background preloader

Mythologie grecque

Facebook Twitter

Artémis. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Artémis

Le nom d'Artémis[modifier | modifier le code] Divinité des frontières[modifier | modifier le code] Née sur l'île d'Ortygie (« l'île aux cailles »), appelée plus tardivement Délos, Artémis fait du pays des Hyperboréens sa résidence principale[6] où elle règne en maîtresse de la nature sauvage et des animaux. « Que toutes les montagnes soient les miennes », déclare-t-elle dans l'hymne de Callimaque de Cyrène. Religions de la Grèce antique. La Grèce elle-même et toute la Méditerranée orientale, où les Grecs se sont installés, offrent les ruines de nombreux temples et sanctuaires, ainsi qu'une multitude de statues et de vases peints représentant des divinités ou des héros de la mythologie.

religions de la Grèce antique

À défaut d'un ouvrage dogmatique, les textes littéraires décrivent les dieux et nous parlent des rites. Les plus importants sont les poèmes épiques d'Homère, l'Iliade et l'Odyssée, et les poèmes attribués à Hésiode, les Travaux et les Jours et la Théogonie (c'est-à-dire « la naissance des dieux »), tous conçus au viiie s. avant J.

-C. Selon la version dominante, donnée par la Théogonie d'Hésiode, dieux et hommes sont les enfants d'une seule mère, Gaïa, la Terre. Ainsi s'explique que, malgré leur différence radicale, il y ait entre les uns et les autres des points communs. 1. 1.1. Les dieux grecs ne sont ni des puissances transcendant le monde ni des créateurs maîtrisant souverainement les occupants du ciel, de la terre ou de la mer. Déméter. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Déméter

Dans la mythologie grecque, Déméter (en grec ancien Δημήτηρ / Dêmếtêr qui dérive de Γῆ Μήτηρ / Gễ Mếtêr, « la Terre-Mère » ou de Δημομήτηρ / Dêmomếtêr, « la Mère de la Terre », de δῆμος / dễmos, « la terre, le pays ») est la déesse de l'agriculture et des moissons. Mythe[modifier | modifier le code] Quand Hadès, souverain des morts, enleva Perséphone pour en faire son épouse, sa mère, Déméter, partit à sa recherche et négligea les récoltes de la Terre. En prenant la forme d'une vieille femme nommée « Doso », elle erra pendant neuf jours. Se rendant compte qu'une famine menaçait les mortels, Zeus se décida à envoyer Hermès au royaume d'Hadès pour lui demander de rendre Perséphone à sa mère. Déméter enseigna aux humains le travail des semis et du labour. Culte[modifier | modifier le code] Divinités olympiennes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Divinités olympiennes

Les divinités olympiennes sont les divinités grecques qui, selon la mythologie, résident sur le mont Olympe. Hadès. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hadès

Hadès[modifier | modifier le code] Souverain des Enfers[modifier | modifier le code] Au terme de la guerre contre les Titans, Hadès reçoit en partage les « ombres brumeuses » et réside avec elles dans les Enfers[3]. Roi des morts[4], sa principale mission est d'empêcher ceux-ci de quitter les Enfers, car leur vue remplirait d'horreur les hommes comme les dieux[5]. Pindare lui donne pour attribut un sceptre grâce auquel il conduit les morts[6], un rôle qui relève normalement d'Hermès psychopompe[7]. On peut rapprocher ces mentions des propos d'Agamemnon prenant à témoin de son serment Zeus, Hélios et « vous qui, sous le sol / tirez punition des morts qui font de faux serments », c'est-à-dire Hadès et Perséphone[9]. Dionysos. Dionysos et satyre Dionysos (Διονυσος) qu'on retrouve sous le nom de Bacchus chez les romains et qui fut assimilé à une ancienne divinité italique, Liber Pater, est une divinité complexe de l'ancienne Grèce.

Dionysos

On a longtemps pensé que son culte était récent mais la découverte des tablettes mycéniennes de Pylos remettent en question cette idée. Il ne faisait pas partie des douze Olympiens à l'origine, mais Hestia lui céda sa place. La complexité de sa divinité se traduit par un grand nombre de surnoms et d'épithètes : Nysaios: de Nysa Bromios: bruyant Dithurambos : Cantique consacré à Dionysos dansé et chanté par des choristes déguisés en satyres Evios : cri lancé lors des bacchanales Bakkhos : (Bacchus) qui retentit Zagreus, Sabazios : dieu phrygien.

PHÉNIX, mythologie. NECTAR & AMBROISIE. HERMÈS. HÉPHAÏSTOS. Dieu du Feu, fils de Zeus et d'Héra selon plusieurs traditions, Héphaïstos est au contraire, selon la Théogonie d'Hésiode, engendré par la seule Héra (dépitée de la naissance d'Athéna issue du seul Zeus).

HÉPHAÏSTOS

Cette tradition s'accorde cependant mal avec l'aide qu'Héphaïstos est censé avoir apportée à son père en lui fendant la tête afin de permettre à Athéna de venir au monde. Héphaïstos est boiteux : deux légendes expliquent cette infirmité. Mythologie grecque - classification thématique. ARTÉMIS. APOLLON, mythologie grecque. HÉRA. Épouse légitime de Zeus, le souverain des dieux, dont elle est aussi la sœur, Héra est la puissance du mariage.

HÉRA

Les relations d'Héra et de Zeus ne sont pas les mêmes en dehors que dans le mariage. Frère et sœur, ils s'unissent en secret, furtivement, soit dans l'île de Samos où leurs amours sont abritées pendant trois cents ans, soit dans les profondeurs du palais occupé par le vieux couple de puissances cosmogoniques, Okeanos et Téthys. À ces unions de caractère illégitime, qui se passent dans l'ombre, répondent les noces célébrées dans la lumière du rituel : le souverain des dieux épouse Héra dite Téléia, la femme qui s'accomplit dans le mariage.

L'épouse de Zeus définit alors le modèle de l'union conjugale sanctionnée par le rituel. APHRODITE. ARÈS. Dieu grec de la guerre, et plus généralement de la force brutale, Arès est tôt identifié avec le Mars italique ; il n'eut jamais la popularité de ce dernier et son culte ne fut guère important durant l'époque classique.

ARÈS

Dans la mythologie homérique, il est fils de Zeus et d'Héra et fait ainsi partie de la deuxième génération des Olympiens ; pourtant les dieux le redoutent et ses parents ne semblent guère l'aimer. Au combat, il est accompagné de sa sœur Eris (la lutte) et de ses fils Deimos et Phobos (combat et tuerie) : il est l'Esprit de la bataille. Sa demeure est le plus souvent supposée en Thrace, pays rude et sauvage peuplé de guerriers. En Grèce même, il est surtout vénéré dans le nord du pays ; on lui rend un culte à Thèbes où il est lié à la famille de Cadmos dont la femme, Harmonie, est issue de son union avec Aphrodite. DIONYSOS, mythologie. DÉMÉTER. Dans la mythologie grecque, Déméter est la fille des divinités Kronos et Rhéa, la sœur et l'épouse de Zeus (le père des dieux) ainsi que la déesse de l'agriculture.

DÉMÉTER

Déméter, dont Homère fait rarement mention, n'appartient pas au panthéon des dieux de l'Olympe, mais les origines de la légende qui l'entourent sont probablement anciennes. Ce récit est centré sur l'histoire de sa fille Perséphone, enlevée par Hadès, le dieu des enfers. Déméter part à la recherche de Perséphone et, au cours de son voyage, révèle au peuple d'Éleusis, qui l'a accueillie avec hospitalité, ses rites secrets, que l'on appelle depuis la plus haute Antiquité les mystères d'Éleusis. Son désarroi face à la disparition de sa fille aurait détourné son attention des récoltes et provoqué une famine. Outre Zeus, Déméter a pour amant le Crétois Iasion, avec lequel elle a un fils, Ploutos (dont le nom signifie « richesse », c'est-à-dire produit abondant du sol). Déméter est souvent présentée comme la déesse du blé. HADÈS. Quand les trois fils de Kronos se partagèrent au sort l'empire de l'Univers, Hadès se vit attribuer le monde souterrain, le Tartare, ou les Enfers, et devint ainsi le « Seigneur des morts », tandis que Zeus recevait le ciel et Poséidon la mer.

Celui que L'Iliade nomme le Zeus souterrain (IX, 457) fut, comme ses frères, avalé à sa naissance par Kronos, puis rejeté. Il prit part à la guerre contre les Titans, et les Cyclopes l'armèrent d'un casque qui rendait invisible quiconque le portait. Le casque servit ensuite à d'autres divinités (Athéna et Hermès) et même à des héros comme Persée. Hadès n'apparaît que rarement dans les légendes, comme il se doit pour celui dont le nom signifie en grec « l'invisible » (qu'importe que cette étymologie, donnée notamment par Platon dans le Cratyle, soit contestée).

Il n'intervient guère que dans deux récits. POSÉIDON. Dans la mythologie grecque, Poséidon était le dieu de la mer et des eaux de manière générale ; il ne doit pas être confondu avec Pontos, la personnification de la mer et la plus ancienne divinité grecque des eaux. Le nom de Poséidon signifie soit « époux de la terre », soit « seigneur de la terre ». Selon la tradition, il est le fils de Kronos, dieu suprême de la deuxième génération des dieux, et de Rhéa, déesse de la fertilité, ainsi que le frère de Zeus, chef des dieux de la troisième génération (les Olympiens), et d'Hadès, maître des Enfers.

Quand les trois frères déposent leur père, le sort attribue le royaume de la mer à Poséidon. Ce dernier est armé d'un trident, mais il était peut-être à l'origine muni d'une longue foène à poisson. Dessin PoséidonPoséidon est le frère de Zeus. ZEUS. Zeus. Jupiter (XVIe) Benvenuto Cellini Museo Nazionale del Bargello, Florence. Poseidon. Dans la mythologie grecque, Poséidon (Ποσειδων) était le dieu de la mer, de la navigation, des tempêtes, mais également des tremblements de terre. Il était le fils de Cronos et de Rhéa. Le nom de Poséidon semble dériver de la racine Ποτ, "être le maître", que l'on retrouve dans le latin potens "pouvoir".

Les anciens le rattachaient mot boisson ou fleuve mais cela semble plus douteux. Cette divinité essentiellement marine fait partie des douze Olympiens. Il fut assimilé à Neptune chez les Romains. Quand les trois frères se partagèrent le monde, il eut pour sa part l'empire des eaux aussi bien salées que douces. Hermes. Héra. Le char de Junon par TIEPOLO (détail) Hephaistos. Héphaïstos (Gr. Ηφαιστος; Lat. Hephaestus) est le dieu du Feu terrestre et de la Métallurgie qui découvrit l'art de travailler les métaux.

Hades. Hadès Hadès (AideV) était le fils de Cronos et de Rhéa, à qui échut le monde souterrain où vont les ombres des morts. Il régnait avec sa femme Perséphone sur les Enfers et les morts. Ce n'était pas un dieu monstrueux mais simplement implacable et inflexible dont le simple nom était déjà de mauvais augure; c' est pourquoi on utilisait très fréquemment un surnom ou un euphémisme pour le désigner: - Ploutôn = celui qui enrichit, - Eubouleus = le Bon Conseiller, - Aïdoneus = celui qu' on ne voit pas - Klymenos = Renommé, - Polydegmon = qui reçoit beaucoup, - Pylartes = aux portes solidement closes, - Stygeros = horrible, - Zeus Katachtonios, ou Zeus Chthonios = le Zeus des Enfers - Dis ou Dis Pater chez les romains - Orcus, nom utilisé par les romains mais dont l'origine reste obscure. Artemis.

Artémis (Gr. 'Aρτεμις; Lat. Artemis) était une des grandes divinités du panthéon grec, qui sera identifiée plus tard à Diane des Romains. Apollon. © Olympia Museum. Ares. Le char de Mars tiré par des loups, 1673 © Palais de Versailles Arès (Αρης) est le dieu de la Guerre et de la Violence; il est le seul fils légitime de Zeus et de Héra. Aphrodite. Aphrodite (gr.

Mythologie grecque. Héraclès. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Zeus. Poséidon. Hestia. Hermès. Héra. Héphaïstos. Arès. Apollon. Demeter. Aphrodite. Religion grecque antique (culte) Athéna. Athena. Athéna.