentaire mordant explore cette jungle, dont Sandrine Feydel nous parle. La nature serait-elle en train de devenir le nouveau terrain de chasse des grands fauves de la finance ? C'est le stupéfiant constat auquel aboutissent Denis Delestrac et Sandrine Feydel, au terme d’une enquête fleuve dans la jungle de la nouvelle économie verte. Un secteur émergent où les espèces en voie de disparition sont un placement lucratif et la protection des écosystèmes un investissement ah hoc pour des multinationales qui doivent compenser les dégâts qu’elles commettent ailleurs.

Maxime Combes: «Veut-on confier aux marchés financiers l'avenir de l'humanité?» Le parc Pumalín, un cadeau de 300 000 hectares offert au Chili. Douglas Tompkins, un amoureux de la Patagonie Au premier abord, difficile de deviner que derrière cet homme de 70 ans à l’allure de professeur de mathématiques à la retraite se cache un milliardaire américain au parcours hors norme, fondateur des marques Esprit et The North Face.

Le parc Pumalín, un cadeau de 300 000 hectares offert au Chili

Cet ex-skieur olympique connait bien la Patagonie et cela depuis longtemps. En 1967, il part à la conquête du Mont Fitz Roy avec l’alpiniste franco-canadien Yvon Chénard, fondateur de la marque Patagonia. Cette expédition représente la 3ème ascension du sommet depuis sa conquête en 1937. Son amour pour la Patagonie le conduit à s’installer dans la Province de Palena dans la région d’Aysén, et à multiplier les projets de conservation d’espaces naturels.

De multiples donations à l’Etat chilien Entre 1993 et 2005, l’entrepreneur acquiert plusieurs de ses propriétés à des fins de conservation. Un partisan d’une écologie radicale très actif en Argentine. Le carbone : nouveaux marchés, nouveaux échanges dans le monde.