background preloader

A quoi bon apprendre?

Facebook Twitter

L'école, c'est quoi ? pour Prévert, Simenon, Birkin... En cette rentrée, rappelez-vous de vos souvenirs d'école. Reconnaissance, plaisir, humiliation, regrets... Des sentiments mêlés associés à l'école, et dont parlent, 20, 30 ou 40 ans plus tard quelques unes des grandes figures du XXe siècle, dans ces pépites trouvées dans les archives INA.

Un écolier 2010 "L’école c’est toujours dur mais après si on apprend bien, si on écoute bien la maîtresse. Eh ben voilà on a le bac. " Marie-Christine Barrault 1987 "J’étais une élève indisciplinée mais j’aimais beaucoup les études, et je crois que je donnais du répondant à mes professeurs parce que ça m’intéressait d’aller à l’école, j’étais ravie. Alain Delon 1987 "Pour moi c’est l’enfer. Georges Simenon 1963 "À14 ans c’était bien décidé, je n’écrivais plus mes compositions françaises au collège, je ne les faisais plus sur le thème donné, mais mon professeur me permettait de prendre le thème qui me plaisait. José Giovanni 1970 "Moi j’ai connu les écoles à une époque où on frappait encore les élèves. Streetphilosophy - Apprendre, mais pourquoi ? « A quoi ça sert d’apprendre ? » - P. Lacadée - Yapaka.be.

Pourquoi apprendre ? Pourquoi aller à l’école? 28 janvier 2019 Un questionnement normal De nombreux jeunes remettent en doute l’utilité de l’école. C’est bien vrai, trouver l’hypoténuse d’un triangle ou connaître le tableau périodique par cœur ne sert pas vraiment au quotidien pour la majorité des adultes. Dans ce cas, à quoi ça sert d’aller à l’école? Est-ce vraiment important? Votre enfant pensera rapidement à vous lancer un « Je peux le trouver sur Google de toute façon. » En effet, apprendre des éléments par cœur n’est plus vraiment nécessaire aujourd’hui et les jeunes n’ont jamais connu le monde sans Internet.

Se questionner sur l’importance de l’école est tout à fait normal lorsqu’on y pense de cette façon. Comment expliquer pourquoi il faut aller à l’école Il faut d’abord se rappeler que certaines choses ne s’apprennent pas sans pratique. Vous pourriez commencer par un exemple concret : « Est-ce que tu saurais jouer de la flûte parfaitement après avoir regardé une vidéo? Le cas Internet Poursuivez votre lecture sur le sujet! Apprendre : c'est quoi ? Apprendre, oui... mais pourquoi ? comment ? Étymologiquement, apprendre signifie “prendre en soi”. Jeanne Siaud-Facchin écrit que apprendre suppose qu’il existe un “objet” extérieur, un “objet de connaissance” à l’extérieur de soi et que nous devons mettre en marche des mécanismes pour s’approprier ce savoir externe.

Apprendre est un verbe et suppose donc un mouvement, une action. Selon Jeanne Siaud-Facchin, apprendre correspond à une démarche intellectuelle active face à un savoir nouveau. L’apprentissage consiste à s’approprier ce savoir en mettant en jeu différents mécanismes : l’analysela compréhensionla mémorisation Pour parvenir à l’acquisition et la maîtrise de la connaissance nouvelle (le savoir), il faut avoir : Apprendre est donc une alchimie complexe : On est obligé d’apprendre (même si ce n’est pas toujours ce que les autres voudraient qu’on apprenne !). Les pré requis pour apprendre : la place de l’erreur, l’importance d’une bonne estime de soi et la peur d’apprendre Pour apprendre, il faut accepter de ne pas savoir : 1.

Pourquoi dois-je aller à l’école ? (1) Zoé Barbé est une lycéenne qui s’est présentée dans nos locaux du Centre de Recherches Interdisciplinaires (CRI) il y a peu. Avec une frustration sur l’éducation telle qu’elle lui était proposée aujourd’hui, mais aussi un rêve magnifique de tout changer. Après une discussion intense, elle nous a fait parvenir une longue lettre afin de mieux « expliquer son rêve ». C’est cette lettre que nous avons transmise à The Conversation France pour la publier en deux parties. Afin de montrer que rien n’est impossible. La lettre de Zoé Depuis l’âge de 13 ans, l’école a perdu tout sens à mes yeux. Une boîte qui ne permet pas la créativité, la diversité, la liberté, l’exploration et, le plus important, le questionnement. Quel est le but de l’école si elle ne nous permet pas d’explorer, d’exprimer notre créativité et d’élargir notre esprit et notre cœur ?

Je suis en train de mourir intellectuellement à l’école. Cela ne signifie pas que ce cours m’ait appris quelque chose. Changer le monde. Pourquoi dois-je aller à l’école ? (2) Zoé Barbé est une lycéenne qui s’est présentée dans nos locaux du Centre de Recherches Interdisciplinaires (CRI) il y a peu. Avec une frustration sur l’éducation telle qu’elle lui était proposée aujourd’hui, mais aussi un rêve magnifique de tout changer. Après une discussion intense, elle nous a fait parvenir une longue lettre afin de mieux « expliquer son rêve ». C’est cette lettre que nous avons transmise à The Conversation France pour la publier en deux parties. (La première se trouve ici.) Afin de montrer que rien n’est impossible.

La lettre de Zoe (suite et fin) La coopération et la concurrence saine, l’interdisciplinarité et la résolution de problèmes, voici nos mots clés. Nous avons parlé d’un lycée d’été. Ainsi, devoir attendre l’été peut être long et frustrant. Des nouveaux MOOCs J’ai suivi deux cours universitaires cette année grâce aux MOOCs. Cependant, il est dommage que ces cours soient éclipsés et non enseignés au lycée. Solutions Faut-il se spécialiser ? À quoi ça sert l'école ? - 1 jour, 1 question. Pourquoi apprendre aux élèves à coder à l'école ? On me demande souvent dernièrement quel est le but d’apprendre aux enfants à coder à l’école. Au CAHM, tous les élèves de la 6e à la 8e année ont la chance de suivre un programme de formation intensive de 8 semaines avec la plateforme Éducode Canada. Ce programme de formation est assez rigoureux et les élèves ont à chaque semaine, des défis de haut niveau à réaliser.

Je ne serais pas surpris que la plupart des adultes auraient de la difficulté à compléter ce parcours et probablement que plusieurs abandonneraient dès les premières difficultés rencontrées. Lorsqu’on demande à des élèves de faire des choses que nous ne pouvons pas faire nous-mêmes ou avec beaucoup de difficultés, il va sans dire que la fierté en prend un coup et qu’il n’y a pas beaucoup de place pour l’orgueil. Il faut dire que la lecture de cet article apparu par hasard sur Facebook cette semaine m’a donné le goût d’écrire ce billet.

Il faut apprendre ensemble, en co-construction et en équipe. Osons, bougeons, changeons… Pourquoi apprend-on des poésies à l'école (et pourquoi toujours les mêmes) «Bonne année à toutes les choses / Au monde, à la mer, aux forêts…» Benoît a 35 ans et se souvient encore presque en entier de ce poème appris à l’école primaire il y a 25 ans. «Bonne année à toutes les roses / Que l’hiver prépare en secret…» Sa mère qui le lui a fait réciter de nombreux soirs, ainsi qu’à sa sœur Marie quelques années après, le connaît encore mieux. «Bonne année à tous ceux qui m’aiment / Et qui m’entendent ici-bas…» Ce court texte est signé Rosemonde Gérard (1866-1953), une auteure aujourd’hui connue à peu près uniquement pour cela. Son petit hymne à la nouvelle année fait en effet partie des quelques classiques des leçons de récitation à l’école. Comme le calcul, apprendre de la poésie et la dire devant toute la classe constitue toujours, malgré les réformes successives, l’un des piliers de l’enseignement en primaire.

Jusqu’en 2015, le programme officiel préconisait de faire retenir par cœur 10 textes poétiques par an à chaque élève, du CP au CM2. Guillaume Lecaplain. Pourquoi enseigner l’histoire ? Telle est la question posée par le dernier numéro de la revue internationale d'éducation de Sèvres. Jean-Clément Martin, professeur émérite d'histoire à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne, coordonnateur de ce numéro, nous en dit plus. « Pourquoi enseigner l’histoire » est le titre de la revue.

Pourquoi une telle question ? Le numéro a été ainsi bâti autour de cette question pour réfléchir sur les conditions pratiques de cet enseignement dans différents exemples alors que les débats sont vifs sur le sujet, mais qu’ils se placent volontiers sur le plan de la philosophie de l’histoire ou de la politique nationale. L’enseignement de l’histoire est-il le vecteur par excellence de la construction de la citoyenneté ?

L’histoire de chaque pays comporte des « angles morts » pour reprendre votre expression, des périodes noires. Jean-Clément Martin la phrase de Croce est souvent mal comprise. Cet enseignement peut-il être risqué ? Sandra Ktourza. A l'école : apprendre plus que des savoirs ? - Un monde en docs (17/09/2017) Faut-il encore faire apprendre des poésies par coeur au CM ? – Charivari à l'école. Voilà plusieurs fois que je lis sur les réseaux sociaux cette interrogation de maitres de CE ou CM. Apprendre des poésies, en 2018, est-ce que ça se fait encore ? Au collège, ils n’en apprennent plus. En plus cela bouffe un temps de classe faramineux, les élèves débitent leur texte, les mains dans le dos, avec plus ou moins de talent, on entend 30 fois le même texte… Alors, poésie ou pas poésie ?

Pour moi, c’est important, la poésie. D’abord, c’est important que les élèves prennent confiance dans leur capacité à mémoriser. Je n’ai pas dit que la mémorisation ne demandait pas d’effort. J’aime aussi la poésie pour travailler l’expression orale, la diction. Évidemment, la poésie permet de se construire une culture commune. J’aime enfin la poésie pour le plaisir des mots. Faut-il vraiment que tous les élèves apprennent le même texte ? Pourtant, j’ai arrêté cette pratique, assez vite, parce que j’ai réalisé que mes élèves comprenaient très mal ce qu’ils apprenaient. Quels textes ? Questions ouvertes pour l'école du XXIe siècle : Faut-il encore transmettre ? En troisième partie, une intervenant de la salle évoque un élève de première qui entrerait dans une bonne orthographe en réaction au désagrément que lui aurait procuré l'exposition au groupe d'une erreur qu'il a commise.

Les deux questions soulevées par cette intervenante sont celle de l'enseignement adressé à la personne et celle du plaisir comme moteur de l'apprentissage. L'attention portée à sa propre orthographe, et au-delà à l'expression précise de sa pensée ( Quel mot ici ? Quelle tournure là ?...) Relève d'une discipline qui s'acquiert peu à peu et dont un des objets, notamment pour les élèves les plus jeunes, est la décentration. Merci pour ce moment. Re)Découvrez LA Compétence Essentielle au XXIe siècle ! Hey ! Bienvenue sur ce premier article, je voulais traiter d’un sujet qui m’est cher car il a motivé la création de ce site : L’opportunité d’apprendre ! Pourquoi ? Nous vivons une époque vraiment extraordinaire. Et nous bénéficions d’une liberté dont nous ne sommes pas toujours conscients. Une session de question/réponse à l’université de Colombia aux Etats-Unis en compagnie de Warren Buffet et Bill Gates (7 :33 Pourquoi apprendre tout au long de sa vie) Faites le test !

Vous pouvez transposer cet exemple à n’importe quel domaine, vous commencez à sentir le potentiel ? Bienvenue dans l’ère de la connaissance Posons rapidement le contexte. “Today employers are looking for adaptability, creativity, flexibility, imagination and innovation”– (Sir Reg Empey MLA, Minister for Enterprise, Trade and Investment) Nous sommes dans une période de transition vers une économie axée sur la créativité, l’adaptabilité et la valorisation de l’information et du savoir : l’économie de la connaissance. Résumé. Pourquoi aller à l’école? 12 raisons d’apprendre à coder à l’école. Doit-on parler de coder ou de programmer à l’école? Partout dans le monde, l’apprentissage du code à l’école suscite un engouement sans précédent. Plusieurs études indiquent d’ailleurs qu’apprendre à coder ou programmer à l’école revêt une importance éducative et sociale capitale pour les élèves, et ce, dès la maternelle.

Et les raisons invoquées par les nombreux travaux de recherche ne sont pas uniquement pour former un bassin de programmeurs compétents en vue de répondre aux besoins du marché du travail. En effet, on apprend aussi à coder pour développer la créativité à l’aide du numérique. Puis, pour amener les élèves à passer d’une posture de consommateurs à celle de créateurs dans notre société technologique. La première distinction que l’on peut faire entre coder et programmer… c’est que les codeurs n’ont, en général, pas de connaissances formelles en informatique. Ainsi, coder est le terme le plus utilisé en contexte scolaire. 1. l’accroissement de la motivation scolaire; Dr. Pourquoi l'école n’entraîne pas la réussite ? Les 5 raisons - L'Étudiant Libre. La raison la plus simple pour laquelle elle n’encourage pas à être créatif, c’est la domination par les matières “scientifiques” (maths,…) et celle du par cœur (comme l’histoire).

Je suis d’accord sur le fait que l’on retrouve certaines matières créatives comme l’art plastique, la musique ou encore le Français, mais cette part d’art est peu présente. Bien sûr, il est également possible de faire des études dans ce domaine. Mais ceci est très peu enseigné avant qu’on puisse le choisir par nous-même après de nombreuses années sans art. Problème de confiance en soi Cette absence de matière artistique entraîne un autre problème, qui pousse parfois à ne pas avoir confiance en soi. C’est le fait qu’une personne ayant un cerveau créatif ne va pas s’épanouir à l’école, et elle va souvent se sentir “nul”, car elle aura de mauvaises notes partout sauf en art plastique et en français.

Non aux erreurs ! La peur d'apprendre. Les empêchements à apprendre - L'économie de la connaissance: conférence d'Idriss Aberkane. À quoi sert vraiment l’éducation. Par Cécile Philippe. On a tous une réponse à cette question et je suis sûre que nous tous ici pourrions nous entendre sur le fait évidemment que l’éducation permet : d’acquérir des compétences cruciales pour trouver un emploi,de réduire les inégalités,de faire de nous de bons citoyens,d’apprendre à penser. Mais l’a-t-on vérifié ? Le système éducatif permet-il d’atteindre ces objectifs et plus encore vise-t-il tout simplement à les atteindre ?

C’est là tout l’intérêt du travail de Bryan Caplan dans son livre The Case Against Education. Autant vous dire tout de suite que la réponse de Caplan est détonante. Le système éducatif est un gaspillage de temps et d’argent Il n’y va pas par quatre chemins : le système éducatif actuel est un énorme gaspillage de temps et d’argent et on aurait tout intérêt à en avoir moins que plus pour tout le monde, y compris les plus pauvres et peut-être même encore plus pour eux que pour les autres. Scandaleux, n’est-ce pas ? La théorie du capital humain est inexacte. Pourquoi les incompétents se trouvent si bons | Médium large. L’école : A quoi ça sert ? A quoi ça ne sert pas ? Par Christine Vallin. Par Christine Vallin « J'en sais rien, je ne me suis jamais posé la question ! ». C'est ainsi qu'a débuté une discussion philosophique sur deux heures d'étude dirigée en classe de 5ème [1]. Réponse bien surprenante lorsqu'on considère que ceux qui l'ont lancée ont dû passer dans cette école guère moins de huit années de leur vie, réponse qui me valut aussi plus tard la réaction ulcérée de leur ancien professeur d'Education Civique : « On en avait pourtant bien parlé en 6ème !

». Qui cela « on » ? C'est à l'écrit que les élèves ont d'abord réfléchi, pendant une dizaine de minutes. Et le débat a commencé. La dernière étape s'est faite à nouveau à l'écrit. . « L'école, à quoi ça sert ? Pourquoi faire de la philosophie. À quoi servent les études littéraires ? La littérature nous transforme - Antoine Compagnon.

Des raisons d'étudier.