background preloader

Economie Collaborative

Facebook Twitter

« L’économie collaborative accroît les inégalités patrimoniales » Infographie : économie collaborative rim... Crowdfunding-une-centrale-hydroelectrique-en-lariege-en-tete-des-plus-grosses-levees-nationales-de-2015. L’économie collaborative est-elle solidaire. Economie collaborative, les valeurs d'Internet pour modèle sociétal - Curiouser.

L'économie collaborative est-elle aussi sociale et solidaire ? Au regard de l’ESS et de ses expérimentations menées tout au long du XXe siècle, l’économie collaborative est à la fois une notion très récente et un secteur très jeune, en tout cas dans ses formes numériques.

L'économie collaborative est-elle aussi sociale et solidaire ?

Le terme est employé par OuiShare depuis début 2012 et recouvre une grande variété de thématiques, de formes d’entreprises et de modèles économiques. Le point commun de ces initiatives, et le point de départ de la définition chapeau de l’économie collaborative, c’est le caractère P2P (pair à pair) des systèmes mis en place. Ainsi la consommation collaborative rassemble des initiatives de prêt, location, don, troc, ou vente de biens et services entre particuliers, du covoiturage à l’échange de matériel entre voisins, etc.

Ces systèmes ont pu se développer grâce aux outils numériques : des pratiques existant depuis toujours (prêt d’objet, échange de services), à l’échelle de la famille ou l’entourage proche sont désormais étendues à un cercle beaucoup plus large. Iddri economie du partage. L’économie collaborative, entre partage et business. Déjà, la formulation pose problème.

L’économie collaborative, entre partage et business

Sharing economy, en anglais, se traduit difficilement par « économie du partage » en français. L’économie collaborative est-elle aussi sociale et solidaire ? - 2 décembre. Le terme est employé par OuiShare depuis début 2012 et recouvre une grande variété de thématiques, de formes d’entreprises et de modèles économiques.

L’économie collaborative est-elle aussi sociale et solidaire ? - 2 décembre

Le point commun de ces initiatives, et le point de départ de la définition chapeau de l’économie collaborative, c’est le caractère P2P (pair à pair) des systèmes mis en place. Ainsi la consommation collaborative rassemble des initiatives de prêt, location, don, troc, ou vente de biens et services entre particuliers, du covoiturage à l’échange de matériel entre voisins, etc. Ces systèmes ont pu se développer grâce aux outils numériques : des pratiques existant depuis toujours (prêt d’objet, échange de services), à l’échelle de la famille ou l’entourage proche sont désormais étendues à un cercle beaucoup plus large.

Comprendre l'économie collaborative. Du 5 au 7 mai 2014 , l'association Ouishare organisait à Paris la seconde édition du OuishareFest autour d'un thème central, à savoir celui de « communauté » afin de s'interroger sur les relations entre les nombreux acteurs de l'économie collaborative, phénomène en plein développement perçu comme « une alternative au modèle de la compétition » (Etopia, 2014).

Comprendre l'économie collaborative

Une récente étude (novembre 2013) réalisée pour La Poste en France relève qu’un Français sur deux a recours l’économie collaborative, notamment la consommation collaborative, constat également effectué dans une enquête IPSOS (avril 2013) pour l'Ademe sur les pratiques collaboratives des Français. Une définition plurielle. Économie collaborative. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Économie collaborative

Popularisé par le livre de Rachel Botsman et Roo Rogers, le terme d'économie collaborative et le champ qu'il recouvre ne font pas l'objet d'un consensus[3],[4]. Dans une conception large, l'économie collaborative inclut la consommation collaborative (AMAP, couchsurfing, covoiturage etc.), les modes de vie collaboratifs (coworking, colocation, habitat collectif), la finance collaborative (crowdfunding, prêt d'argent de pair à pair, monnaies alternatives), la production contributive (fabrication numérique, DIY, Fablabs, imprimantes 3D, maker space) et la culture libre[5]. Elle prend différents types de formes (économie du partage, économie de fonctionnalité dont l’économie circulaire, économie des solutions, économie en pair à pair) selon les types de biens et services concernés ou de la finalité (empowerment du consommateur, éco-efficacité)[6].

We Share vs Oui cher : faut-il avoir peur de l’économie collaborative ?  — Chroniques de la transition numérique. L’explosion des modèles collaboratifs, également appelés P2P (peer-to-peer) ou C2C (consumer-to-consumer), est probablement un des phénomènes les plus intéressants de la transition numérique.

We Share vs Oui cher : faut-il avoir peur de l’économie collaborative ?  — Chroniques de la transition numérique

L’économie collaborative contourne les acteurs habituels d’un secteur en mettant en relation directement des internautes et en leur permettant d’échanger grâce à une plate-forme numérique. L’exemple le plus emblématique est bien sûr la société AirBnB qui met en relation des internautes disposant de chambres ou d’appartement à louer avec d’autres internautes qui cherchent un hébergement temporaire à l’occasion d’un déplacement personnel ou professionnel. Buuyers annonce de petits boulots en ligne. Nouvel acteur sur le marché des petites annonces, la startup Buuyers surfe sur la crise.

Buuyers annonce de petits boulots en ligne

Elle permet à des personnes offrant leurs services d'être mis en relation avec celles ayant besoin d'un coup de main. Particuliers comme professionnels peuvent y poster des petites annonces. Le prix est fixé à l'avance, et le paiement effectué une fois le travail réalisé. Des petits boulots très variés sont publiés : certains proposent de faire les courses pour 25 euros ou d'organiser une soirée pour 1 500 euros, alors que d'autres recherchent de l'aide pour réparer un appareil ménager avec une trentaine d'euros à la clé. Basé sur un modèle américain. L'économie collaborative s'invente en France : gardons notre avance. Consommation collaborative, production distribuée, finance participative, éducation et savoir ouverts: ces mouvements nés de la rencontre de l'innovation numérique et sociale sont les piliers d'une nouvelle économie : l'économie collaborative dont la France est pionnière.

Consommation collaborative, production distribuée, finance participative, éducation et savoir ouverts. Ces mouvements nés de la rencontre de l'innovation numérique et sociale sont les piliers d'une nouvelle économie : l'économie collaborative. La France est un pays pionnier en la matière. « Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde », prophétisait le philosophe Michel Serres. Cela fait plus de cinq ans que dure la crise, et l'économie française ne semble montrer aucun signe d'amélioration. L’économie positive s’invite au cœur des réseaux sociaux. Ici le but n’est pas d’avoir le plus d’amis possible, encore moins d’afficher une photo de son déjeuner avec un filtre vintage.

L’économie positive s’invite au cœur des réseaux sociaux

Pas question non plus de micro messages pour faire le buzz. Ces nouveaux réseaux sociaux se fondent sur l’entraide, le partage, l’environnement, l’éco-consommation… Plus que jamais, les nouveaux réseaux sociaux éthiques et solidaires renouent avec le concept de sites communautaires. Détachés des intérêts personnels où des objectifs professionnels, ces plateformes sociales ne sont finalement que des reflets de miroirs entre les internautes, là où les réseaux sociaux éthiques et solidaires répondent à de vraies problématiques sociétales. Le Facebook éthique et solidaire se nomme Causes .Pas moins de 140 millions d’utilisateurs regroupés en communautés qui suivent des ONG, des associations et investissent sous forme de dons. Une réussite humaine et commerciale puisque 30 millions de dollars ont été rassemblés jusqu'à présent.

Des réseaux de niches. Crowdfunding : vers une concentration du secteur ? Le nouveau texte qui encadre les plates-formes de crowdfunding devrait donner confiance aux investisseurs et donc rendre le marché plus attractif.

Crowdfunding : vers une concentration du secteur ?

Mais aujourd’hui, rares sont les entreprises de financement participatif rentables, voire même à l’équilibre. Le secteur va probablement se consolider dans les 18 prochains mois. Créer sa société de crowdfunding est désormais un jeu d’enfant. "Avec le nouveau texte qui encadre clairement notre activité, plus besoin de maîtriser les moindres détails du code du commerce", souligne Joachim Dupont, président d’Anaxago. Spotloc: le covoiturage en taxi. La start-up Spotloc, filiale à 90% de Deveryware, acteur majeur spécialiste de la géolocalisation développe des solutions pà destination du marché de la mobilité durable.

Spotloc: le covoiturage en taxi

Avec l'appli Taxiloc, la société Spotloc a inventé une solution de covoiturage pour les utilisateurs de taxis parisiens. Le principe repose sur l'utilisation de la géolocalisation. la solution ne comporte pas d'abonnement ou d'installation spécifique. Via une application, les clients peuvent se regrouper et partager la course. Pour ce faire, la solution utilise les stations Velib'. Son but : faciliter les transports et augmenter la capacité de prise en charge des clients et réduire l'empreinte carbone des véhicules. Vers une économie de maraîchers.

Les 4 types de consommateurs collaboratifs. La consommation collaborative gagne régulièrement du terrain et commence à sérieusement intéresser les cabinets d’études et les hommes de marketing. Un de ces cabinet a examiné nos comportements et en a déduit qu’il existe 4 types de personnes qui pratiquent la consommation collaborative. Les 4 types de consommation collaborative Le cabinet Iligo, spécialisé dans l’étude du comportement du consommateur, a mené une étude consacrée à la consommation collaborative et s’est amusé à créer une typologie des consommateurs collaboratifs. La Fabrique à Innovations, l'économie participative au service de l'innovation. Cette nouvelle plateforme participative de conception de produits innovants, permet à toute personne qui dépose une idée, de voir son projet sélectionné pour le développer et le fabriquer en France. Les défis économiques du XXIème siècle étant colossaux, mais pas insurmontables, la créativité est plus que jamais de mise pour sortir son épingle du jeu et prospérer sur le marché économique.

Quatre jeunes français viennent de créer un site Internet dénommé judicieusement « La Fabrique à Innovations » sur lequel il est possible de développer et financer des produits innovants par le biais de l'économie participative, afin de permettre à ces derniers d'être industrialisés et commercialisés. Ce système démocratise la conception de produits innovants, permet à tout le monde de soumettre un projet sur Internet, et incite chacun à apporter sa contribution pour permettre le développement des produits. Une plateforme participative pour le made in France Partager créativité et recettes. FlightCar veut devenir le Airbnb de location de voiture à l'aéroport. Comment bousculer le solide marché de la location de voiture dans les aéroports, estimé à 10 milliards de dollars (7,3 milliards d'euros) aux Etats-Unis ?

FlightCar une jeune startup lancée en 2013 du très sélectif incubateur Y Combinator, pourrait avoir trouvé la martingale. Le principe est simple : au lieu de se rendre au parking de l'aéroport, le voyageur dépose sa voiture au parking FlightCar. Un employé l'emmène immédiatement à son terminal. Pendant son absence, Flightcar exploite son véhicule en le louant à des particuliers à un tarif plus bas que le marché (30 dollars/jour, parfois moins).

Viens chez moi, j’habite chez mon patron. [Tendance] Ces startups qui créent des conciergeries, en se greffant à l'économie collaborative. L’économie collaborative est sans nul doute accessible à tout le monde, mais tout le monde ne prend pas forcément le temps de s’y brancher. Notamment dans les services de location de biens immobiliers entre particuliers, qui demandent souvent d’être disponible au bon moment. Illustration d’une situation courante, avec un cas concret: le loueur d’appartement ne peux pas quitter son logement tant que le locataire n’est pas arrivé… Brigitte et Denis partent en weekend à la campagne tous les vendredis soir et laissent donc leur appartement non-occupé pendant tout le weekend. Jestocke.com: le stockage entre particuliers. "J'ai eu l'idée de cette plateforme à la suite de nombreux séjours à l'étranger : aller chez les loueurs professionnels pour entreposer pour un court temps ce que nous ne pouvions pas emporter coûtait cher .... dans des lieux sont souvent glauques ", explique la créatrice du site, Laure Courty, 35 ans.

"Il faut changer notre vision pour une approche économique plus globale" GEYVO Ile-de-France : un groupement d'employeurs pour dynamiser le territoire. Drivy mise sur la location de voitures entre particuliers. Consommation collaborative : les meilleurs sites de partage. Etourisme.info. L’économie collaborative s’envole !