background preloader

France / Paris

Facebook Twitter

L'impossible suivi psychologique des migrants - InfoMigrants. C’est un sujet dont on ne parle que très rarement voire jamais : les souffrances psychologiques que connaissent les migrants sur la route de l’exil mais aussi une fois arrivés à destination.

L'impossible suivi psychologique des migrants - InfoMigrants

Pourtant, les traumatismes sont nombreux et souvent très lourds : maux de tête, terreurs nocturnes, perte de repères spatiaux-temporels, cauchemars, dépression, crise d’angoisse, idées suicidaires… En janvier dernier, un jeune malien de 16 ans s'est suicidé en sautant du huitième étage de son foyer. Ce n'est malheureusement pas un cas isolé. "Suivez la lumière au loin". Syrien, j'ai fui mon pays avec ma femme et mon bébé.

Joude Jassouma est né à Alep en 1983.

"Suivez la lumière au loin". Syrien, j'ai fui mon pays avec ma femme et mon bébé

Il vient de publier "Je viens d'Alep" (Allary Editions), paru le 23 mars 2017. (DR) J’ai 34 ans et je viens tout juste de commencer ma deuxième vie. Abdelmalek Sayad : « Exister, c’est exister politiquement » Comment exister dans un ordre sociopolitique qui s’appelle la nation – même de cette existence mineure, accidentelle, inessentielle, toute chétive, étriquée, mutilée qu’on accorde aux immigrés – sans exister politiquement ?

Abdelmalek Sayad : « Exister, c’est exister politiquement »

Sans avoir une identité civile, de jure ? «Le plus dur, c’est de supporter qu’on nous parle comme de la merde» Pour ce deuxième épisode, rencontre avec des jeunes qui, tout au long de leurs différentes démarches, se heurtent souvent à une caricature de la bureaucratie, en guise de tout premier contact avec la France.

«Le plus dur, c’est de supporter qu’on nous parle comme de la merde»

Tous ont requis l’anonymat : les prénoms ont été changés. Dans le froid glacial d’une matinée de janvier, Salma et son mari ressortent soulagés – et néanmoins en colère – de leur rendez-vous à la préfecture, le titre de séjour «vie privée et familiale» en main. Salma a tenté différentes approches pour pouvoir travailler, de sa demande de statut de «salarié» à celle-ci. A lire aussi : Passer du statut d’étudiant étranger à celui de salarié, le parcours du combattant La jeune femme d’origine marocaine raconte les obstacles auxquels elle a dû faire face. «Je suis arrivée du Maroc après l’obtention de mon bac français. Badinter et les réfugiés : "pas un acte de générosité, une obligation" Migrants, la différence entre discours et réalité. La question de l’immigration en France ainsi que celle des migrations internationales prennent une importance grandissante dans les débats en Europe.

Migrants, la différence entre discours et réalité

Tout le monde a son avis sur le sujet. Des analyses émanant de micro trottoir aux émissions TV animées par des « experts », en passant par les états-majors politiques : un flot ininterrompu de considérations se déverse sur cette question. Sur les réseaux sociaux c’est une version exponentielle et brouillonne de ce débat, indicateur du buzz et de la confusion que provoque l’arrivée des migrants. Ces questions sont hautement polémiques et politiques, les termes dans lesquelles elles sont abordées par les acteurs politiques quels qu’ils soient sont plus des marqueurs de leurs lignes idéologiques que de la réalité migratoire. Ces chercheurs qui développent l’hypothèse que les réfugiés « augmentent notre réalité urbaine »

Le décarrossage de la sta...Article publié sur A Nous Paris sous le titre original:...

Ces chercheurs qui développent l’hypothèse que les réfugiés « augmentent notre réalité urbaine »

> Lire la suiteLes 60 plus belles oeuvre...La vague du street-art ne cesse de grandir dans le mond... > Lire la suiteEn images: Les paquebots ...Gianni Berengo Gardin, un grand photographe italien, a ... > Lire la suite. Migrants de Calais accueillis en Bretagne : que sont-ils devenus ? Nathalie Rossignol.

Migrants de Calais accueillis en Bretagne : que sont-ils devenus ?

Edition: Stéphane Grammont. Reportages: Nathalie Rossignol, Catherine Bazille, Fabrice Leroy, Jean-Marc Seigner. - 13 février 2016 A la mi novembre, les premiers migrants en provenance de Calais débarquaient sur plusieurs sites d’accueil de Bretagne, notamment au centre de formation professionnelle de l’AFPA à Langueux dans les Côtes d’Armor. Trois mois après, nous avons souhaité savoir ce qu’il était advenu d’eux. L'arrivée C’était le 12 novembre dernier. Ils sont 18 ce soir là, 15 Afghans, 2 Pakistanais, 1 Iranien. Les enfants de Basroch. La gestion des migrants par l’Europe est un « échec catastrophique », selon MSF. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Maryline Baumard Pour 2016, Médecins sans frontières (MSF) fait cinq vœux.

La gestion des migrants par l’Europe est un « échec catastrophique », selon MSF

Cinq souhaits pour éviter que l’année qui commence ne soit une redite de « l’échec catastrophique de l’Europe en 2015 à répondre aux besoins des réfugiés et migrants à ses portes ». Son rapport sur l’année passée, intitulé « Parcours du combattant vers l’Europe », dénonce avec virulence la gestion des populations en besoin de protection. Selon les « French doctors », la politique menée par l’Union européenne et par les Etats a même aggravé les traumatismes et les souffrances des populations qui venaient chercher refuge. Un bidonville se développe dans le 18e arrondissement. Les premières cabanes ont été construites début 2015 ; le bidonville s’est depuis considérablement développé.

Un bidonville se développe dans le 18e arrondissement

Saint-Beauzire : après les attentats de Paris, des bénévoles soutiennent les réfugiés - France 3 Auvergne. Des bénévoles se sont réunis au centre de vacances de Saint-Beauzire (Haute-Loire), mardi 17 novembre.

Saint-Beauzire : après les attentats de Paris, des bénévoles soutiennent les réfugiés - France 3 Auvergne

Ils réaffirment leur détermination dans le soutien des réfugiés, afghans, soudanais et syriens arrivés le 10 novembre dernier et veulent éviter tout amalgame après les attentats de Paris. Par Julien PrivatPublié le 18/11/2015 | 10:03, mis à jour le 18/11/2015 | 10:03 © France 3 Auvergne Une quinzaine de bénévoles se sont réunis mardi 17 novembre à Saint-Beauzire. Quatre jours après les attentats de Paris, ils luttent contre les stigmatisations à l'encontre des réfugiés arrivés une semaine plus tôt.

Une quinzaine de bénévoles s’est réunie au centre Léo-Lagrange de Saint-Beauzire (Haute-Loire) mardi 17 novembre. "Évacuation des campements parisiens : de la rue à la mise au placard," communiqué des migrants témoins ayant fui l'hébergement. Nous, réfugiés, avons fui des situations critiques, nos vies étaient menacées, nous avons migré dans des conditions catastrophiques et risqué nos vies chaque jour. Beaucoup d'entre nous sont morts en traversant le désert et la mer. Le peu d'entre nous qui est arrivé en France espérait une vie digne sur cette terre d'asile et des droits de l'homme comme elle est présentée dans les médias.

Mais, l'accueil a été la misère des rues, la clochardisation, la pluie, le froid, et le dénuement. Après l'évacuation du campement de la mairie du 18ème, nous avons été amenés dans un centre d'hébergement d'urgence où tous les engagements des autorités et de l'administration se sont avérés faux. Lors de notre arrivée au CHU de Nanterre, annexe de l'hôpital psychiatrique*, la vision était surprenante et terrifiante pour nous, à cause de la laideur et des nombreux malades dont l'état nous inquiétait.

Des migrants témoins ayant fui l'hébergement. Paris présente un ambitieux plan d’accueil des migrants, « au-delà des réfugiés » Lettre ouverte au Président de la République sur l’accueil des réfugiés et des migrants en France et en Europe. Paris, le 10 septembre 2015 Monsieur le Président, Lundi dernier, lors de votre conférence de presse vous avez fait un certain nombre d’annonces sur le thème de l’asile et des migrations qui éclairent la position que la France entend défendre lors de la réunion des ministres de l’Intérieur de l’UE du 14 septembre prochain à Bruxelles. Exilés en France, ils se sont échappés de la guerre et du terrorisme mais affrontent l’arbitraire et l’indifférence.

Ils viennent de Somalie, du Soudan, de Syrie. Ils ont connu la guerre, l’oppression, l’injustice. Pour ne pas céder devant l’inacceptable, ils ont préféré déserter. Le blog de Migrants of Marseille. Au côté des migrants, "La Chapelle en lutte" improvise la vie en autogestion. Par Marie-Adélaïde Scigacz Mis à jour le , publié le La plupart d'entre eux ne se connaissaient pas il y a deux mois. Valérie, Gabriel, Hervé, Lyès, Gwen, Bernard... Fatou Diome. « Je suis là pour gâcher le sommeil des puissants. C’était le 24 avril, dans la semaine où 1 700 migrants étaient morts noyés en Méditerranée. Fatou Diome "Le mythe de la France eldorado" - Archive INA. GRAND-FORMAT. Dans le lycée des migrants à Paris.

Il est un peu plus de 18 heures vendredi 31 juillet quand des dizaines de personnes arrivent en courant devant le lycée désaffecté de la rue Jean Quarré, dans le 19e arrondissement de Paris. Au lycée Jean-Quarré, les migrants s'installent. Comment la Ville de Paris organise l’hébergement des migrants. « Aidons les clandestins à tromper la préfecture » Pour obtenir un titre de séjour, il faut parler français et prouver son intégration. Migrants: la justice autorise l'évacuation du campement d'Austerlitz à Paris. Réfugiés : la France ? Non merci ! Enfants de réfugiés en France : « A l’école, ils rient » Paris : où va-t-on loger les réfugiés ? Francetv info. A Paris, un refuge régi par «la loi du plus fort» Migrants : «La Chapelle», collectif très solo. Ils ont fui la torture au Soudan, la dictature en Erythrée ou la guerre civile en Libye. Préfecture des Bouches-du-Rhône, «indigne de notre République»