background preloader

#Co-construction

Facebook Twitter

EOLIEN CITOYEN - Eoliennes en Pays de Vilaine - home. Initiatives positives. EuropaCity : non à « la logique financière » Le projet, qui propose d’urbaniser plusieurs centaines d’hectares du Triangle de Gonesse, est pensé comme une bulle consumériste, sans lien avec le tissu urbain et social, explique un collectif d’architectes-urbanistes.

EuropaCity : non à « la logique financière »

LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Collectif Par Frédéric Bonnet, Antoine Brès, Christian Devillers, Antoine Grumbach, David Mangin, Béatrice Mariolle, Christian de Portzamparc, architectes-urbanistes Aux portes du Grand Paris, un grand projet concernant un site stratégique de 800 hectares est en ce moment l’objet d’un débat public. Une mobilisation contre le megaprojet Europacity dans le Val d’Oise. Porté par Auchan et un investisseur chinois, soutenu par la région Ile-de-France et l’Etat, ce projet consommerait quelque 700 hectares de terres agricoles.

Une mobilisation contre le megaprojet Europacity dans le Val d’Oise

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Rémi Barroux (Gonesse (Val d’Oise), envoyé spécial) Aux cris de « des radis, pas des caddies » ou « des patates et des radis, non à Europa City », des centaines de personnes ont manifesté, dimanche 21 mai, jusque dans le centre-ville de Gonesse (Val d’Oise) pour clamer leur refus d’un projet d’hypercentre commercial promu par le groupe de grande distribution Auchan.

Pour ne jamais aller en maison de retraite, ces seniors ont bâti leur coopérative d'habitants. Vue d'architecte du futur immeuble Chamarel-Les Barges.

Pour ne jamais aller en maison de retraite, ces seniors ont bâti leur coopérative d'habitants

(Crédit : Chamarel) "Le troisième âge est devenu un véritable business où l’on propose à des investisseurs de placer leur argent à 6 % pour construire des parcs à vieux", s’insurge Patrick Chrétien, un instituteur à la retraite. Plutôt que de payer "2 000 euros par mois pour se faire animer", lui et une vingtaine d’amis jeunes retraités ont opté en 2009 pour une solution originale : construire un habitat collectif, adapté au grand âge, convivial et écologique. Moins cher, plus écolo et convivial... Ils ont bâti leur maison en mode participatif. Expertise, motivation et entraide , les trois mots-clés sur le chantier participatif de Caroline Guilhot-Gaudeffroy.

Moins cher, plus écolo et convivial... Ils ont bâti leur maison en mode participatif

(Crédit : DR) "Sur le chantier, il y a une authentique atmosphère d’entraide, entre des personnes venues d’horizons différents, qui ne se connaissaient pas la veille. " Cofondatrice du cabinet Rond comme un carré, à Beaulieu-lès-Loches, en Indre-et-Loire, l’architecte Caroline Guilhot-Gaudeffroy se consacre à la conception d’habitations bioclimatiques. Habitat participatif : Comment à Bègles, 11 familles ont conçu elles-mêmes leur appartement. Vue sur le second bâtimentd de La Ruche (Crédit : Aquitanis) C’est une première en Gironde.

Habitat participatif : Comment à Bègles, 11 familles ont conçu elles-mêmes leur appartement

La petite commune de Bègles, au sud de Bordeaux, va inaugurer d’ici quelques jours une résidence participative. Nommée à juste titre La Ruche – bien que contrairement à une vraie ruche, ici, il n’y ait ici pas de reine -, cette habitation d’un nouveau genre accueille onze familles, installées depuis un mois et demi, dans des appartements allant du T3 au T6. Une première expérimentation qui a demandé quatre années de travail collectif avant de voir le jour début août. Habiter ensemble, chacun chez soi. Patrick Dubé - Crowdsourcing, coproduction des savoirs, coconstruction, cocréation, codécision. La démocratie participative à Grenoble. "On mange 100 % bio... au prix du non-bio" : comment 20 familles ont créé leur groupement d'achat. Chaque membre du groupement d’achat est responsable d’un ou plusieurs produits, gère les commandes et l’approvisionnement.

"On mange 100 % bio... au prix du non-bio" : comment 20 familles ont créé leur groupement d'achat

(Crédits : Claire Marquis) Comme chaque troisième vendredi du mois depuis sept ans, les membres du groupement d’achat de Champagné Saint-Hilaire se sont réunis à 20h30 pour partager les denrées qu’ils ont récupérées chez leurs producteurs. Cette fois-ci ça se passe chez Gisèle, au lieu-dit Le Courtioux. Elle accueille tout le monde dans son salon. Michel Leclercq a créé un parc éolien citoyen (version courte)