background preloader

Casse sociale/précarisation

Facebook Twitter

Le gouvernement veut durcir fortement les sanctions pour les chômeurs selon Le Canard enchaîné. Le gouvernement envisage de durcir certaines sanctions dans le cadre de la future réforme de l'assurance chômage, assure le Canard enchaîné daté du 27 décembre, citant une note confidentielle du ministère du Travail. Actuellement, en cas de recherche d'emploi insuffisante ou de refus de formation, un chômeur peut voir son allocation réduite de 20% pendant deux à six mois. En cas de manquement répété, l'allocation baisse de moitié pendant deux à six mois, voire est supprimée définitivement. En cas de refus à deux reprises d'une offre raisonnable d'emploi, l'allocation est suspendue pendant deux mois. Si le refus se répète, elle peut être supprimée pendant deux à six mois, voire définitivement. Selon la note citée par l'hebdomadaire satirique, une recherche insuffisante, un refus de formation ou un refus de deux offres d'emploi jugées raisonnables, entraînerait une réduction des allocations de 50% pendant deux mois.

"Moderniser les règles" (Avec AFP) Le chômage, la dette, la Grèce des affaires bien rentables ! – Le Blog de Denis Garnier. Avant-propos : C’est un article de Médiapart, « La Cour des comptes européenne accable la gestion de la crise grecque », publié le 18 novembre 2017, qui me conduit, plus de deux ans après, à reprendre le texte ci-dessous, écrit en juillet 2015. Cet article de Médiapart introduit ainsi le propos :« La Cour des comptes européenne dresse un constat implacable des trois plans de sauvetage européens pour la Grèce. Des critiques formulées de longue date par nombre d’économistes sont confirmées, notamment le dogmatisme et l’irréalisme sans précédent de la Commission européenne. » Le chômage et la dette des Etats sont confirmés comme des outils économiques au service de la rente et du capital au détriment des peuples.

Résumé : Les mesures « en faveur » de l’emploi s’accumulent depuis 40 ans sans effet durable et c’est normal. (Vous pouvez lire le document complet en cliquant ICI. Introduction : Le chômage est certainement le cancer le plus redoutable dans une société démocratique. Et pour cause ! Retraites complémentaires : syndicats et patronat entérinent la baisse des retraites et le recul de l'âge de départ.

Vendredi 17 novembre se concluaient les négociations entre le patronat et les syndicats concernant la fusion des deux caisses de retraites complémentaires du privé : l’Agirc (cadres) et de l’Arrco (salariés), qui sera effective à partir du 1er Janvier 2019. Cette fusion qu’il « justifie » par la nécessité de mettre en commun les réserves des deux caisses pour les renflouer va en réalité instaurer des reculs drastiques pour les 22 millions de travailleurs du secteur privé. Vers une baisse de 9% sur 15 ans Encore une fois le patronat, et ses relais médiatiques, qui savent bien défendre ses intérêts, ont une communication bien rodée : « Pas de baisse des pensions » titrent et sous-titrent maintes organes de presse, larbins du capital.

Il ne s’agirait que d’une sorte de fantaisie de la part de la CGT de prétendre cela : « il faut arrêter d’affoler les gens pour […] faire pression sur le monde politique » a déclaré le représentant du Medef Claude Tendil. Avec la collaboration des syndicats. Les points-clés du budget de la Sécurité sociale, adopté par l’Assemblée nationale. Après quatre jours de débats, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 a été adopté, mardi, par un vote solennel des députés. Après quatre jours de débats parfois houleux, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018 a été adopté, mardi 31 octobre, par un vote solennel de l’Assemblée nationale, avec 354 voix pour, 192 contre et 13 abstentions. Ce premier et copieux PLFSS du quinquennat d’Emmanuel Macron entraîne de profonds changements du système de protection sociale français.

Lire aussi : La « Sécu » poursuit le redressement lent et douloureux de ses comptes Hausse de la CSG C’était l’une des principales dispositions de ce texte. Lire aussi : La hausse de la CSG adoptée par l’Assemblée dans une ambiance tendue Transformation du CICE Les députés ont également acté la transformation du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Suppression du RSI Hausse progressive du prix du tabac Nouvelle « taxe soda » Allocations familiales. Chômage : les seniors et les précaires moins indemnisés à partir de mercredi. La nouvelle convention, signée sous François Hollande, entre en vigueur le 1er novembre. Elle durcit notamment les conditions pour les chômeurs de 50 à 55 ans. Les dés ont été jetés avant les élections quand François Hollande était encore président de la République, mais le changement des nouvelles règles d'indemnisation pour les chômeurs, c'est maintenant.

A partir du 1er novembre, les seniors et les précaires vont se voir appliquer un nouveau tour de vis. Des efforts substantiels inscrits dans la convention d'assurance chômage validée par l'Etat en avril dernier, qui visent à renflouer les caisses du régime Unédic (chargé de gérer et verser l'argent destiné à l'indemnisation) dont le déficit devrait atteindre 3,8 Mds€ en 2017 et la dette 37, 1 Mds€ fin 2018. Ce plan de mesures signé par tous les syndicats, sauf la CGT, permettra d'économiser 550 M€ en 2018, selon l'Unédic, et 930 M€ par an en rythme de croisière. Les perdants : les seniors et les précaires Les précaires. Les cadres. « La fabrique de pauvres  (Gemachte Armut), documentaire Arte. | «L'Ornithorynque. A voir, réfléchir, penser, partager : « La fabrique de pauvres« , c’est bien ce qu’est l’Europe aujourd’hui. Et de manière bien planifiée selon mon sentiment. Et quand celle-ci touche principalement des enfants, c’est encore plus abject – et des enfants « pauvres », j’en croise très régulièrement en classe (anim’ Unicef), ou enfants qui ne peuvent se permettre de s’inscrire à mes ateliers théâtre en école … Un documentaire de Lourdes Picaretta qui mérite qu’on prenne le temps de s’y arrêter (52 minutes).

Mais c’est bien connu « les pauvres ils le sont parce qu’ils le veulent » n’est-ce pas? … regardez le documentaire … « 11 millions en Allemagne, 9 millions en France : c’est le nombre de personnes, comprenant de nombreux enfants, qui vivent en dessous du seuil de pauvreté dans ces deux pays, pourtant parmi les plus riches d’Europe. Ou ici : Pas effarant, mais simplement scandaleux. (c) unicef.fr Rapport Unicef (c) rtbf 2013 WordPress: 1er Nov. - Assurance chômage - Intérimaires et + de 50 ans : Grosse baisse d'allocation - CGTchomeursRebelles56. 1er Nov. - Assurance chômage - Intérimaires et + de 50 ans : Grosse baisse d’allocationde : CGTchomeursRebelles56 dimanche 29 octobre 2017 - 12h42 - Signaler aux modérateurs Source : CGT chômeurs rebelles du Morbihan Les "négociations" de l’assurance chômage sont de grands moments de théâtre : Le MEDEF, qui co-dirige l’UNEDIC avec la CFDT ou FO depuis des années, fait semblant de "négocier" avec l’ensemble des syndicats.

En réalité, il se contentera d’un accord avec ses "partenaires" de toujours. La CGT, seul syndicat qui organise les chômeurs, a une autre analyse que le MEDEF et ses partenaires, qui considèrent que c’est aux chômeurs de payer la crise : Au lieu de baisser les droits des chômeurs, la CGT propose de faire payer ceux qui abusent du système, c’est-à-dire les patrons qui abusent des contrats pourris (interim, CDD, temps partiel avec salaire de misère). De fait, un salarié en CDI temps plein ne coûte rien à l’assurance chômage tant qu’il est sous contrat. Source : Pôle emploi. Voici les vrais chiffres derrière la "forte augmentation de salaire" promise par Castaner en janvier. Travail détaché : le cocktail infernal. Cela fait plus d’un an et demi que les discussions sont en cours. Lundi 23 octobre, les ministres européens du Travail se retrouvent à Luxembourg, et ils espèrent parvenir enfin à un accord.

Le sujet de la discorde : les travailleurs détaillés. Un dossier complexe dans lequel chaque Etat défend ses intérêts. Pour la France, par exemple, il s’agit d’éviter le dumping social et de lutter contre la fraude, et Emmanuel Macron, au nom d’une « Europe qui protège », a réclamé que le détachement soit limité à 1 an maximum. Ce faisant, le président français s’est mis à dos la Pologne et la Hongrie. Pour les pays d’Europe de l’Est, pas question de voir entravée la libre circulation des travailleurs ni la libre concurrence.

Quant à l’Espagne, elle mise sur une dérogation pour le secteur des transports. Il faudra bien parvenir à un compromis : la directive européenne de 1996 est devenue obsolète. Difficile d’estimer le nombre de travailleurs détachés. CGT chômeurs rebelles du Morbihan : Un emploi décent, un revenu décent, c'est un droit !: 1er novembre - Assurance chômage - Les MEDEF, FO et CFDT font les poches des intérimaires et des + de 50 ans. Ces 10 droits sont lesdroits fondamentauxque le travail devraitnous permettre de satisfaire,que nous soyons salariés,salariés précaires,salariés privés d’emploi,salariés retraités. Travailler est une nécessité humaine, un vecteur social, une reconnaissance Le travail doit permettre aux familles de vivre correctement de leurs revenus du travail.

C’est un droit constitutionnel Le respect de la personne partout, l’égalité, le droit à la citoyenneté. L’accès aux moyens de paiement La prise en compte de toutes les difficultés liées à la perte d’emploi. Première problématique pour les chômeurs, les précaires, les salariés. La création d’un service public du logement est une nécessité que le maintien du livret « A » devrait aider Nous devons pouvoir avoir une famille, des enfants, être en capacité de les élever, avoir accès aux crèches, aux cantines scolaires, aux allocations familiales dès le 1er enfant. Permettre aux enfants d’avoir une scolarité gratuite de la crèche à l’université.

RAAP : “Plus que la paupérisation, c’est une disparition des auteurs qui se profile” Les négociations qui intervenaient dans le cadre de la réforme de la retraite complémentaire des auteurs ont tourné court. Si le ministère de la Culture a fait preuve de toute la bonne volonté possible, les organisations d’auteurs sont déconfites devant la réaction du ministère des Affaires sociales.

Discussions « bancales », où les représentants des auteurs « ont assez peu eu accès à la parole ». Le tout se conclut sur une note très pessimiste... ActuaLitté, CC BY SA 2.0 Pour comprendre les effets de la réforme, il faut se plonger dans ce qui a été conclu. D’abord, il y eut le décret d’application paru le 30 décembre au Journal officiel, passé « en catimini » et qui entérine le vote du 24 septembre par le Conseil d’administration du RAAP.

Désormais, une cotisation de 8 % sera obligatoire pour tous les auteurs atteignant au moins 26.109 € de revenus bruts. Si la réforme s’applique en 2017, elle portera bien sur les revenus de 2016. En dépit du seuil la porte est restée bien fermée. 7 preuves qu'Emmanuel Macron est en train de construire l'Europe du pire. Macron à la télé : une prestation affligeante par Michel Soudais | Politis. Enfin, était-on tenté de penser. Pour la première fois depuis son élection Emmanuel Macron acceptait de s’expliquer durant au moins une heure face à des journalistes, à la télévision. L’exercice fut en tout point décevant et, osons le dire, affligeant. Sur la forme, nous avons eu droit à un de ces entretiens convenus, déjà vus maintes et maintes fois depuis que le général de Gaulle a jugé conforme à son rang de convoquer à l’Élysée un journaliste de la première chaîne pour poser les questions auxquelles le Président estime utile de répondre.

Seul le décor du bureau avec les fauteuils du designer Patrick Jouin, un tableau du peintre belge Pierre Alechinsky ou une œuvre du street artiste Shepard Fairey – alias Obey – célébrant notre devise républicaine, reflétait un peu de cette modernité dont Emmanuel Macron se réclame. Sur le fond, le chef de l’État a concédé trois annonces. Il s’est ensuite évertué à défendre ses réformes. « Je ne suis pas là pour gérer, a-t-il lancé. Taxation illégale du RSA : Le Conseil d'État confirme l'arnaque.

Vendredi, 06 Octobre 2017 10:57 Depuis près de 10 ans, notre association s'insurge de la taxation abusive de l'épargne des allocataires du RSA par les CAF/Départements. Le Conseil d'État confirme le bien-fondé de nos mobilisations. Le 14 juin dernier, le Conseil d'État a rappelé que le calcul du RSA doit prendre en compte les revenus issus de placements producteurs d’intérêts (par exemple ceux tirés d'un Livret A) et non un taux forfaitaire de 3% sur ces placements producteurs d’intérêts. Concrêtement, le RSA doit être amputé de 75 € par an quand on détient 10.000 € sur un Livret A rémunéré à 0,75%, et non de 300 €, taxation ILLÉGALE qu'appliquent souvent CAF et Départements.

Notre association dénonce depuis sa mise en place cette amputation abusive de l'épargne des bénéficiaires du RSA qui, selon nous, a permis aux CAF/Départements d'économiser des dizaines de millions d'euros par an (probablement des centaines). Il aura donc fallu près de 10 ans pour obtenir officiellement gain de cause. Tout pour les 10 % les plus riches… | Alternatives Economiques. Liste des attaques passées, présentes et futures de Macron. La très mystérieuse réforme du financement des syndicats. Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement a affirmé, lundi, que le « Medef ou les organisations syndicales » seraient prêts à cette réforme. Affirmation que contestent ces derniers.

Christophe Castaner aime peut-être jouer avec le feu. Interrogé, lundi 25 septembre, sur RMC – BFM-TV pour savoir si l’exécutif comptait tirer parti de la prochaine réforme de la formation professionnelle pour « remettre à plat le financement des syndicats », le porte-parole du gouvernement a répondu par l’affirmative : « Il faut l’assumer, il faut discuter… Mais il faut faire ça dans la clarté. On a besoin de syndicats puissants, ils ont besoin de ressources. (...) Si vous leur garantissez l’action et les conditions de leur action, je crois qu’ils sont prêts, que ce soit le Medef ou les organisations de salariés. » Et d’ajouter : « Si vous le posez, c’est que c’est un vrai problème. Le patronat est tout aussi surpris. Une « contribution » des entreprises. Nouvelles mesures fiscales : la redistribution à l'envers.

Le néolibéralisme à l’œuvre depuis presque quarante ans n’a pas seulement organisé une gigantesque guerre généralisée de tous contre tous. Patiemment, chaque fois que les conditions le lui permettent, il organise une redistribution des richesses des plus pauvres au profit des plus favorisés – comme une sorte de Robin des bois à l’envers. Les dogmatiques libéraux vous vendent la fameuse théorie du ruissellement : plus le sommet, tout là-haut, est prospère et plus les retombées pour ceux qui sont tout en bas finiront par être importantes.

Cette théorie des miettes n’est pas seulement une ode aux inégalités, elle est surtout une vaste escroquerie en bande organisée. Aux États-Unis, par exemple, le revenu médian des ménages a baissé de plus de 7% entre 1999 et 2014. En clair, cela signifie qu’au cours des quinze dernières années, la moitié la plus pauvre des foyers américains s’est appauvrie. Mais la France n’est désormais plus en reste. 21 milliardaires pèsent autant que 40% des Français. Le budget de l’État en 2018 : austérité et injustices en marche. Le gouvernement veut tout à la fois baisser les dépenses publiques, et dans le même temps, réduire les recettes en diminuant les prélèvements obligatoires au prétexte de « libérer » l’économie. Ce sont les grandes entreprises qui en profiteront (avec la baisse de l’impôt sur les sociétés) et les ménages les plus riches, sachant que par ailleurs ceux-ci cachent près de 10 % de leur richesse dans les paradis fiscaux..

Selon Oxfam, les 10 % les plus riches bénéficieront d’une hausse des revenus 18 fois plus importantes que les 10 % les plus pauvres ! 46 % des baisses d’impôts aux ménages seront concentrées sur les 10 % les plus riches, selon l’OFCE [1]. Deux cadeaux fiscaux emblématiques leurs sont accordés. Leurs revenus financiers bénéficieront désormais d’un prélèvement forfaitaire maximal de 30 %, la « flat tax », qui leur permettra d’échapper à la progressivité de l’impôt sur le revenu.

Le coût social du PLF ne s’arrête pas là ! Vers une baisse des subventions ? | Alternatives Economiques. "Cash Investigation". Travail, ton univers impitoyable - France 2 - 26 septembre 2017 - En replay. Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Les ordonnances réformant le code du travail publiées au Journal officiel.

L’enfer du miracle allemand, par Olivier Cyran (Le Monde diplomatique, septembre 2017) La face cachée du miracle allemand. La France va-t-elle suivre le modèle allemand et transformer ses chômeurs en travailleurs pauvres ? - Basta ! Trente ans de projets miracles et un emploi toujours en plan. Capital. Economies : des milliers de postes dans le viseur à pôle emploi. En Grèce, les lois Macron avant l'heure... Baisse des APL de 60 euros : Macron détruit le logement social. Le taux de pauvreté en France est désormais supérieur à celui des Etats Unis... Les Nations unies fustigent les dérives du capitalisme. Monique Pinçon-Charlot : "Emmanuel Macron synthétise complètement les intérêts de l'oligarchie"

Changer l'Europe ! - Les retraites façon Macron, le piège des comptes notionnels - Libération.fr. Revenu universel, ouverture des frontières, fin des "métiers à la con": et si c'était possible ? 110 000 emplois d’intérêt public supprimés, les coûteuses exonérations aux grandes entreprises maintenues - Basta ! 280.000 emplois sacrifiés, ainsi commence la lutte de Macron contre le chômage. Logement : le gouvernement envisagerait de baisser les APL de 50 à 60 euros. Recensement des coups bas de #Macron et de la majorité #LREM à l'Assemblée Nationale. PARCE QUE C'EST LEUR PROJET. A dérouler ⬇️ Emmanuel Todd : «La crétinisation des mieux éduqués est extraordinaire» Emmanuel Todd : "Les valeurs d’émancipation et d’égalité n’animent plus le système universitaire" Hôpital public, la loi du marché. Ordonnances travail : "trois miettes pour les salariés, ça ne fait pas un quignon !"

Avant / après les ordonnances loi travail XXL. Les dérives de la chasse à la fraude sociale | Alternatives Economiques. Indépendants : des mesures qui menacent la protection sociale | Alternatives Economiques. Le salariat n’est pas mort, il bouge encore (3/4) : Du sens au travail. Gilbert Cette, la carte secrète de Macron qui prône un SMIC par région et par âge ! Our Broken Economy, in One Simple Chart - The New York Times. Les pigeons qui se prenaient pour des aigles - Le Monolecte. Fin des contrats aidés : les Restos du Coeur ne pourront plus distribuer de repas chauds à Grenoble "dès lundi"

Ordonnances : les six manières par lesquelles les licenciements seront facilités. Ordonnances réformant le Code du travail : l’escalade du pire | Le SAF. Pour Macron, l'université, « ce n'est pas pour tout le monde » Macron veut remplacer le code du travail par le code du capital. Il faut libérer le travail. Gilbert Cette qui expliquait dans son... - Les Économistes Atterrés. Pouvoir d’achat : l’entourloupe d’Emmanuel Macron | L'Humanité. LES CONTRATS AIDÉS | L'Actualité des Luttes. [Fil d'Actu] Macron : Gel des Contrats aidés.

Emplois aidés : ils reviennent de vacances et se retrouvent au chômage. Baisse des contrats aidés : « Des associations risquent de ne pas y survivre » | Alternatives Economiques. Baisse des contrats aidés : des milliers de salariés et d'employeurs en détresse. Jugés "coûteux" et "inefficaces" contre le chômage, les emplois aidés dans le collimateur de la Ministre du travail | L'Humanité. François Ruffin - Emplois-aidés : "C'est la saignée"...

En Marche ! ou l’ultralibéralisme en roue libre. Les députés ne paieront plus de CSG sur leurs frais de mandat parlementaire - LCI. Affaire Business France : Muriel Pénicaud était "informée de tout" Danone: nouvelle révélation sur la rémunération de Muriel Pénicaud - Challenges.fr. Affaire. « Muriel Pénicaud est disqualifiée comme ministre du Travail » | L'Humanité. Stock options chez Danone : la réponse de Muriel Pénicaud | Public Senat.

Pénicaud a-t-elle gagné 1 million d’euros en bourse grâce à un plan social ? Éditorial. La boursicoteuse | L'Humanité. La journée à 1 million d’euros de Muriel Pénicaud | L'Humanité. Comment récupérer 200 milliards d'euros sans imposer aux Français une cure d'austérité - Basta ! Un économiste a trouvé 6 mesures alternatives indolores pour éviter la baisse des APL. Le @gouvernementFR veut trouver 32,5 millions € par mois en baissant les #APL de 5 € Voici six mesures alternatives Pour un même montant. Comment trouver 32,5 millions € par mois sans ponctionner les bénéficiaires APL ? Macron va rendre la vie des étudiants encore plus difficile - Le Vent Se Lève. Interview Franck Lepage, Bourgueil 2017-05-13. Un peu d'économie... Vous aviez comme... - CGT Confédération Générale du Travail. À nos ami·e·s qui pensent qu’Emmanuel Macron n'est pas le président des banques et de la finance.

Les tas d'urgence derrière l'état d'urgence. Selon l'OFCE, Macron va aggraver les inégalités. Avec Macron, 3 milliards d'impôts en moins... pour les 3.000 foyers les plus riches ! Réforme du code du travail : vers un "capitalisme western" ? - Entretien avec David Cayla - Le Vent Se Lève. INFO JDD. Le livret A bientôt taxé?

#Darmarin confirme pas de hausse d'impôts mais en même temps #EdouardPhilippe crée des taxes.#toutetsoncontraire #Macron #LREM. Etat d'urgence : le transfert du dispositif dans le droit commun "est d'une certaine façon scandaleux" Frais de santé : la ministre suspend le tiers payant généralisé - Le Parisien. Avec Macron, payer moins les fonctionnaires pour payer plus… les traders. Après le « logement à durée déterminée », Edouard Philippe s'attaque aux APL. Chasse aux précaires. Macron invente le « logement à durée déterminée » Logement: Emmanuel Macron veut créer un bail à durée limitée pour les travailleurs précaires. Les impôts augmenteront en 2018. La "taxe Tobin" mise au frigo. Macron met sur les rails une loi El Khomri taille XXL pour l’été.

“Le Parlement est à la botte de Macron qui va mettre en place la purge sociale exigée par l'UE”: entretien avec Frédéric Farah - Le Vent Se Lève. "Les Français dépensent trop", dit Juncker à Macron - Challenges.fr.