background preloader

Accords de libre-échange

Facebook Twitter

Libre-échange : une bonne décision de Trump. Trump a annoncé que les États-Unis allaient se retirer du Traité de libre-échange transpacifique.

Libre-échange : une bonne décision de Trump

La nouvelle est réjouissante. Tout simplement parce qu’un tel traité ne peut pas fonctionner à l’avantage des États-Unis ou du Canada. La plupart des États-membres sont des États qui d’une manière ou d’une autre dirigent et protègent leur marché intérieur. Croire qu’un traité commercial pourra contrer le protectionnisme systémique de ces pays relève d’une navrante naïveté. Tafta : la France réclame l’arrêt des négociations sur le traité de libre-échange transatlantique. Paris dénonce des discussions trop déséquilibrées entre les Etats-Unis et l’Europe.

Tafta : la France réclame l’arrêt des négociations sur le traité de libre-échange transatlantique

Les positions entre les deux camps seraient encore très éloignées. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen) et Cédric Pietralunga. #CETA : 3 minutes pour comprendre une imposture. L’accord de libre-échange CETA sera officiellement signé dimanche. Les parlements de Wallonie, de Bruxelles-Capitale et de la Communauté francophone ont finalement accepté de valider le traité controversé entre le Canada et les Européens.

L’accord de libre-échange CETA sera officiellement signé dimanche

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le Après deux semaines de psychodrame et de négociations marathon, le Parlement de Wallonie a donné son accord, vendredi 28 octobre, à la signature du CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement, ou accord économique et commercial global), traité de libre-échange entre l’Union européenne (UE) et le Canada. Il sera ratifié lors d’un sommet, dimanche, a précisé Donald Tusk, le président du Conseil européen. Le Parlement de région de Bruxelles-Capitale et celui de la Communauté francophone lui ont emboîté le pas en approuvant, comme cela était attendu, l’accord dans la soirée.

Les anti-Ceta et Tafta se retrouvent pour une manifestation nationale. Plusieurs centaines de personnes manifestaient samedi après-midi à Paris pour dénoncer le Ceta, l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada qui doit être signé le 27 octobre.

Les anti-Ceta et Tafta se retrouvent pour une manifestation nationale

Non au Ceta et au Tafta. C'est le message des opposants aux traités de libre-échange avec le Canada (Ceta) et avec les États-Unis (TTIP ou Tafta). De Quimper à Aix-en-Provence en passant par Macon, des mouvements de protestations ont été organisés dans 35 villes à l'appel du collectif Stop Tafta, qui regroupe des ONG comme Attac, les Amis de la Terre ou encore des syndicats. L'objectif: attirer l'attention du grand public et du gouvernement sur ces deux accords qui auront «des conséquences graves, telles que l'abaissement des barrières tarifaires en matière agricole (...) et le nivellement par le bas des normes qui protègent la qualité de notre alimentation, la santé publique, la sécurité industrielle et l'environnement», affirme Stop Tafta dans un communiqué.

CETA : décryptage d'une semaine de rebondissements. - Libre-Echange.info. Contraint d’avoir l’aval de ses parlements régionaux, le gouvernement belge s’est en effet confronté à l’opposition de trois entités dans son pays : la région de « Bruxelles-capitale », la « communauté francophone » et le parlement wallon.

CETA : décryptage d'une semaine de rebondissements. - Libre-Echange.info

Après avoir affirmé leurs oppositions ces trois entités ont forcé au report du sommet UE – Canada, prévu de longue date le 27 octobre. Ce report est une vraie victoire pour la société civile, retrouvez la réaction du collectif Stop TAFTA. Craignant la mort du CETA, et soucieux de trouver une solution rapide pour éviter la cristallisation des contestations, la Commission européenne et le gouvernement canadien ont dégainé leur meilleurs atouts pour parer à cette situation : pleurs en direct de la ministre canadienne du commerce [1], pressions sur le parlement wallon [2], etc.

Le gouvernement belge a été enjoint de réunir les opposants autour de la table et de trouver une « sortie de crise » rapide. Tout comprendre au CETA, le « petit-cousin » du traité transatlantique. L’Union européenne et le Canada doivent signer dimanche à Bruxelles leur traité de libre-échange, retardé par de vifs désaccords internes belges.

Tout comprendre au CETA, le « petit-cousin » du traité transatlantique

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maxime Vaudano L’Union européenne et le Canada doivent signer, dimanche 30 octobre à midi, lors d’un sommet à Bruxelles, leur traité de libre-échange (CETA), retardé par de vifs désaccords internes belges. Un épisode qui rend incertaine l’étape suivante : sa ratification obligatoire par chacun des différents Parlements des pays de l’Union. Le gouvernement français défend fermement le CETA en le présentant comme l’« anti-Tafta » ; ses promoteurs estiment qu’il s’agit de « l’un des meilleurs accords jamais négociés par l’Union européenne ».

Le traité compte toutefois de nombreux détracteurs qui estiment qu’il menace l’agriculture, les services publics et les politiques publiques favorables à la santé et à l’environnement.