background preloader

Pbouzin

Facebook Twitter

Pascal Bouzin-Nau

Neurosciences et pédagogie en EPLE

La démocratie autrement 2. Il a suffi, au printemps, qu’Arnaud Montebourg prononce le mot de « tirage au sort » pour susciter condescendance et ironie.

La démocratie autrement 2

Il rêvait que des citoyens désignés de cette manière contrôlent l’utilisation de l’argent public ou le respect des engagements politiques. « Démagogie », ont soupiré les uns. « Populisme », ont tempêté les autres. Des réactions qui rappellent le chœur d’indignation soulevé en 2007 par Ségolène Royal : en proposant des jurys citoyens tirés au sort, elle révélait ses « penchants ­robespierristes » et son goût pour les « tribunaux populaires à la Pol Pot ou à la Mao Zedong ». La candidate socialiste, accusait Nicolas Sarkozy, se plaçait dans une logique « outrancièrement populiste ». Le mot ferait sans doute sourire Yves Sintomer, professeur de science politique à Paris-VIII. « Cette indignation est le symptôme du repli frileux de la classe politique sur elle-même », écrit-il dans Petite histoire de l’expérimentation démocratique (La Découverte, 2011).

Retour... Pierre Rosanvallon : « Créer un sentiment de démocratie permanente, de démocratie continue » Titulaire de la chaire d’histoire moderne et contemporaine du politique au Collège de France, Pierre Rosanvallon est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés à la démocratie.

Pierre Rosanvallon : « Créer un sentiment de démocratie permanente, de démocratie continue »

Il a récemment publié Le Bon Gouvernement (Seuil, 2015). Quel diagnostic faites-vous de l’état de notre démocratie ? On assiste aujourd’hui à deux phénomènes contraires : un profond désenchantement, d’une part, et l’expérimentation de nouvelles formes d’interventions citoyennes, d’autre part. Le positif se mêle donc au négatif, ces expérimentations ayant précisément pour objet de répondre aux dysfonctionnements de notre démocratie. « C’est par la démultiplication des formes d’expression des citoyens que l’on répondra à la crise de la représentation. » Quels sont ces dysfonctionnements ?

Edgar Morin : "Le temps est venu de changer de civilisation". Stanislas Dehaene - Psychologie cognitive expérimentale. Cerveau et apprentissage, ou les bienfaits de la neuroéducation. Aimeriez-vous savoir ce qui se produit dans le cerveau de vos élèves lorsqu’ils apprennent ?

Cerveau et apprentissage, ou les bienfaits de la neuroéducation

Aimeriez-vous connaître les effets qu’ont vos interventions pédagogiques sur le cerveau de vos élèves ? Aimeriez-vous savoir pourquoi certains élèves ont plus de difficultés que d’autres à réaliser certains apprentissages ? Aimeriez-vous appuyer vos décisions pédagogiques sur des fondations solides découlant des recherches de pointe sur le cerveau ? Voici quelques questions que pose l’Association pour la Recherche en Neurosciences (ARN) avec le groupe EDUCO et l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Une problématique importante se pose donc : connaître le cerveau pour mieux enseigner et intervenir auprès des élèves. Cerveau et pratiques pédagogiques D’autres institutions (en France), comme le Collège des Bernardins à Paris se penchent, aussi, sur les apports que peuvent faire les sciences à l’éducation et un séminaire est prévu sur l’apport des neurosciences (1). Ecriture créative = creative writing. Accompagnement personnalisé. Décrocheurs. SOS Philosophie. Éditeur audio. Décrochage scolaire. Accompagnement personnalisé.